newsletter_"in other words"_ décembre 2012

Download Newsletter_

Post on 31-Mar-2016

213 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Journalisme et discrimination

TRANSCRIPT

  • In Other Words est un projet de lUnion europenne, soutenu et financ par la Commission des Affaires juridiques

    B U L L E T I N M E N S U E L D E L U N I T L O C A L E E U R O C I R C L E

    Marseille, 12-2012 In Other Words est un projet de lUnion europenne, soutenu et financ par la Commission des Affaires juridiques

    In Other WordsNEWS

    Journaliste, vous avez dit journaliste ? Comment devient-on journaliste ?

    A cette question en apparence triviale,

    de beaucoup rpondront de manire simple :

    En faisant une cole de journalisme.

    En France, certaines coles de journalisme

    reprsentent certes un ssame important pour

    entrer dans le mtier. Jinsiste ici sur ladjectif

    certaines, car dautres coles ne bnficient

    pas au contraire de laura ncessaire pour

    permettre ses anciens lves de montrer

    patte blanche dans le secteur mdiatique.

    Inutile de nier le fait quune formation est

    toujours bienvenue dans le parcours de

    chacun et chacune et je ne maventurerai pas

    remettre en cause de manire uniforme

    lducation post-baccalaurat. Par contre, je

    trouve utile de poser la question du type de

    formation. Un journaliste sera-til plus apte

    effectuer son travail sil est pass par une

    des grandes coles de renom ? Que celles-

    ci lui permettent laccs un portefeuille de

    contacts intressant est certain, mais sera-

    til pour autant un meilleur journaliste ?

    Quid de toutes celles et tous ceux qui ont choisi

    une autre voie ? Quid de la formation quon

    qualifie parfois presque pjorativement de sur

    le tas ? Et puis, quid de celles et ceux dont on

    pense quils et elles partent avec un ou plusieurs

    handicaps de dpart, que ce soit de part leur

    origine sociale, gographique, ou en raison de

    leur situation physique ? Ne sont-ils pas mme

    de devenir aussi dexcellents journalistes ?

    Si lon prend le cas de ce quon appelle les

    minorits visibles, les rares exceptions

    comme Harry Roselmack ou Audrey Pulvar

    ne sauraient masquer le manque flagrant de

    representativit sociale dans son ensemble.

    Dans cette optique, il est intressant de

    considrer lapproche dautres pays,

    commencer par lAllemagne, o laccent au

    sein des rdactions est davantage mis sur les

    qualits et competences personnelles que

    sur le parcours universitaire ou acadmique.

    Le monde des mdias franais nest

    pas le reflet de la socit et il est

    temps quil commence le devenir.

    Editorial

    Sommaire

    Editorial

    Vie de lquipe

    Point presse

    Recadrage

    Agenda

    1

    2-3

    4

    5-9

    10

    Soire-dbat Eurocircle : Journalisme et discrimi-nation

    Point Presse : Journal i ste et v ict ime de raci sme

    Des journalistes tmoignent

    Agenda : les recommandations du mois

    Milestones

    Elif KAYI

    Coordinatrice de lquipe

  • In Other Words NEWS Page 2 Vie de lquipe

    In Other WordsNEWS

    Edit mensuellement Jan y Almeria (Espagne),

    Mantova (Italie), Mortagua (Portugal),Marseille (France),

    Timisoara (Roumanie) et Tallin (Estonie)

    avec lapprobation et le soutien de la Commission des Affaires Juridiques de

    lUnion Europenne.

    Ldition franaise est assure par Eurocircle

    Lentreprise ditrice ne peut tre tenue responsable pour les commentaires de

    ses collaborateures

    De gauche droite : Clara Martinez, Ursulla Duplantier, Elif Kayi et Samir Akacha

    Le pouvoir du journaliste ne se fonde pas sur le droit de poser

    une question, mais sur celui dexiger une

    rponse.

    Milan Kundera

    Le 4 dcembre, Eurocircle a accueilli dans ses locaux trois journalistes, Samir Akacha, Ursula Duplantier et Clara Martinez, pour changer autour

    du sujet La discrimination dans le journalisme :

    Comment devient-on journaliste ? . La soire sest

    droule dans le cadre du projet In Other Words et

    est venue clore une anne de travail dobservation des

    mdias locaux autour des sujets lis la discrimination.

    Chaque participant(e) sest tout dabord prsent(e),

    rappelant son parcours personnel, comment il ou elle

    est arriv(e) dans le monde du journalisme, les premiers

    pas dans le mtier, les difficults ou facilits exercer,

    etc. Pour plus dinformations, vous pouvez retrouver un

    portrait dtaill de chacun dans la prsente newsletter.

    La discussion sest porte ensuite sur le sujet spcifique

    de ce quon appelle aujourdhui la diversit dans les

    mdias. Une courte vido a t visionne, montrant

    Fabrice Arfi, journaliste Mediapart, lors dune

    mission tlvise. Ce dernier rpondait au prsentateur

    qui venait de lui indiquer quil ny a que des Blancs

    au sein de la rdaction de Mediapart. Fabrice Arfi

    a alors immdiatement ragi en expliquant quils ne

    travaillent pas avec des quotas . Lintrt de cette trs

    courte vido est la raction du journaliste qui aborde

    spontanment le sujet des quotas, laissant limpression

    que la question de la diversit est uniquement lie

    une question de quotas . Le prsentateur dira

    la fin quil voulait juste le taquiner , laissant aussi

    limpression que le sujet nest pas pris au srieux.

    Nous nous sommes aussi attards sur ldito du blog

    Cest quoi lhistoire , ralis par de jeunes journalistes

    en herbe, dans le cadre de lAtelier Journalisme

    de Marseille et auquel Samir avait particip. Nous

    retiendrons principalement cette phrase : Et si ce sont

    toujours les mmes : des hommes, blancs, parisiens,

    de 40 ans, dorigine judo-chrtienne certifie, ayant

    fait de bonnes tudes, qui racontent ces histoires,

    cest embtant. Il faut que dautres puissent aussi

    en tre. Ce nest pas une question de respect de la

    diversit (air du temps), cest une question politique:

    il manque dans toutes les rdactions de France des

    journalistes issus des classes et des quartiers populaires.

    Un spectateur est intervenu pour demander le

    sens de cette phrase. Il a expliqu y comprendre

    une question de lgitimit et sinterrogeait sur le

    fait qutre issu des classes et quartiers populaires

    puisse donner une lgitimit pour parler de ces

    quartiers. Samir a rpondu en expliquant quil

    sagissait dune question de reprsentativit. Il a ajout

    quaujourdhui, de nombreux jeunes issus de ces

    Soire-dbat organise Eurocircle, La discrimination dans le journalisme :

    Comment devient-on journaliste ?

  • Marseille, 12-2012 n15

    Page 3Vie de lquipe

    priment pour les rdactions allemandes. Les participants se sont

    accords pour parler dune situation litaire en France, o il est difficile

    daccder aux rdactions quand on ne dispose pas dun portefeuille de

    contacts ou quon nest pas pass par une grande cole de journalisme.

    Clara a enfin prsent les diffrences entre ce quelle appelle le

    journalisme et le nouveau journalisme , qui concerne principalement

    les mdias en ligne. Clara, qui a expliqu avoir choisi le second pour la

    spcialit de son Master, a soulign que cette spcialit est encore trs peu

    reconnue dans la profession qui prfre embaucher ou faire travailler

    des journalistes spcialiss dans les mdias traditionnels. Pour elle, il

    sagit un peu dune sorte de pari sur lavenir , car elle pense que les

    mdias vont tre amens se dvelopper de plus en plus sur Internet.

    Dbat : Comment devient-on journaliste ? Eurocircle

    quartiers par exemple ont fait des tudes suprieures mais quon en

    trouve encore peu voir pas au sein de rdactions de mdias traditionnels.

    Do la question : comment expliquer cette situation aujourdhui ?

    Samir a insist sur le fait quil y a un problme de reprsentativit

    de la socit dans son ensemble au sein des rdactions.

    Un autre point abord lors de la soire concernait les diffrences de

    formation entre la France et lAllemagne. Ursula a expliqu avoir fait

    des tudes portant sur la politique, lconomie et la littrature franaise,

    et avoir appris beaucoup lors de stages quelle a effectus auprs de

    diffrentes rdactions, mais surtout lors de son Volontariat .

    Le Volontariat allemand est une sorte de contrat en

    alternance, qui dure plusieurs mois et durant lequel le volontaire

    qui est rmunr travaille au sein de la rdaction du mdia qui la

    slectionn et bnficie en plus dune formation thorique dispens

    par des professeurs et professionnels. Ursula a insist sur le fait que les

    connaissances pratiques et les comptences sont valorises en Allemagne

    beaucoup plus que la formation acadmique. Elle a aussi prcis que

    dans le cadre dun travail en freelance, cest le sujet et son intrt qui

  • In Other Words NEWS Page 4 Point Presse

    Jen parle souvent mes collgues : ils peinent me croire lorsque je

    leur dcris cet apartheid mental, lorsque je leur dtaille les petites

    humiliations prouves quand je suis en reportage, ou dans la vie ordinaire.

    A quoi bon me prsenter comme journaliste au Monde, on ne me croit

    pas. Certains nhsitent pas appeler le sige pour signaler qu un

    Mustapha se fait passer pour un journaliste du Monde !

    Mustapha Kessous explique aussi comment il sadapte

    cette situation :

    Jai d amputer une partie de mon identit, jai d effacer ce prnom

    arabe de mes conversations. Dire Mustapha, cest prendr