I Les torches II Les lampes à mèche III Les chandelles et les bougies IV Les lampes à Pétrole V Les lampes à Gaz VI Les lampes électriques VII Le futur.

Download I Les torches II Les lampes à mèche III Les chandelles et les bougies IV Les lampes à Pétrole V Les lampes à Gaz VI Les lampes électriques VII Le futur.

Post on 03-Apr-2015

102 views

Category:

Documents

0 download

TRANSCRIPT

  • Page 1
  • Page 2
  • I Les torches II Les lampes mche III Les chandelles et les bougies IV Les lampes Ptrole V Les lampes Gaz VI Les lampes lectriques VII Le futur de l'clairage
  • Page 3
  • L'homme du palolithique utilisait la lumire naturelle pour aller dans les cavernes. Le silex lui permettait de faire le feu, mais pour brler du bois, et faire durer la flamme, il a fallu la combiner avec du combustible. De la paille, de la graisse animale, et tout ce qui pouvait donner une flamme continue, persistant le plus longtemps possible l'cart du foyer principal. Ce simple assemblage constituant la torche allait prendre plusieurs milliers d'annes encore. Il fallut attendre l'antiquit pour que cette torche primitive se perfectionne encore un peu grce des tissus imprgns de souffre, de salptre et d'une rsine noire et gluante appele la poix. Grce cette rsine, les torches duraient bien plus longtemps mais leur combustion dgagait une telle fume qu'on les rservait des utilisations extrieures
  • Page 4
  • Ces premires lampes utiliseront toutes sortes de graisses d'abord animales, puis vgtales, plus fines et plus liquides mais galement plus rares. Les modes d'clairage seront, pendant une trs longue priode s'talant de l'antiquit au moyen ge, uniquement pourvus par ces lampes huile. Cette invention, ne d'une ncessit devenue vitale de s'clairer, va progressivement passer de l'tat "d'objets utilitaires", uniquement destins cet usage, des lampes plus raffines, faonnes, dcoratives. L'origine des graisses et des huiles varie selon les rgions et les pays, sur les littoraux on utilisera des produits de la mer, de l'levage ou des huiles vgtales (mais, olive, colza...) qui varieront selon les cultures locales. Les mches sont tresses, files, tisses, ou torsades partir de fibres vgtales, lin, chanvre, laine ou coton qui alimenteront la flamme par capillarit, plonges dans le rcipient qui contiendra le combustible.
  • Page 5
  • Durant des sicles, le jonc a t utilis pour faire des chandelles. Fendu avec prcaution pour ne pas en abimer la moelle, il tait tremp dans de la graisse vgtale ou animale qu'on laissait ensuite durcir. On le faisait brler dans des brle-joncs. En Occident, partir du Moyen ge la chandelle rivalise avec la lampe huile. Cette dernire a l'inconvnient de rclamer une attention constante : il faut la remplir rgulirement, couper et remonter la mche qui charbonne, nettoyer l'huile qui coule. La chandelle, seulement constitue d'une mche entoure de suif de buf ou de mouton, est plus pratique sans tre excessivement chre (mais elle est taxe et l'huile reste plus conomique). Moins de liquide qui se renverse, de flamme ajuster, de rservoir remplir. Mais le suif coule et graisse les doigts, la flamme demeure jaune et fumeuse, il faut toujours entretenir la mche qui finit par charbonner.
  • Page 6
  • Les lampes Ptrole utilisent en fait du krosne. A partir de 1853 la dcouverte de champs ptroliers et les recherches permettant la distillation du ptrole (ou huile minrale) permettent de produire un driv : le krosne; un produit trs pris par les constructeurs puisqu'il offre l'norme avantage de trs bien monter par capillarit dans les mches. On en revient des lampes d'une parfaite simplicit devenus de simples ornementations rduites trois pices : le rservoir, la mche, et le bec.
  • Page 7
  • Tandis qu'au dbut du 19 me sicle l'clairage l'huile tendait doucement vers la perfection, l'clairage au gaz, que certains intrpides avaient commenc mettre au point, connaissait ses premiers balbutiements. Dans le mme temps, d'autres inventeurs s'employaient perfectionner des lampes huile dites de sret, destines aux mines, pour prvenir un danger trs particulier : l'explosion due au grisou. La concomitance des deux exprimentations est d'autant plus intressante : pendant que certains chercheurs menaient des travaux pour viter tout contact du gaz de charbon avec la flamme pour en faire des lampes, d'autres concentraient leurs efforts pour utiliser ce mme gaz pour fournir de la lumire.
  • Page 8
  • Ds 1813, le chimiste Anglais Humphry Davy va russir le prodige de faire natre au cours d'une exprience un arc lectrique blouissant en utilisant la dcharge lectrique d'une pile trs puissante entre deux fils conducteurs termins par deux crayons de charbons de bois. Le phnomne se produisit dans un flacon de cristal dans lequel il avait fait le vide. Le chimiste se consacrera galement par la suite la recherche exprimentale des lampes de mines. Un domaine dans lequel il deviendra galement minemment clbre en ralisant les tout premiers modles de lampes de sret protgeant leur flamme du tristement clbre grisou qui faisait de si nombreuses victimes dans les mines de charbon. Il faudra attendre 1844 pour que Lon Foucault adopte cette dcouverte et songe l'employer pour fournir de la lumire en remplaant le vide du cristal de Davy par un gaz conducteur de courrant.
  • Page 9
  • Des architectes Anglais tyravaillent sur un prototype Utilisons nos pieds pour clairer les rues .Le simple fait de marcher pourrait faire fonctionner 30 ampoules lctriques! Un cabinet d'architect anglais a relev le dfi. Il s'agit d'escaliers quips d'un dispositif hydrolique et piezo-lctrique. Ds qu'une presonne pose son pied sur une marche, le mouvement est de 6 8 watts. Le halls de la gare Victoria Londres , voit passer 34 000 usagers aux heures de pointe. On doit pouvoir recycler 30 50 % d'nergie, et alimenter 6 500 ampoules. D'autant que les pas de l'Homme sont non-polluants et renouvelables l'infini!

Recommended

View more >