rapport annuel 2013—avant-propos de salil shetty

Download Rapport annuel 2013—Avant-propos de Salil Shetty

Post on 22-Mar-2016

215 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

L'Edito de Salil Shetty en introduction au rapport annuel 2013

TRANSCRIPT

  • 13 AMNESTY INTERNATIONAL - RAPPORT 2013AVANT-PROPOS

  • Amne

    sty Internationa

    l

    Novembre 2012 Accompagns dhabitants dela ville de Bodo, dans la rgion du gouvernementlocal de Gokana, tat de Rivers (Nigeria), SalilShetty, secrtaire gnral dAmnestyInternational, et dautres reprsentants delorganisation se rendent sur les lieux dundversement de ptrole la priphrie de Bodo,dans le delta du Niger.

  • 1Amnesty International - Rapport 2013

    LES DROITS HUMAINS NE CONNAISSENT PAS DE FRONTIRES

    par Salil Shetty, secrtaire gnral

    Le 9octobre 2012 au Pakistan, Malala Yousafzai a t atteinte la tte dune balle tire par des

    talibans. Le crime de cette adolescente de 15ans? Dfendre le droit lducation des filles.

    Larme du crime? Un blog. Tout comme lacte de Mohamed Bouazizi qui, en 2010, avait

    entran dans son sillage un vaste mouvement de contestation au Moyen-Orient et en Afrique

    du Nord, la dtermination de Malala Yousafzai a eu des effets bien au-del des frontires

    pakistanaises. Les souffrances endures par certains et le courage dploy par tant dhommes

    et de femmes, associs la puissance des mdias sociaux qui ne connaissent pas de fron-

    tires, ont modifi notre perception du combat en faveur des droits humains, de lgalit et de

    la justice, et ont inflchi de faon perceptible le discours sur la souverainet et les droits fon-

    damentaux de la personne.

    Aux quatre coins du monde, des gens se sont mis en danger et ont investi les rues et la sphre

    numrique pour dnoncer la rpression et la violence exerces par des gouvernements et

    dautres acteurs puissants. Sexprimant dans des blogs, dans dautres mdias sociaux et dans

    RAPPORT 2013

    AVANT-PROPOS

  • la presse traditionnelle, ils ont fait natre un courant de solidarit internationale pour que

    Mohamed Bouazizi ne tombe pas dans loubli, pour que Malala garde espoir.

    Un tel courage, combin la capacit de communiquer notre soif de libert, de justice et de

    respect des droits, suscite linquitude de ceux qui sont au pouvoir. Contraste saisissant avec

    le soutien apport celles et ceux qui dnoncent loppression et la discrimination, nous voyons

    de nombreux gouvernements semployer rprimer des manifestations pourtant pacifiques et

    tenter dsesprment de contrler la

    sphre numrique notamment en

    essayant de rdifier leurs frontires

    nationales dans cette sphre.

    Quelle est en effet la raction des pou-

    voirs en place, qui saccrochent leur

    souverainet et abusent de ce con-

    cept, lorsquils prennent conscience que de simples citoyens sont potentiellement aptes

    dmanteler les structures dirigeantes et braquer les projecteurs sur les outils de rpression et

    de dsinformation quils utilisent pour conserver leurs prrogatives? Le systme conomique,

    politique et commercial mis en place par les dtenteurs du pouvoir entrane souvent des

    atteintes aux droits fondamentaux. Le commerce des armes, par exemple, dtruit des vies mais

    est dfendu par des tats qui soit ont recours ces armes pour opprimer leur propre peuple,

    soit tirent profit de ce commerce. Ils invoquent la souverainet titre de justification.

    Souverainet et solidaritDans notre qute de libert, de respect des droits et dgalit, nous devons repenser le concept

    de souverainet. La souverainet devrait et peut natre de la prise en main de son propre

    destin. Cest le cas des tats qui triomphent du colonialisme ou de voisins dominateurs, ou

    encore de ceux qui naissent des cendres de mouvements qui ont renvers des rgimes rpres-

    sifs et corrompus. La souverainet est alors positive. Pour quelle le demeure et que les risques

    dexploitation quelle pose soient matriss, nous devons redfinir la souverainet et accepter

    lexistence, au niveau mondial, la fois dune solidarit et dune responsabilit. Nous sommes

    citoyens du monde. Nous nous soucions de ce qui se passe autour de nous, car nous avons

    accs linformation et pouvons choisir de ne pas connatre de frontires.

    Les tats invoquent rgulirement la souverainet quils ramnent au contrle de leurs

    affaires intrieures sans ingrence externe pour agir comme bon leur semble. Ils utilisent

    cette notion pour dissimuler ou nier massacres, gnocides, oppression, corruption, privation

    de nourriture et perscutions lies au genre.

    Mais ceux qui abusent de leurs pouvoirs et de leurs prrogatives ne peuvent plus sen cacher

    facilement. Les tlphones mobiles permettent denregistrer et de mettre en ligne des vidos

    qui font apparatre en temps rel les violations des droits humains commises et rvlent au

    grand jour la ralit qui se cache derrire les discours hypocrites et les justifications

    intresses. Les entreprises, entre autres puissants acteurs privs, font elles aussi plus facile-

    ment lobjet dune surveillance maintenant car il leur est de plus en plus difficile, lorsque leurs

    actions sont nuisibles ou criminelles, den dissimuler les consquences.

    2 Amnesty International - Rapport 2013

    112PAYS ONT TORTUR LEURSRESSORTISSANTS EN 2012

  • Nous uvrons dans un cadre de droits humains qui tient pour acquis la souverainet mais qui

    ne la dfend pas en soi, en particulier depuis que le Sommet mondial de 2005 des Nations

    unies a reconnu le principe de la responsabilit de protger, principe raffirm plusieurs

    reprises depuis lors. Il est facile de comprendre pourquoi: lanne 2012 tmoigne largement

    elle seule des violations dont se rendent coupables les tats lencontre des populations qui

    vivent sur leur territoire.

    Le droit de tout un chacun de ne pas subir de violences est un lment fondamental de la pro-

    tection des droits humains. Le cadre strict empchant ltat de simmiscer dans notre vie per-

    sonnelle et familiale est un autre aspect essentiel. Il sagit notamment de garantir notre libert

    dexpression, dassociation et dopinion. Il sagit de nous protger contre toute immixtion

    dans nos choix concernant notre corps et la manire dont nous lutilisons, cest--dire dans

    nos dcisions en matire de procration, didentit sexuelle et de genre ou de tenue vesti-

    mentaire.

    Durant les premiers jours de 2012, 300familles se sont retrouves sans abri Phnom Penh, la

    capitale cambodgienne, aprs avoir t violemment expulses de leur quartier. Quelques

    semaines plus tard, 600Brsiliens qui vivaient dans le bidonville de Pinheirinho, dans ltat de

    So Paulo, ont subi le mme sort. En mars, 21personnes sont

    tombes sous les balles de la police jamacaine, des musiciens

    azerbadjanais ont t frapps, arrts et torturs en dtention,

    et le Mali a sombr dans la crise aprs un coup dtat Bamako.

    Lanne sest poursuivie avec son lot datteintes aux droits

    humains: expulsions forces au Nigeria; journalistes tus au

    Mexique, en Somalie et dans dautres pays; femmes violes ou

    agresses sexuellement chez elles, dans la rue ou alors quelles

    exeraient leur droit de manifester; interdiction de marches des fierts homosexuelles et

    passages tabac de militants de la communaut des lesbiennes, des gays et des personnes

    bisexuelles, transgenres ou intersexues; assassinats de dfenseurs des droits humains et

    emprisonnement de militants sur la base daccusations forges de toutes pices. En septembre

    une femme a t excute au Japon, o aucun condamn navait t mis mort depuis plus de

    15ans. En novembre le conflit qui dchire Isral et Gaza a connu une nouvelle escalade, tandis

    que plusieurs dizaines de milliers de civils de la Rpublique dmocratique du Congo ont d

    quitter leur foyer devant la progression du groupe arm du 23-Mars (M23), soutenu par le

    Rwanda, vers la capitale de la province du Nord-Kivu.

    Et bien sr il y a la Syrie. la fin de lanne, le conflit avait fait 60000morts, selon les Nations

    unies. Et ce chiffre ne cessait de crotre.

    Absence de protectionAu cours des dernires dcennies, la souverainet des tats que lon associait toujours plus

    troitement la notion de scurit nationale a t trop souvent invoque pour justifier des

    actions incompatibles avec les droits humains. lintrieur des pays, ceux qui ont le pouvoir

    font valoir queux seuls sont mme de prendre les dcisions qui concernent la vie des gens

    quils gouvernent.

    3Amnesty International - Rapport 2013

    101PAYS ONT RPRIM LE DROIT DE LEUR PEUPLE LA LIBERTDEXPRESSION EN 2012

  • Comme son pre avant lui, le prsident Bachar elAssad sest maintenu au pouvoir en dressant

    larme et les forces de scurit syriennes contre la population qui rclamait sa dmission. Il

    existe toutefois une diffrence de taille. Lors du massacre de Hama, en 1982, Amnesty

    International et dautres organisations avaient dnonc les vnements et uvr sans relche

    pour tenter de mettre fin la tuerie, mais celle-ci stait en grande partie droule labri des

    regards du reste du monde. Ces deux dernires annes, en revanche, les blogueurs et les

    militants syriens, ncoutant que leur courage,

    ont pu informer directement le monde entier de

    ce qui se passait dans leur pays, au moment

    mme o les vnements avaient lieu.

    Bien que le bilan nait cess de salourdir et

    malgr tous les lments montrant que des

    crimes taient perptrs, le Conseil de scurit

    des Nations unies na rien fait cette anne

    encore pour assurer la protection de la popula-

    tion civile. Pendant prs de deux ans, larme et

    les forces de scurit syriennes ont men des attaques aveugles, et plac en dtention, tortur

    et tu des personnes quelles souponnaient de soutenir les rebelles. Pas moins de 31formes