apprendre à écrire à l'école maternelle

Download Apprendre à écrire à l'école maternelle

Post on 05-Jan-2017

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Sylvaine Talarmin /CPC Brest Nord/ Janvier 2012

    Apprendre crire lcole maternelle

    Daprs Marie-Thrse Zerbato-Poudou Docteur en sciences de lEducation/Matre de confrence lIUFM dAix-Marseille/Enseignante de maternelle pendant 25 ans. Auteur de Comment lenfant devient lve puis Apprendre crire de la PS la GS chez Retz.

    Graphisme et criture

    Le graphisme sert mettre en place le geste et les formes de lcriture cursive ? Alors pourquoi aprs avoir tant pratiqu de graphisme tout au long de la scolarit maternelle, les lves de CP-CE1 ont encore tant de difficults qui perdurent? Le graphisme ne sert pas mettre en place lcriture.

    Pourtant le graphisme est omniprsent dans les classes maternelles

    Exemple :

    Elodie sait dessiner un bonhomme et une maison tout en boucles. Elodie ne sait pas crire son prnom en cursive. Or, elle matrise les deux mouvements fondamentaux ncessaires lcriture cursive : la translation et la rotation. Elle sait trs bien dessiner des boucles mais elle ne sait pas tracer les deux boucles qui se succdent dans son prnom : elle ne transfre pas.

    Or, on sait que le transfert ne va pas de soi, que pour certains lves il ne se fait pas. On constate bien souvent que les lves ne reconnaissent pas dans un contexte ce quils ont appris dans un autre contexte. Passer des apprentissages de formes dans le cadre de dessin aux formes de lcriture ne va pas de soi pour Elodie.

    Historique du graphisme

    Le terme de graphisme en tant que tel est une invention pdagogique. Cela viendrait principalement des revues pdagogiques accessibles au public (Voir Education enfantine, archive depuis 1920)

    1921

    Les IO interdisent lenseignement graphique pour les enfants de 2 5ans.

    Elles autorisent initiation lcriture pour les 5-7ans, car il y avait des abus. Les lves commenaient les apprentissages systmatiss trop tt. Cest peut-tre cette interdiction qui a conduit aux exercices graphiques.

    1925 :

    Les prmices des activits graphiques apparaissent, avec des cahiers cres par Herbinire Lebert (IEN mat).

    Les premiers sont des cahiers de graphismes et de mathmatiques, avec des formes tracer (ronds, lignes droites, spirales)

    Les seconds sont des cahiers de graphisme et dcriture, qui comportent des dessins complter par des lignes horizontales, ponts, boucles (ceux-ci ressemblent tonnamment aux photocopies actuelles trop prsentes dans les classes)

    1995 :Le mot graphisme apparat dans le cadre des arts visuels (reproduire une forme)

    2002 : Le graphisme apparat en tant que tel

    2008 : Sans quon doive rduire lactivit graphique lcriture, les enfants observent et reproduisent quotidiennement des motifs graphiques afin dacqurir le geste le mieux adapt et le plus efficace...

  • Sylvaine Talarmin /CPC Brest Nord/ Janvier 2012

    Mais il faut faire du graphisme. Pourquoi ?

    Le graphisme met en place des processus qui serviront tout : crire, dessiner

    Le travail sur les processus perceptifs va permettre de faire le lien entre le tout et les parties : expliquer, comparer, dcrire, transfrer, planifier.

    Ces processus construisent lintelligence, ces sont les processus de la pense.

    Lhabilet gestuelle et kinesthsique se dveloppe.

    En effet, le mot crit est le rsultat de lutilisation pertinente de ces processus Quelle dmarche pour travailler le graphisme avec la dimension du dveloppement des processus perceptifs ?

    On peut sappuyer sur des uvres dartistes, sur des photos mettant en valeur des formes (lignes verticales, lignes horizontales, boucles et obliques)

    Il sagira dobserver, de classer, de reproduire

    On peut demander aux lves de chercher dans leur environnement de classe, de lcole, des formes que lon souhaite travailler avec eux.

    Rle essentiel de lenseignant

    Selon wallon (1938), lactivit perceptive est la fois globale et pointilliste. Or l lenfant ne fait pas la relation entre le tout et les parties.(Cest pourquoi il voit dabord les dtails). Lenfant ne prend donc pas le modle comme porteur absolu des lments pour russir. Donc, si le modle nest pas reproduit, cest que lenfant ne peroit pas les relations entre le tout et les parties qui nont entre elles que des liens dnumration.

    Lenseignant a alors un rle essentiel jouer : aider lenfant observer pour lui faire constater lorganisation des composants de modles et le comparer avec son travail pour vrifier ce qui correspond ou pas au modle. Cela correspondra une situation pdagogique particulire. Grce linteraction langagire, lenseignant va pouvoir aider les lves organiser les donnes perceptives du modle. On apprend regarder en parlant . Do limportance de la verbalisation comme aide lorganisation des donnes.

    Qui parle ? - Si les lves parlent : lenseignant prend son crayon et fait devant ses lves mais ce nest pas

    lui qui parle : Vous me dites ce que je dois faire . Cela incite les lves dire explicitement les diffrents lments de la forme et leur organisation spatiale. Cela permet aussi de donner des lments sur la consigne. Dans ce cas, le matre travaille sur la comparaison entre le modle et lorganisation du travail effectuer.

    - Si les lves ne parlent pas : le matre prend en charge la responsabilit stratgique de la tche (Brner). Cest donc le matre qui, tout en faisant devant ses lves, dcrit ce quil fait, organise ce quil fait, sollicite ses lves pour obtenir leur acquiescement.

    Dans un cas comme dans lautre, les critres de ralisation ainsi que les critres de russite sont verbaliss.

    Ces situations sont porteuses de puissance car, ce moment : - Le matre montre quoi sert un modle et quoi sert une consigne. - Les lves sont amens lire, dcrypter autrement. - Ils organisent leurs donnes perceptives, comptence qui leur fait dfaut.

  • Sylvaine Talarmin /CPC Brest Nord/ Janvier 2012

    Quel langage employer ?

    Tout dabord, il faut tre trs attentif ce que lon dit: ce nest pas le trait qui monte, cest la main

    Il faut donner alors aux lves du vrai vocabulaire en regardant le modle o sont les traits ? O se met ma main pour faire ? Que fait ma main pour faire ?"

    Il faut employer un vocabulaire de travail explicite, porteur de sens pour les lves et leur activit. Ils doivent savoir ce quils sont en train de faire : (Clart cognitive)

    Exemple dun graphisme donn pour faire travailler les traits horizontaux et les traits obliques :

    Trace les barreaux de lchelle, les traits de la pluie mais les lves eux sont en train de dessiner

    Quelles fonctions sont sollicites par les activits graphiques ? Perceptive motrice symbolique smiotique I___________________________________I Traces, lignes, formes, motifs I_______________________________________________________I Dessins I__________________________________________________________________________________I Ecritures

    Le graphisme sert mettre en place les deux composantes perceptive et motrice. Il permet

    dexercer lil et la main.

    Par le travail sur les formes gomtriques, (lignes verticales, horizontales, obliques, cyclodes ... sert quelque chose de fondamental. Il sert mettre en place des habilets (activits motrices) et permet un travail sur les trajectoires dans tous les sens.

    Notre travail est donc de conduire llve vers des activits rflchies dobservation, de comparaison, et danalyse qui sont les fondamentaux pour aborder la construction des concepts.

    Jusqu prsent dominait lide que les exercices graphiques taient suffisants pour installer les habilets graphiques ncessaires pour crire ultrieurement. Or, les difficults des lves pour sapproprier lcriture cursive, malgr cet entranement montre que le transfert attendu ne se fait pas toujours. Programmes 2008 : ... lentre dans lcriture sappuie sur les comptences dveloppes par les activits graphiques mais requiert aussi des comptences particulires de perception des caractristiques des lettres.

  • Sylvaine Talarmin /CPC Brest Nord/ Janvier 2012

    Enseigner lcriture lcole maternelle I : Principes pour laborer un dispositif dapprentissage Ce dispositif concernant lactivit dcriture est principalement fond sur les changes lves-enseignants, lves-lves dans un contexte signifiant qui organise le milieu de travail et met en scnes les situations dapprentissages

    Premier postulat : questionner les traditionnels pr-requis graphiques La tradition veut que les exercices graphiques soient les pr-requis incontournables et imposs pour prparer lcriture cursive. Or, lcriture nest pas en filiation directe avec les exercices graphiques, elle a ses propres rgles et spcificits. Le transfert espr ne va pas de soi : on apprend crire en crivant et non en dguisant les lettres en dessins.

    Deuxime postulat : crer une culture de lcrit Le milieu du travail doit tre soigneusement organis et les activits ritualises pour que les lves sapproprient lobjet social langue crite et sinvestissent dans une activit dapprentissage clairement identifie. Reproduire fidlement un modle ne tmoigne pas du rapport labor par llve au savoir langue crite . cest le contexte qui laide se structurer dans la complexit des tches scolaires.

    Troisime postulat : organiser un collectif de travail. Ecrire est certes une activit individuelle ; cependant, sa matrise se nourrit dchanges et