lantenne 04 06 2015

Download Lantenne 04 06 2015

Post on 22-Jul-2016

224 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

TRANSCRIPT

  • dfaut dun bilan global sur les projets stratgiques 2009-2013 des Grands Ports maritimes, la Cour des comptes a rendu r-cemment un rapport sur le GPM de Rouen c o u v r a n t cette priode. L o c c a s i o n de revenir sur lapplication de la rforme portuaire dans le port haut- normand et le GIE Haropa dont il est membre. Globalement, lAuto-rit de contrle estime que la r-forme y a t mene bien mais formule plusieurs remarques : Le sort de certains terminaux, non concerns ou qui nont pas trouv preneurs lors des ngociations de gr gr, reste aujourdhui encore en suspens, tout comme celui dune partie de loutillage public obsolescent. Sagissant de la filiale de maintenance cre en 2011, la Socit de mainte-nance portuaire et industrielle (SPMI), elle a permis dabsor-ber transitoirement une partie des

    personnels de loutillage et de produire quelques recettes cou-vrant en partie la masse salariale, mais ne sest pas rvle viable.

    Saluant son rapport cot-bnfice pour Rouen, la Cour invite ensuite les membres du GIE Haropa

    amliorer son articulation entre les instances de gouver-nance des ports ainsi que son animation, avant dinsis-ter sur le suivi de ses actions : Le GIE doit rpondre des exi-gences leves en termes de rsul-tats. La mise en place dun dispo-sitif de suivi de sa performance serait souhaitable pour objectiver son apport.

    Handicap ferroviaire

    Lanalyse du projet stratgique 2009-2013 du GPMR fait appa-ratre des ralisations contras-tes. Dun ct, la nouvelle dimension acquise par le port

    dans la gestion environnemen-tale de son domaine est encoura-ge tout comme la poursuite de lapprofondissement de son chenal, son projet phare. De lautre, la Cour sinterroge sur lvolution des trafics du port qui, suite larrt de la raffinerie Ptroplus, est plus dpendante des flux craliers. Elle rappelle que ce trafic nest ni prvisible ni reproductible, et de nouvelles perspectives peinent tre d-finies en labsence de dessertes suffisantes. En plus dvoquer le risque financier induit, lAu-torit pointe la part modeste du fer dans ses pr et post-acheminements. En ltat, la desserte ferroviaire est peu adap-te et la voie dentre unique du port est peu scurise, puis de reconnatre : Certains grands projets de desserte se rvlent stratgiques pour le GPMLR mais leur concrtisation dpend dautres acteurs que lui.

    Gestion des cHarGes

    Un large passage du rapport est consacr la situation finan-cire du GPM. Loccasion pour la Cour de revenir sur la gestion juge perfectible des dragages portuaires en France*. Rouen, son cot est lev et devrait crotre avec lloignement du

    site dimmersion des sdiments, constate-t-elle. Dans le mme temps, les remboursements par ltat sont fluctuants et limits, tandis que la mutualisation des engins avec les autres ports, travers le GIE Dragages-Ports, nest pas optimale et reste renforcer. En consquence, le GPMR dispose dune faible marge de manuvre sur la di-minution de ses charges, sauf dans trois domaines, selon la Cour. Elle recommande ainsi ltablissement portuaire de ra-tionaliser sa gestion salariale, lorganisation de ses achats, et la couverture de ses charges de sret. Le GPMR a procd une mise niveau des instal-lations portuaires qui sest r-vle plus coteuse que prvu (5,2 millions deuros) ainsi qu llaboration dun plan de sret lchelle du port. La prise en charge des dpenses de sret doit dsormais tre conforme au partage de respon-sabilits entre le GPMR et les exploitants tablis lors de la r-forme portuaire...

    rick Demangeon

    * Rapport de la Cour des comptes sur la gestion du dragage portuaire et le GIE Dragages-Ports, juin 2014 : https://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/Le-GIE-Dragages-Ports

    Cour des comptes

    Dfis et enjeux du Grand Port maritime de Rouen

    Dans un rapport clment consacr au GPMR, la Cour des comptes met dix recommandations. Toutes ne dpendent pas de la seule autorit portuaire rouennaise comme le rle du GIE Haropa, sa desserte ferroviaire ou la gestion des dragages. La Cour relve en revanche des pistes de progrs dans la gestion de plusieurs de ses charges.

    12Airbus a annonc mardi

    2 juin avoir reu une com-mande ferme de la com-pagnie amricaine Frontier Airlines pour 12 moyen-courriers de la famille A320, dune valeur de 1,33 mil-liard de dollars (soit environ 1,2 milliard deuros) au prix catalogue. La commande de Frontier Airlines inclut 10 A321 et 2 A320 dans leurs versions classiques, cest--dire non remotorises. Les appareils seront cependant quips dailettes en mat-riaux composites, permettant une rduction de 4 % de leur consommation de carburant, ainsi quune porte accrue de 185 km ou un emport suppl-mentaire de 450 kg. La com-pagnie amricaine, qui avait dj command 9 A321 Neo (remotoriss) en novembre 2014 pour prs dun mil-liard de dollars, porte ainsi son carnet de commandes chez Airbus 101 appareils monocouloirs.

    le chiffre du jour

    La politique domaniale gagnerait

    tre plus dynamique

    International Transport CompanyFreight Forwarder

    - Project & Oil Field cargo- Deepwater and off shore project

    - Supply chain specialist- 4 PL dedicated

    Agencies in Nigeria (Lagos and Port Harcourt)

    48 rue de lAubpine92160 ANTONY

    Tl : + 33 1 55 59 07 70Fax : + 33 1 49 84 06 54

    mailto:infos@transprojets.com

    http://www.Transprojets.com

    EU

    RO

    RE

    GIE

    07/

    2014

    04 91 11 62 00gerald-sebright@art-emballages.com

    StimMed :Les autoroutes de la mer doivent complter les RTE-T dici 2030La Politique europenne en matire de transport maritime faisait partie des thmes abords dans le cadre du programme de confrences de la 3e dition du salon StimMed.

    Chargement de crales sur le port de Rouen

    G

    PM

    R

    Infrastructures/Institutions

    La Mridionale :Larmateur va couper ses moteurs Marseille

    Entreprises

    page 3

    page 2

    70e anne - n19.466 Mercredi 27 mai 2015 ISSN 0395-8582 - CPPAP 0313T79480

  • La dissolution dici mi-2016 de la base arienne (BA) 102, prs de Dijon, touchera 1.640 emplois au total en Cte-dOr, selon une tude de lInsee Bourgogne. La base est le cinquime plus grand employeur de Cte-dOr, rappelle lInsee. Outre les 1.225 emplois directs qui vont tre transfrs vers dautres sites militaires, la base gnre de faon indirecte une cinquantaine demplois auxquels sajou-tent 365 emplois induits par la consommation en biens et services des employs et fournisseurs de la base et de leur famille.

    Dissolution

    Le ministre amricain de la Scurit intrieure, Jeh

    Johnson, a annonc des mesures immdiates pour

    renforcer le contrle des passagers et des bagages

    dans les aroports aux tats-Unis, aprs avoir t inform

    de failles et vulnrabilits dans le systme de scurit. Linspection gnrale de son ministre a identifi des vul-nrabilits spcifiques dans

    les procdures de contrle de lAgence de scurit des

    transports (TSA), qui ont permis en particulier dintro-

    duire des objets interdits dans les zones scurises des

    aroports.

    Mesures

    2 - Jeudi 4 juin 2015 - lantenne Infrastructures/Institutions

    Sexprimant Marseille la se-maine lors du salon StimMed, ladministrateur principal des rseaux de transport trans- europens (RTE-T) la Commission europenne, Jos Laranjeira anselmo, a adapt son propos un auditoire franais. Il a regrett que, sur les 26 mil-liards deuros mis disposition par Bruxelles pour dvelopper le rail, le transport ma-ritime et les plateformes multimo-dales, la France se borne utiliser cette enveloppe en faveur du rail mais pas ne lutilise pas pour d-velopper les autoroutes de la mer.

    Il dplore que ce quoi ressem-blera le rseau en 2030 ne ressemble aujourdhui qu un assemblage

    de tronons. ses yeux, les auto-routes de la mer devraient pouvoir rendre ce rseau complet et coh-rent. Ladministrateur principal des RTE-T est en effet convaincu que la mer doit tre lorigine de tout corridor et doit tous les

    boucler.Il a voqu

    lautoroute de la mer Nantes-Gijn, qui a t suspen-due aprs quatre ans dexistence,

    et abord un projet mditerra-nen douverture de ligne soutenu par Bruxelles qui pourrait relier la Jordanie, Isral, la Palestine, Koper, Venise et Marseille.

    Jos Laranjeira Anselma met en garde : La mer est une infrastructure qui nous a t of-ferte. Il faut la protger. Un prin-

    cipe derrire lequel il sabrite pour soutenir lannexe VI de la conven-tion Marpol entre en vigueur en zone Seca au 1er janvier 2015.

    Franois Soulet de Brugire, au titre de lUnion des ports de France, a soulign le rle que joue Calais, le quatrime port de lHexagone, avec ses 30 liaisons par jour sur la Grande-Bretagne. Selon lui, il sagit de cabotage haute frquence. Il se dit convain-cu que le port Marseille doit ouvrir une autoroute de la mer sur le Maghreb. Il met toutefois en alerte : Le chargeur est un animal peureux.

    Quant Carles Ra, le direc-teur des projets stratgiques et de linnovation du port de Barcelone, il est persuad que 75 % du trafic global espagnol transite encore par les ports du Nord de lEurope. Selon lui, la douane dans ces pays est plus souple que dans le Sud.

    Le portuaire catalan a voqu la structure Intermed (regroupant Marseille, Gnes et Barcelone), qui a postul des financements europens pour quatre dossiers.

    Enfin, Franois Trouquet, du syndicat mixte Pyrnes Mditerrane (gestionnaire de la plateforme multimodale MP2), a soulign : La France et lEspagne sont trs en retard en matire ferroviaire cause dun certain nombre de freins. Et de citer la diffrence dcartement des voies entre les deux pays, les problmes de voltage, les goulets dtranglements, les lignes mortes et, les diffrences de longueurs de train (500 mtres en Espagne et 800 mtres en France). Il juge indispensables les amliorations effectuer dans les quinze ans venir.