le conte à l'école

Download Le conte à l'école

Post on 05-Jan-2017

220 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Gilda DUFOURD METRALCPC EPS Annemasse2

    Le conte lcole

    SOMMAIRE

    1. Pourquoi raconter des histoires aux enfants.... et aux adultes ? p 2

    2. Do viennent les contes ? p 4

    3. Quest-ce quun conte ? p 6

    4. Typologies des contes p 9

    5. Conte et apprentissage de la langue orale p 15

    6. Quel corpus de contes lcole ? p 19Bibliographies : contes et ouvrages thoriques

    Le conte lcole

    -

  • 1. Pourquoi raconter des contes aux enfants.... et aux adultes ?

    1) POURQUOI?

    a) Les effets sur le public

    Quest-ce qui tient en haleine, qui ravit (au sens propre : emporter de force), qui suspend lauditeur aux lvres du conteur ? Do vient cette espce de volupt, dextase que lon peut ressentir dans un auditoire ?

    - On peut penser la magie irrsistible qui provient de la flte du joueur dHamelin. - On pense aussi aux pouvoirs des contes voqus par lhistoire de Shhrazade dans les contes

    des Mille et une nuits qui chappe la mort en racontant des contes son futur bourreau et qui donnera naissance trois enfants pendant ces mille et une nuits.

    On peut sen tonner une poque o nous sommes entours des manifestations dune technologie galopante grand renfort deffets spciaux (voir les films quon propose aux enfants). Mais il semblerait que nous avons besoin de revenir la simplicit de laube des temps, aux premiers rcits tels quils ont t donns aux premiers hommes par le seul artifice de la voix et du corps du conteur.

    b) les raisons Il semble quil y ait

    - plus que de lintrt pour les pripties dune rcit imaginaire qui se donne comme tel. - une plonge dans un monde qui serait la terre des origines, l o tout a commenc, la longue

    histoire de lhumanit, o nous apprenons ce que nous sommes et do nous venons.

    On peut penser aux contes dAmrique raconts par Henri Gougaud : Comment se rencontrrent les hommes et les femmes . (question : comment entrer en contact avec ce qui est si diffrent de nous ?-Contes dAmrique p.55) ou Comment vieux pre et vieille mre firent lhomme (question : O se cache la divinit dans lhomme ? - Conte Burkinab) ou Les trois cls (question : quels sont les rles et les pouvoirs respectifs de lhomme et de la femme ? - Conte afro-amricain).

    - une plonge dans un monde qui, travers des personnages, nous parle de nous, de lexistence, non de faon directe mais travers des images qui font cho.

    - la dcouverte dune terre o sexpriment les craintes, les angoisses (qui prennent la forme de sorcires ou dogres ou de btes) mais aussi les rves, les idaux que nous portons tous en nous . Le conte fait cho des craintes, des dsirs, des pulsions, des blessures mais aussi du savoir et de la conscience p147 / Hindenoch

    - la rencontre dun monde tout dabord chaotique que le conte va ordonner, dans lequel lhomme va apprendre se reconnatre dans ce quil a de plus intime et entreprendre une clarification de lui-mme.

    Pour lenfant, il ouvre les portes dun monde enchant - qui donne de lessor son imagination, un monde o tout est possible donc diffrent du rel

    - qui lui donne loccasion de concrtiser des angoisses indtermines et de les rendre plus matrisables (B. Bettelheim) en les projetant sur des personnages malfaisants (ogre, loup, bte, dragon, drac/diable).

  • - Qui lui permet de croire en ses capacits et de restaurer son estime de soi ( cart entre ce quil voudrait tre et la manire dont il se peroit) : le plus petit nest pas le moins intelligent ( Tom Pouce, Le petit Poucet), le plus laid porte une beaut intrieure plus essentielle que la beaut extrieure (La belle et la bte, Riquet la houppe)

    - O il apprend que toute faute ( parler au loup , ouvrir une porte interdite, toucher un objet interdit -un rouet-) est passible de punition grave : la mort, lendormissement. (Le Petit Chaperon rouge, Barbe-Bleue, La Belle au bois dormant) mais quil peut esprer tre dlivr du sort quil attend.

    - O il apprend aussi que nous avons tous une qute mener : - devenir riche (Le Chat Bott), - tre aim pour soi (Cendrillon), - avoir du pouvoir, mais aussi protger ceux que nous aimons.- Il apprend aussi que par son ingniosit ou laide de bonne fes (Les vilains petits

    canards Cyrulnik), il peut tre matre de son destin et raliser de grandes choses. 2) QUAND ?

    Autrefois, au moment o le soir tombe, de lquinoxe dautomne lquinoxe de printemps : le moment du conte est li au dclin de la lumire, dans le cours dune journe ou pendant les mois o la lumire dcrot en automne et hiver ; le conte est cette lumire laquelle tout le monde aspire qui va mettre en scne nos angoisses ou nos interrogations et qui va tenter dy rpondre.

    Cest le moment o les peurs renaissent, lies lobscurit, au froid, aux nuits longues, o la lueur de bougies ou lclairage qui nclaire que le conteur seul devant son drap noir, nous ramne lessentiel, notre propre questionnement sur lexistence, la ntre, celle du monde et de lhumanit.

    Le conte nous ramnerait lessentiel par des chemins dtourns, des fictions o les personnages sans noms jouent pour nous la tragdie ou la comdie de la vie.

    On peut voquer le conte de Nasrddine Hodja La lumire p39 qui cherche ses cls non pas o il les a perdues mais l o il y a de la lumire. (Le conte propose des cls).

    - OU ?

    Le conteur est souvent associ ltre, la pnombre seulement clair par le feu de la chemine. On se rassemble autour du conteur et de cette source de lumire. Le conte va peu peu clairer lauditoire.

    2. Do viennent les contes ?

    Lire : La mre des contes Contes dEurope, Henri GOUGAUD.

    Lorigine des contes est mal connue et il existe parfois plus de mille versions pour un mme conte.On connat une version chinoise de Cendrillon qui a plus de mille ans ainsi quun Petit

  • Chaperon rouge chinois. La version la plus ancienne de La Belle et la bte vient de la Grce antique et a t transmise ensuite par Apule au II sicle de notre re (cf lhistoire de Psych et Cupidon ). Il existe des Blanche-Neige kabile et russe.

    Le mot existe depuis 1080. (computare : numrer les diffrentes phases dun rcit). Le terme est ambigu : il dsigne des ralits fort diffrentes : Contes de Boccace ( 15 ), contes en vers de La Fontaine (17), contes de Perrault ( 17 ), contes philosophiques de Voltaire ( 18 ), histoires fantastiques de Maupassant ( 19), contes contemporains, mais aussi rcits raconts lors des veilles.

    Le conte appartient un ensemble de genres littraires qui ont en commun davoir t transmis oralement de gnration en gnration.

    Les sources du conte (daprs le site de lexposition sur le conte de la BNF)

    Depuis que lhomme parle, lhomme raconte. On retrouve les premires traces sur les tablettes de Chalde ( Msopotamie), en Egypte pharaonique ( Conte des deux frres/ papyrus du 13 sicle avant notre re), la Grce, Rome avec les Mtamorphoses (ou lAne dor) d Apule.

    Au XIX sicle , on a pens une origine indo-europenne des contes . En fait, les motifs des contes sont UNIVERSELS : Ils se retrouvent en Arabie dans le Kalila et Dimna ou les contes des Mille et une nuit .

    Origines mdivales et italiennes

    La littrature mdivale et les chansons de geste regorgent de merveilleux : fes et prodiges abondent ( Fe Mlusine), on trouve dans le roman Arthurien Perceforest la gense de La Belle au Bois dormant . Le Roman de Renart est lanctre de nos contes danimaux.

    A la Renaissance, deux initiateurs du genre en ITALIE :Le conte prend forme dans un rcit-cadre emprunt au Dcameron de Boccace. 1550 : parution des Favoles (fables/ contes de fes) du Vnitien Staparola.Pendant la priode du carnaval, Murano, lecture pendant cinq nuits de fables racontes par cinq jeunes filles.

    1625 : A Naples, Basile rdige le Pentamerone ou le Conte des Contes : rcit-cadre de cinq journes pendant lesquelles sont insres cinquante contes de fes qui prsentent tous les ingrdients des contes merveilleux ( princes, princesses, fes, ogres, preuves surmonter, dnouements heureux).

    ORIGINE DES CONTES : Quelques repres chronologiques

    EPOQUESDATES

    AUTEURS UVRES

    6me s. av JC ?vers 300 av JC

    Esope de Phrygie ?(Grce)

    Fables en prose fixes par Dmtrios de Phalre pour agir sur les citoyens

    1er s. aprs JC Phdre-Horace Fables dEsope adaptes, toffes, fines

  • (Rome)

    6me, 8me s. Bidpa dIndeIbnal-Mukaffa(Inde Perse)

    Fables et rcits destins lducation des princesKalila et Dimna (deux chacals) Ces rcits ont t traduits partout.

    11me, 12me s.Anonymes

    (Perse, Bagdad, Babylone)

    Compilation de contes populaires arabes dorigines diversesLes contes des Mille et une nuit.

    Moyen-Age12me sicle

    Marie de FranceFabliaux, contes amusants, instructifs voire satiriques mettant en scne des animaux.Les Isopets, recueils de fables sopiques sintgrant aux bestiaires.

    Fin 12me, 13me s. AnonymesLe roman de RenartRecueil de 27 narrations en vers dont les hros sont des animaux. Epope animalire aux multiples branches.Critique violente de la socit fodale, raction aux romans courtois.

    Renaissance italienne 15me, 16me sicle

    Boccace (Italie)Staparola (Italie)

    Basile (Italie)Rabelais

    - Dcamrone- Piacevoli Notti : Nuits factieuses - Pentamerone : rcit-cadre comprenant 50 contes de

    fes- Grangousier, Gargantua, Pantagrue