overseas vos freight forwarders ont ©g - supply ?· vos freight forwarders ont de la ressource...

Download OVERSEAS Vos freight forwarders ont ©G - Supply ?· Vos freight forwarders ont de la ressource ©DHL…

Post on 13-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • DOSSIER

    N82 SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 201462

    Overseas

    Vos freightforwarders ontde la ressource

    D

    HL

    G

    EFC

    O

    OVERSEAS

    Un vaste ocan dopportunits.Cest ainsi que beaucoup dentre-prises, exportatrices commeimportatrices, considrent leseffets de la mondialisation. Maisces opportunits entranent ga-lement leur cortge de contraintes

    de toutes sortes logistiques, douanires, admi-nistratives, fiscales, lgales qui peuvent avoirpour effet de ralentir la chane logistique. Para-doxalement dailleurs, alors que se multiplient lesaccords de libre-change, la bureaucratie localeprend de plus en plus dimportance dans les acti-vits de commerce international, avec des justifi-catifs et des documents administratifs produiretoujours plus nombreux. Toutes ces contraintes,les commissionnaires de transport international,autrement appels freight forwarders ou encoreOTI (Organisateurs de Transport International),sont prts les surmonter et tenter de les apla-nir pour aider leurs clients se dvelopper, lim-port comme lexport. Durant ces 10 derniresannes, leur champ de comptences sest consi-drablement largi : tours de contrle de flux,

    Les commissionnaires de transport international (freightforwarders) proposent leurs clients des prestationsqui dpassent largement la prise en charge et le suivi duntransport intercontinental dun point A un point B.Depuis plusieurs annes, la plupart de ces OTI (Orga-nisateurs de Transport International) ont largementinvesti dans les systmes dinformations et les comp-tences en ingnierie de process et en optimisationrglementaire afin dapporter des solutions intgres debout en bout.

  • MARS 2014 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE N82 63

    ingnierie de transport, expertise douanire, dve-loppement de systmes dinformations, logistiqueamont et aval, contrle qualit, Supply Chainrglementaire, optimisation fiscale, etc. Pour-tant, les chargeurs dans leur ensemble ont sou-vent une vision assez troite de nos mtiers, quilsassocient principalement lorganisation et ausuivi du transport dun point A un point B ,constate Patrick Legal, Prsident de TLF Overseas,syndicat professionnel franais regroupant lesentreprises organisatrices de transports ariens,maritimes et commissionnaires en douane.

    La capacit dachat transport, un argument de poidsCertes, pour le chargeur, lun des gros apports dufreight forwarder reste sa capacit dachat detransport, qui reprsente un levier important dengociation avec les transporteurs overseas. En cequi concerne le transport du fret par avion, ilssont tout simplement incontournables en tantquintermdiaires avec les compagnies ariennes.Cest un tout petit peu moins vrai pour le mari-time, mais seulement pour les trs grands comptes

    avec de trs gros volumes (plusieurs dizaines demilliers de conteneurs quivalent vingt pieds/EVPpar an). Ils peuvent dcider, condition de dispo-ser des comptences en interne, de discuter lestarifs directement avec les compagnies de trans-port maritime pour la grande majorit de leursflux (on les appelle les name accounts). Et ce, enne faisant appel aux capacits des freight forwar-ders qu la marge, pour absorber les pics dacti-vit, ou pour dautres types de prestations(douanes, pr et post acheminement, entreposage,dpotage, etc.). La crise a eu pour effet dac-crotre et daffiner les besoins de visibilit. Les fluxse sont tendus afin de rduire le cash immobilisdans le stockage mais du coup, les vritablesstocks se trouvent sur les bateaux et il y a doncncessit de connatre avec prcision le contenude chaque conteneur (quelles rfrences, dansquelles quantits) , analyse Franois Decaudin,Directeur International du groupe Heppner. Cestnotamment ce qui explique lvolution depuisplusieurs annes des offres de tracking proposespar les freight forwarders. En standard, le clientpeut savoir quand son conteneur a t rcupr

    Franois Decaudin, Directeur International du groupe Heppner

    H

    EPPN

    ER

  • DOSSIER

    N82 SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 201464

    Overseas

    Johan Nanninga, Directeur Overseas chez Gefco

    La crise a eu un impact fort sur loptimisation des flux

    La crise a incit les entreprises deman-der leurs freight forwarders de les aider rechercher des conomies dans lopti-misation fine des modes de transport utiliss entre larien, le maritime, le ferro-viaire, la route, voire le fluvial. Certainsgros utilisateurs de larien ont voulu parexemple faire passer certains flux en mari-time. Mais ce genre de changements sac-compagne gnralement dune rorga-nisation de la Supply Chain, avec la mise enplace, dans certains cas, de hubs de conso-lidation ou de stocks de scurit. Et sur-tout, cette optimisation ncessite que le freightforwarder ait la capacit de piloter les flux avec une visi-bilit au niveau articles, et non plus au niveau conteneurs.Lorsquil sagit par exemple darbitrer entre les modesferroviaire et maritime pour les flux de transport entrela Chine et la Russie dun constructeur automobile, leplus intressant conomiquement parlant est dutiliser lemoyen de transport le plus rapide, le rail, pour les l-ments trs chers comme les moteurs, ce qui limite lim-mobilisation de capital, et de continuer faire transiterles pices de moindre valeur par la voie maritime .

    puis charg, et quel moment il est attendu destination. Les prestataires les plus avancs en matire de systmes dinformations peuventrpondre des demandes spcifiques, comme lavisibilit au niveau article. Cela permet, en casdala ou de retard, de choisir des scnarios alter-natifs en fonction des commandes clients priori-taires et des risques de ruptures de stock (ordermanagement).

    Des tours de contrle pour piloter les fluxCe rle de pilotage oprationnel des flux, 24h/24et 7j/7 est devenu essentiel. A tel point que lesOTI, et pas seulement les plus gros, sorganisentprogressivement afin de proposer un service de tour de contrle conu pour grer et suivre entemps rel toutes les entres et sorties dune Sup-ply Chain internationale, depuis le dpart delusine du fournisseur jusquau client final, surchaque segment de lacheminement (prachemi-nement, entrept, maritime/arien, distribution,rception finale). Certaines socits, comme AlisInternational, en ont fait dailleurs lun de leurcur de mtier. La prestation de tour de contrlesappuie non seulement sur la connaissance et lesavoir-faire des collaborateurs, mais aussi sur lacapacit, le niveau dintgration et la connecti-vit du systme dinformations du freight forwar-der. Car il ne sagit plus seulement de faire dutrack & trace des conteneurs mais de pouvoirchanger de manire collaborative un maximum

    R

    HLI

    GM

    ARI

    TIM

    E

    JL

    .RO

    GN

    ON

    Suite page 66

  • DOSSIER

    N82 SUPPLY CHAIN MAGAZINE - MARS 201466

    Overseas

    Jean-Yves Gras, Directeur Logistique et Supply Chain

    chez SDVLoptimisation de la chane

    globale a de lavenir Certains de nos clients commencent rflchir autrement aux schmas de distri-bution de leurs produits, privilgier uneoptimisation globale plutt quune superoptimisation locale. La volont est derduire le temps de cycle global de leurSupply Chain, et non plus de se focaliser surles efforts doptimisation des processus surle maillon de lentrept. Car les budgetsdentreposage sont bien moindres que lesbudgets transport. Aujourdhui, la plupart dutemps, lentrept est aveugle. La prparationde commandes est effectue dans unelogique de flux pousss vers les magasins. Quand lacommande est prte, on regarde quels sont les pro-chains vols disponibles par exemple. Lide est deprendre en compte ds le dpart les contraintes detransport amont et aval. Cest le transport qui va tirerles flux et dfinir les cut-off en fonction de contraintesde livraisons aux clients finaux. Pour pouvoir effectuerce retroplanning, cela suppose davoir une trs bonnematrise de son plan transport et de ses cadenciers etune visibilit complte depuis le fournisseur jusquauclient final. Cest lune des raisons qui ont conduit SDV dvelopper son offre SDV Global Supply Chain .

    dinformations avec le client, y compris sur laprestation dentreposage ou la gestion des com-mandes. Ces nouvelles architectures, qui intgrentdivers systmes dinformations (traabilit, WMS,TMS, ERP du client, etc.) et se veulent de plus enplus ouvertes, y compris vers les commission-naires de transport concurrents, sont apparues il y a 10 ans chez des pionniers comme DHL ou Kuehne+Nagel. Plus rcemment, Panalpina(MyPanalpina+), SDV (projet Prism) ou Gefco(notamment avec le projet Tosca) ont aussi investifortement dans ce domaine.

    Des solutions de bout en boutLa possibilit de sappuyer sur un outil informa-tique intgr et un rseau mondial a conduitnaturellement les OTI faire voluer leur presta-tion dorganisation de transport international versune solution de bout en bout, end-to-end . Alimport, cela peut englober en amont la mise enplace de plates-formes rgionales de consolida-tion des flux (CFS, Containers Freight Stations),avec contrle qualit et quantit des commandesprovenant de diffrents fournisseurs asiatiques,voire mme dans certains cas, prparation descolis tiquets en fonction du client final de des-tination (Direct Shipment), et en aval du transportoverseas, la prestation de distribution et de livrai-son, depuis lentrept destinataire vers les bou-tiques. Une autre grande attente de la part desentreprises est lamlioration de la ractivit op-rationnelle de leurs freight forwarders , noteChristophe Bressange, Associ chez Vinci Consul-

    SD

    V

    Suite de la page 64

    Suite page 68

  • MARS 2014 - SUPPLY CHAIN MAGAZINE N82 67

    Jean-Christophe Cuvelier, Directeur Etudes & Dveloppement Supply Chain Solution

    chez Alis International (Crystal Group)Les ADV Internationales ont besoin dune super tour de contrle

    Nous sommes convaincus que ce que nous

Recommended

View more >