la transmutation des métaux

Download La transmutation des métaux

Post on 24-Jul-2016

220 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Ernest Bosc.

TRANSCRIPT

  • J. MARCUS DE VZE

    La Transmutation des mtaux L'OR ALCHIMIQUE, L'ARGENTAURUM

    Divers procds de fabrication avec lettres et documents lappui

    PARIS

    LIBRAIRIE DORBON AIN 45, Quai des Grands-Augustins

    1902

    AU LECTEUR

    Depuis des sicles et des sicles, les vulgaires humains se demandent, s'il est possible de faire de l'or par transmutation ; si par exemple, on peut changer du cuivre en argent et de l'argent en or.

    Par suite, ils se demandent galement, si la Pierre Philosophale a exist, ainsi que l'Or Potable ou Elixir de vie.

    Dans le prsent opuscule, nous allons tudier la question et dmontrer que la Pierre Philosophale ou Poudre de Projection, l'Or Potable ou Elixir de vie, enfin la, Transmutation ont exist, il y a dj des milliers et des milliers d'annes.

    Les Egyptiens par exemple, connaissaient ds une Antiquit trs recule, le moyen de faire de l'Or alchimique, et jamais les modes d'oprer la transmutation n'ont t perdus; ils ont mme t utiliss chez un grand nombre de peuples.

    Nous ajouterons, comme nous le disons du reste dans le courant de cette tude, que le mtal est un animal vritable, ayant sa vie propre, ce qui aide sa transformation et, par suite sa transmutation ; seulement ce que la Nature ne peut accomplir qu' l'aide de nombreux sicles, l'homme lient l'effectuer en bien moins de temps : en quelques mois peine, et mme aujourd'hui second par l'lectricit; par de puissantes Dynamo, l'homme peut raliser en quelques jours des transmutations.

    Ajoutons que bien des Alchimistes ont cru que la limite du progrs des mtaux s'arrte lorsque le mtal est arriv l'tat, d'or et mme d'argent car il a atteint alors l'tat de mtal noble, et il y reste perptuit. D'autres crivains hermtistes croient au contraire que la modification des mtaux est continue, qu'elle se poursuit sans cesse de telle sorte

  • qu'un mtal, aprs avoir atteint le terme de sa perfection, revient un tat imparfait, de faon que le processus de ses transformations molculaires se poursuit incessamment travers les sicles.

    C'est Emile Rudolphe Glauber qui a le premier mis cet aperu qui a t adopt par bien des alchimistes.

    Paracelse allait plus loin encore, il affirmait que sous l'influence des astres et du sol, non seulement tous les mtaux vils se changeaient en or ou en argent, mais qu'ils pouvaient se transformer en pierre et les minraux se dvelopper la manire des plantes par une sorte de graine ; (les ferments de Tiffereau) ; on voit par l, qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil.

    Paracelse mentionne le principe du dissolvant Universel, de l'Alcaest l'idal des menstrues, de l'argent enfin, qui peut amener tous les corps l'tat liquide ; mais il ne parle de ce dissolvant pal' excellence, que dans un seul passage de ses ouvrages et d'une manire assez vague encore ; c'est dans son Trait de viribus membrorum, voici le passage en question que noms traduisons : il y a aussi la liqueur Alcaest qui agit d'une manire trs efficace sur le foie. Elle le soutient, le fortifie et le prserve des maladies qui peuvent l'atteindre. Tous ceux qui s'appliquent la mdecine, doivent savoir prparer l'Alcaest .

    Donc d'aprs Paracelse le grand dissolvant. L'alcaest peut amener des transformations radicales et par suite tout transmuer.

    Cette constatation du grand Alchimiste est pour nous des plus prcieuses et peut faire prjuger que la transmutation n'est pas une utopie, mais une chose trs relle, tout fait objective.

    C'est ce que pourront constater les lecteurs qui voudront bien lire la prsente tude. - Nous sommes convaincu, qu'aprs avoir parcouru cet opuscule, ils ne pourront plus mettre en doute l'existence de la Pierre philosophale ; et ce sera lit la seule rcompense que nous ambitionnions pour notre travail.

    J. X. de V.

  • L A TRANSMUTATION DES MTAUX

    I

    Sommes-nous arrivs au temps prdit par le docteur Girtanner de Gtingue (1).

    La transmutation des mtaux sera gnralement connue au XIXe sicle, car tous les Chimistes sauront faire de l'or (2).

    C'est--dire que l'homme ne rechercherait plus l'or natif dans les entrailles de la terre, puisqu'il aurait sa disposition l'or alchimique.

    Qu'est-ce que l'Or Alchimique ?

    C'est l'or cr par la science humaine ; c'est--dire par l'art de la transmutation des mtaux ; autrement dit, par le changement d'un mtal vil, en un mtal prcieux, le plomb et l'argent par exemple, en or.

    Le fait est-il possible ?

    C'est ce que nous allons tudier ici, avec pices et documents l'appui, et nous esprons bien que le lecteur, aprs nous avoir lu, partagera entirement notre opinion savoir que la transmutation des mtaux a t connue et pratique ds la plus haute antiquit, que c'est l un fait incontestable, appuy sur trop de preuves certaines pour pouvoir tre mis en doute un seul instant par les hommes de science qui ont tudi srieusement et de bonne foi la question.

    Que des esprits superficiels aient dni le fait, rien d'tonnant cela; il en a toujours t ainsi, mais qu'on puisse le dnier aujourd'hui, au XXe sicle, cela parat assez surprenant avec les moyens d'investigation que nous possdons et avec ce que l'un sait en chimie, bien que cette science soit relativement peu avance encore, ct de ce qu'elle sera le jour prochain o elle proclamera l'Unit de la matire ; ce jour-l ce ne sera pas seulement la transmutation des mtaux qu'elle oprera, mais la, transformation de tout, elle pourra faire des substances alimentaires avec toute sorte de matires : on voit donc par l, quel changement s'opra dans la situation conomique de l'humanit ; ce que quelques crivains ont dj voulu tudier en supposant vraie la transmutation des mtaux ; ils ont prvu, bien tort, des transformations radicales dans notre organisation sociale ; ce qui est faux, absolument faux, car l'or serait-il, demain, aussi commun que le fer, que ce fait ne drangerait pas beaucoup notre situation conomique. Mais l n'est pas la question que nous voulons tudier ; nous plaant il un point de vue plus lev, nous ne voulons

  • examiner la question de la transmutation, qu'au point de vue de la dmonstration de l'Unit de la matire.

    II

    Dans ces derniers temps, on a fait grand bruit autour d'une dcouverte amricaine ; nous voulons parler de l'Or alchimique, dnomm aussitt : Argentaurum, car ce nouveau mtal renferme beaucoup d'argent sur 125 grammes, il aurait fourni aprs sa fusion 33 0/0 d'or et 26 0/0 d'argent, autrement dit, de l'argent transmut en or, n'aurait plus contenu que 26 0/0 de l'ancien mtal et aurait fourni 33 0/0 d'or, de sorte qu'en poursuivant les oprations, on arriverait finalement ne possder que de l'or, d'une quantit donne d'argent puisqu'une fuis l'or extrait de l'argent, on peut toujours transformer celui-ci en or.

    Par quel procd obtient-on ce rsultat, c'est encore un secret de l'inventeur, du Dr Emmens Nous devons ajouter que, comme toujours, les procds de laboratoire sont longs et trs coteux, mais l n'est pas la question : que cette transmutation cote plus ou moins, peu nous importe. Nous nous plaons, nous le rptons, , un point de vue plus lev, au point de vue philosophique, et nous disons : la transmutation des mtaux est-elle un fait rel ? Et si ce fait est rel, comme il y a lieu de le croire, aprs avoir tudi toutes les pices du procs, l'Unit de la matire serait absolument prouve.

    Or, la chimie officielle se refuse aujourd'hui encore accepter, mme l'tat d'hypothse, cette Unit. Cependant des dcouvertes modernes tendent dmontrer cette unit, et cela par des faits positifs, et non par simple thorie ; notre grand chimiste Berthelot, bien qu'un savant des plus officiels, n'est pas loign d'admettre cette Unit.

    D'aprs la thorie de l'Unit de la matire, tous les corps ne sont que des composs atomiques homognes emprunts l'Aether (3) et soumis des forces qui peuvent les influencer par des combinaisons diverses, d'o la diversit des corps forms par la matire Unique.

    Dans une lettre de M. Fittica, Directeur de l'Universit de Marbourg M. Tiffereau (4), nous lisons : Que les mtaux soient des composs, n'est plus pour moi une hypothse, mais une thorie que j'espre confirmer par mes recherches futures.

    Chaque corps puise donc son autonomie spciale, son autonomie caractristique, si l'on peut dire, dans ses agrgats atomiques ; les corps sont diffrencis par des forces diverses, sous la dpendance desquelles est place la matire unique. - C'est mme de l'tude de ces forces que devra s'occuper notre science moderne, pour arriver la transmutation des mtaux d'abord et d'autres produits organiques ensuite. C'est du

  • reste la transmutation, ne l'oublions pas, qui a cr notre chimie moderne ; nous lavons dit bien souvent, et on ne saurait trop le redire; elle a donc rendu l'humanit un trs grand service

    Comment expliquer maintenant la thorie de la transmutation; c'est ben difficile dans l'tat actuel de la science, parce que l'interprtation des phnomnes de matrialisation et de ddoublement jusquici chapp aux savants. Il est bien vident que le jour o ils pourront expliquer la quatrime dimension ou l'interpntration de la matire solide (5), ils pourront nous rvler aussi la thorie de la transmutation.

    Nous venions d'crire ce qui prcde, quand nous avons lu dans la Revue Gnrale des Sciences (6) l'entrefilet suivant, qui prouverait que, d'aprs la savante revue, 1'argentaurum ne serait gure encore qu'un mythe ; notre bonne foi nous fait un devoir d'insrer cet entrefilet.

    L'ARGENTAURUM

    Nous connaissons aussi peu que possible la structure interne de ce que nous appelons les atomes ou les molcules des corps simples. Aussi nul ne perd affirmer qu'il soit un jour impossible d'abaisser un instant les atomes d'argent l'tat de fragments, afin de les lever ensuite la dignit de lingots d'or. On n'est pas davantage auto