la folle aventure

Download La folle aventure

Post on 10-Mar-2016

230 views

Category:

Documents

6 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

La vie de l'Amicale des Anciens de la Légion Etrangère de Montpellier et Environs...

TRANSCRIPT

  • Journal du dimanche : littrature, histoire, voyages, musique. 1910/04/10.

    1/ Les contenus accessibles sur le site Gallica sont pour la plupart des reproductions numriques d'oeuvres tombes dans le domaine public provenant des collections de la BnF.Leur rutilisation s'inscrit dans le cadre de la loi n78-753 du 17 juillet 1978 : *La rutilisation non commerciale de ces contenus est libre et gratuite dans le respect de la lgislation en vigueur et notamment du maintien de la mention de source. *La rutilisation commerciale de ces contenus est payante et fait l'objet d'une licence. Est entendue par rutilisation commerciale la revente de contenus sous forme de produits labors ou de fourniture de service.

    Cliquer ici pour accder aux tarifs et la licence

    2/ Les contenus de Gallica sont la proprit de la BnF au sens de l'article L.2112-1 du code gnral de la proprit des personnes publiques.

    3/ Quelques contenus sont soumis un rgime de rutilisation particulier. Il s'agit :

    *des reproductions de documents protgs par un droit d'auteur appartenant un tiers. Ces documents ne peuvent tre rutiliss, sauf dans le cadre de la copie prive, sans l'autorisation pralable du titulaire des droits. *des reproductions de documents conservs dans les bibliothques ou autres institutions partenaires. Ceux-ci sont signals par la mention Source gallica.BnF.fr / Bibliothque municipale de ... (ou autre partenaire). L'utilisateur est invit s'informer auprs de ces bibliothques de leurs conditions de rutilisation.

    4/ Gallica constitue une base de donnes, dont la BnF est le producteur, protge au sens des articles L341-1 et suivants du code de la proprit intellectuelle.

    5/ Les prsentes conditions d'utilisation des contenus de Gallica sont rgies par la loi franaise. En cas de rutilisation prvue dans un autre pays, il appartient chaque utilisateur de vrifier la conformit de son projet avec le droit de ce pays.

    6/ L'utilisateur s'engage respecter les prsentes conditions d'utilisation ainsi que la lgislation en vigueur, notamment en matire de proprit intellectuelle. En cas de non respect de ces dispositions, il est notamment passible d'une amende prvue par la loi du 17 juillet 1978.

    7/ Pour obtenir un document de Gallica en haute dfinition, contacter reutilisation@bnf.fr.

  • NOUVELLESIKIE. N 73

    oo DIRECTIONooADMINISTRATION

    8,ruedeCheverusPARIS

    o o TLPHONEOOo o o 104-65o o o

    Dimanche 10 Avril 1910

    ABONNEMENTS:

    Trance,Algrieet Tunisie:

    Sixmois 3.25Un an (if:

    trangeret ColaaktSixmois..4.25Un an..... 8fr.

    La Paht dans les BalkansSA.VSS

    CORDONNIERS DES ENVIRONS DE MONASTIR AUX TRAVAUX

    Durant que les souverains se visitent, que les diplomates rivalisent d'habilet,les principaux intresss, les habitants de la bouillante pninsule, peu soucieux des complications

    se livrent en paix leurs travaux habituelssans souci des agitations qui passionnent les grands.

    + SOMMAIRE +

    Chronique.Zig-Zaga.JoanD'ALBIOH&C.LeLivreluJour.FinancesFdodalos,parJ.-M.FCHASChroniquelela Molle.KKT.Science*.J.-R.

    + ILLUSTRATIONS -t-

    LeModernisme,sembleenvahirla Pampa...Maisnomhredoseshabi-tants,mme.lesfemmes,demeurentanthropophages.Il y a quelquechosedoruantedanslesBalkans.-- LeTzardeBulgariereuparleKhandaKhans.LeVieuxet loNouveauJeuenPalestine.

  • ] H IST^IRES6^

    ... . ^ ~ !'' '.. , ~ , '-

    ; L'usage du ^ed?;t'.j/;- ,i%Rcnmint,,rminenl professeur'aiier"/longueprsenta 1:Acadmie".dessciences|itt tomoire-'sur' une foiiGtlQjnisuppl-mentaire du pied.dans la race jaune ..Cel-^te,:f6ncUon'su:pp:tei)inl.ai:e;^d:'pied,eStV{prhension.En Extrmement,,;; i-:,..pi88.flibrs"'de-tous*^liers^.orit^s;%-tis,...li^fbres,,qui ,s'carrtenti;du;'seo0ndi-'Q9^t,^di#;Ranims'd'ui 'd&ublemouvement 'de rbta-ftion-et, d'adduction.de deli'r-s.-en dedans.fBrf, ls pieds'-sontiprenants. febalelierfeehinois:rame avecijson pied, un Japonaisife'vent'itve'eson pied, ou s'en sert pbwrSfagriffitr'

    5sur la corde lisse.. . 'fi.

    ;is~-?.--.-.-.--.,'--.^a'^raiie-^CiiUe*!?'--*--!-'----.-V

    f Une propagandedes plus actives est fai-s;te, en Chine, par les libraux qui .veulent substituer au culte de1'l'empereur e'iiitfii de la pairie.'- A cet oftet, ils oui composede*Recueilsi de chanson-,qui on! di^Uibue^daii->lou-ytes les coles pinruures de 1empire. Cesl chansons insistent principalement sur lJor--.:gaurisationmihtane Dans un Choix de>:chansons chinoisespublie Nankin par le.; lettr Ei-Fou, on liome ce couplet sur le' recrutemeni Pour rendre Je pays fort,I"il faut rende lois les citoyens, en les fai-sant soldats. La puissance d un pays estf ralise par le service mulilaixeobligatoirepour tous Si la Chiuieest faible, ces! que

    : jusqu'ici les Chinois n ont pas esfm les.':militaires. Que tous les jeunes gens soient' sous les drapeaux ' Enants chinois, sa-) chez ceci : mourir j>ur la patrie, c'estmourir glorieusement

    Le cocherest ParisienEn dpit de 1opinionsi rpanduque la

    : majorit des cochersde la capitale -estfor-?!nie de compatrioiesde 'Vereingtorixetk de M. Lintilhac, e'est le dpartement dej; la Seine, et non ceux du Puy-de-"DmeetXfiacres les deux tiers de leui's occupanls.i] L'Auvergne et le llouergue ne viennenti[;qu'au second rang, et d'ailleurs tous nos%dpartementssont reprsentas-dansla Dr-?poration des cochers parisiens.

    Oncompte,,,enoutre,parmiH^ suneaBen-;; taine d'Itaies, ;qntr-e-mngt-sept..Belges^soixante-trois Suisses, ^uar,amite-dglais et Ecossais,qtiieipasBolonais,JEjsg*a- 'gnols, Hollandais.,.SoiHraiotes'et jyWr-.. cains, trois^n&gi'.esugle=..:,.un;.extr,ait;-4.e.vnaissance, un ertiflcat d'inspirateur... et'.lafamiliarit du.matre !

    Ihest vidents-qu'ilse vendra bien!

    La bibliothquenationale

    M. Henry Marcel vient de publier__sonSpjffi^SM^;MW*'l^:'s^vi6es'dellrM?:.M^^iiiViS^jafta3]i.^'':"';;'t.'>fi , '''''fi'::

    ife'ir"et, MipEte' aiL.inonagitet;'.h^ ailtt:^nS.fe'de.:,:0iiiaiii e^n iMM^'M&'w?:AncienTestament.syriaque?mmi peimfeoes/du buitme sele;'m Sits.mfijPi0:ients noirs iXMii^noiiidsizSns^sffil^fet.duCartulaire e_JfffmnersUi&ei$Qifiim,^seizimes.cle.Le fMds :-eMno;s'.del M-iMothegae-s'est gmtjssdfe M#.00 moismesapporls'dMjsfa,ii;rieatt:.fweM. .'Pliot,Le d^alffipent's-.mfeMsa reu ^ioas,.de:ciag>alB:]HM8iQuiausantigp.es,plus -gaf:r .amlnaaiiik-^'iOi'^.-paiPinlesquelsune'blgSipastarate' fpftsn mxM ay.oir appartenu; &iBShteltei.':MMs:M legs le plus imporfeinttfit- a iNaMrnlsest icelu.deM. Spiin,.qui4m a. as. ioates ses jgemm.eB;-:pa-ves../iB0Jiit:'$SH.i'et Sont la plupart lotrlatpar es: eilns e la reine de MapleSi.^GaroMrieMrarat : la. plus belle repr-senlirAntaniia,,aaire de 'Germanieus.jEiifin, M.MnryMaiRBilisjginalele proche atoevemeiiitde la r-elivinne.;

    Les dboires de Balzac au tbtre

    , alzae, fort cliand par le rlos SeFEcoledes Mnages^ la RenaiBBaGe,aa:90 -fitpar la cbuie de Yaulrmb - la.-'Pr-ite-Sait-Marliii,en 1840,tenaitS'aiitant plus sprfiiaiFesa revanche avec ee Mesmw-ces &QuinoLa.

    *ll-.jBeiontat sams doute iqurlopebae

    pliaT'lpremire reprsentafioa. Et, dansle teit &ela djouer, il prit des &ra*,aaajge-joierata^ec Lireux, le directeur de ^Odeon,pour l,enr le bureau -delocation lui-mmependant quelquesjours pour les trois preniires reprsntaMons.Et on vit le grand romancier, derrire

    la grille du-bureau dlivrer lui-mme 'lescouponset en encaisser le prix. Il se flat-tait, on le sait., de devineries sentimentsdes gens au .seul aspect de leur \lsage.Commeil voulait avant tout s'assurer une'bonnesalle, -il.refusait,mpitoyblemeratlemoindrecoupon quiconquelui paraissait, premire vue, hostile ou eimplementdou-teux.Trop tard, disait-il,la loge est vendue

    la princesse de X... Mais, au moins,tel fauteuil ?-Dj pris par le duc de Z... Mais, monsieur, j'y mettrais un prix| fou. Quand,ce prix serait fou furieux,i.vous ri'aauiez-ni loge ni fauteuil. Tout estdj,vendu.Cesprcautionsn'empchrentpas l'chec

    des Resssourrjis.rfeQtmla: 'C'-estpourquo:Te''siiecs de VEcole des Mnages, ce

    mmeOdono l'on vit; Balzac marchandde billets, prend un pbu l caractre ue ',rparation. |[ Po&ardy.

    'fik ' ;\.%him i

  • 2S7

    OHROJNTIQ OE

    CES BONS PEINTRESTout Paris a clat de rire, une t'ois

    de plus, :et le monde entier qui s'oc-cjape d'art, quand on a appris -qu'un des(a^iex exposs . aux Indpendantsavait ,'t"gravement peint par la queued;u.n an SO.UJSrimpulsion de peiquesrapins factieux.Je -ne partagerai pas l'indignation de

    ceux qui .ont vitupr contre ces jeunesgens en -goguette : o -irions-nous, sei-gneur,, si les rapins n'taient pas quel-que peu fumisies ! Us sont chargs nonseulement de nous faire 4e la peinture,mais d reprsenter, ^pou leur largepa?r::a gatjj-a'ngaise,

    ', ,,:-....

    -Et ;pms,-".les.amateurs, de. peinture...

    CESBONSAMATEURS

    Voici que, justimnt,. M..Moreau-Vathier raconte dans . l'Abeille de Pon-. taineble.au l'histoire d'un chef-d'oeu*vre de Guillemet.Ce chei-d'ceuyre n'tait, d'aprs le

    peintre lui-mme, qu'un tableau m-diocre, et qui n'entrg. aUSalon, il y a jene sais combien d'annes, que parmiles R-pchs;. 'Nanmoins, il sevendit : pas cher, videmment.A quelques annes de l, .un de ses

    amis demande Guillemet : Est-ce que vous n'avez pas peint,

    jadis, un paysage rprsentant des ro-chers, un "tang, des arbres ?...Guillemet l'interrompt :

    !-Oui, dit-il, une bien mauvaise toi-

    le ; je ne sais ce qu'elle es,tdevenue... C'est plaisir," reprend l'ami, decauser avec un homme qui se sait sibien juger soi-mme. Je puis donc vousdire que le tableau n'a pas gagn envieillissant. Je l'ai aperu, hier, chezun marchand de mon quartier, et j'ait navr de voir qu'il portait votre si-gnature 1,,., O donc ?,.. s'crie joyeusementGuillemet,

  • 228 :

    lie IiiVre du jour

    F