vers de nouvelles formes en poésie numérique programmée?

Download Vers de nouvelles formes en poésie numérique programmée?

Post on 05-Jan-2017

215 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • BOOTZ Philippe, Vers de nouvelles formes en posie numrique programme?, RiLUnE, n. 5, 2006, p. 19-35.

    Philippe Bootz

    Vers de nouvelles formes en posie numrique programme?

    A NOTION DE FORME programme se dgage peu peu des genres qui sont apparus en posie numrique dans les annes quatre vingts puisque les annes quatre-vingt-dix ont mixs dans la

    perspective intermdia de Dick Higgins. Nous prsentons tout dabord la notion de forme programme puis nous discuterons les concepts qui se dgagent de lvolution des genres de base et qui nous permettent dlaborer une grille danalyse des formes. Nous insisterons notamment sur lintrt des concepts de technotexte et dintermdia. Ayant construit cette grille autour daxes dnomms performatif, lectoriel et instrumental, nous examinerons et classifierons quelques formes programmes sans prtendre lexhaustivit mais pour montrer la diversit et la cohrence de cette posie.

    Cet article ralise une synthse de mes travaux rcents mentionnsen bibliographie, certains ntant quen voie ou en cours de publication, et propose une premire taxinomie de formes ainsi que, pour lanalyse des formes de la posie numrique, de nouveaux critres complmentaires de ceux prsents par ailleurs (Bootz 2004, Bootz 2006d).

    Les formes en posie numrique La place du programme en posie numrique La posie numrique sinscrit pour une bonne part dans la tradition des posies davant-garde en ce quelle ressort dune approche smiotique gnrale. Elle constitue en effet une rflexion et un ensemble de propositions spcifiques sur la relation de lhomme au langage dans

    L

  • Philippe Bootz

    20

    un environnement technologique. Si la posie numrique simpose peu peu comme un champ littraire part entire cest certainement parce que lordinateur est avant tout une machine de langage, une machine qui manipule du symbole.

    Cest sur la nature de cette manipulation et le rle que luvre lui assigne que se dessinent les frontires entre les approches. Le programme tient ainsi, dans luvre, une place particulire, sujette discussion depuis les origines de la posie numrique. Certains le considrent comme le vritable mdia1 de luvre. Florian Cramer parle de la posie numrique comme dun art du code (Cramer 2004), sous-entendu du code informatique. Dautres, comme le collectif Transitoire Observable2 (Bootz et all. 2003), insistent sur le ct performatif du programme qui oblige prendre en compte aussi bien son caractre algorithmique que la temporalit et la ralit physique de son excution dans un contexte de rception. Ils situent davantage la posie numrique dans le faire et non dans le fait ou le code. Elle sapparente ainsi la performance, mme si ce ct performatif est jou par le programme qui dtient alors en procuration une partie de lintentionnalit de lauteur. Ces auteurs estiment que la programmation, et non le programme, constitue le vritable matriau sur lequel le pote travaille, matriau quil met en relation avec la langue, lcriture et la lecture. Enfin de nombreux potes considrent que linformatique nest quun outil sophistiqu au service de la cration dobjets ventuellement multimdia, cest--dire des objets smiotiques dont les supports sont totalement composs de mdias classiques (textes, images, sons) mais qui prsentent des proprits quaucun autre dispositif ne permet de raliser. Cette dernire tendance ne voit dans luvre que les lments observables et lart numrique sy trouve rduit un art audiovisuel sophistiqu tout entier situ dans le rgime de limage.

    La forme programme Limiter linfluence du numrique au seul code revient ngliger la majeure partie du dispositif de communication qui stablit entre le lecteur et lauteur via luvre. Cela revient, in fine, considrer

    1 Ce terme tant ici entendu comme support dun systme smiotique quivalent au texte, la photo et non comme vecteur dinformation quivalent la tlvision, au livre Larticle utilisera le terme de mdium pour dsigner un vecteur dinformation. 2 Il sagit dun collectif international de crateurs fond en 2003 par Alexandre Gherban, Tibor Papp et moi-mme sous limpulsion dAlexandre Gherban.

  • Vers de nouvelles formes en posie numrique programme?

    21

    luvre comme un texte imprimable, le pouvoir dexcution de ce texte tant relgu au rang de proprit subsidiaire. Une telle conception confine la posie numrique dans une posture de posie crite dans la ligne des posies concrtes. linverse, rejeter le programme au niveau de loutil permet de dvelopper des formes que je qualifierai de surface car elles concernent des figures de rhtorique qui ne peuvent se dvelopper quau niveau audiovisuel (Bootz 2005) mais ne permet pas de dcrire les niveaux esthtiques et rhtoriques qui sortent de ce cadre. Nous adopterons un point de vue plus proche de celui de Transitoire Observable et prendrons en compte lintgralit des vnements qui interviennent dans la communication que luvre instaure entre lauteur et le lecteur, et non le seul programme ou le seul rsultat observable quil produit. Nous dfinirons alors les formes programmes comme les formes artistiques et littraires qui faonnent la programmation et qui produisent un programme et des formes observables par le lecteur. Une telle dfinition permet dinclure les formes dveloppes dans les deux autres approches comme dans celle de Transitoire Observable.

    Les formes programmes concernent des relations et non seulement des structures figes. Relations de lauteur la machine pour certaines, de lauteur au concept mme de texte pour dautres. Relations galement, bien sr, entre lauteur et le lecteur via luvre, voire relations des lecteurs entre eux ou encore relation rflexive du lecteur lui-mme travers luvre. Elles peuvent aussi porter sur les interrelations internes que les composantes autonomes programmes entretiennent entre elles ou sur les relations smiotiques quentretiennent les divers mdias. La forme programme intgre donc des niveaux smiotiques, psychologiques et communicationnels combins dont nous dterminerons les axes organisationnels.

    Le dplacement des perspectives. Les premiers genres Nous ne rappelons ici les grandes lignes de lvolution de la posie numrique que pour dgager des concepts actifs qui nous guiderons dans la description des axes et des formes3.

    Des annes cinquante au dbut des annes quatre vingt, les relations entre la posie et linformatique se focalisent sur la combinatoire et la permutation. Lordinateur napparat que comme un outil capable dassister de faon performante le travail mcanique de fabrication des combinaisons. Le rsultat produit par lordinateur est encore publi sur support traditionnel, le plus souvent le livre, aprs 3 Pour un historique plus complet voir (Bootz 2006 a).

  • Philippe Bootz

    22

    filtrage par lauteur de la production informatique. On peut estimer quil ny a pas alors, proprement parl, de littrature numrique, elle nest quune modalit de la littrature combinatoire, quelle soit dobdience oulipienne ou issue de la posie concrte.

    Le milieu des annes quatre-vingts voit la reconnaissance de la spcificit de la posie numrique travers trois genres qui sont la gnration automatique de textes dveloppe par Jean-pierre Balpe ds 1980, lhypertexte, surtout dvelopp aux USA, et la posie anime, dveloppe en France, principalement sous la forme de lanimation syntaxique, partir de 1985 par les potes qui formeront le collectif L.A.I.R.E. en 1988.

    Le principal bouleversement amen par ces genres rside dans lexcution du programme en temps rel. cela modifie profondment son statut dans luvre quon peut dsormais qualifier de virtuelle au sens de Lvy (Lvy 1998). Le temps rel impose une prsence physique non contenue dans la logique du programme et qui joue un rle esthtique dans ce qui est livr la lecture.

    Ces trois genres dvoilent des aspects diffrents du dispositif de luvre littraire numrique (Bootz 1999).

    Le concept de technotexte On peut considrer que chaque genre traduit, sa faon, un caractre technotextuel4 du pome numrique:

    Lhypertexte dcrit un rapport particulier la structure du medium informatique. Dautres types duvres, comme celles qui utilisent des bases de donnes, montrent un autre rapport aux caractristiques structurelles et organisationnelles du mdium.

    La gnration, quelle soit combinatoire ou automatique, traduit un rapport du texte au caractre algorithmique et calculatoire du mdium. Ce rapport, aujourdhui, ne se limite plus au calcul linguistique mais intgre des calculs gomtriques, cinmatiques ou dynamiques et mme parfois des modles physiques, ou des algorithmes dautomates ou dIntelligence Artificielle.

    La posie anime, travers son rapport lcran, utilise le caractre processuel du mdium. Elle insiste sur le ct physique de lexcution et sur limportance du contexte technologique. Ce rapport aux processus physiques dans lici et maintenant de lexcution se traduit aujourdhui par la cration duvres qui jouent sur les flux en temps

    4 Pour Katherine Hayles (Hayles 2002), un technotexte est un texte qui relie sa matrialit sa signification, qui interroge sa technologie dinscription.

  • Vers de nouvelles formes en posie numrique programme?

    23

    rel, que ce soit sur Internet, dans les uvres collaboratives ou participatives ou dans les relations entre gnrateurs.

    Lintermdia et les concepts qui en dcoulent Nombre doeuvres des annes quatre-vingt-dix mixent ces trois genres (Bootz 2002a). Un tel mlange caractrise lapproche intermdia telle que la dfinit Dick Higgins (Higgins 1965). Elle se traduit par une porosit des frontires entre arts numriques, graphiques et littrature. Elle dlgue chacun la responsabilit de dfinir ce qui lui semble constituer le texte et de distinguer ce qui, dans ce