Métastase surrénalienne d’un carcinome thyroïdien différencié à propos d’un cas et revue de la littérature

Download Métastase surrénalienne d’un carcinome thyroïdien différencié à propos d’un cas et revue de la littérature

Post on 30-Dec-2016

215 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 324 SFE Toulouse 2012 / Annales dEndocrinologie 73 (2012) 306335

    Discussion. Sergermann J. (1991) dcrit leffet inhibiteur de lALA sur laconversion priphrique de T4 en T3 chez des patients sous T4.Il faut vrifier toute prise dALA en cas dhyperthyrodie chez un cancreuxrecevant ou non du Lvothyrox et inclure une surveillance thyrodienne despatients sous ALA.http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2012.07.311

    P164Manifestation cutane rare au cours de la maladie deBasedow : rythme annulaire centrifugeH. Zaddouq a,, R. Zermouni a, K. Hakkou a, S. El Moussaoui a,A. Boudhas b, M. Oukabli b, A. Albouzidi b, G. Belmejdoub aa Service dendocrino-diabtologie, hpital militaire dinstructionMohamed-V, Rabat, Marocb Service danatomopathologie, hpital militaire dinstruction Mohamed-V,Rabat, Maroc

    Auteur correspondant.Introduction. La maladie de Basedow est une maladie auto-immune spcifiquedorgane, qui constitue la cause la plus frquente des hyperfonctionnementsthyrodiens. Son association lrythme annulaire centrifuge (EAC) est rare.Nous rapportons le cas dune patiente prsentant un EAC au cours dune rcidivede la maladie de Basedow.Observation. Patiente de 41 ans, suivie pour maladie de Basedow sous trai-tement mdical. Lvolution a t favorable, la dose du carbimazole a trduite lors du traitement dentretien avec ajout de L-Thyroxine pour maintenirleuthyrodie et ce durant 24 mois.La malade est reste en euthyrodie pendant un an aprs arrt du traitementmdical, puis a reprsent des signes de thyrotoxicose avec TSH freine, etFT4 leve. Le traitement mdical a t repris avant de proposer lirathrapie.Au cours de cet pisode dhyperthyrodie, lexamen clinique rvle des lsionsdapparition rcente au niveau des membres et de labdomen, de morpholo-gie annulaire, rythmato-papuleuses, prurigineuses et dvolution centrifuge. lexamen histologique, on note la prsence dun infiltrat lymphocytaire enmanchon privasculaire et periannexielle, sans vascularite, voquant un EAC.Discussion. LEAC est une dermatose frquemment associe de nom-breuses pathologies ou rvlatrices de ces dernires, si certaines sont classiques :infectieuses, mdicamenteuses, noplasiques, lupiques, dautres telles que lesdysthyrodies sont exceptionnelles. Trois cas dEAC et pathologie thyrodienne(maladie de Basedow, hypothyrodie et thyrodite de Hashimoto) ont t dcritsdans la littrature.Cette observation conforte le concept dauto-immunit sous-jacente de lEACet nous suggre devant tout EAC la recherche systmatique dune pathologiethyrodienne.http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2012.07.312

    P165Mtastase surrnalienne dun carcinome thyrodiendiffrenci propos dun cas et revue de la littratureL. Ahmed-Ali , F. ChentliService dendocrinologie et de maladies mtaboliques, CHU Bab El Oued,Alger, Algrie

    Auteur correspondant.Introduction. Les mtastases surrnaliennes des carcinomes diffrencis de lathyrode sont rares. Elles sont en gnral asymptomatiques et dcouvertes lorsdexplorations systmatiques. Elles tmoignent en gnral dune dissminationmtastasique de la maladie. Nous rapportons une observation et passerons enrevue les donne de la littrature.Observation. M.H. 55 ans, porteuse dun carcinome diffrenci de la thyrode.Le type histologique exact na pu tre prcis. La patiente a subi une thyrodec-tomie totale en 2 temps. Ltude histologique des 2 pices opratoire ntait pasconcluante. La biopsie dune mtastase pulmonaire a conclu lorigine thyro-dienne avec un taux de TG lev. Le bilan dextension a objectiv de multipleslocalisations secondaires : pulmonaires, osseuses multiples et des mtastases sur-rnaliennes bilatrales objectivs lors dun examen TDM (droite de 32 27 m

    et gauche de 24 26 mm). Une biopsie surrnalienne droite a t effectue et aconclu des localisations secondaires dorigine thyrodienne. Elle a recu 2 curesdiode suivies de cures de radiothrapie. Les taux de thyroglobuline sont trslevs en d freination de lordre de 1504,2 ng/ml tmoignant de lvolutivitde la maladie.Conclusion. Les mtastases surrnaliennes des carcinomes thyrodiens sontpeu rapportes dans la littrature et sont souvent associes dautres localisa-tions secondaires. La biopsie surrnalienne permet de les rattacher la tumeurprimitive vu quelles fixent rarement liode radioactif.http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2012.07.313

    P166La survenue dune maladie de Basedow au cours du suividune thyrodite dHashimotoH. Marmouch , A. Baba , M. Jmal , O. Sallam , I. Khochtali , S. MahjoubService de mdecine interne-endocrinologie, EPS Fattouma Bourguiba,Monastir, Tunisie

    Auteur correspondant.Introduction. La thyrodite dHashimoto est une dune hypothyrodie (HypoT)auto-immune (AI). Lopothrapie continue et dfinitive constitue le traitementhabituel. Dans ce contexte, lapparition dune maladie de Basedow (MB) estparticulirement rare.Observation. Il sagit dune patiente ge de 31 ans, aux antcdentsfamiliaux de dysthyrodie, suivie pour thyrodite dHashimoto depuis 4 ans(TSH = 45 mUI/l et anticorps anti-peroxydase fortement positive). Lopothrapiesubstitutive la dose de 125g par jour de L-thyroxine a t rduiteprogressivement devant une symptomatologie et une biologie en faveur desurdosage. Un arrt de cette mdication aprs 6 mois est ncessaire. Uncontrle hormonale a objective une hyperthyrodie (HT) distance de larrtde lhormonothrapie (TSH = 0,001 mUI/l ; FT4 = 40 pmol/l). lexamen cli-nique on note une apparition dexophtalmie modre. Un goitre homogne estobjectiv lchographie. Le diagnostic de MB est confirm par la prsencedauto-anticorps (Ac) antircepteur de la TSH. Un traitement par irathrapie at planifi aprs prparation mdicale.Discussion. Lexplication de ce phnomne est attribue lexistence dAcstimulants, trs spcifiques de la MB, au cours des HypoT auto-immunes. Laprsence conjointe dAc bloquants explique leur silence initial. Une alternancesuccessive de phases dHypoT et dHT a t rapporte dans la littrature.Conclusion. Cette volution inhabituelle dune thyrodite dHashimoto sembleen rapport avec une modification alatoire du taux des Ac observs au cours desdysthyrodies AI. Un traitement radical permet dviter les fluctuations hormo-nales possibles lors de lapparition de MB au cours de lvolution de thyroditedHashimoto.http://dx.doi.org/10.1016/j.ando.2012.07.314

    P167Dtection de lEVB19 (Parvovirus B19) dans les thyrocytes,une tude cas tmoins : Basedow vs goitresC. Page a,, M.-W. Hoffmann b, M.-N. Benzerdjeb c, G. Duverlie d,H. Sevestre e, R. Desailloud fa ORL, CHU-UPJV dAmiens, Amiens, Franceb Service de virologie, UPJV, Amiens, Francec Service danatomopathologie, CHU-UPJV dAmiens, Amiens, Franced Service de virologie, UPJV dAmiens, Amiens, Francee Service de virologie, CHU-UPJV dAmiens, Amiens, Francef Service dendocrinologie-diabtologie-nutrition, CHU-UPJV dAmiens,Amiens, France

    Auteur correspondant.Les facteurs environnementaux tels que les virus sont possiblement impliqusdans la survenue des thyrodites auto-immunes. LEVB-19 a t mis en causepour les thyrodites dHashimoto mais aucune tude ne sest intresse lamaladie de Basedow.Objectif. tudier la prsence dEVB19 dans la circulation et dans des biopsiespriopratoires de Basedow (cas) et de thyrode multinodulaire (contrles).

Recommended

View more >