Madame la ministre Madame la présidente du conseil ...inpes. ?· 1" " Madame la ministre Madame la…

Download Madame la ministre Madame la présidente du conseil ...inpes. ?· 1

Post on 11-Sep-2018

216 views

Category:

Documents

3 download

TRANSCRIPT

  • 1

    Madame la ministre

    Madame la prsidente du conseil scientifique,

    Monsieur Riel Miller, grand tmoin de nos journes,

    Mesdames et messieurs,

    Je suis trs heureuse de pouvoir vous accueillir aux 8 Journes de la prvention.

    Je souhaite particulirement remercier madame la ministre de sa prsence, une prsence qui marque son attachement aux questions de sant publique et de prvention, et laquelle nous sommes trs sensibles.

    Que lEtat fasse de la prvention et de lducation pour la sant lune de ses missions privilgies, cest la fois, pour lui, prendre acte de la charge qui lui incombe, en mme temps que dune prrogative qui lhonore.

    ***

    Education et sant forment un tandem indissoluble dans laction qui est la ntre.

    Vous le savez, les Journes de la prvention sont devenues un rendez-vous majeur de rflexion et dchange des acteurs de sant publique.

    Anne aprs anne, la diversit des thmes abords, la qualit des intervenants, ainsi que la richesse des expriences de terrain, ont fait de ces Journes un moment qui compte.

    Le transfert de ces connaissances et la sensibilisation des publics concerns sintgrent dans une dynamique qui contient, en mme temps quelle la dpasse, les questions de sant : il sagit douvrir le chemin dune autonomie responsable, pour quadvienne, en chacun, tout autant le souci de soi que le souci de lautre.

    Cest ce pourquoi toute lquipe et tous les partenaires de lInpes se mobilisent. Je veux les remercier pour leur travail et leur

  • 2

    professionnalisme qui nous permettent de vous offrir un programme aussi riche.

    Pour notre premire journe, nous avons dcid de mettre laccent sur la prvention et la promotion de la sant chez les jeunes. Ce sujet est majeur, puisquil aborde un des moments les plus importants dans la construction de la personnalit.

    La journe de demain sera, elle, riche de thmatiques, telles que la prvention de la consommation dalcool pendant la grossesse, les bienfaits de lactivit physique, les actions favorisant le bien vieillir lchelle des territoires ou encore les hpitaux promoteurs de sant.

    Enfin, vendredi, se tiendra notre 2 colloque scientifique international sur lconomie de la prvention. Une question qui prend un relief tout fait particulier en ces temps de crise conomique. Une question qui montrera toute la validit de notre approche qui, mme en des temps difficiles, doit rester thique et maintenir la personne au centre des dispositifs.

    Pour complter et rpondre vos besoins, nous avons choisi cette anne de monter des ateliers vise oprationnelle.

    En effet, la prvention ne doit jamais sgarer dans des visions trop abstraites, qui ne feraient pas assez place la complexit humaine, la pluralit des situations que vivent les gens, que nous vivons tous.

    Bien sr, lurgence est de soigner le mieux possible les malades daujourdhui.

    Mais en appelant une refonte de la relation quentretient la socit avec son systme de soins, et en affirmant la volont de lEtat de rquilibrer le curseur des dpenses entre prvention et soins, cest aussi nous, la communaut de ceux qui uvrent pour la prvention et la promotion de la sant, que le premier ministre a fait appel le 8

  • 3

    fvrier Grenoble. Cest, je crois, le sens profond de la prochaine stratgie nationale de sant.

    A nous de dmontrer que ce changement de paradigme est possible; en privilgiant les approches transversales et locales, en affirmant la prminence des politiques efficientes, et en construisant des synergies dacteurs, pour permettre toute personne de vivre en meilleure sant possible, tous les ges de sa vie.

    La prvention, rappelons-le, nest ni un hyginisme normatif de noire mmoire, ni une prescription autoritaire qui confondrait prvention et prdication, ni un discours de culpabilit qui infantilise toujours plus quil ne responsabilise.

    Cest la raison pour laquelle notre action, si elle ncessite une vaste diffusion de linformation lintention du public, doit toujours veiller cheminer de pair avec une adresse spcifique chaque individu, grce aux acteurs de proximit.

    Les professionnels de terrain, comme nos rapports dtudes, sont l pour nous rappeler, quil ne suffit pas, hlas, de pointer la dangerosit des pratiques risques pour les voir disparatre, et pour convaincre celui qui sy livre dy renoncer.

    Ltre humain, les sciences humaines nous lont appris, ne se rduit pas un tre de raison. Il est galement travers de dsirs, de fantasmes, de symptmes, de dni. Ses conduites risques sont galement des expriences vcues, prises dans des ralits subjectives qui constituent son histoire.

    Notre conception de la prvention et de lducation pour la sant doit, au contraire, continuer de battre au rythme dun fondement thique qui rappelle tous, hommes et femmes, parents, enfants et adolescents, que leur sant est la leur, quils en sont tout autant les dpositaires que les garants.

  • 4

    Ainsi pourrons nous nous attaquer, ensemble et avec force, aux comportements risques comme aux dterminations alinantes qui les gnrent, les stimulent et les entretiennent.

    Construire des environnements et des politiques publiques favorables la sant, amliorer loffre de prvention l o vit la personne, permettre aux personnes au quotidien de faire leurs propres choix pour leur bonne sant, rduire les ingalits sociales de sant, voil notre feuille de route.

    Les enjeux sont de taille : lopinion publique est dsormais digitalise, instantane et critique. Les metteurs de messages en sant sont lgion et leur parole rsonne tout autant que la ntre, tout particulirement sur le web. Nous ne pouvons pas ngliger cette mutation qui bouleverse nos acquis et nos faons de faire.

    Comment aujourdhui initier son prochain lart de la prudence, comme une thique de la responsabilit lamenant vers les forces de la vie : voil, en substance, le fondement et lenjeu de notre conception de la prvention et de lducation pour la sant.

    Il nous faut donc innover et nous remobiliser en permanence.

    Les Journes sont l pour nous y aider.

    A prsent, jai le trs grand honneur de laisser la parole Madame la ministre.

Recommended

View more >