Numéros zero

Download Numéros zero

Post on 04-Dec-2014

324 views

Category:

News & Politics

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Un numro hors-srie de numroszro.com, le blog du master de journalisme de Gennevilliers.

TRANSCRIPT

<ul><li> 1. N U M EROS ZERO Hors-SrieLe Monde change, les ouvriers tiennent Presstalis, un constant renouvellement La guerre des messageries Se diversifier pour survivre Les mags vont bien merci !Tous sans papiers ?</li></ul><p> 2. Sommaire 3 Une messagerie de presse en constante muta on 4 Les chires de la distribu on de la presse 5 La guerre strile des messageries de presse 6 Le Monde change, les ouvriers ennent 8 Se diversier pour survivre 10 Relay dans la crise? 11 La Masterclass de S.Bribard 12 Ils simprovisent marchands de journauxLditopar Laura Bruneau et Christophe Ccil GarnierPRESSS DEN FINIR ? En France, la distribu on de la presse ne se fait pas comme ailleurs . Cest ce quexplique Stphane Bribard, directeur de la communica on externe de Presstalis. Ce nest pas sans poser quelques problmes. Les 500 personnes dont Presstalis s'est spar en 2013, dans le cadre d'un vaste plan de restructura on peuvent en t moigner. En 2014, ils seront 450 de plus. La socit de messagerie de presse doit relever de nombreux ds dans un contexte de crise du pa pier qui frappe tous les acteurs. Des kiosquiers, obligs de diversier leur ac vit, aux ouvriers de limprimerie, qui ont peur de voir disparatre leur ou l de travail. Et pourtant, ce e distribu on spcique notre pays permet une diversit formidable comme notre invit le prcisait : si demain vous voulez crer un magazine, vous avez le droit d'tre distri bu . Et bien allons y. 13 Distribu on, mode demploi 14 Les mags vont bien merci ! Directrice de rdac on : Sarah Benayoun Rdacteurs en chef : Ins Belgacem Mathilde Blin Secrtaires de rdac on : Christophe Ccil Garnier Marion Pell2 - Numros Zero - Hors-SrieJournalistes : Elise Saint Jullian Maxime Franois Yacine Taleb Romain Lambic Laura Bruneau Pauline Thuillot Anton Kunin 3. une messagerie de presse en constante mutation Presstalis est le premier distributeur de la presse en France. Il achemine dans les points de ventes 75 % de la presse na onale. Mdia s suite des grves successives, il mul plie les eorts pour faire face la crise de la presse et lrosion des ventes depuis une dizaine dannes. Presstalis est cre en 1947, sous le nom de Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne (NMPP). Son objec f est important : par ciper la diusion de la presse crite, confor mment la loi Bichet, en diusant quitablement et na o nalement les tres. Aujourdhui, lentreprise domine son march. Presstalis totalise 27 000 points de vente de presse na onale en France, et 15 000 points de vente en presse quo dienne rgionale dtaille Stphane Bribard, directeur de la communica on externe chez Presstalis. Mais pour faire face la crise, Presstalis a d se moderniser depuis les annes 80 en reme ant en cause son fonc on nement. Autre volu on depuis les annes 2000 : la naissance des journaux gratuits et leur inuence ont oblig Presstalis ragir. Depuis les annes 90, lentreprise se voit galement concurrence par les Messageries Lyonnaises de Presse (MLP). En 1999, deux hebdomadaires sont passs du ct des MLP. En 2006 et 2007 les rformes sacclrent. Il faut allger les structures, modier les rgles de fonc onne ment. Mais soixante ans aprs sa cra on, le dcit net de Presstalis slve 29 millions deuros. Les eorts se poursui vent avec la volont de grer le trop plein dinvendus dans les points de vente, mais aussi de mieux rguler la quan t et la prsence des tres dans les magasins. Modica on de la loi Bichet et aide nancire de ltat En 2011, le gouvernement rpond aux problmes de rgu la on du systme Presstalis en amnageant la loi Bichet. Le texte modie la gouvernance du systme de distribu on, la composi on du Conseil Suprieur des Messageries de Presse (CSMP) et met en place lAutorit de Rgula on de la Distribu on de la Presse. Ce e nouvelle organisa on rend le systme plus fonc onnel et plus rac f, et permet surtout de mieux faire excuter les dcisions du CSMP. En juillet 2012, des dcisions sont prises pour trouver des sources de nancement. Cela sest concr s par un accord tripar te entre les diteurs, les pouvoirs publics et Presstalis , souligne Stphane Bribard. Ltat franais distribue des aides la presse qui slvent 250 millions deuros pour Presstalis, an de se restructurer davantage.Des plans de dparts et des fusions Pourtant, cela nempche pas en 2013 le dpart sur la base du volontariat de 500 personnes sur les 1400 employs. Sui vront 500 autres employs en 2014. Une ncessit pour la messagerie, alors que le salaire de ses ouvriers est trs lev, entre 4200 5000 euros par mois. Pour le traitement des magazines, on a d supprimer plusieurs endroits qui leur taient ddis. Il ny en a plus que 7 sur 40. Le traitement lo gis que est prfr au traitement humain , cone le direc teur de la communica on. Les camions de Presstalis et de MLP ont d aussi tre mis en commun pour un dcroisement des ux. Aujourdhui, les deux entreprises se livrent mutuellement des exemplaires de leurs tres , ajoute t il. Les rformes au sein de lentreprise passent donc principalement par une rduc on du personnel. Une constante modernisa on Pour Stphane Bribard, cest aussi aux diteurs de se remet tre en cause, an de diminuer les cots de distribu on de la presse qui font par e des plus levs en Europe : Les ma gazines de mots croiss ou les trimestriels de dcora on, par exemple, nont pas besoin dune distribu on aussi rapide que les quo diens , es me t il. Autre axe de dveloppement : la diversica on des produits en vente dans les magasins de presse (bonbons, briquets, stylos, tabac) et la modernisa on du rseau. Des e kiosques ont galement t proposs. Cest une applica on go localise qui se dveloppe et qui perme ra aux lecteurs de savoir o est le tre ou le journal quils cherchent et quelle distance , rvle le directeur de la communica on. Presstalis sadapte pour rpondre au mieux ce contexte de crise. Mais il faudra a endre pour retrouver un quilibre co nomique durable. @EliseStj3 - Numros Zero - Hors-Srie 4. PRESSTALIS DISTRIBUE UNIQUEMENT la presse nationale 80%La presse regionale a ses propres reseauxla Loi bichet du 2 a vril1947 assure :4 - Numros Zero - Hors-Srie 5. La guerre strile des Messageries de presseIntermdiaires entre ceux qui fabriquent un journal et ceux qui le distribuent, les messageries de presse la franaise perme ent une distribu on quitable de la presse, indpendamment de la puissance des tres. Une mission complique par une concurrence pas toujours bnque. Ce nest pas un secret : la presse papier a connu des jours meilleurs. Amorce par lappari on des quo diens gratuits, la dmon sa on de linforma on sest acclre mesure quune ore web foison nante a merg. Alors que lindustrie est en train de se rinventer, le print est fragilis lre du num rique. Lan pass, la majorit des quo diens a encore vu sa diusion chuter. Si ce e situa on menace lexis tence des tres, limage de Libra on, elle boule verse galement lquilibre de lensemble du secteur. En eet, depuis la loi Bichet de 1947, la diusion de la presse est assure par des messageries regroupes en coopra ves. Problme : ces dernires, dpen dantes des diteurs, sont nances par une commis sion sur les ventes au numro. Ce qui revient toucher un pourcentage xe du prix de chaque tre de presse vendu. Du coup, le repli du march pnalise toute la distribu on. Le rle crucial des messageries Opratrices de messagerie de lensemble des quo diens, les Nouvelles Messageries de la Presse Pari sienne ont t rebap ses Presstalis en 2011. Lentreprise assure la distribu on de 75 % de la presse hexagonale, faisant le lien entre les diteurs et les d positaires chargs de rpar r les journaux sur le territoire. Ce systme de messagerie, pens par le lgislateur pour garan r un accs quitable la presse, se heurte des cots de fonc onnement le vs. Cest par culirement vrai pour les quo diens na onaux dont la distribu on mobilise chaque jour des moyens logis ques importants. Le contexte, djdicile, est compliqu par une concurrence impose par la loi. Il existe en eet une seconde messagerie historique, dnomme Messageries Lyonnaises de Presse (MLP). Celle ci marche sur les plates bandes de Presstalis, sans avoir grer les contraintes inh rentes la diusion des quo diens quelle nassume pas. Un dsquilibre paradoxal alors que le modle franais est bas sur la solidarit. Un rapprochement invitable ? Par souci de pluralisme, la diusion est mutualise : chaque diteur de presse par cipe au nancement des messageries hauteur de ses moyens. Ce mca nisme de prqua on signie concrtement que les gros sou ennent les pe ts. Mais aussi que les maga zines recourant aux services de Prestalis par cipent au nancement de la distribu on de quo diens plus touchs que ces derniers par la crise. Cest dans ce e brche que les MLP se sont engoures pour convain cre des clients comme Le Point de les rejoindre. Le Conseil Suprieur des Messageries de Presse, charg de rguler le secteur, a d intervenir n 2012 pour im poser, notamment, un partage des cots entre les messageries. Alors que Presstalis enchane les plans sociaux et mobilise des aides publiques, peut on en core se payer le luxe dune guerre fratricide ? Il sem ble que la ques on mrite au moins dtre pose.@yacinetaleb35 - Numros Zero - Hors-Srie 6. Le monde change, les ouvriers tiennentLre du numrique entrane avec elle la chute dun secteur phare du monde de la presse : limprimerie. La baisse vertigineuse des ventes papiers la invitablement fragilise et les syndicats ne psent plus autant quaux belles heures de la presse. Rencontre avec les ouvriers de limprimerie du Monde, pour prendre le pouls de ces ouvriers pas comme les autres.Direction Ivry sur Seine. Laccueil est chaleureux. Mais les ouvriers semblent tonns : Cest bien que vous vous intressiez aux impri meries, on ne voit pas souvent de journalistes par ici, beaucoup nen ont mme jamais vu , lance lun deux. Il est 10h20, la salle de contrle est dj enfume, de la poussire mle de lencre noire jonche le sol et les recoins. Il y a quelque chose de magique entre les murs sombres, cest sans doute parce quici Le Monde renat chaque matin. Bientt le journal sera en voy au sige. Lpoque o les rotatives taient installes sous les bureaux de la rdaction est rvolue. Dans un vacarme retentissant, lunique rotative est lance. Une immense bobine de pa pier blanc vient stirer de part et dautre de la machine. Chacun est son poste, concentr et mticuleux. Les ouvriers du livre contrlent lencrage, le res pect des couleurs, le calibrage de la typographie. Des centaines de journaux sont jetes la pou belle avant que le rsultat soit satisfaisant. Un travail qui demande prcision et rigueur , sou lignent les plus anciens.6 - Numros Zero - Hors-Srie Lambiance nest plus du tout la mme Les techniques ont chang. Les rotatives, le marbre, cest l vie, cest l o le journal nat , sexclamait Jacques Fauvet, ancien directeur du Monde dans un documentaire de Patrice Bon naf dat de 1981. Aujourdhui, a a bien chang, il ny a plus personne , assure un ou vrier. Il travaille Ivry depuis une quinzaine dan nes. Lambiance nest plus du tout la mme , souffle t il, nostalgique. Un peu plus tard dans la journe, un autre ouvrier, plus jeune sinter roge : On se demande bien ce que lon va de venir. Que va t on faire de nos mtiers ? Un questionnement rvlateur des problmes qui touchent la presse. Le lent abandon de lhritage du monde ouvrier En 2011, limprimerie a vu ses effectifs passer de 230 employs 90, et des dparts sont encore prvus en 2014. Deux rotatives sur trois ont t fermes. Cette rduction massive des effectifs est le rsultat dun projet industriel port par les 7. actionnaires du Monde, MM. Berg, Pigasse et Niel. Leur volont tait dimprimer le quotidien en province afin de rendre le journal disponible plus tt dans les kiosques et de rduire les cots de distribution. Selon le dlgu syndical CGT dIvry sur Seine, Didier Lourdez, cette nouvelle organisation na pas augment les ventes. Par ailleurs, la direction du Monde ne souhaite conserver quune seule rotative. Nous avons rgl le problme de la sous traitance. Au jourdhui le patronat a trois options : la ferme ture de limprimerie, refaire une imprimerie ddie au Monde, ou bien un passage au travail de nuit , dtaille t il. Ne pas oublier lindpendance Malgr la brutalit des volutions et leurs in quitudes, les ouvriers du livre nont pas le temps de douter : tout en dnonant une vo lont politique du patronat de favoriser la migration vers Internet, le leader syndical pense que ce support a de beaux jours devant lui : il sert de complment Internet. Bien sr on ne peut pas aller contre la technologie mais il ne faut pas oublier quil y a une question dindpen dance, cest trs important pour un journal comme Le Monde de possder son imprimerie . Malgr ce relatif optimisme, lavenir de limpri merie demeure incertain. @MaximeFranc7 - Numros Zero - Hors-Srie 8. Se Diversifier pour Survivre Maillon indispensable du secteur de la presse, les marchands de journaux vivent aujourd'hui une crise sans prcdent qui fragilise leur commerce. Les ventes baissent et avec elles, le chiffre d'affaires, une situation qu'essayent de contrer ces diffuseurs en proposant de nouveaux produits leurs clients.En 2012, 1100 points de vente de la presse ont ferm. Touch de plein fouet par la crise, le secteur du papier senfonce sous la pres sion des cots de fabrication, de distribution et de la concurrence. Internet est son princi pal rival. Les habitudes des lecteurs vo luent, ils dlaissent le papier au profit du numrique. Alors quil se dveloppe, les ti tres, eux, voient leurs ventes reculer de jour en jour dans les kiosques et les Maisons de la Presse. Selon lOJD, lOffice de Justification de la Diffusion, sur les dix premiers mois de lanne 2013, la diffusion de sept grands quotidiens a chut : allant de 16,6 % pour Libration 10 % pour Lquipe et Au jourdhui en France. Une situation rude vivre pour les diteurs mais aussi pour les petites mains qui, chaque jour, soccupent de vendre ces journaux. Pour ne pas mettre la cl sous la porte, les commerants ont trouv8 - Numros Zero - Hors-Srieune parade : diversifier les produits quils mettent en vente lintrieur de leur com merce. La diversification : une planche de salut Un tournant qua dcid de prendre Jean Marc, 44 ans, grant dune Maison de la Presse : Le magasin a ouvert il y a cinq ans uniquement avec des quotidiens et des maga zines. Avec la conjoncture conomique ac tuelle, mon quipe et moi on a trs vite compris quil fallait proposer dautres choses aux clients. Ds lors, pour augmenter ses revenus et pallier les baisses des ventes, Jean Marc a dcroch un agrment auprs de la Franaise des Jeux. Ce dernier lui permet dajouter son activit principale un ple billetterie. Mais le grant de cette boutique ne sest pas arrt l puisque des articles de 9. papeterie, de librairie et des confiseries se nichent entre les nombreux titres. Si on pouvait pousser les murs, on installerait une photocopieuse et on proposerait du tabac la vente , souligne Jean Marc, si jamais un de nos voisins vend son activit on agrandit...</p>