pociation des anciens - .n° 92 septembre 1947 hnica pociation des anciens eî^ves de l'ecole —

Download pOCIATION DES ANCIENS - .N° 92 SEPTEMBRE 1947 HNICA pOCIATION DES ANCIENS Eî^VES DE L'ECOLE —

Post on 12-Sep-2018

215 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • N 92 SEPTEMBRE 1947

    HNICA

    pOCIATION DES ANCIENS E VES DE L'ECOLE

    pNTRALE LYONNAISE 86 Grle _ LYON

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http://bibli.ec-lyon.fr

    http://www.centraliens-lyon.net

  • ^

    > >

    #

    Sf CANSON

    prenant le crayon et l'encre, rsistant au grattage, de trs belle transparence naturelle, de parfaite conservation.

    COHCASSEUftS

    DRAGON APPAREILS DRAGON SA

    FONTINEl PRS GRENOBLE

    ( ISRE) TELEPHONE:

    6 4 at 84 FONTAINE

    REAU A PARIS

    10, Rue de SZ(9'

    wwmwmmA

    RjC.SEiNS.'B. 849.8!'

    REDUCTEUR VARSAT DE VITESSE

    m SOLUTION IDALE ATOUS PROBLMES DE RDUC

    D'APPLICATION ' DANS TOUTES '%

    LES INDUSTRIES ' % f

    NOMBREUSES '* RFRENCES

    PRODUCTION SOUS LICENCE DE .. PARIS_1AVu-"DAUMESNIL.TL.DORIAN 49-78 L Y O N 13-RUE " " i u n n n -rfl MflNCEY65-78 ' j

    u^^0T

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http://bibli.ec-lyon.fr

    http://www.centraliens-lyon.net

  • I

    A. travers la Presse Technique

    L'organisation professionnelle

    Nous aurions sans doute pu, vu les vnements,, traiter aujourd'hui ici de la question des augmentations de salaires sous la forme des primes de production. Mais nous n'aurions rien eu dire sur ce sujet que nous n'ayons dj rpt dix fois depuis trois ans. Il est un fait .que la situation des .alaris est pnible. Les grves qui se sont produites, en dehors de leurs causes politiques, ont trouv un support dans le mcontentement'des mna-gres. Car ce qui ne va pas, une fois de plus, c'est le ravitaillement.

    Une fois de plus, le Gouvernement ne rsout pas le problme en donnant quand il est patron et en incitant les autres patrons donner aux ouvriers davantage de billets de banque. C'est une denre qui n'est pas comestible. Une fois de plus galement, il s'efforce de croire et de faire croire que sa dtermination laissera, insensibles les prix. Malheureusement, les propres experts auxquels il s'en est remis ne sont pas parvenus donner corps i'utopie des primes de production. Et l'exprience du proche pass est l, plus probante que tous les raisonnements et toutes les thories, pour ensei-gner ce qu'il faut craindre du proche avenir.

    Toutefois, dans une conjoncture politique difficile, le Gouvernement a eu le mrite de ne pas se laisser intimider par les manifestations diriges contre lui. Il a laiss la population goter l'amertume des grves, dont les effets ne sauraient tre parfaitement slectifs. Le bon sens populaire finira peut-tre par comprendre qu'il y a une insuffisante relation de cause effet entre les maux dont il a raison de se plaindre et les remdes qu'on l'incite revendiquer. Dans la mesure o les patrons sont rests fidles aux consi-gnes qui leur ont t donnes, ils ont vit qu'un succs facile ne vienne apporter aux mouvements de grve des justifications annexes qui n'taient pas l'origine assures. Mais . il en est des patrons comme des autres hommes. Il y a chez eux une honnte proportion de froussards. Us appren-dront un jour leurs dpens que la peur est mauvaise conseillre.

    ' * ' * *

    Nous nous pencherons aujourd'hui sur la question de l'organisation professionnelle. C'est l un vocable que chacun va rptant. Il ne veut pourtant exactement rien dire. Alors, il faut une bonne fois lui ouvrir le ventre pour regarder ce qu'il y a dedans.

    (1) Du Bulletin des Industries Mcaniques , de juillet 1947.

    1

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http://bibli.ec-lyon.fr

    http://www.centraliens-lyon.net

  • 11

    B u r e a u x L Y O N : 3 S , C o u r s d e la, I j i t o e r t

    Tlphone : M. 05-41 Directeur : A. CAILLAT, E. C. L. 1914

    PRODUITS MTAUURGlflS Ren BOUTEILLE

    ET

    Louis MATHIEU ( E . C. L. 1922) 17, Cours d e l a L i b e r t LYON

    Tl. : Moncey 37-56

    Fabrique de tubes de Chevillait Forges Marcellot et C1"]

    Forges et Ateliers de La Foulerle

    4icUe4r\

    AUX UR5 FRAI5

    bUSTUGRU Ets-Cartier-Hillon. Grenoble. J e a n Car t ier - r iMlan-ECL.36

    Nathias & Goudar E. C. L. 1891 E. C. L. 1924

    32, Grande Rue de la Gulloiire LYON Tl . : P . 28 -13

    CHAUFFAGE Chauffage Central Vapeur,

    Eau Chaude, Air Chaud

    Chauffage par le Gaz-et l'Electricit

    Brleurs Mazout, Charbon

    CUISINE-FUMISTERIE

    INSTALLATIONS SANITAIRES Salles de Bains - Douches _ Plomberie Adduction et distribution d'Eau Froide

    Production et Distribution d'Eau Chaude

    TUYAUTERIES ET TOLERIE INDUSTRIELLES

    VENTILATION

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http://bibli.ec-lyon.fr

    http://www.centraliens-lyon.net

  • III

    D'abord, il convient d'observer que l'invention n'est pas. du tout rcente. Sa paternit n'appartient mme pas aux milieux professionnels. Dans un ouvrage publi en 1918, Clment Colson dnonait la, tendance, manifeste de divers cts^ perptuer, quand les Hostilits auront pris fin, le fonc-tionnement de services dont elles sont la seule justification . Et il ajoutait : < Il s'est cr, pour prparer la reprise de la vie conomique, une foule de Comits et de Commissions dont la seule raison d'tre est d'imaginer des systmes diffrents de ceux d'avant guerre, d'organiser quelque chose. Cette vue anticipe des Comits d'Organisation tait, il faut le reconnatre, assez prophtique.

    Ce n'est qu'en 1940 qu'ils ont vu le jour. Quand on a cru les voir dissoudre en 1944, on a assist la naissancedes Offices professionnels, qui ralisaient un apprciable progrs dans la mainmise de l 'Etat sur les organismes pro-fessionnels. Puis ces Offices ont t dissous leur tour ; mais leurs lments ont t .intgrs, directement ou sous le couvert de,certaines affectations administratives, aux 'Directions ministrielles. Ce qui cette fois ralisait l'tatisation complte des services.

    < Les services de guerre, mus ainsi en contrle, disait Colson en utili-sant le conditionnel, chapperaient la triste ncessit de disparatre la paix et pourraient sauver de la destruction les montagnes de paperasses et les innombrables formalits qu'impliquent les rpartitions et les contin-gents. s> Et il ajoutait encore : Quelques industriels, plus soucieux de scurit que de chances de fortune, ne rpugnent pas aux perspectives d'une douce quitude, avec une clientle limite, mais assure. Ces conditionnels, en un quart de sicle, sont devenus des ralits que nous avons -vcues.

    Colson dnonait encore l'origine spcifiquement germanique de l'ide. Faisant allusion au soin qu'avait pris l'Allemagne impriale d'organiser de longue main sa mobilisation militaire et civile, il disait : Rien n'autorise conclure, des succs ainsi obtenus, que l'intervention de l'Etat, soumettant une organisation artificielle en temps de paix toutes les branches d'activit qui sont du ressort de la libre initiative des particuliers, soit un moyen aussi efficace de triompher dans la concurrence commerciale que dans la guerre. Les socialistes de la chaire, qui ont rpandu dans le monde entier les doc-trines interventionnistes allemandes, prconisent aujourd'hui une sorte de mainmise de l 'Etat sur toute l'activit conomique par l'intermdiaire des groupements professionnels. Et il terminait ainsi : Le prestige des Allemands vainqueurs a fait croire beaucoup de Franais, aprs 1871, que mal crire tait une condition pour bien penser. Esprons que le prestige des Allemands vaincus ne nous fera pas croire, aprs la guerre actuelle, qu'une organisation restreignant invitablement l'initiative et l'effort individuel soit une condition de la prosprit conomique.

    * * *

    Ainsi donc, l'organisation professionnelle est.un terme qui parat s'appli-quer essentiellement, d'aprs son tymologie historique, des dispositifs qui se proposent de raliser la mainmise de l'Etat, notamment par le tru-chement de groupements professionnels, sur l'activit conomique. C'est en ce sens qu'il a t utilis par la loi du 16 ao,t 1940. C'est dans le mme sens qu'on le retrouve dans de rcents projets de loi dus la plume de MM. Palewski, Beaurepaire, Dufau-Prs. Lesdits projets ont t jugs inop-

    2

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http://bibli.ec-lyon.fr

    http://www.centraliens-lyon.net

  • IV

    LYON-VILLEURBANNE 77, cours Tolsto Tl. : V. 67-05 et 67-06

    Tlgr. : Mcasigma-Lyon

    P A R I S ( 8 e ) Direction commerciale

    21, rue de Thran - Tl. : Lab. 04-15 et 04-16

    USINES A VILLEURBANNE ET VHISSIEUX

    C O M P R E S S E U R S D 'A IR A PISTONS LIBRES (Licence Pescara)

    POMPES A ENGRENAGES POUR FILATURES DE VISCOSE ET NYLON

    EMBRAYAGES DE MACHINES-OUTILS TRAITEMENT THERMIQUE

    BTON ARM P R O J E T S E T T U D E S D E G N I E C I V I L

    T R A V A U X PUBLICS CONSTRUCTIONS E T BATIMENTS INDUSTRIELS

    B I A R D , I N G N I E U R - C O N S E I L (E. C. L. 1931)

    I 1, rue Professur-Rollet, LYON Parmentier 02-75

    CAMIONS LECTRIQUES

    OCERI

    SOVEL "//////////////////////M 0 ^ 6, BO

    bOCIETE SOVEL V E H I C U L E S ^ E L E C T R I Q U E S I N D U S T R I E L S

    SIGE SOCIAL ET DIRECTION A VILLEURBANNE BUREAU A PAR/S 3? S6 RUE LA BOE ISV ROUTE DECREMIEU. TEL: VULEURB . 7H-HH TEL BALZAC 2 *

    LMBi HHI

    Ecole Centrale de Lyon Bibliothque Michel Serres

    Association des Centraliens de Lyon

    http://histoire.ec-lyon.fr http

Recommended

View more >