lantenne 06 05 2015

Download Lantenne 06 05 2015

Post on 21-Jul-2016

243 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

TRANSCRIPT

  • DlibrLe tribunal de commerce

    de Marseille doit se pronon-cer aujourdhui sur lven-tuelle prolongation de la priode dobservation de la SNCM alors que la compa-gnie maritime, en redres-sement judiciaire, fait face dnormes incertitudes moins de deux mois de la haute saison touristique. Lors dune audience le 22 avril, le procureur de la Rpublique de Marseille, Brice Robin, avait requis une telle prolongation, ju-geant insatisfaisantes les trois offres de reprise qui devaient tre examines ce jour-l. Une sorte de coup de thtre, au cours duquel le magistrat marseillais avait galement demand au tri-bunal dorganiser un nouvel appel candidatures, tout en donnant rendez-vous en septembre pour une analyse de ces offres.

    Aujourdhui

    La quasi-totalit des armateurs du top 10 et les principales al-liances prparent des augmenta-tions de capacit entre lAsie et la cte Est des tats-Unis. Daprs les annonces des compagnies, six nouveaux services conteneuri-ss doivent tre lancs pour lt prochain entre lExtrme-Orient et la cte orientale de lAmrique du Nord. Ces rotations doivent ajouter sur le march quelque 26.800 EVP hebdomadaires, ce qui correspond une augmenta-tion de 24 % compar la capa-cit disponible au mois de mars.

    Les nouveaux services seront lancs progressivement au cours des prochaines semaines. la fin mai, ils seront tous oprationnels. Le consultant Alphaliner note que MSC est le seul parmi les opra-teurs de premier plan navoir encore annonc aucun largis-sement de ses lignes rgulires entre lAsie et la cte Est des tats-Unis. Tous ses principaux concurrents sont concerns par

    les hausses de capacit, mme le nouveau-venu Hamburg Sd, prcise le consultant parisien. Larmateur allemand numro dix mondial deviendra oprateur sur le Vespucci/APNE, service quil proposera conjointement avec CMA CGM.

    Le dfi du rempLissage

    Pour Alphaliner, ce gonfle-ment de loffre va encore me-nacer le fragile quilibre sur ce corridor.

    Le consultant sattend ainsi des rpercussions ngatives sur les taux de fret, qui ont dj t malmens ces dernires semaines. Aprs avoir atteint la moyenne de 5.049 dollars par conteneur de 40 pieds en fvrier, le tarif spot avait dgringol de 28 % au 24 avril daprs le Shanghai Containerized Freight Index (SCFI), soit 3.644 dollars par 40 pieds.

    Le cabinet nexclut pas que le taux de fret moyen passe sous la barre des 3.000 dollars sur le trade Extrme-Orient-cte Est amri-caine au cours de lt, lorsque les transporteurs seront mis au dfi de remplir leurs nouvelles c a p a c i t s . Alphaliner met en parallle la demande atten-due sur ces routes commerciales, qui devrait de-meurer selon lui entre 100.000 et 110.000 EVP par semaine, avec la hausse annonce de loffre, qui sera porte 125.000 EVP dici juin, selon ses calculs. Pour le consultant, une situation de surcapacit trs court terme est donc invitable.

    CroissanCeartifiCieLLe

    Dcidment pessimiste, Alphaliner voit arriver une cir-constance aggravante, le rqui-librage Est-Ouest des flux nord-amricains aprs le conflit des ngociations quinquennales sur

    les salaires des dockers, qui a fortement perturb le fonctionne-ment de 29 ports maritimes de la cte pacifique en dbut danne.

    Le consultant relve ainsi que les onze prin-cipaux ports de la cte Est des tats-Unis ont enregistr une croissance cumule de 26 % au pre-mier trimestre

    2015, compar la mme priode de lanne prcdente. Or, selon lui, la croissance a t ralise au dtriment des ports de la cte Ouest, qui ont connu une baisse de 6 % au cours de la mme p-riode. Le retour de bton pour-rait faire mal : mesure que les oprations portuaires de la cte Ouest reviennent progressi-vement la normale, une partie des frets gagns par la cte Est pourrait retourner do elle vient et aggraver la surcapacit dans les prochains mois, conclut le cabinet.

    franck andr

    Maritime

    Lt sera chaud entre Asie et cte Est amricaine

    Alphaliner sattend un t torride entre les oprateurs maritimes transpacifiques. Les lignes rgulires entre lAsie et la cte Est des tats-Unis devraient connatre une surcapacit qui mettra la pression sur les prix.

    Le rquilibrage Est-Ouest

    pourrait aggraver la surcapacit

    70e anne - n19.448 mercredi 6 mai 2015 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

    International Transport CompanyFreight Forwarder

    - Project & Oil Field cargo- Deepwater and off shore project

    - Supply chain specialist- 4 PL dedicated

    Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt)

    48 rue de lAubpine92160 ANTONY

    Tl : + 33 1 55 59 07 70Fax : + 33 1 49 84 06 54

    mailto:infos@transprojets.com

    http://www.Transprojets.com

    EU

    RO

    RE

    GIE

    07/

    2014

    04 91 11 62 00gerald-sebright@art-emballages.com

    Z

    IM

    La quasi-totalit des oprateurs a annonc une hausse de capacit pour lt 2015

    Gaussin Manugistique :Terminal portuaire de dmonstration Hricourt

    Entreprises

    page3

    CCI de Lyon :Un point dtape pour le projet Pumas

    ADP :Lactivit porte par les redevances et les loyers

    Infrastructures/Institutions

    page2

  • 2 - Mercredi 6 mai 2015 - lantenne

    Lindustrie manufacturire chinoise a subi sa plus forte contraction depuis un an au

    mois davril, selon une tude de la banque HSBC publie

    lundi 4 mai, la faible demande intrieure pesant sur la crois-

    sance de la deuxime co-nomie mondiale. Lindice PMI des directeurs dachats calcu-

    l par la banque britannique pour avril sest dfinitivement tabli 48,9, passant sous la

    barre des 50 et atteignant son plus bas niveau depuis les

    48,1 enregistrs en avril lan dernier.

    Contraction

    La Commission europenne autorise la coentreprise entre CGG et le spcialiste britan-nique des informations sur lnergie Wood Mackenzie. CGG, via sa filiale Robertson, et Wood Mackenzie avaient annonc en novembre le lan-cement et une premire com-mercialisation dun nouveau logiciel permettant de mieux valuer le potentiel des gise-ments dhydrocarbures. Ce nouvel outil, baptis EV, doit permettre aux producteurs dhydrocarbures de diffren-cier les blocs dexploration en termes de risque, de volume et de valeur potentielle du sous-sol, et ainsi didentifier les meilleures opportunits en particulier dans les bassins nouveaux o les informations sont souvent rares.

    Coentreprise

    Le projet Pumas (Planning Sustainable Rgional Urban Mobility in the Alpine Space ou planifier une mobilit urbaine rgionale durable dans lespace alpin) concerne cinq pays euro-pens et il stale de mi-2012 mi-2015. Il est cofinanc 75 % par le Feder et les 250.000 euros reus par la CCI de Lyon sur trois ans ont permis de proc-der des enqutes, des tats des lieux et organiser des ren-contres et quatre ateliers avec les commerants, les collectivits, les distributeurs, les transpor-teurs (Stef, TNT), TLF et de dgager quelques observations et recommandations.

    Le sujet des livraisons en ville est un sujet technique qui fait in-tervenir de nombreuses personnes,

    socits et collectivits dont les intrts ne sont pas toujours les mmes mais la logistique est au service de lconomie et elle place le client au centre de ses actions.

    Rappel de quelques don-nes : 93 % des tablissements du centre-ville sont livrs par des transports en compte dau-trui, 72 % des commerants sont livrs par leur porte principale et en moyenne six fois par semaine, 59 % des livraisons se droulent entre 9 heures et 11 h 30, et les chauffeurs sont souvent en double file du fait dune insuffisance daires de livraison et/ou de leur occupation indsirable, 50 % des livraisons durent moins de 20 mi-nutes et 20 % plus dune heure, 69 % des commerants se livrant eux-mmes dclarent utiliser le

    disque de livraison 30 minutes, alors que seulement 19 % des transporteurs lutilisent.

    Le commerant se soucie peu ou pas du choix du transporteur. Ce qui se passe avant larrive des marchandises dans sa boutique ne lintresse pas. Mais avec lessor du e-commerce, il va devenir lui-mme un expditeur, ce qui le conduira mieux connatre ce secteur. Cest un pragmatique qui ne croit pas beaucoup aux grandes dci-sions venues den haut do lintrt pour lui de mieux connatre les autres commerants et leurs allis pour imaginer avec eux des solutions pratiques. Pour linstant, 90 % des commerants dclarent ne jamais regrouper leurs appro-visionnements avec dautres magasins. Le commerant est confront mille problmes quo-tidiens et la pnibilit, et de nou-velles contraintes encore annon-ces pour 2016 pourront avoir des consquences, par exemple sur lattitude des chauffeurs- livreurs ou sur la livraison des bars-htels-restaurants

    Les pistes damlioration concernent la mutualisation des livraisons et la massification des flux. Certaines solutions pour-raient passer via les Centres de distribution urbains, mais 93 % des commerants semblent contre la livraison dporte sur un autre site.

    La pose de sas dans lentre de certains magasins, mais condi-tion quun nombre suffisamment important de commerants utili-sent cette formule pour justifier

    une nouvelle organisation et que les livreurs et leurs camions soient silencieux, la protection des aires de stationnement par des dispo-sitifs simples, laugmentation de leur nombre, lintgration sys-tmatique de laspect logistique dans tout projet de construction-rnovation, des points de collecte amliors par dautres services,

    un affichage dynamique des horaires et auto-risations, les re-groupements des livraisons des c omme r a n t s dune mme rue le mme jour par le mme trans-

    porteur figurent parmi quelques ides lances ou reprises lors des ateliers.

    TLF milite en rgion pour que la superficie moyenne des aires de livraison de 29 m2 accepte dans les centres-villes le soit dans lensemble de la rgion Rhne-Alpes. emmanuel de Bienassis de TLF observe que les aires de livr