p174 - choriocarcinome surrénalien bilatéral : un jeu de piste sans solution ?

Download P174 - Choriocarcinome surrénalien bilatéral : un jeu de piste sans solution ?

Post on 25-Dec-2016

218 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Vol. 66, n 5, 2005 Congrs de la SFE Strasbourg 2005

    471

    P172 SYNDROME DE CUSHING PARANOPLASIQUE SECONDAIRE UN CARCINOME OVARIEN RCIDIVANT

    J. Combes(1), B. Guyon(2), G. Poulin(3), D. Debieuvre(4), J.-P. Ory(1), S. Chabroux(1)

    (1) Service Mdecine A Hpital de Vesoul 70000 VESOUL.(2) Service de Nphrologie Hpital de Vesoul 70000 VESOUL.(3) Service dOncologie Hpital de Belfort 90000 BELFORT.(4) Service de Pneumologie Hpital de Vesoul 70000 VESOUL.

    Introduction : Nous rapportons lobservation dune patientede 63 ans qui prsente une rcidive dun carcinome ovarienrvl par un syndrome de Cushing paranoplasique.

    Observation : Madame T. Armelle est traite en 2001 pour uncancer de lovaire bilatral, avec extension extra capsulaire et em-boles lymphatiques carcinomateux (cystadnocarcinome sreux,stade pT2A de lUICC). En fvrier 2004, le contrle clinique et ra-diologique est normal. Le marqueur CA12-5 est normal 4. Enaot 2004, cette patiente est hospitalise pour une hypokalimiesvre 1,64 mmol/l (N : 3,5-5), avec hypertension artrielle s-vre, diabte de primo-dcouverte et altration majeure de ltatgnral. La cortisolmie oscille entre 1 200 et 2 000 nmol/l toutau long du nycthmre (N : 165 186 8 H) avec une ACTH en-tre 3 et 5 pmol/l (N : 2,2 et 10,7 8 H). Le Cortisol libre urinairedes 24 H est 6 160 nmol/24 H (N : 40-240). La Bta LPH est 1 136 (N : 6-32). Le CA12-5 est 277. LIRM montre une hyper-plasie nodulaire des surrnales et une carcinomatose pritonalediffuse. Une recharge potassique, une insulinothrapie et unequadrithrapie anti-hypertensive sont instaures, associes duLYSODREN, 9 cp/jour. Lefficacit du LYSODREN sur le syn-drome de Cushing paranoplasique est partielle, du fait de syn-dromes occlusifs sur carcinose pritonale, levs par untraitement par SANDOSTATINE 100 g, 3 x/jour. Paralllement,une chimiothrapie par CARBOPLATINE et TAXOL/3 semaines,est propose. Six mois plus tard, la patiente est en bon tat g-nral. Le tableau dhypercorticisme clinique est attnu, les rper-cussions mtaboliques ont disparu. Le CA12-5 est normalis, demme que le scanner abdominal. Le LYSODREN est interrompu.La patiente est en insuffisance surrnale, substitue par HYDRO-CORTISONE.

    Discussion-Conclusion : Cette observation originale montrequun syndrome de Cushing paranoplasique peut se rvlerlors dune rcidive dune noplasie.

    P173 CARACTRISATION DE LEXPRESSION DE PTHRP (PARATHYROID HORMONE-RELATED PROTEIN) ET DU RCEPTEUR PTHRP-TYPE 1 DANS LES TUMEURS CORTICOSURRNALIENNES

    Z. Bouizar(1), M. Rizk-Rabin(1), M. Lieberherr(2), F. Tissier(1), K. Perlemoine(1), F. Ren-Corail(1), G. Assi(1), X. Bertagnia(1), J. Bertherat(1)

    (1) Institut Cochin, Dpartement dEndocrinologie INSERM 567, CNRS 8104, Univ Paris 5.(2) INRA, Jouy en Josas, France.

    La PTHrP est produite localement par de nombreux tissus en-docrines normaux et tumoraux. Elle pourrait avoir un rle surla croissance ou la fonction endocrine par une rgulation

    autocrine/paracrine. Ces effets sont lis laction du fragmentN-terminal 1-34 sur le rcepteur 7 domaines transmembra-naires PTH/PTHrP-Type 1 (R1), coupl aux protines Gs/Gq. LaPTHrP a t localise dans les diffrentes zones de la cortico-surrnale normale. Dans les cellules isoles de la corticosurr-nale normale, la PTHrP augmente la scrtion de laldostroneet de cortisol par lactivation des deux voies de signalisation ;Adnylyl Cyclase/PKA et phospholipase C/PKC.

    Objectifs : valuer lexpression de PTHrP et son rcepteurdans les tumeurs corticosurrnalinnes et dans la ligneH295R et examiner les voies de signalisation du rcepteurdans la ligne H295R. Nos rsultats montrent pour la premirefois 1) RT-PCR Quantitative sur 14 chantillons de tumeurs :Un taux lev dARNm de PTHrP dans 5/6 corticosurrnalomes,2/5 Adnomes bnins et 1/3 phochromocytome. Lanalysedune cohorte de 36 tumeurs (15CS, 11AB, 5MC et 5CO) esten cours. Lexpression du rcepteur (PTH/PTHrP) est prsentedans 100 % des chantillons et dans H295R. 2) Analyse parimmunohistochimie met en vidence un signal positif de laprotine dans les cellules H295R et les tumeurs malignes ; laide des anticorps spcifiques anti-N-Terminal de PTHrP etlanticorps monoclonal rcepteur R1. 3) Les Voies de Signalisa-tion : Dans les cellules H 295R : Le fragment N-terminal PTHrPentrane une augmentations du Calcium intracellulaire mesurpar la mthode Fura.

    Conclusion : La PTHrP est exprime fortement dans certainestumeurs corticosurrnaliennes malignes et la ligne H295R.Nous valuerons dans cette ligne le rle de la PTHrP endo-gne laide de lanticorps spcifique anti PTHrP et les anta-gonistes du rcepteur sur la prolifration cellulaire et largulation de la synthse des hormones strodiennes.

    P174 CHORIOCARCINOME SURRNALIEN BILATRAL : UN JEU DE PISTE SANS SOLUTION ?

    C. Trastour(1), A. Rahili(2), A. Chevallier(3), J.-L. Bernard(2), A. Bongain(1), A. Thyss(4), J.-L. Sadoul(5)

    (1) Service de Gyncologie-Obsttrique, CHU de Nice.(2) Service de Chirurgie Digestive et Cancrologique, CHU de Nice.(3) Laboratoire dAnatomo-Pathologie, CHU de Nice.(4) Dpartement dOncologie-Mdicale, Centre Antoine Lacassagne, Nice.(5) Service dEndocrinologie-Reproduction, CHU de Nice.

    Les tumeurs trophoblastiques gestationnelles (TTG) incluentmoles hydatiformes, tumeurs placentaires et choriocarcinomes(CC) daprs grossesse. Dautres tumeurs cellules germinales(TCG) sont testiculaires ou extra-gonadiques.

    Observation : Lchographie pour btaHCG leve dunefemme de 29 ans (avec une fille de 3 ans), a rvl labsence degrossesse, danomalie pelvienne, et des masses surrnaliennesbilatrales. Ces masses confirmes au scanner (5-7 cm) corres-pondaient aprs ponction (bilan hormonal ngatif) un CC.Bilan dextension, dosage de LDH et dAFP taient ngatifs.Aprs 4 cycles de blomycine-cisplatine-toposide la btaHCGchutait (13 000 118 UI/l), sans altration du scanner. Aprs ex-rse bilatrale, lhistologie confirmait le CC. Le caryotype tumoraltait droite : 46,XX~48,XX,add (10) (p15),+1~2dmin[cp7] ; et gauche : 46,XX. La btaHCG, indosable ds aprs lexrse, lerestait 1 an aprs. Discussion physiopathologique : La cytog-ntique na pu distinguer entre TTG (avec contribution pater-

  • Congrs de la SFE Strasbourg 2005 Ann. Endocrinol.

    472

    nelle au gnome tumoral) et TCG non gestationnelle (lecaryotype 46,XX gauche refltant celui de la patiente ou desa fille). Une origine gestationnelle supposerait une diffusionaux surrnales puis la rgression dune tumeur intra-utrinepralable et une volutivit faible. Aucune TCG non gestation-nelle surrnalienne est connue. Les TCG extra-gonadiquessont sutout expliques par une anomalie de migration des cel-lules germinales ; ou par la diffrenciation trophoblastique decellules totipotentes, la rtrodiffrenciation de cellules carcino-mateuses ou la rgression spontane dune TCG testiculairemtastatique ( burn-out tumor ). Lorigine des cellules can-creuses nest ici pas connue, malgr son impact thrapeuti-que et pronostique. La normalisation du taux de btaHCGaprs chirurgie semble attester cependant du caractre isolde ces CC surrnaliens.

    P175 TUDE FONCTIONNELLE DUNE MUTATION PARTICULIRE DE LA SOUS UNIT RGULATRICE R1A DE LA PKA (PRKAR1A) DANS UN TABLEAU SVRE DE COMPLEXE DE CARNEY (CNC)

    L. Cazabat(1), G. Fumey(1), K. Perlemoine-Hcal(1), M. Rizk-Rabin(1), Z. Bouizar(1), E. Jullian(1), X. Bertagna(1), L. Groussin(1), J. Bertherat(1)

    (1) Dpartement dEndocrinologie, INSERM U567, Institut Cochin & Universit Paris 5.(2) Service dAnatomie Pathologique, Hpital Cochin, Paris, France.

    Le complexe de Carney (CNC) est une noplasie endocriniennemultiple de transmission autosomique dominante associant desmyxomes, des tumeurs cutanes pigmentes et endocrines (hy-pophyse, thyrode, surrnale). Dans 45 % 80 % des cas indexest retrouve une mutation du gne PRKAR1A localis en 17q22-24. Ces mutations inactivatrices gnrent un ARNm instable d-grad par Nonsense Mediated mRNA Decay (NMD). Nous avonsrapport la seule mutation connue ce jour chappant cetteobservation et conduisant lexpression dune protine tronqueR1Ad184-236. Les deux patients portant cette mutation ont pr-sent un CNC trs svre avec de multiples atteintes ; lun est d-cd dun cancer du pancras. Le but de ce travail est de prciserles consquences fonctionnelles de ce mutant sur lactivit trans-criptionelle et le traffic intracellulaire de PRKAR1A. Pour ceci nousavons ralis des transfections transitoires dun vecteur dexpres-sion de PRKAR1A sauvage ou mute (R1Ad184-236) et dungne rapporteur contenant un CRE (cAMP respons element) dansles cellules COS-7 et somatotropes GC. Lactivit basale et surtoutstimule par la forskoline du CRE est augmente de faon signi-ficative dans les cellules transfectes avec le mutant R1Ad184-236. La localisation cellulaire de PRKAR1A a t tudie par lex-pression transitoire dans les cellules H293 et H295R de protinesde fusion GFP-R1A sauvage et GFP-R1Ad184-23. En microscopieconfocale la distribution des deux constructions est principale-ment cytopasmique. La protine sauvage est cependant de distri-bution htrogne, concentre sur des structures en coursdidentification, par rapport une distribution plus diffuse de laprotine GFP-R1Ad184-236.En conclusion ces premiers rsultats suggrent une stimulationanormale de la transcription dpendante de lAMPc et uneperturbation du traffic intracellulaire de PRKAR1A induite parle mutant R1Ad184-236 responsable dune forme trs agres-sive de CNC.

    P176 ALTRATION DE LEXPRESSION DE LA PROTINE KINASE A (PKA) DANS LES TUMEURS CORTICOSURRNALIENNES : LINACTIVATION DE LA SOUS-UNIT RGULATRICE R2B DFINIT UN SOUS-GROUPE DADNOMES SCRTANT DU CORTISOL

    L. Cazabat(1), K. Perlemoine(1), G. Fumey(1), F. Tissier(1), X. Bertagna(3)

    (1) Institut Cochin, Dpartement dEndocrinologie, Paris.(2) Service dEndocrinologie, CHU Htel-Dieu, Nantes.(3) Service dEndocrinologie, CHU Cochin, Paris.(4) Rseau Comte.

    Introduction : La PKA est un lment cen

Recommended

View more >