les symboles, agents secrets du .les symboles, agents secrets du psychisme les images, les symboles

Download Les symboles, agents secrets du .Les symboles, agents secrets du psychisme Les images, les symboles

Post on 14-Sep-2018

225 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Les symboles, agents secrets du psychisme

    Les images, les symboles sont les agents actifs qui conduisent nos nergies le plus souvent notre insu. raison . Ils sont acteurs et correcteurs. C'est en ceci qu'ils intressent le thrapeute soucieux d'apporter

    En explorateur passionn de l 'imaginaire,

    j'ai partag. en vingtcinq ans, les mot ions

    de plus de mille patients plongs dans p rs de douze mille rves . veills d'une dure moyenne de trente -c inq m inutes ! En ces contres peu connues du psychisme.

    je me suis familiaris avec le mon

    de secret des images. Sans prtendre tre en mesure de dresser une cartographie exhaustive des territoires incertains composant la psych. j' en ai acquis une connaissance suffisante pour servir de

    guide prudent ceux qui souha itent les dcouvrir.

    Jusqu ' prsent. je me suis efforc. dans mes livres. de p lacer c haque symbole sous un clairage susceptible de rvler les diffrents sens dont il peut favoriser la p rojection. Cependant. j'a i toujours t tent par une approche

    plus synthtique, qui consisterait partir de chaque aspect d'une problmatique, l'dipe par exem

    p le et de dcrire tous les symboles qui uvrent sa rvlation a insi qu' la dissolution des d ifficults psychologiques qu i en rsultent. Ce qui m'a jusqu 'ic i retenu, c'est q ue la p lupart des Images peuvent partic iper la

    rvlation de p lusieurs des aspects de la problmatique . La biche, par exemple, peut jouer un

    r le actif dans l'expression de la re la tion l'image materne lle mais e lle peut tout aussi bien se retrou ver dans une conste llation de

    symboles favorisant la rhabilita tion de l'anima. Il sera it ngatif et

    exagr d'accepter l'ide q ue l( tout est dans tout mais on ne peut ignorer que le fonctionnement du d ispositif neuronal repo

    se sur une organisation en rseaux, Chaque cellule d'un rseau. le neurone, peut tre relie d ix mille autres cellules, celles-l pouvant appartenir de multip les autres rseaux. Le potentie l de ce

    d ispositif peut t re valu un million de milliards de connexions neuronales. Cette vertigineuse complexit est encore multiplie par ce qu'on nomme aujourd 'hui la

    plasticit neuronale. Encore ignore il y a quelques dcennies, cel

    le-ci est la base des travaux de Grald M. Edelma n sur la Thorie des Groupes Neuronaux (TNG). pour laquelle ce scientifique am

    ricain a reu le Prix Nobel de mdecine. La TGN postule le fait qu'un ramnagement constant s'opre dans le dispositif neuro nal. chaque cellule d'un rseau informant instantanment toutes

    les cellules avec lesque lles e lle est en connexion de 10 moindre modification du rseau auquel el le

    appartient! Ce qui permet d'affirmer que ce n'est jamais le mme cerveau qu'on utilise ! Il s'ensuit a ussi que l 'ta t donn d'une maille d'un rseau peul influen

    cer, suivant sa posinon dans le systme, non seulement l'ensemble

    de ce rseau mais aussi la totalit du dispositif neuronal. C'est ainsi q u'un enregistrement t raumati

    que qui s'est inscrit l'occasion de la naissance par exemple. peut cond itionner des modes ractionnels spcifiques, susceptib les d'inftuencer les comporte ments pendant toute 10 vie si rien ne vient corriger)) l'tat des lieux.

    L' efficacit d 'une technique thrapeutique, quelle qu'elle soit, dpend de sa capac it favoriser une action de l' influx nerveux sur les neurones qui ont enregistr le fa it traumat isant et q ui conditionnent un comportement indsira

    b le. l'angoisse ou la somatisation. C 'est l ' instant o l'influx nerveux agit sur les neurones concerns qu' il provoque, par excitation de ces neurones. l'apparition des images associes l' origine du malaise. De ce pOint de vue, le

    symbole n'est pas vraiment l'acteur de la modification neuronale mais p lut t son rvlateur 1 Les

    images que reoit le thrapeute l'coute d'un rve veill libre par exemple, ne sont que les t moins, certes prcieux. d'un immense Iravail de rorganisation neuronale concerna nt parfois des millions de connexions. Lorsque les images sont exprimes. la modification neurona le est dj ralise mais leur na ture renseigne sur

    les aspects de la p rOblmatique qui viennent d'tre soumis la modification. Dans ce p remier volet d'une srie d'artic les, avant mme de faire l'inventaire, sans doute incomplet,

    des zones du pSYChisme dont les symboles rvlent l'volution, il convient de montrer la na ture des

    diffrents groupes de symboles et ce qui fonde la fonction symbolique. Au cours d'un rve veill de quarante minutes. la rveuse

    4

  • III

    ..1

    La raison les ignore, le cur s'en mfie, ils sont les vrais acteurs de la vie

    Ils ne nous trompent jamais et tendent redresser les orientations errones que nous inspire parfois la une aide ceux qui vivent dans le malaise psychologique et ceux que gne le syndrome spasmophile.

    ou le rveur peut avoir prononc jusqu ' huit cents mots. Quand on limine du c hamp d'analyse tous

    les vocables de lia ison, articles, prpositions, adverbes et les r ptitions d'un mme mot. il reste environ une c inquantaine de mots

    images susceptibles de promouvoir un sens symbolique. Comment le troducteur peut- il orienter sa tra

    duction, face ces informations souvent htrognes ? Le praticien averti va distinguer trois groupes de symboles.

    - Les balises Ce sont des supports dynamiques qui renseig nent sur les avances

    ou les rsistances. La spira le, la cascade, par exemple, expriment un courant volutif, la statue, la

    momie, l'armure dnoncent un enfermement, une force d' inertie. Cette catgorie, qui comporte un grand nombre de symboles, n'ap

    pelle aucun effort d'analyse. Le p raticien les repre trs vite et dlivre a insi son attentio n qui

    devient d isponible pour la traduction des images des deux aulres

    groupes.

    A A

    00

    v

    - Les promoteurs Ils exprimenl des archtypes psychiques et qui. de ce fa it, se pr

    tent la projection de voleurs universelles. Ceux-l sont bien connus du thropeute et lui permettent de- dterminer les axes majeurs de l'interprta tion.

    COMMENT L' IMAGE DEVIENT-ELLE

    SYMBOLE ? Car une image ne contient aucun sens. Ce qui lui confre une ou plusieurs va leurs symboliques, ce sont nos prOjections 1 Prenons un exemple trs simple : une g ira fe et un taureau, Quelle

    esl la carac tristique dominante de la p remire ? La longueur de son cou ! Cet organe spare la

    tte, sige de la pense et le corps, dont dpend l'action. Or, dans le cos d e la g irafe une gron

    de distance doit tre parcourue avant que les lments de r flexion se traduisent en action. La vue de l'animal provoque une sensation de ( vellita ire )~ - Le taureau, l'inverse, dont la tte semb le directement a ttache aux

    [ - Les indicateurs

    Ce sont des symboles associs

    quelque vnement particu lier

    de la vie d u rveur. Ceux-l feront

    l'Objet d 'une recherche en com

    mun du patient et du thrapeute.

    Leur c larification dpend stricte

    ment de la capacit du rveur ou

    de la rveuse se souvenir de la cir

    constance laquelle ils sont lis.

    paules, commun iq ue l'ide d e fonceur , Ainsi la forme d'un objet ou ses caractristiques de

    couleurs, d'usage e tc. vont jouer un rle dtermina nt dans la formation du symbole. Une surpre

    nante corrlation lie t ro is images qui paraissaient bien trangres les unes aux autres : la chouette, la b icyclette et les lunettes! Il suf

    5

    fit de se rfrer ou croquis prsent en encadr pour s'apercevoir qu'elles sont re lies por une ca

    ractristique formelle majeure ! Ainsi se construisent, notre insu, ds les premires annes de la vie, des I( chanes symboliques qui, par leur nature, favorisent la p rojection de voleurs universelles, Il est temps d'entrer dons la p r

    sentation des diffrentes composantes possibles d'une problmatique et des conste llations de symboles qui servent leur exposi

    tion et leur rsolution. L'dipe est la plus connue d'entre elles. Le

    clbre" complexe" baptis par S. Freud en personne, exprime le dsir de l'enfant pour le parent du sexe oppos et la tentation

    d'usurper la p lace tenue par celui d u mme sexe. Les images susceptib les de reprsenter les

    parents sont: Pour le pre : le soleil, le roi. le lion, le cerf, le feu, et. secondairement, le trne, le g rand singe, le chas

    seur, l'ogre, voire le crocodile. Pour ia mre : la lune, la reine. 10 Vierge Marie, la biche, le bl,

    la poi lle, la vache, la sorc ire et. secondairement, la grotte, les fruits, le loup, la fermire, l'arai

    gne, voire le requin (les dents

    de la mer.. .).

    dipe est un complexe centra l et universel. Il se manifeste p ratiquement dons toutes les cures. Il se dploie cependant en des di

    zaines de variantes engendres par les d iffrentes configurai ions familiales. Parmi les poisons de

    l' me, susceptibles de dterminer l 'hypersensib ilit de faon durab le, c'est l'un des p lus rpondus mois pas le moins noc if ! Notre inventaire nous mnera la rencontre de bien d'autres o rig ines possi b les du mal-tre psychique _

    -(!) o o :z:: o >

    CI) Q.

  • lU-(!) o .....

    o :::c o

    > en 0.

    Les symboles, agents secrets du psychisme

    mois celle-ci, par son universalit, mrite la p remire p lace Les scnarios produits par des fem mes mettent souvent en scne le

    tournesol. Cette fieur qui. comme son nom l'ind ique, se tourne vers le soleil pour capter ses rayons,

    exprime merveilleusement la d ema nde de la fille d'occuper une situation priv ilgie dans le re gard de son pre. Comme dons l'histoire de Blanche-Neige, la sorcire figure 10 crainte engendre dans la psychologie de la fill e par

    la c ulpa bilit rsul

Recommended

View more >