l'accident de fukushima daiichi

Download L'accident de Fukushima Daiichi

Post on 01-Jan-2017

216 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Laccident de Fukushima Daiichi

    Rapport du Directeur gnral

  • Les tats ci-aprs sont Membres de lAgence internationale de lnergie atomique :

    AFGHANISTAN AFRIQUE DU SUD ALBANIE ALGRIE ALLEMAGNE ANGOLA ARABIE SAOUDITE ARGENTINE ARMNIE AUSTRALIE AUTRICHE AZERBADJAN BAHAMAS BAHREN BANGLADESH BLARUS BELGIQUE BELIZE BNIN BOLIVIE, TAT

    PLURINATIONAL DE BOSNIE-HERZGOVINE BOTSWANA BRSIL BRUNI DARUSSALAM BULGARIE BURKINA FASO BURUNDI CAMBODGE CAMEROUN CANADA CHILI CHINE CHYPRE COLOMBIE CONGO CORE, RPUBLIQUE DE COSTA RICA CTE DIVOIRE CROATIE CUBA DANEMARK DJIBOUTI DOMINIQUE GYPTE EL SALVADOR MIRATS ARABES UNIS QUATEUR RYTHRE ESPAGNE ESTONIE TATS-UNIS

    DAMRIQUE THIOPIE FDRATION DE RUSSIE FIDJI FINLANDE FRANCE GABON

    GORGIE GHANA GRCE GUATEMALA GUYANA HATI HONDURAS HONGRIE LES MARSHALL INDE INDONSIE IRAN, RP. ISLAMIQUE D IRAQ IRLANDE ISLANDE ISRAL ITALIE JAMAQUE JAPON JORDANIE KAZAKHSTAN KENYA KIRGHIZISTAN KOWET LESOTHO LETTONIE LEX-RPUBLIQUE YOUGOSLAVE

    DE MACDOINE LIBAN LIBRIA LIBYE LIECHTENSTEIN LITUANIE LUXEMBOURG MADAGASCAR MALAISIE MALAWI MALI MALTE MAROC MAURICE MAURITANIE MEXIQUE MONACO MONGOLIE MONTNGRO MOZAMBIQUE MYANMAR NAMIBIE NPAL NICARAGUA NIGER NIGERIA NORVGE NOUVELLE-ZLANDE OMAN OUGANDA OUZBKISTAN PAKISTAN

    PALAOS PANAMA PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINE PARAGUAY PAYS-BAS PROU PHILIPPINES POLOGNE PORTUGAL QATAR RPUBLIQUE ARABE

    SYRIENNE RPUBLIQUE

    CENTRAFRICAINE RPUBLIQUE DE MOLDOVA RPUBLIQUE DMOCRATIQUE

    DU CONGO RPUBLIQUE DMOCRATIQUE

    POPULAIRE LAO RPUBLIQUE DOMINICAINE RPUBLIQUE TCHQUE RPUBLIQUE-UNIE DE

    TANZANIE ROUMANIE ROYAUME-UNI

    DE GRANDE-BRETAGNE ET DIRLANDE DU NORD

    RWANDA SAINT-MARIN SAINT-SIGE SNGAL SERBIE SEYCHELLES SIERRA LEONE SINGAPOUR SLOVAQUIE SLOVNIE SOUDAN SRI LANKA SUDE SUISSE SWAZILAND TADJIKISTAN TCHAD THALANDE TOGO TRINIT-ET-TOBAGO TUNISIE TURQUIE UKRAINE URUGUAY VENEZUELA,

    RP. BOLIVARIENNE DU VIET NAM YMEN ZAMBIE ZIMBABWE

    Le Statut de lAgence a t approuv le 23 octobre 1956 par la Confrence sur le Statut de lAIEA, tenue au Sige de lOrganisation des Nations Unies, New York ; il est entr en vigueur le 29 juillet 1957. LAgence a son Sige Vienne. Son principal objectif est de hter et daccrotre la contribution de lnergie atomique la paix, la sant et la prosprit dans le monde entier .

  • GC(59)/14

    LACCIDENT DE FUKUSHIMA DAIICHI

    RAPPORT DU DIRECTEUR GNRAL

  • AVANT-PROPOS

    par Yukiya Amano Directeur gnral

    Le prsent rapport est une valuation des causes et consquences de laccident survenu le 11 mars 2011 la centrale nuclaire de Fukushima Daiichi au Japon. Provoqu par un gigantesque tsunami qui a suivi un violent sisme, cet accident est le pire jamais arriv dans une centrale nuclaire depuis la catastrophe de Tchernobyl en 1986.

    Le rapport examine les facteurs humains, organisationnels et techniques et vise faire comprendre ce qui sest pass et les causes des vnements, afin que les gouvernements, les organismes de rglementation et les exploitants des centrales nuclaires du monde entier puissent donner suite aux enseignements ncessaires qui en seront tirs. Les mesures prises aprs laccident, tant au Japon qu lchelle internationale, sont aussi passes en revue.

    Il convient de ne pas ngliger le formidable impact de laccident de Fukushima Daiichi sur les populations. Plus de 100 000 personnes ont t vacues en raison du rejet de radionuclides dans lenvironnement. Au moment de ltablissement du prsent rapport, en 2015, nombre dentre elles ne pouvaient toujours pas regagner leurs foyers.

    Je me suis rendu la centrale de Fukushima Daiichi quelques mois aprs laccident et jai vu de mes propres yeux limpact puissant et destructeur du tsunami. Ce fut une exprience choquante qui donne rflchir.

    Cependant, jai t profondment impressionn par le courage et le dvouement des travailleurs et des responsables qui sont rests leur poste aprs larrive du tsunami et qui ont lutt, dans des conditions effroyables, pour reprendre le contrle des racteurs touchs. Ils ont d improviser une intervention dans des circonstances auxquelles ils navaient pas t prpars, souvent sans le matriel appropri. Ils mritent notre respect et notre admiration.

    Un facteur majeur qui a contribu laccident a t le postulat largement rpandu au Japon selon lequel les centrales nuclaires de ce pays taient si sres quun accident de cette ampleur tait tout simplement impensable. Les exploitants des centrales nuclaires y adhraient et ni les organismes de rglementation ni le gouvernement ne le remettaient en question. Par consquent, en mars 2011, le Japon ntait pas suffisamment prpar faire face un accident nuclaire grave.

    Laccident de Fukushima Daiichi a mis en lumire certaines dfaillances du cadre rglementaire japonais. Plusieurs organismes se partageaient les responsabilits et on ne savait pas toujours trs bien qui tait responsable de quoi.

    La conception des centrales, les dispositions concernant la prparation et la conduite des interventions durgence et la planification de la gestion dun accident grave laissaient aussi un peu dsirer. On tait parti de lhypothse que dans une centrale nuclaire il ny aurait jamais de perte totale de lalimentation lectrique pendant plus quun court laps de temps. La possibilit que plusieurs racteurs dune mme installation se trouvent en situation de crise au mme moment navait pas t envisage. De plus, il navait pas t suffisamment prvu quun accident nuclaire puisse survenir au mme moment quune catastrophe naturelle majeure.

    Depuis laccident, le Japon a rform son systme rglementaire pour quil soit davantage conforme aux normes internationales. Il a attribu aux organismes de rglementation des responsabilits plus claires et des pouvoirs renforcs. Le nouveau cadre rglementaire sera examin par des experts internationaux dans le cadre dune mission du Service intgr

  • dexamen de la rglementation de lAIEA. Les dispositions concernant la prparation et la conduite des interventions durgence ont aussi t consolides.

    Dautres pays ont pris des mesures aprs laccident qui ont consist notamment effectuer des tests de rsistance pour rvaluer la conception de leurs centrales nuclaires face des alas naturels extrmes susceptibles daffecter leur site, installer des sources dnergie lectrique de secours ainsi que des conduites dapprovisionnement en eau supplmentaires et renforcer la protection des centrales contre les vnements externes extrmes.

    Bien que la sret nuclaire relve toujours de la responsabilit de chaque pays, les accidents nuclaires ne connaissent pas de frontires. Laccident de Fukushima Daiichi a soulign limportance vitale dune coopration internationale efficace, dont lAIEA est un acteur majeur. Nos tats Membres ont adopt le Plan daction de lAIEA sur la sret nuclaire quelques mois aprs laccident et mettent en uvre ses dispositions de grande porte pour amliorer la sret nuclaire dans le monde.

    LAIEA, qui a fourni au Japon un appui technique et un savoir-faire particulier aprs laccident et a communiqu au monde des informations sur la crise en cours, a rexamin et amlior ses propres procdures dintervention face une situation durgence nuclaire. Notre rle en pareille circonstance a t toff pour que nous puissions en analyser les consquences potentielles et prsenter des scnarios possibles quant lvolution dune crise.

    Les normes de sret de lAIEA sont lexemple mme dun consensus international sur ce qui constitue un niveau de sret lev. Aprs laccident, elles ont t rexamines par la Commission des normes de sret. Quelques modifications ont t proposes et adoptes. Jencourage tous les pays appliquer ces normes dans leur intgralit.

    Les examens par des pairs de lAIEA ont un rle dcisif jouer dans le domaine de la sret nuclaire travers le monde, car ils permettent aux pays de bnficier des points de vue indpendants dexperts internationaux de premier plan qui reposent sur le cadre de rfrence commun constitu par les normes de sret de lAIEA. Ils portent sur des questions comme la sret dexploitation des centrales nuclaires, lefficacit des organismes de rglementation et la conception des sites de centrales nuclaires face certains dangers. Nous avons renforc notre programme dexamen par des pairs depuis laccident et continuerons de le faire.

    Je suis convaincu que laccident de Fukushima Daiichi aura pour effet de mettre davantage laccent sur la sret nuclaire, quel que soit le lieu. Jai constat que des amliorations avaient t apportes aux mesures et procdures de sret dans toutes les centrales nuclaires que jai visites. Il est largement admis que tout ce qui est humainement possible doit tre fait pour quun tel accident ne se reproduise plus jamais. Ceci est dautant plus primordial que llectronuclaire est appel se dvelopper encore plus dans les dcennies venir.

    Aucun pays ne doit cder lautosatisfaction en matire de sret nuclaire. Certains des facteurs qui ont contribu laccident de Fukushima Daiichi ne sont pas propres au Japon. Lexercice permanent de lesprit critique et de laptitude apprendre de lexprience est la base de la culture de sret et indispensable pour quiconque travaille dans llectronuclaire. La sret doit toujours venir en premier.

    Jexprime ma gratitude aux experts de nombreux pays et organisations internationales qui ont contribu au prsent rapport, ainsi qu mes collgues de lAIEA qui lont rdig et rvis. Jespre que ce rapport et les volumes techniques dont il est assorti aideront tous les pays qui recourent, ou prvoient de recourir, llectronuclaire continuer inlassablement damliorer la sret.

  • REMERCIEMENTS

    Une assistance financire a t fournie par le Canada, les tats-Unis dAmrique, la Fdration de Russie, le Japon et le Royaume-Uni.

    Des contributions en nature ont t reues des pays suivants : Afrique du Sud, Allemagne, Argentine, A

Recommended

View more >