l'obsolescence programmée symbole de la société du gaspillage

Download L'obsolescence programmée symbole de la société du gaspillage

Post on 23-Mar-2016

216 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Le cas des produits électriques et électroniques

TRANSCRIPT

  • >>

    ww

    w.a

    mis

    del

    ater

    re.o

    rg

    ww

    w.c

    niid

    .org

    L'obsolescence programme,symbole de la socit du gaspillageLe cas des produits lectriques et lectroniques

    Rapport Septembre 2010Par Marine Fabre et Wiebke Winkler

  • SommaireIntroduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3

    I. La hausse de la consommation de produits lectriques et lectroniquesdvaste la plante . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4Vers un puisement des ressources naturelles

    De l'extraction la destruction : le devenir de la matire

    Traitement des DEEE : une opportunit rate pour limiter le gaspillage des matires premires

    2. L'tat des lieux de l'obsolescence programmedes quipements lectriques et lectroniques en France . . . . . . . . . . . . . . . . . 8La consommation des produits lectriques et lectroniques en plein essor, malgr un march

    franais satur

    Quest-ce-que l'obsolescence programme

    Les diffrents formes dobsolescence programme

    3. L'indiffrence collective face la baisse de la rparation . . . . . . . . . . . 17

    4. Redonner une vraie valeur aux biens et renforcer les services . . . . . 21Pour les citoyens

    Pour les entreprises

    Pour les pouvoirs publics

    Rapport Septembre 2010 L'obsolescence programme, symbole de la socit du gaspillage Les Amis de la Terre France et le Cniid.Crdits photos Aditza121 ; Airflore ; Avlxyz ; Basel Action Network (BAN), 2010 ; Julien Harneis ; Mosman Council ; Komeachi888 ;Larrisa Herbst ; Orinoko42 Maquette Nismo Carl Pezin 01 48 00 06 94 Imprim sur papier recycl avec encres vgtalespar STIPA 01 48 18 20 50

    Nous tenons remercier les personnes qui nous ont soutenues dans la rdaction de cette tude :Anne Bringault, Marie-Christine Gamberini, Annelaure Wittmann, Caroline Prak et Sylvain Angerand des Amisde la Terre ; Hlne Bourges, Sbastien Lapeyre et Yannick Vicaire du Cniid.

    Les tmoins consultants : Marie France Corre et Michel Ebran, particulirement, qui nous ont aides toutau long de cette tude.

    Philippe Moati, Dominique Bourg, Linda Bendali, Edouard Toulouse, Walter R. Stahel et Nicolas Buclet pouravoir accept de livrer leur point de vue sur certains aspects abords dans ltude.

    Nous souhaitons galement remercier les rparateurs qui nous ont permis dobserver, concrtement, les dif-frentes formes dobsolescence programme des appareils, en particulier les rparateurs dEmmas NeuillyPlaisance et Emmas Avenir.

    Couverture : Travailleur dans une mine d'argent en Rpublique dmocratique du Congo ; inauguration du nouveaurayon informatique d'un grand distributeur au Brsil ; dcharge sauvage Accra (Ghana) en 2009.

  • L'obsolescence programme, symbole de la socit du gaspillage I 02-03

    Qui na jamais t mcontent des appareils vendus aujourdhui ? Fragiles, complexes, de qualit mdiocre,ils nous rendent parfois nostalgiques des bons vieux appareils vendus autrefois On entend souvent que lesproduits conus aujourd'hui sont moins robustes qu'hier, que la dure de vie des produits diminue, que le four degrand-mre fonctionne toujours bien alors que le modle perfectionn achet il y a quelques annes a dj t misau rebut aprs tre tomb en panne.

    Les biens d'aujourd'hui semblent durer moins longtemps ; nous sommes entrs dans l're d'une socit de consom-mation fonde sur le renouvellement rapide des produits. Quels sont les facteurs qui contribuent cette diminution dela dure de vie des biens ? Quelles sont les raisons qui nous poussent remplacer les produits tombs en panne aulieu de les rparer ?

    Ces volutions qui semblent s'tre acclres ces quinze dernires annes paraissent dues au rythme de l'innovationtechnologique de plus en plus soutenu, mais galement aux astuces visant rendre un appareil obsolte afin qu'ilsoit rapidement remplac par un nouveau produit. La sortie de liPad1, le dernier gadget d'Apple, en mai 2010 ouencore l'actuel passage au numrique des chanes de tlvision franaises sont des exemples parmi d'autresde cette course l'innovation qui entrane un renouvellement des quipements des mnages et un accroissement dese-dchets2.

    Les Amis de la Terre et le Cniid alertent depuis plusieurs annes les autorits et le grand public sur la croissance de laproduction de dchets mnagers3 et en particulier des dchets dquipements lectriques et lectroniques (DEEE).Ces montagnes de dchets ne sont que la partie visible de l'iceberg de nos modes de consommation : ils cachentd'autres problmes comme l'exploitation massive des ressources naturelles et ses lourdes consquences pour l'envi-ronnement et les populations des pays du Sud (Afrique et Asie notamment).

    Pour ltude Lobsolescence programme, symbole de la socit du gaspillage, les Amis de la Terre et le Cniid se sontappuys sur :

    Les donnes officielles sur la production de dchets et la consommation de ressources naturelles renouvelables etnon renouvelables : ADEME, ministre en charge de lenvironnement notamment ;

    Le recueil de donnes sur la consommation et sur les biens de consommation auprs de l'UFC Que Choisir et del'Institut national de la statistique et des tudes conomiques (INSEE) ;

    Lanalyse de travaux de recherche dassociations ou duniversitaires (conomistes, philosophes, etc.) ; Des tmoignages de professionnels des appareils lectriques et lectroniques : rparateurs, ingnieurs, chercheurs

    ou associations professionnelles ; Une enqute4 par questionnaire que nous avons ralise sur le service aprs-vente (SAV) des principaux distributeurs

    franais pour mesurer leurs efforts pour allonger la dure de vie des produits par l'entretien et la rparation.

    Cette tude a pour but de montrer les coulisses de nos socits de surconsommation. Elle vise une prise deconscience sur les dfis quimposent des modes de production et de consommation plus soutenables. Elle ouvre despistes de solutions qui mriteraient d'tre approfondies par des travaux de recherche, en particulier sur lallongementde la dure de vie des produits.

    Introduction

    1/ Lire ce sujet larticle L'iPad : assez de gadgets nuisibles ! sur www.produitspourlavie.org, rubrique actualits .2/ Les e-dchets sont les dchets dquipements lectriques et lectroniques.3/ Les dchets mnagers regroupent les ordures mnagres, les encombrants et les dchets verts.4/ Lensemble des rponses lenqute des Amis de la Terre et du Cniid sur le service aprs-vente sont disponibles en ligne :

    www.produitspourlavie.org, www.cniid.org

    Les Amis de la Terre / Le Cniid Rapport Septembre 2010

  • 1. La hausse de la consommation de produitslectriques et lectroniques dvaste la plante

    La socit de consommation sest impose dans lespays industrialiss avec une promesse : laccs auxbiens marchands est possible pour le plus grand nombreet contribue amliorer confort de vie et bien-tre. Laconsommation de masse standardise est encourage :elle assure, moindres cots, via des conomiesdchelle, un profit maximal aux entreprises productrices.Si ces modes de production et de consommation sou-tiennent un dynamisme conomique qui repose sur le consommer plus , ils ont aussi un revers : leursimpacts environnementaux et sociaux.

    Vers un puisementdes ressources naturelles

    En Europe, on considre que la production d'une tonnede dchets municipaux5 quivaut la consommation enamont de 100 tonnes de ressources6. Les estimations desstocks de ressources disponibles au rythme actuel de pro-duction et de consommation tmoignent ainsi d'une fortepression sur les ressources minrales et fossiles notamment.Aujourd'hui, avec une consommation annuelle de matirespremires d'environ 60 milliards de tonnes7, nous consom-mons environ 50 % de ressources naturelles de plus qu'il ya 30 ans8. Les populations des pays riches consommentjusqu 10 fois plus de ressources naturelles par habitantque celles des pays pauvres. Un Europen consomme ainsi43 kg de ressources par jour, contre 10 kg pour un Africain.

    Cette dernire dcennie, la demande en mtaux a explosen partie du fait de la production croissante dappareilslectriques et lectroniques. Ainsi, le tlphone portable,lun des appareils les plus fabriqus l'heure actuelle,avec 1,2 milliards dunits vendues en 2007 dans lemonde, peut contenir 12 mtaux diffrents hauteur de25 % de son poids total. L'Organisation de coopration etde dveloppement conomiques (OCDE) a estim, partirdes niveaux connus en 1999, qu'avec un taux de crois-sance annuel de leur production primaire de 2 %, lesrserves de cuivre, plomb, nickel, argent, tain et zinc nedpasseraient pas 30 annes, laluminium et le fer sesituant entre 60 et 80 ans. Lre de la raret se dessineraitdonc pour un nombre croissant de matriaux9.

    Outre les impacts directs sur lenvironnement tels l'excava-tion de grandes quantits de terre engendrant le dfrichagedes sols, l'limination de la vgtation et la destruction desterres fertiles, cette course aux premires matires a desconsquences humaines et sanitaires dsastreuses commele montrent ces quelques exemples :

    Le Prou, qui alimente en grande partie le marcheuropen du cuivre (31 % en 2007 et 21 % en 2008),subit les impacts ngatifs lis cette exploitationminire. Lactivit est fortement consommatrice d'eaualors que la population souffre dj dune pnuried'eau. La transformation des mtaux menace gale-ment la sant des riverains : en 1999, le ministre pru-vien de la Sant a men une tude sur les enfantsvivant proximit des installations ; elle faisait tatd'une teneur en plomb dans le sang trois fois sup-rieure au seuil prconis par l'Organisation mondiale dela sant (OMS)10.

    Riche en ressources naturelles notamment minrales(le diamant, le cuivre, l'or, le cobalt ou encore le zinc),la Rpublique dm