les contrastes du developpement au bresil

Download LES CONTRASTES DU DEVELOPPEMENT AU BRESIL

Post on 05-Jan-2017

214 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Les contrastes du dveloppement au Brsil

    Marie-Franoise Fleury Professeur au collge Marc Chagall, 27620 Gasny

    Herv Thry Directeur de Recherche au CNRS

    Introduction

    Le Brsil a connu depuis un sicle, et connat encore, des progrs conomiques extraordinaires,

    grce un jaillissement incessant dactivits, dnergie, et desprit dinitiative. Mais paralllement ce

    gant de 8 511 965 km2, prsente les plus fortes ingalits sociales au monde.

    Pays mergent, cest une puissance conomique avec laquelle il faut compter, dans le cadre de la

    mondialisation, tudie dans le cadre du programme de Terminale. Par ailleurs le choix du Brsil parat

    particulirement judicieux pour aborder ltude des contrastes de dveloppement lchelle dun pays,

    dune rgion et de ces villes.

    Le Brsil reste donc un pays de paradoxes, de contrastes, o richesse et pauvret se ctoient sans

    pour autant crer, jusqu' prsent dinsupportables tensions ni mme de relles difficults au sein de la

    socit. de rares exceptions prs, ces diffrences semblent bien acceptes par les populations.

    Cependant, si les clivages ont longtemps aliment une incontestable dynamique, ils rendent aussi fragile

    cet difice et deviennent de plus en plus un facteur de blocage.

    Comprendre le Brsil revient donc osciller sans cesse entre disparits et dynamismes, les deux

    termes tant souvent lis dans la ralit spatiale et sociale.

    1

  • Etats et rgions

    I. Le pays du dynamisme

    Le dynamisme fait partie des matres-mots lorsque lon voque le Brsil. Il est source de russite et

    engendre des rsultats de grande importance.

    Le pays a connu au cours de son histoire, une succession de cycles conomiques pour la plupart

    fonds sur une production agricole :sucre, caf, coton, etc...qui ont t les tapes du peuplement et du

    dveloppement conomique. Son histoire et sa conqute territoriale ne se rsument pas uniquement la

    seule histoire des cycles conomiques, mais ils contribuent mieux comprendre les fondations dun

    Brsil moderne et dynamique dont les activits du secteur primaire furent primordiales. Du seizime au

    vingtime sicle, ce pays met en valeur une srie de ressources la fois agricoles et minires en

    essaimant sur son territoire une population dynamique et conqurante. Chacun de ces cycles a eu la

    particularit de toucher un espace privilgi, une poque donne, sur un produit particulier. Ces

    productions valeur spculative ont permis diffrentes rgions du Brsil de se dvelopper et de se

    peupler. Nanmoins, pour beaucoup dentre-elles la fin du cycle fut souvent le dbut dune longue

    priode de marasme conomique, de pauprisation de la population voire de fuite de celle-ci vers la

    nouvelle rgion touche par le cycle suivant.

    2

  • 2 - Les cycles conomiques

    a - Le cycle du bois de braise.

    Le bois de braise ou pau brasil , dont on tirait une teinture rouge fut le premier produit dexportation,

    destination de lEurope, de cette nouvelle terre qui allait en prendre le nom. Ce bois, prsent sur le littoral

    atlantique de lactuel Nordeste tait dans un premier temps, exploit par des Portugais qui ne purent

    garder le monopole devant larrive dautres europens comme des Franais par exemple.

    Lexploitation de cet arbre, activit de pur cueillette, ne permit pas de fixer et denrichir suffisamment

    les populations qui cherchrent dautres dbouchs plus lucratifs partir de 1560-1570. Le mot de cycle

    figure entre guillemets dans le titre puisquen ralit, le bois de braise nengendra pas une vritable

    assise conomique pour le Brsil.

    b - Le cycle du sucre.

    La canne sucre fut introduite par les portugais sur le littoral nordestin ds le milieu du seizime

    sicle. Cette premire conomie de plantation simposa facilement aux Portugais tant le produit tait rare

    et cher et tant son transport tait ais. Trs vite, la monoculture de cette plante prit des proportions

    importantes et fit rapidement du Brsil le premier producteur mondial de sucre. Le dveloppement de

    cette culture tait promu par un matre de domaine dorigine portugaise, capable dinvestir dans lactivit

    et de faire venir une main duvre nombreuse, par le biais de limportation desclaves africains.

    Un vrai systme conomique et social vu le jour : un matre de domaine cultivait la canne sucre, par

    esclaves interposs, et la transformait dans son moulin sucre afin de vendre un produit dj

    transform, avec une valeur ajoute. Des activits parallles apparurent ct de celle du sucre,

    permettant de parler de cycles secondaires daccompagnement. Il fallait en effet nourrir cette population

    servile do la ncessit de produire des cultures vivrires lintrieur des terres et fournir des animaux

    de trait capable de faire fonctionner les moulins sucre. Le systme colonial tait son apoge dans le

    fonctionnement dune telle activit.

    Jusquen 1670, le sucre assura la richesse de cette rgion nordestine, mais la concurrence antillaise

    mit fin au monopole sucrier brsilien plongeant ainsi la rgion dans dimportantes difficults.

    Il nen reste pas moins que ce premier cycle conomique permit la fois denrichir le pays, dy

    dvelopper des activits agricoles et proto-industrielles et de relier le littoral et lintrieur dune mme

    rgion. Cependant, la fin de ce cycle signifiait aussi la fuite dune partie des habitants et des capitaux

    issus du sucre.

    3

  • L'conomie et le territoire au XVIe sicle

    4

  • L'conomie et le territoire au XVIIe sicle

    5

  • L'conomie et le territoire au XVIIIe sicle

    6

  • L'conomie et le territoire au XIX sicle

    c - Le cycle de lor.

    Devant la crise conomique nordestine et grce lesprit pionnier des bandeirantes (de bandeira,

    drapeau derrire lequel se regroupait une expdition dsireuse de dcouvrir de nouvelles ressources

    travers le territoire brsilien) ce nouveau cycle voyait le jour au dix-huitime sicle. Lors dinterminables

    expditions, les bandeirantes trouvrent de nombreux gisements de pierres et de mtaux prcieux dans

    une rgion qui devint le Minas Gerais (littralement les mines gnrales ).

    Les espoirs de fortune suscitrent un afflux de population vers ces zones intrieures du Brsil.

    Beaucoup de colons quittrent alors le Nordeste dprim par la valle du Rio Sao Francisco afin de

    tenter leur chance dans cette rue vers lor qui, de plus, ncessitait peu de capitaux au dpart. Ces

    anciennes villes minires devenues aujourdhui touristiques grce la splendeur de leur patrimoine,

    tmoignent du prestigieux pass quelles ont connu. L encore, la surexploitation et lpuisement des

    gisements furent synonymes de difficults entranant la rgion dans une longue lthargie.

    7

  • Bien que cycle essentiellement minier, le cycle de lor saccompagna dun dveloppement de

    llevage. Ce dernier permettait davoir des animaux de trait, de transport, de boucherie, au point que lon

    put parler, non pas dun cycle du btail, mais dune vritable conomie pastorale. Llevage fut aussi un

    important vecteur de loccupation de lespace puisqu ct des villes minires se dveloppaient des

    campagnes intgres lespace conomique rgional. Cependant, cette activit ne permit pas de

    conserver capitaux et populations lapproche de la fin du cycle de lor.

    d - Les cycles du caf, du coton, du caoutchouc.

    Ils touchrent le Brsil sur lensemble du dix-neuvime sicle mais pour la premire fois de son

    histoire, ils concernaient trois produits diffrents sur trois rgions diffrentes :

    - LAmazonie connut lphmre cycle du caoutchouc.

    - Le Nordeste crut sortir de sa lthargie grce au cycle du coton.

    - Le Centre-Sud imposa sa suprmatie grce au cycle du caf.

    Le cycle du caoutchouc permit le peuplement et le dveloppement de lAmazonie.

    La production de latex tir de l hevea brasiliensis se multiplia avec la dcouverte du procd de

    vulcanisation, faite par Goodyear, et avec lessor de lautomobile. Les villes de Belm et de Manaus

    connurent une croissance sans prcdent et attirrent une bourgeoisie avide de gains rapides. En effet,

    en Amazonie lhva existe ltat naturel et le saigner ne reprsente pas dinvestissements

    consquents. la base, le seringueiro, souvent trs pauvre recherchait les arbres, les saignait et rcoltait

    le latex. Lextraction du latex appartient donc aux activits de cueillette ne ncessitant pas de capitaux

    importants.

    Ce systme connut son apoge tant quil ny eut pas la concurrence asiatique, en Malaisie plus

    particulirement. La production du Sud-est asiatique plus rgulire et moins coteuse plongea

    durablement lAmazonie dans une crise prolonge, partir de 1920.

    Le cycle du coton fut un sursaut dans lhistoire du Nordeste. Cette rgion dprime depuis la fin du

    cycle du sucre sut profiter de loccasion quand les tats-Unis taient plongs dans la guerre de

    Scession. Leffacement de la concurrence nord-amricaine favorisa le dveloppement de plantations de

    coton. Cependant, la fin de la guerre, une srie de grandes scheresses montrrent de nouveau que

    cette activit napportait pas de revenus suffisants pour fixer une population stable et dvelopper la

    rgion nordestine. La rgion du Nordeste avait chou nouveau dans ses tentatives de redressement.

    Le cycle du caf fut celui qui laissa et laisse encore le plus de traces dans la gographie et lconomie

    du Brsil. Ce fut une vritable dferlante conomique dans lactuelle rgion du Sudeste. Venu de

    Guyane, le caf, plante dlicate, fut intr