littérature classique arabe

Download Littérature Classique Arabe

Post on 07-Jun-2015

2.945 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

quelques pages sur la littérature classique arabe, notes du cours de l'université de Genève

TRANSCRIPT

Littrature classique arabe Semestre dhiver M. Genequand Notes de Yasmine Pejom

1

1.11.2006 Il y a peu de littrature traduite car cest un genre difficile qui ressemble la posie. Vers les annes 1900 il y a une forte coupure avec les influences des littratures europennes (franaise, anglaise, russe...). Cest lintroduction dun genre littraire nouveau. Il ny a ni thtre ni roman, cest la disparition des genres plus anciens. La forme de la posie est reste fidle soi-mme de 900 jusqu 1900. Littrature classique/ lhritage= Hriter= Vers 1500, Ibn Khaldun. Pendant une priode, on ne cre plus grand chose, on garde les mmes formes, les mmes thmes. Labsence de fiction raliste est tonnante, il existe trs peu duvre correspondant ce schma. Lautorit religieuse voit dun mauvais il a fiction et la reprsentation par limage. La littrature arabe reprsente un volume norme dont une bonne partie est lensemble des textes juridiques et religieux (les lgendes des Prophtes est mme un genre littraire.) Il existe aussi une riche littrature historique, de nombreuses chroniques, des descriptions et une littrature de voyage. Il y a trois style dans la posie : Lyrique, Posie du je , expression de son me. Style bref. pique, Posie la troisime personne, expression dpope. Style long. Dramatique, Drame, thtre.

1. LA POESIELa posie et son criture Posie= Pote= Larabe ne connat que la posie lyrique. Lexception ce sont les romans populaires comme la geste de Babars . Ce sont des uvres orales mises un jour par crit. Il nexiste pas dauteurs dfinis. Dans les mille et une nuits , on trouve ce genre de style, mais ces rcits introduits sont plus tardifs. Dailleurs cet ouvrage est mpris par les lettrs arabes. Cest spcialement les occidentaux qui lestiment. La posie est transcrite aprs lapparition de lIslam, mais loralit persiste mme aprs la gnralisation de lcriture.

2

La posie est le genre le plus important dans la langue arabe. On a consign par crit tout ce qui tait important de ne pas altrer par le temps. Si on a consign la posie antislamique par crit, cest parce que ctait un modle grammatical et non pas pour favoriser sa diffusion. Les conteurs ont t supprims par la radio, la tlvision etc... mais il faut bien simaginer que dans le temps, ctait courant et quils interprtaient et changeaient les textes leurs guises. Tout comme les chansons dailleurs. La musique sest perdue videmment, la notation de la musique ntait pas rpandue. Il existait au dbut de lIslam une criture arabe, mais elle tait trs rudimentaire. Il ny avait ni points diacritiques, ni voyelles. La transcription du Coran a contraint les arabes de perfectionner leur criture. 8.11.07 Les anciens pomes et les recueils Recueil individuel Diwn= Les recueils Al-Muaddal a-ddabii= Al-hamsat= Lanthologie la plus clbre : Les suspendus Al-Mallaqt= Vient de la racine suspendre alaqa= Anthologie de Qraysh Jamharat ashr= Deux compileurs du 9me sicle : Ab-Tammm= et Al-bhturi= complieur de lpoque omeyade ~900 Al-Qrash= Les pomes les plus anciens remontent environ 150 ans avant lIslam. Al Mansour (760-770) lui demanda de composer Al-Muaddal a-ddabii pour lducation de prince Al-Mahdi. Cest une anthologie qui prsente des pomes entiers, ce qui nous permet de connatre leurs formes. Mais ce ne serait pas les pomes les plus vnrs. Al-Mallaqt, la lgende dit que ctait des pomes brods en or suspendus sur la Kabba, mais cest impossible parce que cest plus tardivement quon met par crit la posie. Ce serait plutt parce que lon compare la posie un collier suspendu, chaque vers tant comme une perle dun collier magnifique. A lpoque omeyade, ce recueil aurait t collectionn par Al-Qrsh dans son anthologie. Jamharat ashr, son anthologie est compose de 7 parties de 7 pomes. Chaque section porte un nom dont un qui est Al-Mallaqt, chef duvre de la posie ancienne. Les pomes se retrouvent dans diverses anthologies, parfois de 7 on passe 10 parties, mais les meilleurs pomes sy retrouvent toujours, en particuliers les potes de la Jahilyya :

3

Imr Al-Qads= Zhair= Antar ou Antarat= Tarha=t Labid= Il a exist des recueils de tribus, il en reste plus quun seul aujourdhui de la tribu des Huzails= Le livre des chants, Kitb Al-Qn Le fameux livre des chants, Kitb Al-Qn= dont lauteur est Ab Al-Faraj Al-Isfahn= (897-967) Akhbar= Un historien Taha Hussein= Le rcitant Rawi= Le gnie Al-Nbqat= Le livre des chants est un norme ouvrage de 20 volumes qui porte sur les potes, leurs vies, des anecdotes les concernant, la vie ancienne... Ce livre est une source trs riche pour la culture arabe. Une centaine de chansons est le dpart du livre. Cest une succession de chapitres, chacun reprsentant un pome ou un musicien. La musique, bien videmment, nest pas crite. Lordre nest pas toujours biographique, on a souvent une gnalogie au dbut puis une anecdote suivie de textes en prose et en vers. Malheureusement les pomes ne sont souvent que des fragments. La partie en prose sappelle Akhbar, ce sont les nouvelles. Cest comme une sorte de hadith profane, avec son isnad. Sur le pote Imru Uqraysh, il y a des lgendes, des informations disparates sur sa vie. Mais son pome le plus fameux nest mme pas cit. Lobjectif du livre nest pas dtre un critique littraire, ni de former une liste. La posie en gnrale Il y a des doutes sur lauthenticit de des pomes de la Jahilyya, car il y a 200 ans dcart entre la naissance des pomes et son criture. Taha Hussein remit en doute la totalit de la posie au 20me sicle, entre autre parce que certains collectionneurs se vantaient de pouvoir crire des pomes dans le mme style. Mais aujourdhui, plus personne ne dfend cette thse. Dans la question des attributions, il subsiste beaucoup de doute. Pendant 2 ou 3 sicles, la posie ntait transmise quoralement, par des rawi (abreuvant), nom que lon donna aux rcitants-mmorisateurs. Il sagissait souvent du fils du pote, laccompagnant comme secrtaire, alors videmment, les nos se recoupent, se4

retrouve dans les mmes familles, ou dans la mme tribu. Finalement, les vers rcits sont comme un bien commun. Al-Nbqat cest le gnie, celui qui sort du lot. Ctait un nom qui a t port par de nombreuses personnes, une dizaine de potes. Les diwans sont souvent rangs en ordre alphabtique. La transmission : Khalaf Al-Akhmar= Hammd= Le passage de loral lcrit seffectue vers le 8me sicle ap JC. Non seulement pour la posie, mais aussi pour la tradition prophtique. Ces textes datant de la jahiliyya ont t mis sur papier pour une raison grammaticale. En effet, une certaine codification de la langue arabe tait en train de stablir. Et avec lcriture du Coran, la langue prit de limportance. Pour bien lire le Coran, il faut tre capable de bien lire larabe. Durant le mme sicle, on introduit le papier la bataille de Toulas vers 750, cest invention chinoise. Les pomes devaient tre faciles mmoriser. Il est trs rare quil y ait des enjambements, presque toujours un vers est en une phrase, lordre peut tre modifi sans changer vritablement le sens de la strophe. On retrouve ce trait dans les hadiths. De plus, les gens ne retenaient souvent que quelques vers, cest peut-tre une explication quon na souvent que des extraits. Ce sont des spcialistes qui rassemblent et mettent ensemble les pomes, do certaines confusions possibles dans les agglomrats. Le Rawi, grand transmetteur, nest pas forcment rattach une tribu ou un pote. Les deux transmetteurs les plus clbres sont : Hammd mort en 770 Kfa et Khalaf Al-Akhmar, le roux mort en 897. Ceux qui ont conserv la posie taient surtout des grammairiens, formant la base de la langue arabe, la codifiant. Cest pour a que la symbiose entre la posie de lcole du Hijaz et la posie lie au pouvoir Omeyyade aurait cr un conservatisme trs dur lire, car les expressions ne sont plus usuelles. Tous les pomes sont en arabe, mais on parlait en dialecte, avec des particularits tribales. On a pens quil y avait dj une kon, une langue commune ct des dialectes, comme larabe classique actuel. Les diffrences taient surtout vocaliques ou toniques. Noublions pas que les premires critures sont sans vocalisation. ~750, introduction du papier, ce qui permet une plus large diffusion.

5

La structure La racine shaara= veut dire tre conscient, connatre. Quelque chose de particulier, alors que pote plutt du grec crateur. On nomme aussi le pote comme le possd des djinns, majnun= , un peu comme les muses de la posie grecque. La structure du pome est souvent la mme, avec une rime la fin de chaque vers, soit voyelle+consonne, soit voyelle+consonne, avec des variantes, des raffinements possibles. Cest souvent des monorimes, du dbut la fin cest la mme rime. Mais normalement on ne doit pas trouver de rptitions dun mot qui rime. La consonne finale est dterminante, dailleurs le pome porte son nom. Par exemple la lettre lam donne un pome lamiya. La majorit des pomes sont plutt courts, plus courts que les pomes dor qui sont entre 80 et 100 rimes. Le mtre est plus que le rythme, il compte un schma sur les longues et les brves, les longues tant trs marques. Les accents sont gnralement sur la longue. Le schma est indpendant du nombrer de mots. Mais trs probablement, les potes ntaient pas eux-mmes conscients de ces schmas. Ahmad Al-Khalil b. Ahmad = est lauteur du premier dictionnaire arabe et le dcouvreur des schmas. U= brve O=longue =accent le tawl 4X: (genre de schma) , , OUOUOOU

Les pomes se divisent en deux grandes catgories: Le rajaz= , peu utilis, considr comme infrieur dans la classe des pomes, ils ont plutt un intrt mnmotechnique questhtique. Le qasid= , plus difficile, avec des vers plus amples. Il vient de la racine qasada= qui veut dire viser, avoir lintention de et couper. En effet on observe que chaque pome est prsent comme un texte coup en deux par la csure de lhmistiche. La qasidat= est un pome complet dune certaine longueur structur en 3 ou 4 parties. Le qitat= est denviron 10 vers, est un fragment de pome, ou parois un pome complet. La di