"les poètes bodybuildés #1 "

Download

Post on 22-Jul-2016

216 views

Category:

Documents

1 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

"Les Poètes Bodybuildés #1 " par le collectif POULE. + Artistes invités ( Juin 2015 ) avec : avec Boris Bergmann, Théo Haggai, Adlane Cheriff Mahtout, Paul Monroe II, Guillaume Elmassian, Edson Castro, Soufiane Khaloua et Nicolas Gavino http://www.facebook.com/collectifpoule

TRANSCRIPT

  • L E S P O T E S

    B O D YB U I L

    D S

    Fanzine Artistique #1 - Collectif Poule & Artistes Invits

  • Par la fentre ouverte, le sifflement des oiseaux se faufile tant bien que mal travers lair opaque. Il vient se mler au brouhaha de la TV sur laquelle sescri-me Gaspard, manette la main. Avachi dans une imitation sudoise dun fauteuil uf, Paul fait crpiter son beedie au coin de sa bouche, puis recrache lentement la fume, qui se disperse aux coins de ses penses. Je viens de lui demander ce quon allait devenir mais prsent je suis autre chose, lordinateur rame, je rle. Au bout de son silence, la falaise de mes maugrments, Paul se redresse, bombe le torse et me rpond : Perso , je vais devenir Pote Bodybuild ! . Cest la premire fois quil nous exprime cette ide. Elle nous sduit immdiatement. On veut tous faire pareil, et tant pis pour lunicit. On se tte les abdominaux. On se caresse la destine. On est heureux. On a lge parfait, celui o les discussions sur lavenir sont des certi-tudes qui saccumulent et pas encore des espoirs incertains balbutis du bout des lvres. Lge tendre o le futur cest du concret. Du facile porte de main. Ctait il y a dix ans et dix ans plus tard, en faisant le bilan dune d-cennie fondue, en regardant nos vers et nos muscles, nous nous sommes dit, bien obligs, quil nous fallait rendre la notion plus mtaphysique qu lorigine, si nous ne voulions pas tre forcs de renoncer notre postrit. Faire des potes body-builds quelque chose de plus lev, dimpalpable, de plus profond, qui accepte la prose et le gras autour de la taille. Quil fallait mme en faire un fanzine, pour marquer lavnement de notre avenir et diffuser la nouvelle. Puis que nous allions y inviter des copains et des artistes que nous aimions pour nous accompagner sur les marches de la gloire, des artistes dont le talent allait nous aider tirer le terme vers les cieux, ornr de grce et dor notre futur enfin accompli, le sublimer comme lhuile de mono sur les muscles saillant de lhomme en slip sur un podium. Ce fanzine le voil, en esprant quil vous plaira.

    LES POtESBOdyBuiLdS

    Boris Bergmann Souvenirs muscls (5) Tho Haggai uvres (8) Adla-ne Cheriff Mahtout Assis (11) Paul Guedj Collages (14) Guillaume Elmassian Journal dun chien errant (19) Edson Castro Peintures (26) Soufiane Khaloua Lettre du cocu (29) Nicolas Gavino Photographies (31)

  • Ma mmoire est un muscle. Elle durcit, contracte, se serre sous ma peau. Je la travaille la rcriture. Mon sport.

    Jai le bras droit dArthur Cravan. Le bras droit cest celui de lhonneur , ma fait promettre, un jour, un ami, amateur de duel et de club de duel.

    On a souvent parl ensemble de laffiche du combat de Barcelone. O Cravan, pote gant, fait face au cham-pion du monde Jack Johnson. On dirait quils sem-brassent. Quils senlacent. Dessins lun dans lautre.

    Plus tard je tombe sur le numro dune revue facile-ment dcodable. En premire page : des photos indi-tes de Cravan (je crois quil tait question dune vente aux enchres), bucolique, en sous-vtements blancs, un peu amples, pas loin dune rivire, pas loin dun rve. Cravan rpte en prcipitant son poing dans le vide. Un poing pas encore gant, pas encore prt perdre. Mme pour lchec volontaire, lchec dsir, il faut de lentrainement. Et un public. Cravan la bien compris. Le muscle en vie rapporte plus que la pense en luvre. Cravan est un pote muscl. Un pote em-pli de publicit.

    Jack Johnson ne voulait pas sortir de ma vie. Je le retrouvais dans latelier de mon cousin. Un peintre chilien mi-Pre-Nol, mi-Claude-Monnet. Pas du genre aride dans son dbit de paroles. Plein de conseils sous la lame dun humour rarement juste donc par-donnable.

    SOuVENiRS MuSCLS

    Par Boris Bergmann

    -5-PouLeS

  • Son atelier est une pice tout petite dans une usine vide, reste dindustrie, un gteau quon a croqu puis laiss lair libre. Mon cousin refusait tout rangement. Il entassait les tableaux et les tubes vides et les palettes et le papier journal. Il y avait sur le sol quelques CD-roms de blues rays. Et sur lun deux : Miles Davis. Cambr vers larrire. Noir sur noir. La trompette en arc-de-triomphe. A tribute to Jack Johson . Titre ponyme.

    Je me dcide mettre le disque pour faire taire mon cousin qui narrte pas. Le premier morceau, sympho-nie pour une monte sur le ring. Chaque instrument vient un un. Puis : Miles, en dernier, comme le torero qui se fait attendre. Comme Jack Johnson, avec ses bi-ceps et ses cuisses tendres.

    Le pied, aussi, est un muscle.

    Je lai appris malgr moi. Une sortie de concert. Un autre temps. Yves Adrien est l. Personnage dun d-cor fantomatique. Toujours lheure pour ses dispa-ritions. Il sennuie, la tte offerte au ciel, le regard fix sur la lune comme si ctait un projecteur. Une larme de tortue millnaire dans le coin de son oeil.

    Un perfecto blanc, qui ma hant toute ma vie.

    Et des boots. Adrien est une fleur rare ; on butine, on se coagule pour attraper une sainte parole, un verset, une sentence. On crit mme ses silences la lettre. clipse totale, demi, vapore. Adrien rpond aux questions quon ne lui a pas poses. On veut savoir o il achte ses pompes. Pas moyen desquiver. Mme mort il crivait encore .

    -6-PouLeS

  • Tu parles : tes boucles ou la vie. Belleville tran-che Orphan (son deuxime prnom). Dans un maga-sin de Chinois, au milieu de fausses Nike et de peintu-res idiotes. Involontaire comme lvidence aime.

    Je prends tout de suite sa rponse pour une provocation. Moi, Bel-levilois pure souche, je nai jamais trouv le lieu-dit. Jai cherch, gratt les cartes comme un jeu de hasard, test tous les chemins. Sans issue : jai bu toutes mes hontes. Cul (de) sec.

    Jai dautres projets de muscles : un trait aquatique de la biensance pour les nageurs potes, un long pome pique sur le romantisme dans le football, un arrt sur les muscles qui dbranchent lesprit

    Et, toujours : couronner la littrature abdominale, sanguine, qui a du souffle.

    En France : il y a le poing, souple et vif, des lions de Paris, et le sourire prcieux du Faux semblant, de lais-se-tte. Mes muscles ont choisi ma place.

    Boris Bergmann

    -7-PouLeS

  • thO haggai

    -8-PouLeS

  • Un homme, que je vois assez souvent pour savoir quil na les moyens que de sacheter un citron et une salade tous les 2 jours, arrive en caisse avec des catalogues dagence de voyage. - Jirai jamais, jai pas les moyens hein. -Oui peut tre mais pourquoi vous les avez ? - Pour rver monsieur, pour rver Mars 2015.

    #Quotidienduncaissier

    -9-PouLeS

  • -10-PouLeS

  • Je passe mon temps me voiler ma putain de face, me dire que a cest cool et que a cest beau, mais en v-rit je men branle. Je men branle de tout, jemmerde les gens et tout ce quils aiment. La passion des autres, la putain de pute de passion de ces chiens dautres, a, a mencule bien fort, a me gave et a me donne en-vie de gerber ; De gerber salement, partout, sur tout le monde et longtemps.Je le jure, tout me gave. Ce nest ni de la haine, ni de la jalousie, ni mme de lennui, cest seulement de la gerbe ; cest a que jprouve, de la gerbe pour toute chose qui nest pas moi.Entendre quelquun parler de ce quil aime, cest pour de bon la chose la plus gerbante du monde. Moi jaime a, parce que ... Oh mais moi je men branle petite pute, je men branle totalement que tu aimes, que tu kiffes, que taies le begin pour a ou pour ma mre ; a ne me concerne pas, aucune utilit, va aimer tes choses et laisse moi, sinon, et je le jure, je vais te gerber sur la gueule.

    Aucune envie dtre drle, beau, subtil, prcieux, poli, dtach ou quoi que ce soit dautre. Aucune envie dtre content, de me voiler la face, de mentir, de me dtendre ou de polir ; aucune envie de rien.L, tout de suite, jai de la gerbe en moi. De la putain de grosse gerbe sale qui ne demande qu sortir.Marre des faux semblants, des efforts, des rflexions, des remises en cause, des prises de recul, marre de toute cette mascarade de merde ; de tout ce que je dois faire pour vivre avec les autres.

    Par Adlane Cheriff Mahtout

    aSSiS

    -11-PouLeS

  • Je men bas les burnes, je men contre-branle de tout. Du regard des passants, des missions humanitaires, des filles, des douleurs de ma mre. L, tout de suite, et le plus sincrement du monde, rien ne me touche.

    Je gerbe sur les talons de toutes les putes qui se font belles pour les hommes quelles considrent comme des chiens.Je gerbe sur les pantalons de tous ces chiens qui se font beaux pour les femmes quils considrent comme des putes.Je gerbe sur les gosses qui sortent de lcole et qui at-tendent la pute en fluo pour traverser sur le passage piton.Je gerbe sur ma famille que je nai pas choisi et que je dois aimer.Je gerbe sur mes amis que jai choisi et que je dois sup-porter.Je gerbe sur tous les lampadaires de merde qui bouf-fent de lnergie.Je gerbe sur ce putain de fric de merde que je dois ga-gner.Je gerbe sur les batards de prcieux, qui travaillent, po-lissent, tapissent et vernissent tout ce quils font.Je gerbe sur tous les matins gris du monde. Sur le froid, lhiver, lattente ; et je gerbe sur le reste.

    En vrit je naime pas crire, a ne me fait pas une once de bien. Mon criture est un pur produit de lennui, rien dautre. Pas un dlire dgo, denvie, de projet, dutilit ; queudal, je ne me relis pas, je ne me corrige pas, juste du putain dennui.

    -12-PouLeS

  • Que je sois assis, allong, debout ou en train de mar-cher, je suis toujours assis sur un banc attendre. Je ne fais que putain dattendre. Attendre et rflchir. Que a. Putains de rflxions deux balles qui ne me mnent rien ; putain de cerveau de con qui me fait penser dans le vent ; des rformes politiques aux dsirs intimes de ma femme imaginaire ; des comple-xes du type que jai vu dans le mtro lodeur de la mouille de la nana dans

Recommended

View more >