Lipomodelage et prise de poids. À propos d’un cas et revue de la littérature

Download Lipomodelage et prise de poids. À propos d’un cas et revue de la littérature

Post on 04-Sep-2016

221 views

Category:

Documents

6 download

TRANSCRIPT

Annales de chirurgie plastique esthtique (2010) 55, 238242CAS CLINIQUELipomodelage et prise de poids. propos dun caset revue de la littratureLipofilling and weight gain. Case report and review of the literatureA. Taupin a,*, D. Labb a, J. Nicolas a, C. Debout b, H. Benateau aa Service de chirurgie maxillofaciale et plastique, CHU de Caen, avenue de la Cote-de-Nacre, BP 95182, 14033 Caen cedex 5, Franceb Laboratoire dhistologie, CHU de Caen, FranceRecu le 11 novembre 2008 ; accepte le 7 juin 2009MOTS CLSLipomodelage ;Greffe adipocytaire ;Hypertrophiesecondaire ;Prise de poids ;HistologieRsum Depuis les travaux de Coleman, le lipomodelage est devenu une technique chi-rurgicale facile, fiable et reproductible qui sest largement dveloppe en pratique courante etdans les syndromes de Romberg svres qui se traduisent par une atrophie hmifacialeprogressive des tissus cutans et sous-cutans. Au travers dun cas clinique, les auteursrapportent une complication rare du lipomodelage, savoir une altration du rsultat esthtiqueaprs prise de poids multifactorielle : modification du rythme de vie, contraception orale auxestroprogestatifs et corticothrapie. Le lipomodelage est une greffe adipocytaire ralise aprscentrifugation des produits de liposuccion. La constatation dune augmentation asymtrique duvolume du greffon interpelle quant la nature hypertrophique ou hyperplasique de celui-ci. Eneffet, la technique produit par dfinition un greffon concentr dadipocyte qui, de surcrot,ralise une asymtrie du nombre dadipocytes de part et dautre du visage. Les auteursprsentent ainsi les rsultats prliminaires obtenus.# 2009 Publi par Elsevier Masson SAS.KEYWORDSLipofilling;Fat graft;Secondary hypertrophy,Weight gain;HistologySummary Since Colemans studies, lipofilling has become an easy, reliable and reproduciblesurgical technique particularly in severe Rombergs syndrome that is characterised by aprogressive facial hemi-atrophy of cutaneous and subcutaneous tissues. Considering a youngpatient case, the authors expose a rare complication of lipofilling: deterioration of the aestheticresults after a significative weight gain due to corticosteroids, oral contraception and a change oflifestyle. Lipofilling is an adipocyte graft realised after centrifugation of liposuction products.Thus, the increasing volume of the fat graft remains hypertrophic and hyperplasic theories.Indeed, the technique produces a concentrated fat graft that realises an asymmetry of fatdistribution in both sides of the face. The authors present their preliminary results.# 2009 Published by Elsevier Masson SAS.* Auteur correspondant.Adresse e-mail : arnaudtaupin@mac.com (A. Taupin).0294-1260/$ see front matter # 2009 Publi par Elsevier Masson SAS.doi:10.1016/j.anplas.2009.06.005IntroductionDepuis les travaux de Coleman [1,2] codifiant parfaitementla technique de greffe adipocytaire, le lipomodelage estdevenu un outil thrapeutique reconnu pour la prise encharge du remodelage des tissus mous en particulier auniveau de la face. Son innocuit, sa facilit, sa reproducti-bilit et sa fiabilit sont autant de qualits qui ont permis dedvelopper cette technique dans diverses pathologies : une atrophie hmifaciale progressive ; une lipodystrophie secondaire au traitement anti-rtroviral ; un comblement dune perte de volume de la face ; une chirurgie du vieillissement ; une reconstruction mammaire. . .La maladie de Romberg est une atrophie hmifacialeacquise se caractrisant par une involution progressive dunct de la face, touchant initialement la peau, la graisse sous-cutane et les muscles. Lorsque laffection dbute prcoce-ment, alors que la croissance faciale est en cours, une atteinteostocartilagineuse est observe. Pathologie rare et dorigineencore mconnue, elle peut se compliquer datteintes neu-formes svres [5,6]. Lobjectif tait de ne pas interfrerdans lhistoire de la maladie et dattendre la stabilit deslsions avant de raliser une intervention. Diffrentes tech-niques ont t utilises comme les implants (collagne,tissus osseux allognes, Silastic1. . .), les greffes (lipofilling,greffe dermograisseuse, greffe osseuse) et les lambeauxpdiculs ou libres.Le lipomodelage apparat tre une technique particuli-rement intressante dans la prise en charge de la maladie deRomberg en raison de sa reproductibilit, de son efficacit etde son innocuit. Concernant ce dernier point, les compli-cations sont en effet bien connues, gnralement mineureset prvenues par une technique chirurgicale bien codifie(dme, ecchymose, sur- ou sous-correction, migrationsecondaire, irrgularits, infection et traumatisme des tissusenvironnants au site de prlvement).Au travers dun cas clinique, les auteurs exposent unecomplication rare du lipomodelage savoir une altration dursultat esthtique aprs prise de poids secondaire unecontraception orale par estroprogestatifs, une modifica-tion du rythme de vie et une corticothrapie.Cas cliniqueprLipomodelage et prise de poids. propos dun cas et revue de la littrature 239rologique, ophtalmologique, vasculaire et auto-immunes.Devant un flou physiopathologique, de nombreusesoptions thrapeutiques ont t proposes, tant mdicalesque chirurgicales. Actuellement, la prise en charge thra-peutique varie en fonction de lactivit et de la svrit delatteinte mais aussi en fonction de lge du patient.Dun point de vue mdical, certaines quipes proposentune corticothrapie locale ou gnrale [3] dans lhypothsedune sclrodermie volutive et des injections de toxinebotulique de type A en cas de spasme associ [4].Les rsultats des traitements mdicaux tant peu encou-rageants et non dnus de risques chez lenfant, la chirurgiesest impose comme traitement symptomatique dans lesFigure 1 Aspect initial aMlle G. a t prise en charge lge de 13 ans dans notreservice pour un syndrome de Romberg caractris par uneatrophie hmifaciale gauche svre touchant les trois tagesdu visage : une dpression frontotemporale ; un dfaut de projection de los zygomatique ; une dpression jugale par rsorption de la boule deBichat ; une dformation du cartilage alaire ; une ascension de la commissure labiale ; une atrophie de la lvre infrieure, de la mandibule avecasymtrie du menton limite nette ;s stabilisation lsionnelle.selon la technique de Coleman1. Entre 2001 et 2003, cinqsances ont t ralises sous-anesthsie gnrale pourcorriger les rgions temporale, jugale et gnienne avecinjection de 92 cm3 de graisse prleve majoritairementau niveau abdominal. Dans un second temps, une gnioplas-tie de recentrage a t ralise afin damliorer la profilo-plastie. Les rsultats un an sont stables et satisfontpleinement la patiente (Fig. 2).Cinq ans aprs la dernire sance de lipomodelage, audcours du suivi de sa maladie, Mlle G. sest prsente laconsultation avec une prise de poids importante (10 kg)depuis linstauration dune contraception orale par estro-progestatif minidoss (association dthinylestradiol 15 mget gestodne 60 mg). Cette prise de poids correspond parailleurs une modification de son mode de vie (arrt de sesactivits sportives et dpart du foyer parental pouvantsuggrer une modification du rgime alimentaire) et uneprise de corticodes pour une sclrodermie associe.Au niveau de la face, la patiente prsente une augmenta-tion disharmonieuse du volume des diffrents greffons adi-pocytaires (Fig. 3) apparue aprs deux annes de prise depoids. Sous nos conseils, la patiente a dabord arrt sacontraception orale et repris une activit physique pour240 A. Taupin et al. une prominence de loreille par dfaut de plicature delanthlix (Fig. 1).Cette atrophie concerne essentiellement les tissuscutans et sous-cutans, mais elle a galement un retentis-sement sur la croissance dentosquelettique : classe I, den-taire avec une latrodviation du point inter-incisif, troubleFigure 2 Rsultats aprs les cinq sances de lipomodelage etgnioplastie de symtrisation. Vue de face.de croissance verticale de la branche horizontale de lamandibule et dfaut de projection du menton.Aprs deux ans de stabilit de son hmiatrophie, lapatiente a bnfici dune prise en charge par lipomodelageFigure 3 Patiente cinq ans aprs la fin de la prise en charge chiruprise de poids. Vue de face (a) et de profil (b).obtenir une perte de 5 kg ce jour. Malgr cela, les greffonsadipocytaires restent volumineux et il nexiste pas demodifi-cation significative de la silhouette (Fig. 4).Devant de telles constatations et en accord avec lapatiente, il a t dcid de raliser des biopsies de tissugraisseux de part et dautre de la face afin de raliser unetude histologique comparative des adipocytes de chaquehmiface. Ces biopsies ont t ralises sous-anesthsielocale la seringue avec une canule de Coleman de 2 mmen regard des rgions jugales (lincision tant faite en rgionsous-lobulaire). Le produit des biopsies a t techniquimmdiatement pour obtenir des prparations ltat fraiset des coupes congeles.Lobservation ltat frais retrouve des structures vacuo-laires de grande taille correspondant des adipocytes (Fig. 5).Ceux-ci paraissent plus petits et moins bourgeonnants sur largicale montrant une modification secondaire du rsultat aprs la priode purifie, atraumatique instaure par lestravaux de Coleman [1,2].Ds lors, de nombreux travaux ont t entrepris afindvaluer la fiabilit de la technique mais aussi le devenirdu greffon adipocytaire, les partisans de la survie du greffonsopposant ceux du remplacement par le tissu environnant.Dans les annes 1950, Peer [7] publiait les rsultats de sestudes histologiques faites sur lanimal. En 1993, Carpanedaet Ribeiro [8] exposaient des rsultats superposables chezlhomme.Cesdeux travauxconfirment lapossibilit degrefferdu tissu adipeux et mettent en vidence la prsence dunencrose centrale en cas de greffon volumineux. Peer prcisedanscecasque lescellules survivantes compensent lapertedevolume par une augmentation de leur stockage dacides gras.En 2001, Jauffret et al. [9] ont publi un ensembledarguments histologiques, radiologiques et anatomo-cliniques en faveur de la greffe adipocytaire selon la tech-nique de Coleman. Dun point de vue histologique, lesLipomodelage et prise de poids. propos dun cas et revue de la littrature 241lame tmoin correspondante au prlvement de la joue saine.Les adipocytes apparaissent donc plus concentrs et lgre-ment plus hypertrophis du ct greff.Lobservation du matriel congel dans lisopentane 180 8C aprs coupes conglation, sous microscope encontraste de phase retrouve des rsultats similaires (Fig. 6).DiscussionOn retrouve dans la littrature des travaux utilisant le tissugraisseux comme matriau de remplissage depuis la fin duXIX sicle. Depuis, son utilisation comme tissu de comblementFigure 4 Patiente aprs perte de poids mais sans modificationdu volume des greffons. Vue de face.en chirurgie plastique et esthtique sest largement dve-loppe connaissant trois priodes volutives majeures : la priode ciel ouvert ; la priode non purifie ;Figure 5 Microscopie optique ( 20). Aspect comparatif ltaauteurs retrouvent en particulier une densit du tissu grais-seux greff augmente du fait de la centrifugation, celle-ciliminant les hmaties et les dbris cellulaires. Le comble-ment de latrophie des tissus sous-cutans entrane donc pardfinition un pool adipocytaire plus lev du ct greff parrapport au ct sain, le greffon venant non seulementcombler le tissu graisseux inexistant mais aussi les autrestissus atrophiques. Autrement dit, pour obtenir un rsultatesthtique harmonieux et symtrique, le chirurgien recon-stitue un volume graisseux suprieur au ct sain. Ce quipermet de comprendre quune stimulation de la croissancedes adipocytes se traduit par une dissymtrie.En 2000, Latoni et al. [10] ont rapport un cas daugmen-tation secondaire du volume dun greffon adipocytaire aprsprise de poids. Sa patiente, ge de 13 ans, prsentait uneatrophie cutane et sous-cutane secondaire une injectionintramusculaire de corticodes la face latrale de la cuisse.Elle a donc bnfici dun comblement par 75 cm3 de greffonadipocytaire. Quinze mois aprs la chirurgie, la patienteprsentait une augmentation du volume de la rgion greffequi a t corrige par lipoaspiration. Les auteurs concluaientque la modification du rsultat tait due une hypertrophiedes adipocytes (et pradipocytes) greffs sans en avoir lapreuve histologique.t frais en contraste de phase. a : ct sain ; b : ct greff.s co242 A. Taupin et al.Le cas de notre patiente vient donc confirmer les obser-vations prcdentes. Dune part, nous avons not des adi-pocytes hypertrophiques qui ont compens la ncrosecentrale du greffon. Dautre part, la dissymtrie sexpliquepar une densit adipocytaire plus leve du ct remodel.Le caractre stable de la modification malgr la perte depoids reste nigmatique et nous incite poursuivre la sur-veillance dans lespoir dune rduction retarde.Enfin, les diffrentes techniques dtude histologique dutissu graisseux nont pas t contributives et nous recom-mandons de fixer directement le tissu au formaldhyde et defaire de la paraffine classique.ConclusionAu travers de ce cas, les auteurs ont voulu exposer unecomplication du lipomodelage rarement dcrite dans la lit-trature, savoir une altration du rsultat esthtique aprsprise de poids.Les biopsies ralises ont retrouv des images dadipo-Figure 6 Microscopie optique ( 20). Aspect comparatif, coupea : ct sain ; b : ct greff.cytes la fois plus volumineux et plus concentrs du ctgreff, ce qui sexplique par la technique de centrifugationqui concentre les adipocytes et par lhypertrophie compen-satrice vis--vis de la ncrose.Finalement, nous nous posons aussi la question de lavariation histologique du tissu adipeux en fonction des dif-frents sites donneurs. En effet, la prise pondrale sassocie des modifications de la silhouette caractristique. Ainsi, lagraisse de la face interne des cuisses semble moins sujetteaux variations de volume que la graisse abdominale lors deprises de poids.Conflits dintrtsAucun.Rfrences[1] Coleman SR. Facial recontouring with lipostructure. Clin PlastSurg 1997;24(2):34767.[2] Coleman SR. Long term survival of fat transplants: controlleddemonstrations. Aesthetic Plast Surg 1995;19(5):4215.[3] Goldberg-Stern H, de Grauw T, Passo M, Ball WS. Parry-Rom-berg syndrome: follow-up imaging during suppressive therapy.Neuroradiology 1997;39(12):8736.[4] Ebersbach G, Kabus C, Schelosky L, Terstegge L, Poewe W.Hemimasticatory spasm in hemiatrophy with multiple benigntumors and hamartomas. Neuropediatrics 1995;10(4):5047.[5] Longaker MT, Siebert JW. Microvascular free-flap correction ofsevere hemifacial atrophy. Plast Reconstr Surg 1995;96(4):8009.[6] Wells JH, Edgerton MT. Correction of severe hemifacial atrophywith a free dermis-flat from the lower abdomen. Plast Reconstrngeles dans lisopentane 180 8C aprs coupes conglation.Surg 1977;59(2):22330.[7] Peer LA. The neglected free fat graft. Plast Reconstr Surg1956;18:23450.[8] Carpaneda C, Ribeiro M. Study of the histologic alterations andviability of the adipose graft in humans. Aesthetic Plast Surg1993;17:437.[9] Jauffret JL, Champsaur P, Robaglia-Schlupp A, Andrac-Meyer L,Magalon G. Plaidoyer en faveur de la greffe adipocytaire dans latechnique de S.R. Coleman. Ann Chir Plast Esthet 2001;46(1):318.[10] Latoni JD, Marshall DM, Wolfe A. Growth of fat autotransplan-ted for correction of localized steroid-induced atrophy. PlastReconstr Surg 2000;106(7):15669.Lipofilling and weight gain. Case report and review of the literatureIntroductionCas cliniqueDiscussionConclusionConflits dintrtsRfrences

Recommended

View more >