noël ensemble

Download Noël Ensemble

Post on 06-Apr-2016

216 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

NOEL approche grands pas et, comme chaque anne, les diteurs publient en cette priode de ftes leurs livres les plus spectaculaires. Grands noms de la littrature et de la bande dessine, livres d'enfants qui se dploient comme de grands oiseaux multicolores, botes de jeux ludiques et instructifs, livres d'arts qui se visitent comme des muses ou manuels de cuisine clairs et luxueux..... L'air est la simplicit, l'lgance, au surprenant sans oublier l'utile. Pour vos enfants, vos parents, vos amis, vos collgues mais aussi pour vous, les Libraires Ensemble ont slectionn ces ouvrages la fois ptillants, originaux et prennes, pour vous proposer une sorte de bouquet final de la production ditoriale.

TRANSCRIPT

  • Il les hassait au plus haut point depuis qu'il avait t en ge de comprendre que la Confdration portait la responsabilit de la mort de son pre. Cette rancur le poussait chapper rgulirement la surveillance dont il faisait l'objet.

    Au fil du temps, c'tait devenu de plus en plus facile, non seulement parce qu'il avait grandi, mais galement parce que les gardes faisaient de moins en moins bien leur travail. Ces derniers considraient cette routine sans intrt comme une punition subir. Quel mal pouvait donc faire un enfant et une femme assigns demeure de faon permanente ? Un garde de la Confdration avait d'autres tches accomplir, bien plus importantes et gratifiantes que celle-ci !

    Sa mre, par contre, s'tait assign une tche laquelle elle refusait de se soustraire. Elle passait la plus grande partie de son temps enseigner son fils tout ce qu'il devait savoir sur le culte de la Desse. Elle lui avait fait apprendre par cur l'intgralit du rituel de la crmonie d'acceptation: le rite qui permettait aux nouveaux adeptes d'entrer dans le culte. Elle avait mme russi cacher le livre sacr, avant que la Confdration ne pense le confisquer. Sur la premire page, il y avait un dessin de la Desse : son visage dur et ses yeux, d'un trange bleu ple, ne montraient aucune compassion.

    Lorsqu'elle ne lui enseignait pas les bases du culte, sa mre lui confiait les secrets de leur famille. Partout dans le manoir, il existait de nombreux passages dissimuls ; l'un d'entre eux menait d'ailleurs l'extrieur de la proprit. Elle lui avait montr ces passages et quand il lui avait demand pourquoi ils ne les empruntaient pas pour s'enfuir, elle avait rpondu qu'il tait trop tt pour cela, qu'il fallait patienter le temps qu'il grandisse un peu.

    En attendant, les passages secrets servaient dissimuler les objets les plus prcieux de la famille, car les gardes, conscients de leur totale impunit, ne se gnaient pas pour piller allgrement tout ce qui pouvait avoir un peu de valeur. Mme si la plante possdait une technologie beaucoup moins volue que dans le reste de la Confdration, l'intrieur du manoir renfermait tout de mme une vritable mine d'or.

    CHRONIQUES SYLIANNES : LOrdre Nouveau

    Il les hassait au plus haut point depuis qu'il avait t en ge de comprendre que la Confdration portait la responsabilit de la mort de son pre. Cette rancur le poussait chapper rgulirement la surveillance dont il faisait l'objet.

    Au fil du temps, c'tait devenu de plus en plus facile, non seulement parce qu'il avait grandi, mais galement parce que les gardes faisaient de moins en moins bien leur travail. Ces derniers considraient cette routine sans intrt comme une punition subir. Quel mal pouvait donc faire un enfant et une femme assigns demeure de faon permanente ? Un garde de la Confdration avait d'autres tches accomplir, bien plus importantes et gratifiantes que celle-ci !

    Sa mre, par contre, s'tait assign une tche laquelle elle refusait de se soustraire. Elle passait la plus grande partie de son temps enseigner son fils tout ce qu'il devait savoir sur le culte de la Desse. Elle lui avait fait apprendre par cur l'intgralit du rituel de la crmonie d'acceptation: le rite qui permettait aux nouveaux adeptes d'entrer dans le culte. Elle avait mme russi cacher le livre sacr, avant que la Confdration ne pense le confisquer. Sur la premire page, il y avait un dessin de la Desse : son visage dur et ses yeux, d'un trange bleu ple, ne montraient aucune compassion.

    Lorsqu'elle ne lui enseignait pas les bases du culte, sa mre lui confiait les secrets de leur famille. Partout dans le manoir, il existait de nombreux passages dissimuls ; l'un d'entre eux menait d'ailleurs l'extrieur de la proprit. Elle lui avait montr ces passages et quand il lui avait demand pourquoi ils ne les empruntaient pas pour s'enfuir, elle avait rpondu qu'il tait trop tt pour cela, qu'il fallait patienter le temps qu'il grandisse un peu.

    En attendant, les passages secrets servaient dissimuler les objets les plus prcieux de la famille, car les gardes, conscients de leur totale impunit, ne se gnaient pas pour piller allgrement tout ce qui pouvait avoir un peu de valeur. Mme si la plante possdait une technologie beaucoup moins volue que dans le reste de la Confdration, l'intrieur du manoir renfermait tout de mme une vritable mine d'or.

    CHRONIQUES SYLIANNES : LOrdre Nouveau

    Il les hassait au plus haut point depuis qu'il avait t en ge de comprendre que la Confdration portait la responsabilit de la mort de son pre. Cette rancur le poussait chapper rgulirement la surveillance dont il faisait l'objet.

    Au fil du temps, c'tait devenu de plus en plus facile, non seulement parce qu'il avait grandi, mais galement parce que les gardes faisaient de moins en moins bien leur travail. Ces derniers considraient cette routine sans intrt comme une punition subir. Quel mal pouvait donc faire un enfant et une femme assigns demeure de faon permanente ? Un garde de la Confdration avait d'autres tches accomplir, bien plus importantes et gratifiantes que celle-ci !

    Sa mre, par contre, s'tait assign une tche laquelle elle refusait de se soustraire. Elle passait la plus grande partie de son temps enseigner son fils tout ce qu'il devait savoir sur le culte de la Desse. Elle lui avait fait apprendre par cur l'intgralit du rituel de la crmonie d'acceptation: le rite qui permettait aux nouveaux adeptes d'entrer dans le culte. Elle avait mme russi cacher le livre sacr, avant que la Confdration ne pense le confisquer. Sur la premire page, il y avait un dessin de la Desse : son visage dur et ses yeux, d'un trange bleu ple, ne montraient aucune compassion.

    Lorsqu'elle ne lui enseignait pas les bases du culte, sa mre lui confiait les secrets de leur famille. Partout dans le manoir, il existait de nombreux passages dissimuls ; l'un d'entre eux menait d'ailleurs l'extrieur de la proprit. Elle lui avait montr ces passages et quand il lui avait demand pourquoi ils ne les empruntaient pas pour s'enfuir, elle avait rpondu qu'il tait trop tt pour cela, qu'il fallait patienter le temps qu'il grandisse un peu.

    En attendant, les passages secrets servaient dissimuler les objets les plus prcieux de la famille, car les gardes, conscients de leur totale impunit, ne se gnaient pas pour piller allgrement tout ce qui pouvait avoir un peu de valeur. Mme si la plante possdait une technologie beaucoup moins volue que dans le reste de la Confdration, l'intrieur du manoir renfermait tout de mme une vritable mine d'or.

    CHRONIQUES SYLIANNES : LOrdre Nouveau

    Il les hassait au plus haut point depuis qu'il avait t en ge de comprendre que la

    Confdration portait la responsabilit de la mort de son pre. Cette rancur le poussait

    chapper rgulirement la surveillance dont il faisait l'objet.

    Au fil du temps, c'tait devenu de plus en plus facile, non seulement parce qu'il avait

    grandi, mais galement parce que les gardes faisaient de moins en moins bien leur travail.

    Ces derniers considraient cette routine sans intrt comme une punition subir. Quel mal

    pouvait donc faire un enfant et une femme assigns demeure de faon permanente ? Un

    garde de la Confdration avait d'autres tches accomplir, bien plus importantes et

    gratifiantes que celle-ci !Sa mre, par contre, s'tait assign une tche laquelle elle refusait de se soustraire.

    Elle passait la plus grande partie de son temps enseigner son fils tout ce qu'il devait

    savoir sur le culte de la Desse. Elle lui avait fait apprendre par cur l'intgralit du rituel

    de la crmonie d'acceptation: le rite qui permettait aux nouveaux adeptes d'entrer dans le

    culte. Elle avait mme russi cacher le livre sacr, avant que la Confdration ne pense

    le confisquer. Sur la premire page, il y avait un dessin de la Desse : son visage dur et ses

    yeux, d'un trange bleu ple, ne montraient aucune compassion.

    Lorsqu'elle ne lui enseignait pas les bases du culte, sa mre lui confiait les secrets de

    leur famille. Partout dans le manoir, il existait de nombreux passages dissimuls ; l'un

    d'entre eux menait d'ailleurs l'extrieur de la proprit. Elle lui avait montr ces passages

    et quand il lui avait demand pourquoi ils ne les empruntaient pas pour s'enfuir, elle avait

    rpondu qu'il tait trop tt pour cela, qu'il fallait patienter le temps qu'il grandisse un peu.

    En attendant, les passages secrets servaient dissimuler les objets les plus prcieux de

    la famille, car les gardes, conscients de leur totale impunit, ne se gnaient pas pour piller

    allgrement tout ce qui pouvait avoir un peu de valeur. Mme si la plante possdait une

    technologie beaucoup moins volue que dans le reste de la Confdration, l'intrieur du

    manoir renfermait tout de mme une vritable mine d'or.

    CHRONIQUES SYLIANNES : LOrdre Nouveau

    Il les hassait au plus haut point depuis qu'il avait t en ge de comprendre que la

    Confdration portait la responsabilit de la m

    ort de son pre. Cette ranc

    ur le poussait chapper rgulirem

    ent la surveillance dont il faisait l'objet. A

    u fil du temps, c'tait devenu de plus en plus facile, non seulem

    ent parce qu'il avait grandi, m

    ais galement parce que les gardes faisaient de m

    oins en moins bien leur travail.

    Ces derniers considraient cette routine sans intrt com

    me une punition subir. Q

    uel mal

    pouvait donc faire un enfant et une femm

    e assigns demeure de faon perm

    anente ? Un

    garde de la Confdration avait d'autres tches accom

    plir, bien plus importantes et

    gratifiantes que celle-ci !Sa m

    re, par contre, s'tait assign une tche laquelle elle refusait de se soustraire. E

    lle passait la plus grande partie de son temps enseigner son f