léon bloy - le salut par les juifs (1906) belle littérature

Download Léon Bloy - Le salut par les juifs (1906) belle littérature

Post on 31-Dec-2015

11 views

Category:

Documents

3 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • LN BLY

    JL/fZ/ OJ^\ JL/ UL JPAR LES

    JUIFS.,,ex quitus Cbristus

    secundum carnem,

    ROM. IX, 5,

    DITION NOUVELLE REVUE ET MODIFIE PAR L'AUTEUR

    PARIS

    LIBRAIRIE HENRI ANIRJOSEPH VICTORJON & C'

    4, Rue Dupuytren

    1906

  • LE SALUTPAR LES

    JUIFS

  • DU MME AUTEUR

    LB RVLATEUR DU GLOBE, Christophe Colomb et sa Batificationfuture. Prface de J. Barbey d'Aurevilly. (puis.)

    PROPOS D'UN ENTREPRENEUR DE DMOLITIONS.LB PAL. pamphlet hebdomadaire. (Les 4 numros parus.)LE DSBSPRB, roman. (L'dition Soirat est puise.)UN BRELAN D'EXCOMMUNIS. (Barbey d'Aurevilly Ernest Hello

    Paul Yerlane.)CHRISTOPHE COLOMB DEVANT LES TAUREAUX.

    LA CHEVALIRE DE LA MORT. (Marie Antoinette.)SUBUR DB SANQ (1870-1871), avec un portrait de l'auteur en

    1893: (puis.)LON B;.OY DEVANT LES COCHONS.HISTOIRES DSOBLIGEANTES.ICI ON ASSASSINE LES GRANDS HOMMES, avec un portrait et un

    autographe d'Ernest Hello.

    LA FEMME PAUVRE,' pisode contemporain.Lu MENDIANT INGRAT, Journal de Lon Bloy.LE FILS DB LOUIS XY), avec un portrait de Louis XYJ], en

    hliogravure.JE M'ACCUSE... Pages irrespectueuses pour Emile Zola et quelques

    autres. Curieux portrait de Lon Bloy 18 ans.

    EXGSE DES LIEUX COMMUNS.LES DERNIRES COLONNES DB L'GLISE (Coppe, Brunetire,

    Huysmans, etc.)MON JOURNAL, suite du Mendiant Ingrat.QUATRB ANS DB CAPTIVITB COCHONS-SUR-MARNE, suite du Men-

    diant Ingrat et de Mon Journal. (Deux portraits de l'auteur.)BELLUAIRES ET PORCHERS. (Autre portrait.)

  • LON BLOY

    LE SALUTPAR LES

    JUIFS...ex quibujf Cbristus

    secundum carnem.

    ROM. IX, 5.

    DITION NOUVELLE REVUE ET MODIFIEE PAR L'AUTEUR

    PARIS

    LIBRAIRIE HENRI ANIRJOSEPH V1CTOR1 ON & C

    4,. Rue Dupuytren

    . 1906 ....

  • 7/ a t tir de cet ouvrage2 o exemplaires sur papier de Hollande

    et 4 exemplaires sur papier du Japonnumrots ta presse

  • Le Salut par les Juifs, publi en 1892, a t'enterr douze ans. L'diteur, un excellent &

    digne homme form du limon de la terre tout

    exprs pour la production typographique de ceseul ouvrage, ayant tout coup chang de mtier,

    emporta comme une proie, dans sa nouvelle de-meure, ta multitude apprciable des exemplairesinvendus. "Nous n'avions pas de contrat et cettemasse d'imprims lui appartenant, je dus me rsi-gner, deux lustres vr demi, la squestrationarbitraire du plus considrable de mes livres, y airacont cette aventure douloureuse vr ce prju-dice norme la page 214. de Mon Journal .

    L'dition nouvelle que voici est corrige endivers endroits, sans modifications essentielles. On

  • Le Salut par les Juifs

    est pri, toutefois, de considrer que tes moindres

    changements ont une importance extrme dans un

    plaidoyer purement exgtique dont ta portepourrait tre suppose incalculable si l'humanit

    contemporaine tait curieuse encore des Affirma-tions ou Similitudes rvles.

    A part l'inspiration surnaturelle, on peut dire

    que le Salut par les Juifs est, sans aucun doute,le tmoignage chrtien le plus nergique vr le pluspressant eh faveur de la T{ace Ane, depuisl'onzime chapitre de saint Paul aux Romains.

    Si leur faute, dit cet aptre, est ta richessedu monde vr leur diminution ta richesse des nations,

    que sera-ce de leur plnitude ?

    Si leur perte est la rconciliation du monde,

    quelle sera leur assomption, sinon ta vie d'entretes morts ?

    Le Salut par les Juifs, qu'on croirait une para-phrase de ce chapitre de saint Paul, fait observer,ds la premire ligne, que le Sang qui fut vers surla Croix pour la Rdemption du genre humain, demme que celui qui est vers invisibtement, chaquejour, dans te Calice du Sacrement de l'Autel, est

    VI

  • Le Salut par les Juifs

    naturellement e? surndtureltement du sang juif, l'immense fleuve du Sang Hbreu dont la source esten Abraham e? l'embouchure aux Cinq Plaies duChrist.

    Et c'est tout. Il n'y a plus rien savoir. Lemonde juif apercevra-t-il enfin ce livre quil'honore au del de toute esprance er qui ne luia rien cot ?

    19 Novembre 1905.Octave de la Ddicace des glises.

    LON BLOY

  • ARASSA MAR1TAW

    Je ddie ces pagescrites la gloire catholique

    du Dieu

    d'Abraham,d'saac

    et de Jacob

  • DE PROFUND1S

    DU FOND DE L'ABIME, JSUS CLAME VERSSON PRE, ET CETTE CLAMEUR VEILLE, DANSLES ENTRAILLES LES PLUS INTIMES DES GOUFFRES, INFINIMENT AU-DESSOUS DE CE QUI PEUT TRECONU PAR LES ANGES, 1ND1C1BLEMENT PLUS BASQUE TOUS LES PRESSENTIMENTS ET TOUS LESMYSTRES DE LA MORT, LE TRS-TOUFF,LE TRS-LOINTAIN, LE TRS-PLE GMISSEMENTDE LA COLOMBE DU PARACLET QUI RPERCUTEEN CHO LE TERRIBLE 2>E J>T{0TUM>1$.

    ET TOUS LES BLEMENTS DE L'AGNEAUVIBRENT AINSI DANS LA FOSSE POUVANTABLE,SANS QU'IL SOIT POSSIBLE DE SUPPOSERUNE SEULEPLAINTE EXHALE PAR LE FLLS DE L.'HOMMEQUI NE RETENTISSE PAS WBM1QJUBMBNT DANS LESIMPOSSIBLES EXILS O S'ACCROUPIT LE CONSO-LATEUR...

  • LE

    SALUT PAR LES JUIFS

    Ex quibus Christussecundum carnem.

    ROM. IX, 5.

    J

    5^S|| ALUS EX JUDTEIS EST. Le Salut vientWm desJuifs! (i)il^Pf>| J'ai perdu quelques heures pr-cieuses de ma vie lire, comme tant d'autresinfortuns, les lucubrations anti-juives deM. Drumont, et je ne me souviens pas qu'il aitcit cette parole simple et formidable de Notre

    Seigneur Jsus-Christ, rapporte par saint Jeanau chapitre quatrime de son vangile.

    (i) Satus EXJudxb, QUIA Satus A Judxit. Rponse un tout petitdocteur qui contestait ma traduction.

  • Le Salut par les Juifs

    Si ce journaliste copieux daigna jamaiss'enqurir des Textes sacrs et s'il est en mesurede dmontrer, pour ma confusion, que ce pr-cepte considrable est mentionn dans tel ou teldes volumineux pamphlets dont il assomme

    rgulirement ls peuples chrtiens, il fautdire alors que cet hommage au Livre saint est simerveilleusement aphone, pnombral, rapide etdiscret qu'il est presque impossible de l'aperce-voir et tout fait impossible d'en tre frapp.

    C'est quelque chose pourtant, ce tmoi-gnage du Fils de Dieu !

    Je sais bien que saint Augustin en a terri-blement affaibli la porte dans sa pauvre exgsedes deux murailles , qu'il est loisible de con-sulter au quinzime trait du commentaire fameuxde ce vnrable Docteur.

    Mais on tait alors au ve sicle ; la Rproba-tion d'Isral avait commenc depuis l'exorbitante

    catastrophe de Jrusalem ; l'espce humaine, moiti conquise dj par les successeurs dePierre, avait irrmdiablement fronc son cceuret s'tait endurcie pour toute la dure des tempscontre la descendance excre des bourreauxdu Christ.

  • Le Salut par les Juifs

    L'effrayante brlure des premires Perscu-tions se cicatrisait enfin et les grandes semaillesdu sang des Martyrs taient accomplies.

    La pdagogie du Surnaturel tombait aux

    thologiens, aux explicateurs, aux philosophesdsabuss, et la gnante assertion de Celui quifut appel le TUS du Tonnerre pouvait trecarte respectueusement, sans aucun danger descandale ou de simple tonnement pour une

    glise toute rouge qui vagissait encore dans sonberceau.

    Cette parole demeure cependant. Elle sub-siste, malgr tout, en sa force mystrieuse, etressemble quelque gemme trs-sombre, d'untroublant clat, rendue plus inestimable parl'inattention tmraire des conomes ou descontrleurs de la Foi.

  • 11

    E Salut vient des Juifs l Texte confon-dant qui nous met furieusement loinde M. Drumont 1 A Dieu ne plaise

    que je lui dclare la guerre, ce triomphant!La lutte, vraiment, serait par trop ingale.

    Le pamphltaire de la France Juive peut sevanter d'avoir trouv le bon coin et le bonendroit. Considrant avec une profonde sagesseet le sang-froid d'un chef subtil que le caillou

    philosophai de l'entregent consiste donner

    prcisment aux ventres humains la glandedontils raffolent, il inventa contre les Juifs la volca-

    nique et pertinace revendication des'pices decent sous.

  • Le Salut par les Juifs

    C'tait l'infaillible secret de tout dompter,de tout enfoncer et de jucher son individu surles crtes les plus altissimes.

    Dire au passant, ft-ce le plus minable rci-piendaire au pourrissoir des dsesprs : Cesperfides Hbreux, qui t'claboussent, t'ont voltout ton argent; reprends-le donc, gyptien!crve-leur lavpeau, si tu as du cceur, et poursuis-les dans la mer Rouge.

    Ah! dire cela perptuellement, dire celapartout, le beugler sans trv dans des livres oudans des journaux, se battre mme quelquefoispour que cela retentisse plus noblement au-deldes monts et des fleuves! mais surtout, oh! sur-tout, ne jamais parler d'autre chose, - voil larecette et l'arcane, le mdium et le retentum dela balistique du grand succs. Qui donc, monDieu! rsisterait cela?

    Ajoutons que ce grand homme revendi-quait au nom du Catholicisme. Or, tout lemonde connat le dsintressement sublime descatholiques actuels, leur mpris incassable pourles spculations ou les manigances financires

    ,et le dtachement cleste qu'ils arborent. J'aifait des livres, moi-mme, en vue d'exprimer

    6

  • Le Salut par tes Juifs

    l'admiration presque douloureuse dont me satu-rent ces coliers de la charit divine et jesens bien qu'il m'et t impossible de m'en

    empcher.11 est donc ais de concevoir l'imptuosit

    de leur zle, quand les tripotantes mains del'Antismite vinrent chatouiller en eux le pres-sentiment de la Justice. On peut mme dire

    qu'en cette occasion, les cailles tombrent d'ungrand nombre d'yeux et le gnreux Drumont

    apparut l'aptre des tides qui ne savaient pasque la religion ft si profitable.

  • 111

    jfSj3%j UELQUESprofanes, iJ est vrai, se sontmP^/ demand quelle victoire essentielleWS%]1 rsidait, pour Jamorale mme pra-

    tique, dans l'in