664 Neuropathie optique bilatérale cécitante secondaire à une leptospirose : à propos d’un cas

Download 664 Neuropathie optique bilatérale cécitante secondaire à une leptospirose : à propos d’un cas

Post on 05-Jan-2017

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<ul><li><p>114e Congrs de la Socit Franaise d'Ophtalmologie J. Fr. Ophtalmol.</p><p>COMMUNICATIONS AFFICHESDMES PAPILLAIRES</p><p>1S202</p><p>664Neuropathie optique bilatrale ccitante secondaire une leptospirose : propos dun cas.Blinding bilateral optic neuropathy caused by leptospirosis: one case report.BOUTAALLA J*, ZONGO PD, BHALIL S, ALMASBAHI I, BENAATIYA I, TAHRI H (Fs, Maroc)</p><p>Introduction : La leptospirose est une anthropozoonose due des spirochtes dugenre leptospires. Elle prsente un large spectre de manifestations cliniques :hpato-rnales, neurologiques, cutanes et hmorragiques. Latteinte ophtalmologi-que est inhabituelle.Matriels et Mthodes : Nous rapportons un cas de neuropathie optique gravebilatrale secondaire la leptospirose.Observation : Il sagit dun homme g de 51 ans avec notion de contact avec leseaux souilles qui prsente depuis 10 jours un ictre fbrile avec pistaxis secon-daire une leptospirose confirme par un test de micro-agglutination. Lvolutionaprs traitement (Pnicilline G) est marque par une baisse de lacuit visuelle bila-trale, pour laquelle le patient na consult quun mois plus tard. Lexamenobjective : une acuit visuelle chiffre 6/10e au niveau de lil droit et la percep-tion lumineuse au niveau de lil gauche. Au niveau des 2 yeux, lexamen trouve unehyperhmie conjonctivale, un segment antrieur normal avec au fond dil undme papillaire stade 4 isol. Le champ visuel est altr avec effondrement diffusde la sensibilit. Aprs avoir limin les autres tiologies des dmes papillaires, ona dmarr une corticothrapie par voie intra veineuse avec relais par voie orale.Lvolution est marque par la rgression de ldme papillaire avec diminution delacuit visuelle stabilise au dcompte des doigts 4 mtres au niveau de lil droitet 3 mtres au niveau de lil gauche.Discussion : Les manifestations ophtalmologiques de la leptospirose sont peu com-munes. Elles sont domines par lhyperhmie conjonctivale, luvite et la vascularitertinienne. La neuropathie optique est rarement rapporte dans la littrature. Sonpronostic est dautant plus rserv que la prise en charge thrapeutique est tardivecomme cest le cas de notre patient.Conclusion : Devant une leptospirose un examen ophtalmologique doit tre syst-matique pour dceler une atteinte telle que la neuropathie optique qui peut mettreen jeu le pronostic visuel.</p><p>665Neurortinite rvlant la maladie de Lyme chez un enfant.Neuroretinitis revealing a Lyme disease in a child.CHAABOUNI CHAKER N*, TURKI F, BOURAOUI R, HASNAOUI W, MRABET I, GUENDIL C, MGHAIETH F, EL MATRI L (Tunis, Tunisie)</p><p>But : Rapporter un cas de maladie de Lyme rvle par une neurortinite chez unenfant.Matriels et Mthodes : Enfant dorigine nord africaine (Tunisie) immunocomptentadress pour baisse brutale de la vision de lil droit, sans douleur ni rougeur.Linterrogatoire note la survenue de cphales et darthralgies depuis 2 semainesainsi quune uvite antrieure de lil droit apparue un mois avant lpisode actuelet qui a bien volue sous traitement local. Lexamen de lil droit trouve une acuitvisuelle 3/10, un segment antrieur calme, de rares cellules dans le vitr et au fonddil un dme papillaire stade II associ de fins exudats maculaires. Lexamende lil gauche tait sans particularit. Une angiographie rtinienne la fluorescineainsi quun champ visuel taient effectus. Lexamen pdiatrique, neurologique ainsique lIRM crbrale taient normaux. La srologie de la maladie de Lyme tait posi-tive dans le sang. Le diagnostic de neurortinite associe la maladie de Lyme at retenu et le patient a bnfici dune antibiothrapie par voie intraveineuse asso-cie 3 boli de solumdrol. Lvolution a t favorable, avec rcupration totale delacuit visuelle de lil droit.Discussion : Latteinte neuro-ophtalmologique au cours de la maladie de Lyme estpeu frquente. Elle survient classiquement au cours de la phase prcoce de la mala-die, probablement en rapport avec un passage privilgi de la barrire hma-toencphalique par le spirochte. Un diagnostic et une prise en charge prcoce delaffection permettent dviter de passer aux stades avancs de complications.Conclusion : La neurortinite est un mode de rvlation rare de la maladie de Lyme,celle ci doit donc tre systmatiquement recherche devant toute neurortinite, par-ticulirement chez les enfants.</p><p>666Neuropapillite rvlatrice dune maladie de Behet : propos dun cas.Behcets disease revealed by a neuropapillitis. A case report.BURELLE X*, DOT C, LE CORRE A, MEURIE D, WARY P, MAY F (Metz)</p><p>Introduction : La maladie de Behet est une pathologie inflammatoire multisystmi-que chronique dont latteinte oculaire peut tre une circonstance de dcouverte dia-gnostique.Objectifs et Mthodes : Nous rapportons le cas dun homme de 31 ans, doriginemditerranenne, consultant en urgence pour une baisse dacuit visuelle constatele matin au rveil sur lil gauche. Le fond dil retrouvait un dme papillaire uni-latral, saillant, rouge-orang, avec une microhmorragie interpapillo-maculaire.Langiographie confirmait le diagnostic de papillite. Une corticothrapie a t initie,avec des bolus de 500 mg (IV) pendant 3 jours suivit dune corticothrapie oraledbute 1 mg/kg puis dgressive. Lvolution a t rapidement favorable avecrcupration dune acuit visuelle 10/10 et simplement une dyschromatopsiesquellaire. Paralllement, le bilan tiologique retrouvait lexpression dun gne HLAB51 et la reprise de linterrogatoire retrouvait la notion daphtose bipolaire. Uneconsultation de mdecine interne fut alors ralise. Le diagnostic de maladie deBehet fut pos par linterniste devant lassociation : HLA B51, aphtose bipolaire etune atteinte cutane de type pseudo-folliculite. Un traitement immuno-supresseurpar mthotrexate et colchimax a dbut. La papillite a t rapidement rgressive etil ny a pas eu ce jour de nouvelle pousse inflammatoire oculaire.Discussion : Les neuropathies optiques inflammatoires sont des pathologies nonrares, habituellement de bon pronostic et parfois rvlatrices de pathologies gn-rales (le plus souvent de maladie dmylinisante). Plus rarement, une papillite peuttre rvlatrice dune maladie de Behet, dont la rapidit de prise en charge va enga-ger le pronostic visuel. En effet, les manifestations oculaires de cette maladie en fontsa gravit. Il sagit le plus souvent duvites antrieure, mais surtout postrieure. Lesmanifestations neuro-ophtalmologiques sont plus rares (14 20 % des cas), avec leplus souvent une papillite voluant sur un mode chronique. Le traitement repose surla corticothrapie systmique en cas de pousses inflammatoire, associ un trai-tement immuno-supresseur.Conclusion : Le cas de ce patient illustre quune papillite aigu peut tre rvlatricedune maladie de Behet, justifiant les explorations cliniques et paracliniques ra-liser devant toute papillite.</p><p>667Neurortinite stellaire dans le cadre dune maladie de Behet.Stellar Neuroretinitis in Behcets disease.CLAISSE AS*, BETERMIEZ P, SUDZINSKI J, CRETU I, DEFOSSEY T, MILAZZO S (Amiens)</p><p>Introduction : La maladie de Behet est une vascularite inflammatoire, multisyst-mique, rare et dtiologie inconnue. Les atteintes oculaires sont prsentes dans envi-ron 75 % des cas et la neurortinite est retrouve dans 20 % des cas. La maladiede Behet est frquente lest du bassin mditerranen et au japon. Il existe unterrain immunitaire prdisposant, dans la population prsentant lantigne HLA B51.(sex ratio = 2 hommes/1 femme).Objectifs et Mthodes : Il sagit du cas dune patiente de 53 ans, dorigine turque,avec pour antcdent une hpatite B. La patiente prsente une acuit visuelle voit la main bouger du ct gauche pour 10/10e (score EDTRS = 85) du ct droit.Le fond dil montre un dme papillaire, des exsudats maculaires stellaires et desartres cuivres. Le bilan inflammatoire et srologique est ngatif. Nous retrouvons lOCT un dcollement sreux rtinien et langiographie montre une hyperfluores-cence papillaire et une vascularite. Lexamen gnral retrouve une aphtose gnra-lise. Le diagnostic de maladie de Behet est retenu. Un traitement parimmunosuppresseurs est instaur avec une rponse positive.Discussion : Dans la plupart des cas, latteinte oculaire se caractrise par une uviteantrieure hypopion. Latteinte du nerf optique peut tre due une inflammationdu ple postrieur lors dune neurortinite, une vascularite touchant les artrioles dunerf optique, un syndrome dhypertension intracrnienne, une inflammation des gai-nes du nerf optique lors dune mningioencphalite. LOCT permet de rechercher undme du ple postrieur. Langiographie rtinienne a un triple intrt : de confirmerun dme papillaire, dorienter vers son tiologie ischmique ou inflammatoire et derechercher une vascularite. Des manifestations cliniques peuvent tre associes. Lediagnostic de certitude est apport par la positivit dHLA B51. Le traitement de lamaladie de Behet est controvers entre la corticothrapie et lesimmunosuppresseurs. Le pronostic des atteintes du nerf optique reste pjoratif.</p></li></ul>

Recommended

View more >