LA FACE CACHEE DE ROBERT SCHUMAN

Download LA FACE CACHEE DE ROBERT SCHUMAN

Post on 05-Jan-2017

217 views

Category:

Documents

2 download

TRANSCRIPT

Tous droits rservs - Date de premire parution : 9 mai 2010 UPR - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr De Ptain la CIA, LA FACE CACHE DE ROBERT SCHUMAN par Franois ASSELINEAU Dcouvrez qui tait vraiment le Pre de lEurope NOTE IMPORTANTE SUR LUTILISATION DE NOS DOSSIERS, VIDOS ET ANALYSES Les dossiers de lUPR et les vidos des confrences de Franois ASSELINEAU sont mis en ligne sur le site de lUnion Populaire Rpublicaine (UPR) pour une large diffusion, dans un objectif dinformation du public et de militantisme politique. Chacun est donc libre de diffuser largement ces dossiers par voie lectronique et est mme invit le faire. Les analyses et les informations contenues dans ces dossiers et vidos demeurent cependant la proprit intellectuelle de leur auteur. De mme que nos dossiers et nos vidos citent toujours scrupuleusement leurs sources, la citation ou la reprise de nos dossiers et de nos vidos doivent donc toujours veiller bien mentionner Franois ASSELINEAU et lUnion Populaire Rpublicaine (UPR). Nous insistons sur ce point parce que nous avons constat quun nombre croissant de journalistes ou de responsables dautres mouvements politiques reprennent leur compte tel ou tel passage de nos dossiers, articles ou vidos, en vitant soigneusement de mentionner lUPR et Franois ASSELINEAU. La citation de nos dossiers, vidos et analyses doivent donc se faire selon les modalits suivantes : Reprises par dautres sites Internet Les dossiers, vidos et analyses de lUPR et de Franois ASSELINEAU peuvent faire librement lobjet de citations sur des sites Internet tiers. Cependant, nous demandons aux sites tiers de respecter deux conditions : 1) dtablir un lien hypertexte trs visible avec notre site www.u-p-r.fr au dbut ou la fin de la citation comme nous le faisons nous-mmes dans nos dossiers ; 2) de mentionner trs clairement nos coordonnes postales : UPR, 60 avenue de la Rpublique - 75011 PARIS. En respectant ces deux demandes, le site Internet tiers montre ainsi qu'il a la dontologie de ne pas saccaparer la proprit intellectuelle du dossier tabli par lUnion Populaire Rpublicaine, et qu'il permet au contraire linternaute de retrouver sans difficult toutes les autres analyses de lUnion Populaire Rpublicaine figurant sur note site. Reprises par des mdias radiophoniques et tlviss ou dans des confrences publiques Les dossiers, vidos et analyses de lUPR et de Franois ASSELINEAU peuvent tre librement repris sur des mdias radiophoniques et tlviss ou au cours de confrences et dbats publics. Cependant, nous demandons aux journalistes, aux confrenciers ou aux responsables politiques et conomiques qui le font dannoncer de faon claire et intelligible la source - Franois ASSELINEAU ET LUPR - ainsi que les coordonnes postales et lectroniques de lUPR (UPR, 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS ; www.u-p-r.fr) afin de permettre lauditeur ou spectateur de retrouver sans difficult nos analyses dans leur intgralit sur note site Internet. Reprises dans des documents papier (journaux, revues, magazines) Toute reprise totale ou partielle des dossiers, vidos, articles ou analyses de lUPR sur des supports papier (journaux, revues, magazines) est soumise une demande daccord crit pralable qui doit tre transmise lUPR. Cette demande doit tre formule : par courrier : UPR, 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS par courriel : contact@u-p-r.fr En cas dapprobation, le demandeur recevra un courrier lui prcisant les modalits de reprise. Labsence ventuelle de rponse vaut refus tacite. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 2 Il tait dpourvu des qualits brillantes, de lampleur de vues, de laudace sans scrupules qui font les personnages hors norme. En 1939, 53 ans, rien nannonait un grand destin. En 1945, 59 ans, rien nannonait le pre de lEurope. Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008 Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 3 Jean-Pierre Schuman (1837-1900), pre de Robert Schuman, tait un Mosellan n Franais Evrange, village lorrain la frontire franco-luxembourgeoise. Ctait un propritaire terrien, partiellement exploitant agricole et partiellement rentier. Il avait servi dans l'arme franaise sous Napolon III en 1870. Mais, aprs Sedan et l'annexion de l'Alsace-Lorraine au Reich, il n'avait pas us du droit d'option pour sa patrie, la France. Il avait prfr devenir citoyen allemand. La mre de Robert Schuman, Eugnie Duren, tait une Luxembourgeoise ne Bettembourg, qui avait acquis la nationalit allemande lors de son mariage avec Jean-Pierre Schuman. Robert Schuman, fils unique du couple, naquit citoyen allemand, le 29 juin 1886, au Luxembourg o la famille stait installe. Le jeune Robert frquenta l'cole communale de Clausen, faubourg de Luxembourg o il est n, avant de poursuivre ses tudes l'Athne grand-ducal. Le jeune Robert Schuman avait donc trois patries dorigine, distantes de quelques dizaines de kilomtres. Trs attach ses parents, il souffrit beaucoup de leur dcs, dix ans dintervalle (1900 et 1911) avant la guerre de 1914. Schuman, ayant perdu son pre 14 ans et sa mre 25 ans en 1911, aurait pu, nayant plus de famille proche, partir sinstaller en France. Pourtant, il dcida de rester allemand et fit le choix daller tudier le droit dans les universits allemandes. Ses tudes suprieures le conduisirent successivement frquenter les Universits de Bonn, Munich, Berlin et enfin celle de Strasbourg, la capitale du Reichsland annex. Il sinstalla enfin en 1912 Metz comme avocat (3). Comme le note lhistorien Franois Roth, Robert Schuman se montra ainsi un parfait sujet de lEmpire allemand, respectueux des autorits et de lordre tabli , et ne participant aucune des manifestations du Souvenir franais (4). DE PTAIN LA CIA, LA FACE CACHE DE ROBERT SCHUMAN par Franois ASSELINEAU 1 - Robert Schuman, un Mosellan "respectueux des autorits et de lordre tabli" (1) Cf. par exemple : http://www.ripostelaique.com/Un-individu-se-torche-avec-le.html (2) Ces formules sont extraites de lhommage de 39 minutes 21 secondes de Michel Albert, Secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques, Robert Schuman en 2003, hommage dont lenregistrement et le texte sont sur http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html (3) Sources : http://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Schuman ; Robert Schuman et l'ide europenne par Michel-Pierre Chelini sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php ; Raymond Poidevin, Professeur mrite l'universit Robert Schuman - Strasbourg III. Extrait de son ouvrage : Robert Schuman , collection Politiques et Chrtiens, ditions Beauchesne, 1988, pages 9-15, galement sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_poidevin.php (4) Source : Robert Schuman, pre de lEurope ou saint en veston ?, (compte rendu de : Franois Roth, Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html Ldition nioise du quotidien Mtro paru le 19 mars 2010 a rvl qu'un jury de professionnels du Marathon de la photographie organis par le magasin Fnac de Nice venait de dcerner, dans la catgorie politiquement incorrect [sic], son coup de cur la photo dun individu sessuyant les fesses avec le drapeau franais (1). Dans cette ambiance abjecte, o le politiquement correct consiste bien au contraire avilir tout ce qui a fait la France et sa grandeur, il est quelques personnages de notre histoire qui chappent, comme par miracle, cet impratif dhumiliation de la nation franaise. Parmi ces rares rescaps figurent, tiens donc !, Jean Monnet et Robert Schuman, les prtendus pres de lEurope . Rien nest trop beau pour nous les prsenter, et notamment le second. Robert Schuman est dcrit longueur douvrages, de sites et de discours officiels en des termes qui feraient trpigner de rire si on les lisait sous la plume dun journaliste nord-coren pour qualifier Kim Jong Il. Schuman aurait ainsi t un aptre lac , un Gandhi chrtien dune audace inoue , un homme sans ambition, dune totale sincrit et humilit intellectuelles , le plus modeste des grands hommes , ayant la haine viscrale du mensonge , aspirant la saintet , etc.(2). Le prsent dossier, conu loccasion du 60e anniversaire de la Dclaration du 9 mai 1950, a pour objet de rtablir la vrit historique sur un personnage qui fut servile devant tous les puissants, lche en temps de guerre, tratre la Rpublique, et finalement manipul par les Amricains. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 4 En 1908, g de 22 ans et vivant seul avec sa mre veuve, Robert Schuman se fait rformer. Prtendument pour raisons mdicales. Cette dcision qui nest pas si banale lpoque et qui ne plaide gure pour le courage et lardeur au combat du jeune Schuman, lui vaut dtre exempt du long service militaire allemand, de deux ans. Toutefois, la guerre de 1914 mobilise plus largement que le service du temps de paix et il est affect sous uniforme allemand, de 1915 1918, comme adjoint dadministration au responsable de la sous-prfecture allemande (Kreisdirektion) de Boulay en Moselle (1). Ce travail, qui nest pas subalterne compte tenu des diplmes et du mtier davocat de Robert Schuman, lui vaudra dtre accus, en 1919, par plusieurs organes francophones lorrains d'avoir servi comme officier de l'arme allemande et d'avoir t embusqu dans cette sous-prfecture (2). Si polmique il y eut, c'est bien que son attitude suscitait pour le moins des dbats. De fait, selon Franois Roth, Schuman a raisonn jusquen 1917 comme sil devait rester allemand . Ce nest quen 1918 quil se rend lvidence de la proche dfaite allemande et du retour de lAlsace-Lorraine la France. Du coup, il renverse totalement sa position. Dans une lettre son cousin Albert Duren crite en 1920, Robert Schuman raconte que la France, je la connaissais trs, trs superficiellement mais quen 1918, il aboutit une confiance et une affection sans rserve pour la grande famille [la France] qui nous accueillait . Aprs la dfaite allemande de 1918, il sadapte donc immdiatement sa nouvelle patrie et prtend la servir comme la prcdente (3). Si l'on ne veut pas tre injuste, il faut reconnatre que la situation des Alsaciens-Mosellans ntait pas facile lpoque et que beaucoup vcurent comme un drame le fait dtre tiraills entre deux pays. On comprend que les populations durent se plier une autorit, puis une autre. Il nen demeure pas moins que tous nagirent pas, loin de l, comme le brave Robert Schuman, toujours aussi respectueux des autorits et de lordre tabli . Car aprs avoir continuellement fait le choix de lAllemagne et avoir servi comme officier allemand, labri dans un bureau jusquen 1918, il proclama sans le moindre dlai de dcence sa confiance et son affection sans rserve pour la France lorsque la dfaite allemande fut en vue et dcida aussi sec d'y entamer une carrire politique. La personnalit de Robert Schuman commence ainsi se dessiner : c'est un jeune homme obissant, pour ne pas dire servile devant les puissants du moment, doubl dun opportuniste. En termes triviaux, Robert Schuman napparat pas seulement comme une girouette mais aussi comme un Tartuffe, ayant le culot de donner ses retournements de veste une dimension romanesque, pour ne pas dire morale. 2 - Robert Schuman, soldat allemand planqu pendant la Premire Guerre mondiale, devient citoyen franais en 1918 et rvle une nature opportuniste (1) Cf. Robert Schuman et l'ide europenne par Michel-Pierre Chelini sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php ; dans son hommage de 2003 Robert Schuman, Michel Albert, Secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques, conteste formellement que Robert Schuman ait port luniforme dofficier allemand en ces termes : Contrairement ce quon a pu dire - contrairement linjure du communiste Jacques Duclos le traitant publiquement dofficier boche - Robert Schuman na jamais port luniforme allemand car, tant rform pour raisons de sant, il a seulement t requis civil pendant quelques mois la mairie de Thionville . http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html. Mais cette indignation vertueuse, et d'ailleurs peu glorieuse pour lintress si elle tait exacte, ne repose sur aucune source. (2) Raymond Poidevin, Robert Schuman , collection Politiques et Chrtiens, ditions Beauchesne, 1988, sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_poidevin.php (3) Source : Robert Schuman, pre de lEurope ou saint en veston ?, (compte rendu de : Franois Roth, Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 5 3 - Robert Schuman, parlementaire catholique, ultra-conservateur et peu imaginatif, est attir par les dictatures de Dollfuss, Salazar, Franco et Horthy Le retour de lAlsace-Moselle la France en 1918 ne remplit pas dune joie sans mlange les milieux catholiques lorrains conservateurs dont fait partie Robert Schuman. Ils redoutent les retrouvailles juridiques avec une Rpublique franaise perue comme anticlricale. Car lAlsace-Moselle devenue allemande en 1871 na pas connu la dissolution des ordres religieux (1902-1904) dcide en France et na pas connu non plus la sparation de lglise et de ltat, qui constitue l'un des fondements essentiels de notre lacit et de notre pacte rpublicain depuis 1905. Argument touchant davantage le portefeuille, le clerg mosellan vit encore sous le rgime du Concordat de 1801 et bnficie ce titre des subventions publiques qui ont t supprimes dans le reste de la France. Afin dchapper un pareil sort, laumnier de Robert Schuman dissuade en 1919 celui-ci dentrer dans les ordres et le pousse plutt se prsenter aux lections lgislatives, afin qu'il tente dy sauver le rgime du Concordat en Alsace-Moselle. Laumnier le lui crit en ces termes : Je pense que tu as quelque chose faire dans le monde et que les saints de demain seront des saints en veston (1). Dans le long pangyrique quil lui a consacr en 2003, Michel Albert, secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques, prcise qu ce tournant de sa carrire, si Robert Schuman se rsigne ainsi sengager dans la vie politique pour tenter dy appliquer la doctrine sociale de lglise, ce nest pas sans regret. Il dclare : Combien aurais-je prfr me consacrer ma profession, aux uvres religieuses et sociales, et ma famille. Famille au demeurant rduite, car il est rest toute sa vie clibataire. (1) Cette rsignation est-elle sincre, comme semble le penser son hagiographe ? Ou ne serait-elle pas plutt la premire manifestation de ce caractre roublard, typique de tous les Tartuffes de la politique, qui lvent les yeux au ciel en jurant quils nont accept un mandat lectif ou un portefeuille de ministre que contraint et forc, pour cder la pression de leurs amis ? Comme on va le voir, la suite de la biographie de Robert Schuman permet notre avis de choisir sans hsiter cette seconde hypothse. Mais il semble que mme Michel Albert ait un doute puisque son loge outrancier devant lAcadmie portait un titre (involontairement ?) narquois, repris dune formule de Jacques Fauvet : Robert Schuman, le contemplatif dix fois ministre !(1) Avec un point dexclamation. Quoi qu'il en soit, Robert Schuman va trs vite se faire une raison de ne pas avoir choisi dentrer au petit sminaire. lu dune des circonscriptions de Metz aux lections lgislatives de fin 1919, celui qui se rsignait sengager dans la vie politique va siger au Palais-Bourbon sans discontinuer de 1919 1940, dabord lUnion Rpublicaine Lorraine, petit parti rgional associ au Bloc National puis Poincar, ensuite, partir de 1931, au Parti Dmocrate Populaire, un des anctres du MRP. Une sorte de record. Comme le note Michel-Pierre Chlini, lactivit parlementaire de Robert Schuman va se rvler modeste et banale , si ce nest quil soppose nettement la partie anticlricale de la politique du Cartel des gauches (1924-26), conformment la mission que lui a confie son aumnier. Comme le note Michel Albert, Schuman va en effet contribuer dans une large mesure au maintien des particularismes linguistiques, sociaux et religieux de lAlsace-Moselle, en particulier le rgime concordataire (1). De 1929 1939, il est membre de la Commission des Finances de la Chambre des dputs o il se montre la fois scrupuleux, trs orthodoxe (avec son souci constant de lquilibre budgtaire), voire peu imaginatif en cette priode de crise grave (2). Robert Schuman va bien sr se montrer dfavorable au Front Populaire (1936-38), mais moins pour le (1) Robert Schuman, le contemplatif dix fois ministre !, hommage de Michel Albert, Secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques: http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html (2) http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 6 caractre social des mesures votes que pour les menaces sur la proprit patronale ou la structure du budget dont les projets gouvernementaux lui semblent tre porteurs. Il est hostile lOffice du Bl, hostile la modification du statut de la Banque de France, hostile la dvaluation du franc. Bref, Robert Schuman se montre, comme toujours, respectueux des autorits et de lordre tabli . Sur cette priode de lentre-deux-guerres, Robert Schuman apparat en fait non seulement comme un parlementaire catholique ultra conservateur, mais aussi comme fort peu rpublicain. Anti-laque, Robert Schuman se fait le dfenseur vigilant du statut scolaire des dpartements recouvrs . Il se montre par ailleurs tolrant vis--vis des autonomistes lorrains et alsaciens, lesquels finiront souvent dans la Collaboration avec le rgime nazi (1). Se montrant sensible la question sociale, mais viscralement anti-communiste, Robert Schuman ne cache pas quel point il est attir par le corporatisme autoritaire catholique du chancelier autrichien Dollfuss (2), par les rgimes autoritaires du Hongrois Horthy (3) et du Portugais Salazar (4), par Franco (5), tombeur de la Rpublique espagnole, ainsi que par la cause croate(1). Comme le dit Franois Roth la fin de ce chapitre qui se termine sur lanne 1939 : "A 53 ans, rien nannonait un grand destin." Ajoutons que tout annonait au contraire un homme prt avoir des complaisances pour le rgime de Ptain. (1) Source : Robert Schuman, pre de lEurope ou saint en veston ?, (compte rendu de : Franois Roth, Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html (2) Bien quantinazi, le chancelier autrichien Dollfuss (1892 - 1934) nen fut pas moins un fasciste authentique. Il fonda une ligue dextrme droite, le Front Patriotique, et tablit une dictature le 4 mars 1933, transformant lAutriche en un tat autoritaire, corporatif et catholique. (3) Lultra-conservateur Amiral hongrois Mikls Horthy (1868 - 1957), amiral sans flotte et rgent d'un royaume sans roi, installa en 1920 un rgime autoritaire, qui sympathisa avec les rgimes fascisants environnants, sans verser cependant dans un rgime totalement dictatorial. (4) Antonio de Oliveira Salazar (1889 - 1970) tablit au Portugal en 1933 un tat nouveau , rgime politique nationaliste, proche de l'idologie fasciste de Benito Mussolini mais nanmoins distinct. Autoritaire et non totalitaire, l'tat nouveau est fond sur le catholicisme et l'anti-communisme et ne prtend pas dvelopper la puissance de l'tat au mme degr qu'un rgime fasciste. Engelbert Dollfuss Chancelier dAutriche (1932 - 1934) Francisco Franco pendant la guerre civile espagnole (1936 - 1939) Antonio de Oilveira Salazar tablissant un tat nouveau au Portugal en 1933 Mikls Horthy Rgent de Hongrie Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 7 4 - Robert Schuman approuve les Accords de Munich, veut cesser le combat ds le 12 juin 1940, entre au 1er gouvernement Ptain, puis vote les pleins pouvoirs Vichy La seconde partie des annes 30, se clturant par le dsastre de 1940, va jeter une lumire encore plus crue sur cette attirance de Robert Schuman pour les rgimes poigne, attirance soigneusement gomme du dogme europiste et des manuels dhistoire de nos jours. Ds le 30 septembre 1938, Robert Schuman applaudit aux Accords de Munich, par crainte dune nouvelle guerre quil juge dsormais fratricide (1). Certains peuvent trouver vanglique ce qualificatif de fratricide . Mais dautres y verront plutt lodieuse tartufferie de quelqu'un qui feint de ne pas voir la diffrence de nature entre le rgime nazi et la Rpublique franaise et qui insiste de ce fait sur une ncessaire entente entre les deux pour viter la guerre. Les Collaborationnistes franais ne diront pas autre chose pour justifier ensuite les pires bienveillances lgard du rgime hitlrien. Loffensive allemande du 10 mai 1940 conduisant en quelques semaines la dfaite de la France, Robert Schuman pense, ds le 12 juin, quil faut mettre bas les armes (2). Est-ce l le propos dun Gandhi chrtien ou la raction habituelle, dcidment lassante de couardise, du rform de 1908 et du planqu de 1915 ? La suite des vnements est encore plus compromettante et c'est alors que les analyses divergent. Pour Michel-Pierre Chlini, dont le texte est repris sur le site officiel de la Fondation Robert Schuman, nomm sous-secrtaire dtat aux rfugis dans le gouvernement de Paul Reynaud en mars 1940, Robert Schuman est maintenu ce poste, en son absence, dans le gouvernement Ptain (16 juin-10 juillet 1940) et vote les pleins pouvoirs ce dernier le 10 juillet, Laval lui ayant certifi que seul le marchal tait capable de conserver lAlsace-Moselle la France. (1) En un mot, Robert Schuman aurait ainsi t nomm au premier gouvernement Ptain par hasard et lintress aurait ensuite vot les pleins pouvoirs au Marchal par patriotisme, du fait de sa crainte de voir lAlsace-Moselle repasser sous souverainet allemande. Le problme de cette prsentation des vnements est quelle nest tout bonnement pas crdible quand on la remet en perspective de la personnalit de Robert Schuman. Outre quil a toujours t respectueux des autorits et de lordre tabli , il tait trs attir, on la vu, par tous les nouveaux rgimes autoritaires europens forte connotation catholique (Autriche, Espagne, Portugal) et l'on ne dispose pas dlments pouvant laisser penser qu'il ait t un critique du ptainisme. En outre, ses origines et ses choix de jeune adulte permettent de douter que la perspective de voir lAlsace-Moselle redevenir allemande lui ait paru spcialement intolrable par principe. (1) Cf. Robert Schuman et l'ide europenne par Michel-Pierre Chelini sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php (2) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 8 Nayant pas peur du ridicule, Michel Albert, secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques, va pourtant encore plus loin puisquil affirme que le 10 juillet 1940, Robert Schuman vote les pleins pouvoirs au Marchal Ptain puis, sans avoir t consult, il apprend quil avait t maintenu dans ses fonctions antrieures de sous-secrtaire dtat aux rfugis (1). Qui peut croire un instant cette fable dun homme ayant t dput pendant 21 ans, et ministre depuis 4 mois, qui aurait t nomm au gouvernement sans son consentement, et qui naurait pas protest pendant prs dun mois faute den avoir t inform ? Ici comme ailleurs, lanalyse de lhistorien Franois Roth parat beaucoup plus crdible lorsquil explique que, le 16 juin 1940, Schuman est confirm par le marchal Ptain dans ses fonctions de sous-secrtaire dtat ; quaprs larmistice, il fait partie des 569 parlementaires qui votent sciemment les pleins pouvoirs Ptain. Mais que c'est Pierre Laval qui ne veut pas de lui dans le nouveau gouvernement form le 12 juillet (2). La vrit est donc peu reluisante et rien ninterdit mme de penser que, si Pierre Laval avait accept doffrir un portefeuille Robert Schuman, celui-ci laurait accept. Mais, ayant t cart par Laval, Schuman, dont Roth dit quil tait "un lgaliste" et "pas un rpublicain dans le sens franais du terme", part aider les rfugis, a des entrevues avec des prlats catholiques, et ce jusquen septembre 1940. Entre septembre 1940 et novembre 1942 se place alors une partie de la vie de Robert Schuman qui est incontestablement la plus mystrieuse et sur laquelle tous les ouvrages dithyrambiques naiment pas sattarder. Franois Roth relve un fait trange : alors que de nombreux Messins et Mosellans sont expulss du dpartement de la Moselle par le Gauleiter nazi Josef Brckel , Robert Schuman, quant lui, fait le chemin inverse. Il rentre Metz en zone occupe o il ne trouve rien de mieux faire que de brler sa correspondance. Puis... il se rend la police pour discuter du rapatriement des rfugis mosellans. On lui propose de collaborer avec les autorits allemandes(1). Que sest-il dit entre Robert Schuman et les autorits nazies de Metz quil tait all voir, lui ministre du gouvernement sortant, et cela sans aucun mandat daucune sorte ? Nous nen savons rien de prcis si ce nest quil aurait refus de collaborer , comme nous en assurent ses dfenseurs. Mais quel tait lalors lobjet initial de sa dmarche ? Quoi qu'il en soit, Robert Schuman est plac en tat darrestation et crou de septembre 1940 avril 1941. Michel Albert sen extasie en lanant que pendant la guerre, ayant refus toute collaboration avec les Allemands, il avait t le premier parlementaire franais jet en prison par la Gestapo et mis au secret Metz (1). Certes, mais il tait aussi le premier ancien ministre stre rendu en Alsace-Moselle pour y prendre langue avec les troupes nazies. La suite des vnements est peine plus claire. Sur ordre dHeinrich Welsch, le procureur allemand et futur ministre-prsident de transition de la Sarre en 1955, Robert Schuman est sorti de prison, non pas pour tre envoy en dportation comme dautres parlementaires franais, mais pour tre plac en rsidence surveille Neustadt-an-der-Weinstrasse dans la Fort Noire. On ignore ce qui vaut cette clmence mais Robert Schuman y gagne clairement au change. Car cette rsidence surveille est justement si peu surveille qu'il senfuit vers la zone libre en aot 1942, aprs avoir de nouveau refus plusieurs offres de collaboration (2). Il prend alors des contacts avec le gouvernement de Vichy, mais ces contacts le convainquent quil na rien attendre du rgime de Ptain. Cest seulement lorsque ont lieu le dbarquement alli en Afrique du nord (Opration Torch) et linvasion conscutive de la zone libre par les troupes du Reich que Robert Schuman se dcide, enfin, passer dans la clandestinit... (1) Robert Schuman, le contemplatif dix fois ministre !, hommage de Michel Albert, Secrtaire perptuel de lAcadmie des sciences morales et politiques: http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html (2) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html 5 - Qua fait prcisment Robert Schuman entre septembre 1940 et novembre 1942 ? Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 9 partir de novembre 1942, Robert Schuman dcide donc de vivre clandestinement, mais il opte pour le cadre bucolique de charmantes abbayes. Il sinstalle labbaye dEn-Calcat (ci-dessous gauche), monastre bndictin situ dans le Tarn, dont il suit les heures liturgiques , mais aussi labbaye de Notre Dame des Neiges en Ardche (ci-dessous droite) et lAbbaye de Ligug dans la Vienne. aucun moment il nenvisage de sengager dans la Rsistance. Un de ses collaborateurs aux Finances en 1947-48, Franois Bloch-Lain, lui-mme engag dans les mouvements de rsistance, dira plus tard que Robert Schuman avait fait sa guerre sa manire . C'est, encore une fois, une faon bien complaisante de prsenter les choses. Ne serait-il pas plus honnte de dire, pour en finir avec la propagande de laptre lac , que le rform de 1908, le planqu de 1915, le munichois de 1938, le dfaitiste et le ptainiste de 1940, se planqua de nouveau entre 1942 et 1944, en choisissant finement de sinstaller dans des cadres campagnards qui devaient tre bien agrables en ces temps o svissaient les restrictions alimentaires et le march noir dans les centres urbains. 6 - Robert Schuman, planqu dans des abbayes pendant la Seconde Guerre mondiale, refuse de sengager dans la Rsistance 7 - Robert Schuman, qualifi de produit de Vichy , est poursuivi pour indignit nationale la Libration, et fait jouer ses appuis dans lglise pour y chapper Cette vision plus juste de la vraie personnalit de Robert Schuman nchappa nullement ses contemporains. la Libration, le ministre de la Guerre, Andr Diethelm(1), qui devait avoir quelques informations solides, exigea que soit vid sur-le-champ ce produit de Vichy (2). Les autorits de la France Libre le traitrent pour ce qu'il tait : savoir un ex-ministre de Ptain et l'un des parlementaires ayant vot les pleins pouvoirs au marchal en assassinant la IIIe Rpublique. Ces faits suffirent le frapper dindignit nationale et dinligibilit . Toute honte bue, et m par lambition dvorante de reprendre des responsabilits politiques, cet homme sans ambition, dune totale sincrit et humilit intellectuelles pour reprendre le jugement burlesque repris par Michel Albert Andr Philip (3), finit par crire au gnral de Gaulle le 4 juillet 1945 pour le supplier de lui retirer ces marques dinfamie. Des amis - pour reprendre lexpression de Michel-Pierre Chelini (4) - intervinrent auprs du chef du Gouvernement provisoire pour appuyer cette demande. Quels amis ? Trs probablement le clerg mosellan, mais aussi probablement le Vatican de Pie XII. Charles de Gaulle, qui avait une pitre image de Robert Schuman mais qui, en homme dtat, avait le souci dapaiser les tensions entre Franais, cda la supplique et intervint pour que l'affaire ft classe. Un non-lieu en sa faveur fut prononc par la commission de la Haute Cour le 15 septembre 1945 et Robert Schuman reprit sa place dans la vie politique franaise comme si de rien ntait. (1) Homme intgre et courageux, Andr Diethelm tait normalien, inspecteur des Finances et ancien directeur de cabinet de Georges Mandel de 1938 1940. Il avait ensuite ralli la France libre, o de Gaulle l'avait nomm commissaire l'Intrieur, au Travail et lInformation, puis aux Finances et aux Pensions, enfin aux Finances, l'conomie et la Marine marchande dans le Comit national franais (1941-43). Le 3 mars 1944, il devint commissaire la Guerre puis, le 9 septembre 1944, ministre de la Guerre dans le Gouvernement Charles de Gaulle (1), et ce jusqu'au 21 novembre 1945. (2) Raymond Poidevin, Robert Schuman , collection Politiques et Chrtiens, ditions Beauchesne, 1988, sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_poidevin.php (3) http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html (4) http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 10 8 - Robert Schuman, peu prs dpourvu de toutes les qualits dun homme dtat, devient un politicard de la IVe Rpublique, faux naf , habile dans la manuvre politicienne et dans la dissimulation de dcisions essentielles peine relev de sa peine dinligibilit pour collaboration, Robert Schuman se lance donc dans la politique de la IVe Rpublique. Il est candidat aux lgislatives du 21 octobre 1945, et sa liste remporte quatre siges sur sept en Moselle. C'est ici le lieu de souligner plusieurs points importants du personnage, commencer par ses qualits mdiocres dhomme dtat et de parlementaire. Franois Roth crit que Robert Schuman tait dpourvu des qualits brillantes, de lampleur de vues, de laudace sans scrupules qui font les personnages hors norme et que sa vie ntait pas celle dun de ces grands individus qui ont faonn lHistoire.(1) Michel Albert relve qu'il tait au physique, comme un grand diable la silhouette terne et vote, vieillissant avant lge, dpourvu de sduction. Tous ces traits en firent une cible privilgie pour les caricaturistes, qui prsentaient ce parlementaire comme un cur de campagne sans soutane. (2) Tous les observateurs de lpoque se retrouvent pour stigmatiser, parfois mchamment, ses pitres qualits oratoires et son apparence physique, qui ne cadrent pas avec l'image d'un grand responsable politique. Selon E. Borne, on s'endormait en courtant sa parole lente, applique, sans aisance. Selon Jacques Fauvet, il donnait l'impression d'tre un orateur qui pse longuement ses arguments comme un vieux pharmacien ses pilules .(2) Selon Georges Bidault, Prsident de son parti, le MRP, et qui ne laimait pas, Robert Schuman tait un moteur gaz pauvre (3) . Il avait une frle silhouette et une voix nasillarde (4). Lui-mme reconnaissait : Je ne suis pas orateur. Certains brocardaient son allure de jeune communiant mont en graine , dautres celle d'un homme qui est n vieux . Discret, terne, effac, il faisait l'impossible pour ne pas se faire remarquer.(2) Mais au-del de ces apparences, Raymond Poidevin, pourtant l'un de ses admirateurs, souligne quel point Robert Schuman ne manquait pas d'habilet dans le jeu politique de la IVe Rpublique. Il le dcrit comme feutr, faux-naf , comme ayant le sens de la manoeuvre politicienne , comme jouant un rle cl dans la plupart des crises ministrielles avec un sens aigu des dosages politiques .(2) Il prcise que Robert Schuman savait aussi contourner les questions indiscrtes des parlementaires soit en commission, soit en dbat public et qu'il estimait devoir informer le Parlement le plus tard possible sous peine de compromettre une ngociation. (2) Relevons que ces descriptions trahissent ce qua dvidemment mensonger lide selon laquelle il aurait pu tre nomm au gouvernement de Ptain sans son accord et y rester prs d'un mois sans le savoir. Elles montrent aussi ce quont de naf les descriptions qui nous prsentent comme un modle de sincrit et dintgrit cet homme suprmement retors ayant russi le tour de force dtre dix fois ministre sous la la IVe Rpublique. La dissimulation de Robert Schuman tait extrme, comme le dvoile son corps dfendant Raymond Poitevin lorsquil prcise que celui qui tait devenu ministre des Affaires trangres de la Rpublique restait discret vis--vis de l'lyse dans certaines grandes occasions comme lorsqu'il prpara la bombe du 9 mai 1950. Cette mme affaire le conduisit n'informer que deux de ses collgues du gouvernement alors qu'il estimait qu'un ministre doit rgulirement tenir tous ses collgues au courant des affaires de son ressort .(2) Rlu aux lections lgislatives de juin 1946, Schuman fut appel par Georges Bidault devenir ministre des Finances, fonction quil occupa jusquen novembre 1947, pour devenir ensuite prsident du Conseil, cest--dire Premier ministre de la IVe Rpublique. En juillet 1948, son cabinet fut renvers sur une banale affaire de crdits militaires. Avec une aptitude consomme retomber sur ses pieds, Robert Schuman resta pourtant au gouvernement, en devenant ministre des Affaires trangres, poste quil occupera jusquen janvier 1953, soit sous neuf cabinets successifs, ce qui, tant donn linstabilit ministrielle de la IVe Rpublique, reprsentait une sorte de record , comme le remarque Franois Roth. Au moment o il arrive au Quai dOrsay, rien nannonce alors que Schuman, qui a 59 ans, sera le futur pre de lEurope (1). (1) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html (2) http://www.robert-schuman.eu/schuman_poidevin.php (3) http://www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html (4) Prsentation faite par lditeur du livre Robert Schuman : Homme d'Etat, citoyen du Ciel, ouvrage collectif prsent par Raphal Clment et Edouard Husson, Franois-Xavier de Guibert, 2006 http://www.amazon.fr/Robert-Schuman-Homme-dEtat-citoyen/dp/2755400072 Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 11 En relatant la gense de ce qui allait devenir la fameuse Dclaration Schuman du 9 mai 1950, Franois Roth montre que ce ne fut pas du tout Robert Schuman qui en prit linitiative mais le secrtaire dtat amricain, lhabile Dean Acheson (en couverture du magazine amricain Time u). Au cours dune runion informelle sur lavenir de lAllemagne qu'il avait organise Washington en septembre 1949, et laquelle il avait convi le Britannique Ernest Bevin et le Franais Robert Schuman, Dean Acheson demanda Schuman qui a une grande exprience de lAllemagne, de faire des propositions, de dfinir un projet sur lavenir de lAllemagne (1). Robert Schuman, "respectueux des autorits et de lordre tabli", accepta bien entendu cette mission. Mais celui qui tait "peu imaginatif" la quarantaine avait peu de chance de ltre devenu 64 ans : il avoua navoir pas la moindre ide. Il tait d'ailleurs d'autant plus embarrass que les relations franco-allemandes taient en train de se dtriorer cause du statut de la Sarre et que le 10 mai 1950 devait se runir Londres un Conseil atlantique pour discuter de lAllemagne, o il perdrait la face s'il navait rien propos de concret dici l. Cest alors que l'on approchait de cette date quentra en scne Jean Monnet (ici en couverture du magazine amricain Time ). Officiellement Commissaire gnral au Plan, Monnet tait, de notorit publique depuis la Deuxime Guerre mondiale, un homme des Amricains. Comme si la rpartition des rles avec Dean Acheson avait t calcule au millimtre, Jean Monnet eut le bon got de transmettre Robert Schuman un projet de Dclaration tout ficele et sortie de Dieu sait o. Comme on tait le 1er mai 1950, que Robert Schuman navait pas dide personnelle et que ses services navaient rien propos (1), le moins que l'on puisse dire est que ce texte transmis par Jean Monnet tombait point nomm. Une aubaine ! Le texte tait tellement ficel et le calendrier restant courir avant le 10 mai tellement serr que la seule chose, ou peu prs, qui restait faire Robert Schuman, s'il ne voulait pas se ridiculiser, tait de le lire et de s'en attribuer la paternit. De fait, et comme le rvle Franois Roth, Schuman assume la responsabilit politique du texte de Monnet sans trop communiquer avec ses services . (1) 9 - Robert Schuman, nayant pas dide personnelle , se fait remettre puis sapproprie une Dclaration prpare par Jean Monnet et les Amricains (1) Source : Robert Schuman, pre de lEurope ou saint en veston ?, (compte rendu de : Franois Roth, Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 12 Le fait que la fameuse Dclaration Schuman nait de Schuman que le nom de celui qui la lue devant la presse stupfiera sans doute les lecteurs de 2010, les rvoltera ou les laissera incrdules. Mais, outre que cette analyse est conforme aux recherches effectues par Franois Roth, elle est aussi absolument conforme au droulement des vnements, au fonctionnement de ltat et la simple logique . Expliquons pourquoi. Le 9 mai 1950, Robert Schuman, flanqu de son mentor Jean Monnet sa droite (cf. photo u) lut sa Dclaration dans le Salon de lHorloge du Quai dOrsay devant la presse. Puis, chose tonnante, il quitta rapidement la salle, pour ne rpondre aucune question. Ni des journalistes ni de ses propres collaborateurs berlus. Il sagissait pourtant dune vritable bombe et lannonce tout trac de la mise en commun des ressources stratgiques du charbon et de lacier entre la France et lAllemagne, de la cration dune Haute autorit commune indpendante des gouvernements, et de la perspective dune fdration europenne laissa lassistance, dont quelque 200 journalistes, compltement mduse. Lhistoriographie officielle explique dordinaire que le travail avait t entour de la plus grande discrtion afin d'viter les invitables objections ou contre-propositions qui en auraient altr la fois le caractre rvolutionnaire et le bnfice li l'effet de surprise (1). Mais de qui se moque-t-on ? Pour qui connat ladministration franaise, il est strictement impossible - et heureusement ! - qu'une dcision stratgique dune telle ampleur ait pu tre prise en quelques jours par un ministre seul, aprs que trois personnes leussent griffonne sur un coin de table, sans que les membres de son cabinet, les diffrents services concerns du Quai dOrsay, ainsi que les services des autres ministres concerns, naient t dment associs, pendant de longs mois, ltude pralable de sa faisabilit et de ses consquences. Dans le cas contraire, les invitables objections , plutt que davoir lieu avant auraient lieu aprs, et couleraient coup sr un tel projet. Cest galement impossible d'un point de vue allemand. Lhistoriographie officielle ose soutenir que le Chancelier ne fut prvenu Bonn que le matin mme de la confrence de presse prvue Paris laprs-midi. Et que, tel Ubu Roi consult au saut du lit, Adenauer enthousiaste aurait rpondu immdiatement qu'il approuvait de tout coeur , sans autre prcision ni consultation, cette broutille consistant mettre en commun lacier et le charbon allemand avec celui de la France puis btir une fdration europenne dans la foule.(1) . Qui peut croire un instant une telle fable ? En ralit, si les administrations franaises, le reste du gouvernement et mme le prsident de la Rpublique ne piprent mot alors quils n'eurent vent de la Dclaration Schuman que le matin mme, c'est que tous avaient compris quune trs grande puissance tirait toutes les ficelles de lopration. Que cette trs grande puissance avait videmment sond pralablement les Allemands pour obtenir laccord du Chancelier, et quelle avait acquis un tel poids dans lappareil dtat franais que Robert Schuman savait quil ne risquait pas dtre dmissionn doffice aprs une telle incartade. En bref, cette Dclaration navait pas t concocte par Jean Monnet et ses proches collaborateurs , comme veut nous en persuader, parmi bien dautres, le conte de fes publi sur le site de lUnion europenne (1). Elle tait ncessairement le rsultat dinstructions, mdites de longue date, manant de Washington, dont Jean Monnet tait lagent traitant. (1) Brochure Une ide neuve pour l'Europe - La dclaration Schuman - 1950 - 2000 de Pascal Fontaine, disponible sur http://ec.europa.eu/publications/booklets/eu_documentation/04/txt02_fr.htm Jean Monnet et ses proches collaborateurs rdigrent pendant les derniers jours d'avril 1950 une note de quelques feuillets qui contenait la fois l'expos des motifs et le dispositif d'une proposition qui allait bouleverser tous les schmas de la diplomatie classique. Loin de procder aux traditionnelles consultations auprs des services ministriels comptents, Jean Monnet veilla ce que ce travail soit entour de la plus grande discrtion, afin d'viter les invitables objections ou contre-propositions qui en auraient altr la fois le caractre rvolutionnaire et le bnfice li l'effet de surprise. En confiant son document Bernard Clappier, directeur du cabinet de Robert Schuman, Jean Monnet savait que la dcision du ministre pouvait modifier le cours des vnements. Aussi, quand, au retour d'un week-end dans sa rgion lorraine, Robert Schuman annona ses collaborateurs : J'ai lu ce projet. J'en fais mon affaire, l'initiative tait alors dans le champ de la responsabilit politique. Au moment mme o le ministre franais dfendait sa proposition, dans la matine du 9 mai, devant ses collgues du gouvernement, un missaire de son cabinet le communiquait en main propre au chancelier Adenauer, Bonn. La raction de ce dernier fut immdiate et enthousiaste. Il rpondit immdiatement qu'il approuvait de tout coeur la proposition. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 13 Il existe un autre lment capital qui prouve que la Dclaration du 9 mai 1950, dite Dclaration Schuman , et que la mthode dite Mthode Monnet , ont t inspires l'une et l'autre par les tats-Unis d'Amrique : c'est lhistoire des tats-Unis elle-mme. Un rapide retour en arrire sur les origines de la nation amricaine et sur sa politique extrieure est ici ncessaire. La rvolution amricaine qui devait conduire lindpendance des tats-Unis d'Amrique a commenc par un vnement qui est rest connu dans lhistoire sous lintitul de Partie de th de Boston ( Boston Tea Party ). Au dbut des annes 1770, le gouvernement britannique de George III et de son Premier ministre William Pitt, confront des difficults budgtaires, se trouva dans la ncessit daugmenter les recettes fiscales de la Couronne. Lide retenue fut de taxer plus lourdement les marchandises importes par la Compagnie des Indes britanniques, en particulier celles que cette Compagnie avait le privilge exclusif de vendre aux colonies britanniques dAmrique. Cette pression fiscale accrue, jointe ce monopole, fut la goutte deau qui fit dborder le vase chez les riches colons de la Nouvelle-Angleterre. Le 16 dcembre 1773, quelques uns dentre eux montrent bord de navires de la Compagnie qui taient amarrs dans le port de Boston, se saisirent de leur cargaison (du th en lespce) et en jetrent les caisses par-dessus bord. Do le surnom plaisant de tea party . Loin dtre une simple anecdote, ce fait historique est au contraire riche de trois enseignements capitaux pour bien comprendre les aspects centraux de la mentalit et de lhistoire amricaines. 1) La rvolution amricaine a commenc pour un problme de droit de douane. C'est un point de dpart extrmement diffrent de la Rvolution franaise, qui a dbut, 16 ans aprs, sur des revendications tout autres : galit de tous face l'impt, approbation de tous sur lusage des impts, droit de chasse pour tous, galit d'accs aux emplois publics pour tous. 2) La rvolution amricaine a t lance par des colons riches et esclavagistes, qui revendiquaient la libert du commerce, et non une libert universelle. Du reste, alors que la Rvolution franaise abolira totalement lesclavage le 4 fvrier 1794 (Napolon le rtablira partiellement en 1802 et il sera dfinitivement aboli par le dcret Schoelcher du 27 avril 1848), George Washington mourra le 14 dcembre 1799 la tte dune proprit comptant quelque 300 esclaves noirs. Les tats-Unis naboliront dfinitivement lesclavage que le 13 dcembre 1865 (Treizime Amendement de la Constitution amricaine), tant ainsi le dernier pays blanc le faire, aprs mme l'abolition du servage en Russie par le tsar Alexandre II le 3 mars 1861. 3) Pour les Amricains, linstance qui fixe les rgles du commerce extrieur est linstance qui dirige les autres. Ce point est sans doute le plus dcisif. Il constitue une sorte de fil rouge pour comprendre une grande partie de lhistoire politique, conomique et diplomatique des tats-Unis d'Amrique depuis lors. cet gard, lhistoire des relations entre les jeunes tats-Unis devenus indpendants et les provinces du Canada restes fidles la Couronne britannique sont particulirement instructives. Elle mrite que lon s'y attarde un peu. Avec un sens aigu des circonstances, les tats-Unis profitrent de ce que le Royaume-Uni devait fournir un important effort de guerre du fait de son conflit avec la France napolonienne, pour lui dclarer la guerre le 18 juin 1812. L'objectif du gouvernement de Washington tait de mettre la main sur les territoires canadiens qui relevaient de la Couronne britannique et de les incorporer dans les tats-Unis eux-mmes. Mais l'un des principaux objets du conflit, attis par lenrlement forc de matelots amricains dans la marine britannique et par laide apporte par les troupes anglaises aux Amrindiens contre les yankees, rsidait dans laffaiblissement des changes commerciaux amricains caus par le blocus britannique des ports continentaux dEurope. Cette entrave aux changes commerciaux, une nouvelle fois provoque par le gouvernement britannique, tait considre comme un casus belli, tout comme lavaient t le monopole de la Compagnie des Indes et la hausse des droits de douane en 1773. 10 - La Dclaration Schuman et la mthode Monnet ont t conues par les Amricains et pour les Amricains Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 14 Pour mener les combats contre les troupes britanniques, le gouvernement amricain lana un appel travers tout le pays pour recruter de jeunes volontaires. Ce qu'il est intressant de noter, c'est que, dans cet Appel aux volontaires amricains du 7 mars 1812, le gnral en chef amricain Andrew Jackson , - qui deviendra le 7me Prsident des tats-Unis de 1829 1837 - pronona ces paroles prophtiques : Nous allons nous battre pour dfendre notre droit au libre-change et pour ouvrir le march aux produits de notre sol [...] les jeunes hommes dAmrique sont anims par lambition dgaler les exploits de Rome . (1) Pour comprendre combien est stupfiante la mentalit rvle par une telle dclaration, il faut savoir quau moment o Andrew Jackson dressa cette perspective impriale pour les tats-Unis dAmrique, ceux-ci taient un pays agricole ne comptant encore que 7,5 millions dhabitants, soit moins d1/4 quart de la population franaise de lpoque. En outre, si son contemporain Napolon Ier avait lui aussi caress le projet dgaler les exploits de Rome, il ne semble pas que lEmpereur des Franais ait jamais mis ce projet dans la perspective marchande dun prtendu droit au libre-change . Pour en revenir au droulement des vnements, la guerre entre les tats-Unis et le Royaume-Uni se solda cependant par un match nul aprs lincendie de la ville de Washington et la destruction de la plupart des difices gouvernementaux par les troupes britanniques en aot 1814. Le trait de Gand qui en rsulta en 1815 consacra le statu quo ante bellum . Ce trait ne dissuada nullement les Amricains de poursuivre dans leur entreprise de mettre la main sur les provinces britanniques du Canada. Et, puisque la force navait pas march, le gouvernement de Washington dcida, quelques dcennies aprs, de changer de stratgie en ayant recours au subterfuge du libre-change comme moyen dannexion(2). Ce subterfuge, qui reprsente en quelque sorte la quintessence de la stratgie guerrire amricaine en matire non militaire, ressort de faon lumineuse du rapport transmis par un certain Isaac D. Andrews, agent secret des tats-Unis d'Amrique oprant dans le Nouveau Brunswick (Canada), rapport transmis au Dpartement dtat le 13 mai 1854 : (1) Le texte dorigine de cet appel en anglais est disponible sur http://thepapersofandrewjackson.utk.edu/documents/AJ%20to%20Troops_March%207_1812.pdf (2) Les dveloppements qui suivent sont repris du livre passionnant The fight for Canada, traduit en franais sous le titre Hors des griffes de laigle, quatre sicles de rsistance canadienne lexpansionnisme amricain, du Canadien David Orchard, ditions multimedia Robert Davis, Quebec, 1998 (cf.photo) (3) Hors des griffes de laigle,, op.cit. , page 73. Buste en marbre du Gnral Andrew Jackson reprsent en empereur romain (uvre de 1835 conserve au Metropolitan Museum de New York) Dans le but daider les mouvements partisans de lannexion et du libre-change au Canada, jai vers 5000 dollars un rdacteur de journal, 5000 dollars un procureur gnral, 5000 dollars un inspecteur gnral et 15000 dollars un dput de lAssemble du Nouveau-Brunswick. Jai pris par consquent les mesures quexigeait la situation au Nouveau-Brunswick afin de modrer lopposition et de tranquilliser lopinion publique. Jai russi me rendre Fredricton avant la fin de la session de lassemble lgislative du Nouveau-Brunswick et ai ainsi vit tout dbat sur la proposition de trait de libre-change ltude ou sur toute autre mesure lgislative nfaste. Jai dpens plus de 100.000 dollars pour convaincre dminentes personnalits dappuyer lannexion du Canada par les tats-Unis ou, sinon, le libre-change avec les tats-Unis. Mais cette somme nest rien en comparaison des privilges qui vont tre obtenus de faon permanente et du pouvoir et de linfluence que cela donnera jamais notre Confdration (3). Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 15 Ce vieux texte de lagent secret Andrews de 1854, dclassifi depuis des dcennies et exhum des archives par David Orchard, nous donne bien la cl de la stratgie guerrire des Etats-Unis d'Amrique en matire non militaire : a) le libre-change offert un tat tranger y est conu comme un moyen de provoquer des volutions conomiques et commerciales tellement irrsistibles qu'il ne peut conduire au bout du compte qu' lannexion pure et simple par les tats-Unis, b) la tactique pour parvenir cette proposition de libre-change consiste modrer lopposition , tranquilliser lopinion publique et viter tout dbat sur cette question, c) pour parvenir cette adoption de mesures de libre-change en catimini et sans que lopinion publique du pays cible ne puisse prendre conscience des enjeux rels, les services secrets amricains ont pour mission d'y corrompre financirement les parlementaires, les hauts fonctionnaires et les journalistes, d) les sommes ainsi dpenses ne sont rien en comparaison des privilges qui vont tre obtenus de faon permanente et du pouvoir et de linfluence que cela donnera jamais aux tats-Unis d'Amrique. Louvrage de David Orchard cite bien dautres sources (soit des documents confidentiels ayant t dclassifis, soit des dclarations publiques), qui viennent toutes confirmer le rapport Andrews de 1854. Loin dtre seul dans son genre, celui-ci est donc bien lexpression dune politique dtermine et cohrente sur trs long terme. Ainsi, six ans aprs le rapport Andrews, c'est le Consul amricain Montral qui crit son ministre, le Secrtaire dtat amricain Lewis Cass, en 1860 : Le trait de [libre-change entre les tats-Unis et le Canada] est en train de transformer tranquillement mais srement les cinq provinces [canadiennes] en tats de lUnion (1). Le 18 septembre 1888, c'est le Snateur rpublicain de lOhio John Sherman , par ailleurs Prsident de la Commission des Affaires trangres du Snat amricain, qui lance depuis la tribune le spectaculaire discours suivant : Je veux que le Canada fasse partie des tats-Unis. Lunion avec le Canada ne se fera pas en adoptant des lois hostiles mais plutt en lui faisant des propositions amicales. Cette union est invitable. La seule politique de notre gouvernement est doffrir au Canada la libert des changes commerciaux et de lui faire cette proposition de faon fraternelle afin que le peuple canadien y voie une invitation faire partie de notre Rpublique (2). En 1911, les dbats au Congrs de Washington sur un nouveau trait de libre-change amricano-canadien provoquent des dclarations de la mme veine : Porter James McCumber, Snateur rpublicain du Dakota du Nord , lance que lannexion du Canada est la conclusion logique de laccord de rciprocit de libre-change que nous signons avec ce pays (3). Charles Russell Davis, Reprsentant rpublicain du Minnesota met les points sur les i en expliquant que la divine Providence saura se servir de ce prtendu trait de rciprocit entre les tats-Unis et le Canada, de ce tremplin, pour amalgamer encore davantage ces deux pays et finalement nen faire quun, sous un seul drapeau, le drapeau toil .(3) Enfin, un dernier exemple parmi bien dautres nmane pas d'un responsable politique amricain mais dun Canadien, John Deutsch , ngociateur en chef du projet de trait de libre-change ultime propos en 1948 par Washington (projet qui fut dailleurs finalement rejet par le Premier ministre canadien King) : Le prix payer pour une union douanire avec les tats-Unis est la perte de notre indpendance politique en ce sens que nous naurons plus le contrle effectif de nos politiques nationales. Celles-ci seront dcides Washington (4). (1) Hors des griffes de laigle,, op.cit. , page 73. (2) Extrait du Rapport officiel du Snat du 7 aot et du 18 septembre 1888 (3) Hors des griffes de laigle, op.cit, page 152. (4) Hors des griffes de laigle, p. 163 Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 16 C'est dans lensemble du contexte historique qui vient dtre dcrit qu'il faut maintenant replacer la Dclaration proposant de crer la Communaut Europenne du Charbon et de lAcier, texte surnomm Dclaration Schuman au motif quelle fut lue par Robert Schuman, ministre franais des Affaires trangres, le 9 mai 1950 Paris. Car si l'on compare cette fameuse Dclaration celle, notamment, du snateur John Sherman de 1888 (cf. page prcdente), tout lecteur perspicace dcouvrira quelle en reprend non seulement le fond mais aussi presque la scansion et la musicalit : Ainsi la fameuse Mthode Monnet-Schuman na strictement rien dune ide neuve et gniale, comme on lenseigne aux Franais depuis des dcennies. Ce nest que la reprise exacte de la mthode invente et mise au point par les tats-Unis depuis longtemps et dont on trouve les premiers indices srs dans le rapport de lagent secret Andrews de 1854. Pour conclure ce chapitre, la confirmation officielle du rle jou par les tats-Unis d'Amrique dans la construction dite europenne et dans la Dclaration dite Schuman a t fournie lt 2000 par la dclassification et la publication, conformment la loi amricaine, des documents classs Confidentiel Dfense du Dpartement dtat pour les annes 1950 et 1960. Alors que les mdias franais ne s'y sont pas intresss, certains mdias britanniques ont tudi ces documents de prs et en ont rvl certains passages instructifs leurs lecteurs. Tel fut le cas du Daily Telegraph du 19 septembre 2000 dont un extrait est reproduit ci-dessous. Cet article cite nommment Robert Schuman parmi les employs des services secrets amricains. Il nous rvle aussi que le Dpartement dtat recommandait en 1965 au vice Prsident de la CEE de poursuivre en secret la cration dune monnaie europenne unique en empchant tout dbat . Ce qui prouve que les techniques de lagent secret Andrews de 1854 sont toujours dactualit. En bref, cet article clt toute discussion. Daily Telegraph du 19 septembre 2000 - Extraits : - 19/09/2000 - (de notre correspondant Bruxelles Ambrose Evans-Pritchard) - Des documents secrets du gouvernement amricain qui viennent dtre dclassifis montrent que la communaut des services secrets amricains a men une campagne, tout au long des annes 50 et 60, afin de promouvoir lunification europenne. [...] Les dirigeants du Mouvement Europen (Retinger, le visionnaire Robert Schuman et lancien premier ministre belge Paul-Henri Spaak) taient tous traits comme des employs par leur parrains amricains. Le rle des tats-Unis fut camoufl comme pour une opration secrte. Largent de lACUE (American Committee on United Europe : Comit Amricain pour lEurope Unie) provenait des fondations Ford et Rockefeller, aussi bien que des milieux daffaires ayant des liens troits avec le gouvernement amricain. [...] .Le Dpartement dtat jouait aussi un rle. Une note manant de la Direction Europe, date du 11 juin 1965, conseille au vice-prsident de la Communaut conomique Europenne, Robert Marjolin, de poursuivre de faon subreptice lobjectif dune union montaire. Cette note recommande dempcher tout dbat jusquau moment o ladoption de telles propositions deviendraient virtuellement invitables. Dclaration SHERMAN - 18 septembre 1888 Lunion avec le Canada ne se fera pas en adoptant des lois hostiles mais plutt en lui faisant des propositions amicales. Cette union est invitable. La seule politique de notre gouvernement est doffrir au Canada la libert des changes commerciaux et de lui faire cette proposition de faon fraternelle afin que le peuple canadien y voie une invitation faire partie de notre Rpublique . Dclaration SCHUMAN - 9 mai 1950 LEurope ne se fera pas dun coup, ni dans une construction densemble : elle se fera par des ralisations concrtes, crant dabord une solidarit de fait. La mise en commun des productions de charbon et d ac ier assurera immdiatement ltablissement de bases communes de dveloppement conomique, premire tape de la Fdration europenne . Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 17 SCHMA EXPLICATIF DE LA DCLARATION dite SCHUMAN lorigine de la CONSTRUCTION dite EUROPENNE ACUE American Committee on United Europe Jean MONNET ici gauche, riant hypocritement et tapant avec condescendance sur lpaule du ministre Schuman Agent traitant pour le compte de la Maison Blanche et du Dpartement dtat amricain, trs probablement agent de la CIA, c'est Jean Monnet qui a transmis Robert Schuman, le 1er mai 1950, le fameux projet de Dclaration qui avait d tre rdig selon les instructions du Dpartement dtat. Harry TRUMAN Prsident des tats-Unis d'Amrique au dbut de la Guerre froide Dean ACHESON Secrtaire dtat des tats-Unis d'Amrique Redoutable manuvrier A jou un rle central pour manipuler Robert SCHUMAN avec laide de Jean MONNET Instructions de rapprochement franco-allemand par le projet CECAJean MONNET met en forme le projet de Dclaration dans son bureau du Commissariat au Plan. puis le transmet in extremis Robert SCHUMAN Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 18 Il serait erron de prsenter Robert Schuman comme un simple desprit qui se serait laiss dicter une Dclaration et une politique aussi grandioses que la cration de la CECA sans en comprendre au moins le sens gnral et sans en partager une partie des vises. Robert Schuman tait "respectueux des autorits et de lordre tabli" et "peu imaginatif", c'est un fait ; mais il ntait pas sot et son histoire personnelle le portait, sans doute plus que quiconque dans le personnel politique franais de laprs guerre, sapproprier sincrement un projet qui lui avait t prsent comme visant la rconciliation franco-allemande . Lui, qui avait applaudi aux Accords de Munich de 1938 parce quil y voyait le moyen darrter les prparatifs dune guerre fratricide entre la France et lAllemagne, ne pouvait qutre sduit par cette ide de construction europenne , venue certes doutre Atlantique, mais dont la prsentation avait d lui tre faite habilement par Monnet. Cette ide tait dailleurs en harmonie parfaite avec son engagement chrtien, son admiration pour le philosophe Jacques Maritain et, plus encore, avec les orientations gnrales du Pape Pie XII qui uvrait publiquement pour que les partis dmocrates chrtiens europens btissent une Europe unie face la menace de lathisme sovitique. C'est dire si lide de Dean Acheson, secrtaire dtat amricain qui avait demand en septembre 1949 Robert Schuman de rflchir lavenir de lAllemagne, avait t gnialement labore. En faisant porter leur projet de construction europenne par un tel homme, les Amricains napparaissaient pas au grand jour. Coup de matre diplomatique, la construction europenne pouvait tre prsente aux populations, avec le concours de mdias complaisants, la fois comme un projet dorigine franaise et comme un projet visant la rconciliation franco-allemande ! Une prsentation savamment trompeuse mais qui est toujours dactualit dans nos mdias et dans nos partis politiques comme le prouve, parmi tant exemples, le titre du livre consacr en 1999 la construction europenne par le journaliste Alain Duhamel : Une ambition franaise (Plon) Mais, comme les trains, un projet peut en cacher un autre. Et il nest pas sr que Robert Schuman ait peru la stratgie amricaine vis--vis de lEurope dans toute sa rouerie et dans toute son ampleur. Car la Dclaration qui porte son nom ntait que lun des lments - le premier - de la toile daraigne dans laquelle Washington avait prvu de ligoter les tats dEurope les uns aprs les autres. Schuman na peut-tre pas compris que le plan rel de Washington avec cette construction europenne tait de neutraliser tous les tats dEurope en les liant, de plus en plus nombreux et jusqu labsurde, dans une Tour de Babel totalement ingrable du fait de lirrductible antagonisme des intrts nationaux. Un ensemble autobloquant dont seul Washington pourrait tre le fdrateur extrieur , comme le dnona si lucidement Charles de Gaulle dans sa confrence du 15 mai 1962, quinze mois avant que ne meure Robert Schuman dans un semi-oubli (1). Preuve que Charles de Gaulle tait un grand homme dtat. Et que Robert Schuman non. 11 - Un projet peut en cacher un autre (1) Extrait de la Confrence de presse de Charles de Gaulle llyse le 15 mai 1962 On nous dit : Fondons ensemble les Six tats dans une entit supranationale : ainsi ce sera trs simple et trs pratique". Ce sont des ides qui peuvent peut-tre charmer quelques esprits, mais je ne vois pas du tout comment on pourrait les raliser pratiquement, quand bien mme on aurait six signatures au bas d'un papier. Il est vrai que, dans cette Europe "intgre" comme on dit, il n'y aurait peut-tre pas de politique du tout. Cela simplifierait beaucoup les choses. En effet, ds lors qu'il n'y aurait pas de France, pas d'Europe, qu'il n'y aurait pas une politique faute qu'on puisse en imposer une chacun des Six tats, on s'abstiendrait d'en faire. Mais alors peut-tre ce monde se mettrait-il la suite de quelqu'un du dehors qui, lui, en aurait une. Il y aurait peut-tre un fdrateur, mais il ne serait pas Europen. Et ce ne serait pas l'Europe intgre, ce serait tout autre chose de beaucoup plus large et de beaucoup plus tendu avec, je le rpte, un fdrateur. Peut-tre est-ce cela qui, dans quelque mesure et quelquefois, inspire certains propos de tel ou tel partisan de l'intgration de l'Europe. Alors, il vaudrait mieux le dire. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 19 S'il n'y avait pas eu Robert Schuman, le projet amricain de vassalisation de lEurope dans un glacis gostratgique aux ordres de Washington aurait videmment t poursuivi. Sans doute le profil franco-germano-luxembourgeois de Robert Schuman, idal pour servir de pre porteur la Dclaration Acheson-Monnet, aurait-il t difficile remplacer. Mais peu importe : on peut tre certain que les Amricains, aids de Jean Monnet, auraient bien fini par dnicher un responsable politique de la IVe Rpublique prt jouer ce rle, assez valorisant au regard de lhistoire immdiate, de pre de lEurope et de Franais artisan de la rconciliation franco-allemande . Mais Robert Schuman a exist. Et les consquences gopolitiques de la Dclaration dite Schuman n'ont cess de prendre de limportance aprs le coup darrt gaullien provisoire survenu entre 1964 et 1969. partir de la prsidence Pompidou, a fortiori sous les prsidences ultrieures, la construction dite europenne a continuellement renforc son emprise sur la souverainet de la France. Et plus cette main de fer dans un gant de velours bleu aux toiles dor se refermait sur notre pays, plus il importait de confrer post mortem Robert Schuman la dimension dun tre hors du commun. Il fallait dcrire toute cette opration aux jeunes gnrations avec les couleurs dune pope, en leur cachant soigneusement qu'elle tait, depuis le dbut, pilote par Washington. C'est la raison pour laquelle on a assist, partir des annes 70, la fabrication progressive dun mythe autour de la personnalit de Robert Schuman. Fini le rform de 1908, dmenti le planqu de 1915, ignor ladmirateur de Franco et de Salazar de 1937, oubli le munichois de 1938, absous le dfaitiste du 12 juin 1940, gomm le ministre de Ptain du 16 juin, disparu le dput votant les pleins pouvoirs Vichy le 10 juillet, valoris le planqu de 1942, volatilis linligible et lindigne de 1945 ! Il a fallu procder un lifting gnral et une rcriture de fond en comble de son personnage pour dresser le portrait dun homme mythique qui n'est plus quune niaise parodie de loriginal. Cet homme complex, ultra-conservateur, respectueux des autorits et de lordre tabli , cette personnalit banale et peu imaginative , ce faux naf ayant un sens aigu des dosages politiques de la IVe Rpublique, est ainsi devenu peu peu une lgende : un homme illustre dune audace inoue , qui na jamais cherch, ni les honneurs, ni la gloire , qui navait ni ambition personnelle, ni plan de carrire . Dput malgr lui, puis ministre malgr lui, il aspirait non au pouvoir, mais la saintet. [...] Son action politique ma paru domine par un vnement, un seul : sa fameuse Dclaration du 9 mai 1950, dite Plan Schuman , vritable coup de gnie dont nous verrons quil a profondment influenc lhistoire europenne de la seconde moiti du XXe sicle et qui la fait reconnatre comme le pre de lEurope (1). Ce dluge de propagande a aussi conduit la publication douvrage plus difiants les uns que les autres, dont le titre le plus hyperbolique est sans conteste Robert Schuman, Homme dtat, citoyen du Ciel Le mythe Robert Schuman a envahi notre environnement, comme s'il tait vital de magnifier cote que cote dans la conscience collective lide de construction europenne dont on gratifie ce gnial personnage. On ne compte plus les avenues, boulevards ou places Robert Schuman Nantes, Livry Gargan, Limoges, Arras, Cherbourg, Thionville, Dagneux, Marseille, Clermont-Ferrand, Angers, Le Mans, Saint Grgoire, Dijon, Mulhouse, Soissons, Salon de Provence, La Madeleine, Aix en Provence, Henin Beaumont, Pornic, Ancenis, Epinal, Sartrouville, Lille, Paris, Metz, Mons en Baroeul, Haguenau, Grenoble, Cognac, Douai, Angoulme, Nice, Forbach, Royan, Ennery, Le Havre, Belfort, Querqueville, Mcon, Toulouse, etc., etc., pour ne pas mme parler des rues Robert Schuman, des collges Robert Schuman ( Reims, Amilly, Mcon, Metz, Chateaubriant, Behren les Forbach, Avignon, etc.) et l'on en passe. Pour cet homme qui tait, parat-il, le plus modeste qui soit (1), cette gloire post mortem, attribue pour une Dclaration qu'il ne fit que lire, doit tre difficile supporter. 12 - La fabrication du mythe Robert Schuman (1) http://209.85.129.132/search?q=cache:Z2zhOinDUU4J:www.canalacademie.com/ida95-Robert-Schuman.html+%22robert+schuman%22+pleins-pouvoirs&cd=12&hl=fr&ct=clnk&gl=fr&client=firefox-a (2) Ouvrage collectif prsent par Raphal Clment et Edouard Husson, Franois-Xavier de Guibert, 2006 http://www.amazon.fr/Robert-Schuman-Homme-dEtat-citoyen/dp/2755400072 Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 20 Participant ce mouvement gnral, lglise catholique a trs officiellement dcid douvrir, le 9 juin 1990, la procdure pour faire de Robert Schuman un authentique saint . Pour pouvoir prononcer la canonisation d'un serviteur de Dieu, la Congrgation pour les causes des saints de la Curie romaine doit suivre une procdure extrmement codifie. Selon le Droit canon de la Sainte glise, la procdure de canonisation doit franchir plusieurs tapes, et, dans le cas gnral, franchir dabord le stade dit de la batification , au terme duquel le postulant est reconnu comme tant Bienheureux . Une batification n'aboutit qu'aprs une longue procdure prparatoire, mise en route par l'vque du lieu o est dcd le candidat, et soutenue par une dvotion populaire , avec appel de tmoins - favorables ou contraires - et examen de preuves crites. Le tout doit tre confirm par un miracle obtenu par l'intercession cleste de la personne concerne (1). 14 ans aprs avoir t officiellement ouverte, la procdure de canonisation de Robert Schuman a franchi une nouvelle tape, trs importante, le samedi 29 mai 2004. Ce jour-l, lvque de Metz a officiellement cltur le procs diocsain du Diocse de Metz en vue de la batification de Robert Schuman et a transmis lensemble des pices justificatives au Vatican. Au cours de la crmonie, des scells la cire ont ainsi t apposs sur la caisse contenant les documents qui vont tre transmis la Congrgation pour les causes des saints. Mgr Pierre Raffin, vque de Metz, a ensuite cltur le procs diocsain en vue de la batification de Robert Schuman A lissue de la crmonie de clture du procs diocsain de batification, les participants se sont recueillis sur la tombe de Robert Schuman, afin de tmoigner de la dvotion populaire requise pour mener bien le procs. 13 - Le procs en canonisation de Robert Schuman (1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Batification (2) http://metz.catholique.fr/ Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 21 Le Vatican ne peut prononcer la batification que si le dfunt produit un miracle officiellement reconnu (1), et ne peut prononcer, ensuite, la canonisation, ouvrant droit un culte universel, que si le dfunt a produit deux miracles (2). Le cardinal franais Paul Poupard, prsident du conseil pontifical pour la culture au Vatican, avait certes dj fait savoir que la cration de lEurope tait un miracle qui pourrait tre pris en compte pour la batification ventuelle de Robert Schuman(3). Ce miracle na cependant pas t retenu par la Congrgation pour les causes des saints, sans doute plus consciente que le cardinal Poupard du rle quy jourent des agents bien terrestres nomms Harry Truman, Dean Acheson, Jean Monnet et toute la puissance militaire, diplomatique, financire et idologique des tats-Unis dAmrique. Un autre miracle est donc attendu avant de prononcer la batification de Robert Schuman, comme le reconnat sans ambages le site www.robert-schuman.com : En ce qui concerne le procs canonique de Robert Schuman, un miracle dment reconnu et authentifi n'a pas encore eu lieu (4). Dans lattente de ce miracle, et puisque le procs diocsain a t conclu favorablement, Robert Schuman est d'ores et dj devenu vnrable et peut donc faire lobjet d'un culte local (2). Tel est bien le cas. Aprs sa mort, en 1963, la dpouille mortelle de Robert Schuman a t transfre en 1966 dans la chapelle Saint-Quentin de Scy-Chazelles (banlieue de Metz, Moselle) qui se trouve proximit immdiate de son ancienne maison, aujourd'hui transforme en muse (5). Et cette chapelle est dsormais devenue un lieu dadoration eucharistique (6) 14 - Lglise catholique, qui na pas reconnu la cration de lEurope comme un miracle, en attend dautres pour pouvoir batifier puis canoniser Robert Schuman (1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Batification (2) http://fr.wikipedia.org/wiki/Canonisation (3) http://web2.radio-france.fr/franceinter/chro/theo/index.php?id=24168. (4) http://www.robert-schuman.com/fr/pg-prier/miracle.htm (5) http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_Saint-Quentin_de_Scy-Chazelles (6) http://www.robert-schuman.com/fr/pg-prier/carte_priere.pdf Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 22 Afin de favoriser lapparition d'un miracle d Robert Schuman, le site www.robert-schuman.com a jug utile de mettre en ligne un formulaire de prire de demande de grce, en suggrant au Seigneur de lexaucer afin de manifester la saintet de Son serviteur Robert Schuman (1). Il est mme possible de demander lintercession du Seigneur, par Internet directement, en cliquant sur http://www.robert-schuman.com/fr/pg-prier/intention.php. Dans lhypothse o Robert Schuman lui aurait en effet procur un miracle, il est demand linternaute den envoyer la description lInstitut Saint Benot et de ne pas oublier de joindre les certificats mdicaux en cas de gurison miraculeuse (2) : Mgr Bernard Ardura, secrtaire du Conseil Pontifical de la Culture, et responsable de lenqute canonique de batification de Robert Schuman, est d'ailleurs venu rcemment sur place depuis Rome pour voir o en tait cette attente miraculeuse(3). (1) http://www.robert-schuman.com/fr/pg-prier/carte_priere.pdf (2) http://www.robert-schuman.com/fr/pg-prier/miracle.htm (3) http://metz.catholique.fr/index.php?option=com_content&task=view&id=232&Itemid=76 Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 23 Pour la petite histoire, on notera quau cours de sa campagne prsidentielle de 2007, le trs europiste candidat Franois Bayrou est justement all prier sur la tombe de Robert Schuman Scy-Chazelles, le 27 fvrier 2007. (ht tp:/ /www.bayrou.fr/opencms/opencms/evenements/photoalbums/meilleurs.html?action=detail&image=77) On relvera cependant que, Franois Bayrou nayant pas t lu prsident de la Rpublique et nayant pas mme russi se qualifier pour le second tour, le miracle qu'il attendait na pas eu lieu. Le Prsident du MODEM na donc pas t en mesure de transmettre Rome un fait tangible permettant de faire avancer la cause de la batification de Robert Schuman. lintrieur de lglise, la tombe du vnrable Robert Schuman est surplombe du grand drapeau europen bleu aux toiles dor. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 24 15 - Le verrouillage de la vrit par les mdias et la classe politique La fabrication du mythe a cependant une contrainte : c'est que lensemble des grands mdias et des partis politiques les monopolisant verrouillent svrement toute expression de la vrit. cet gard, une excellente illustration du verrouillage mdiatique et politique concernant la personnalit relle de Robert Schuman a t fournie par un canular, effectu en septembre 2009, par des membres de lquipe du journal mensuel Le Plan B (1). Cette opration, qualifie de piratage radiophonique , a pris pour cible lmission Le tlphone sonne de France Inter du 15 septembre 2009, qui avait annonc pralablement quelle proposait aux auditeurs dadresser aux invits des questions sur le thme Quel rle peut jouer lEurope dans la rgulation des excs de la finance ? . Cette mission mensuelle de Stphane Leneuf avait invit en studio les personnalits mentionnes sur la saisie dcran du site de France inter suivante : Lmission se droula sans heurts et conformment ce qui tait prvu jusqu lintervention dun auditeur prnomm Gatan, oprant de mche avec le journal Le Plan B. Pour franchir la barrire du standard, Gatan avait bien entendu annonc la question la plus banale et conformiste qui soit : Pour faire face la crise lEurope devrait agir comme un seul homme. Alors quand est-ce que nous aurons un ministre de lconomie europenne ? Elle fut aussitt retenue. Mais une fois lantenne, les choses ne se passrent pas comme prvu. (1) Ce reportage a t mis en ligne sur le site du journal LE PLAN B le 24 septembre 2009 ; il est disponible en ligne sur http://www.leplanb.org/Le-fantome-de-Schuman.html Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 25 Voici le verbatim de lmission , tel que le magazine la rapport partir dun enregistrement : Stphane Leneuf (lanimateur) : Gatan, retour au standard, Gatan vous nous appelez de la rgion Rhne-Alpes, bonsoir Gatan, allez-y, posez votre question. Gatan : Bonsoir. Vous savez que les dirigeants europens prsentent rgulirement Robert Schuman comme un des fondateurs de lEurope alors que Robert Schuman a vot les pleins pouvoirs Ptain en 1940 et a ainsi trahi la Rpublique. Alors pourquoi cette prsentation dun tratre en hros ? [Long silence] Jean-Luc Dehaene (dput belge PPE au parlement europen) : Vous parlez de qui l ? Pervenche Bers (dpute franaise PS au parlement europen) : a cest une question pour les Chrtiens-Dmocrates. Stphane Leneuf : [avec un rire gn] Robert Schuman ? Cest une question pour les Chrtiens-Dmocrates, alors Jean-Luc Dehaene. Jean-Luc Dehaene : Moi je, je constate... Stphane Leneuf : On est, on est hors de lactualit, mais enfin rpondons notre auditeur ... Jean-Luc Dehaene : Moi je, je connais pas lhistoire franaise, moi je constate que Schuman, sur proposition de Monnet et avec Adenauer et dautres, euh, ont fait une proposition qui a sauv lEurope aprs la seconde guerre mondiale, euh, et a ralis la stabilit que nous connaissons actuellement et qui a mme t largie lEurope de lEst. Stphane Leneuf : Quentin, Quentin Dickinson Quentin Dickinson [ spcialiste des questions europennes France Inter] : Oui, je crois quil faut surtout viter de juger le pass avec les yeux daujourdhui euh cette poque, est-ce quon savait ce qui allait se passer par la suite ? Est-ce que le fait de voter les pleins pouvoirs Ptain ne paraissait pas de quelque chose de trs raisonnable lpoque sans connatre la suite des vnements ? Stphane Leneuf : Retour lactualit. Jean-Luc Dehaene : Mme Mitterrand a eu ses Stphane Leneuf : Retour lactualit avec Aziz qui nous appelle de Paris, bonsoir Aziz.... Que rvle ce trs instructif incident radiophonique ? D'une part que sattaquer, fait historique incontestable lappui, lun des pres fondateurs de lEurope provoque une sorte de panique ou deffarement pour les tenants de la pense seule admise dans les grands mdias. On touche un tabou. D'autre part que ce tabou est tellement puissant que les responsables politiques et les journalistes les mieux aguerris en perdent leurs moyens. Au point que l'un dentre eux a os se demander si le fait de voter les pleins pouvoirs Ptain ne paraissait pas de quelque chose de trs raisonnable lpoque sans connatre la suite des vnements . Ce qui revient trs exactement reprendre son compte le raisonnement des collaborationnistes franais et des dfenseurs du rgime de Vichy. Il est d'ailleurs intressant de relever que c'est un journaliste notoirement europiste qui la tenu. Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 26 Enfin, et pour conclure ce dossier, on relvera ce fait trange, dj soulev par un certain nombre de blogs et reconnu mme par lencyclopdie Wikipdia (1), que les chquiers en euros, imprims par toutes les banques, portent un extrait de la Dclaration du 9 mai 1950 crant la CECA Tout un chacun peut en faire lexprience en sortant son chquier, quel qu'il soit. Comme le montrent les photos ci-dessous(2), condition de sarmer dune loupe trs puissante, on dcouvre que les lignes sur lesquelles on inscrit le montant en toutes lettres, l'ordre, le lieu, la date et les deux barres obliques, sont en fait constitues d'un texte en caractres microscopiques qui reprend la phrase la plus clbre de la Dclaration Schuman : LEurope ne se fera pas dun coup, ni dans une construction densemble : elle se fera par des ralisations concrtes, crant dabord une solidarit de fait . Cette dcouverte a conduit un certain nombre dinternautes y voir une volont de propagande insidieuse, sous forme de messages subliminaux . C'est sans doute conclure un peu htivement. Car la police de caractres est si microscopique qu'il est assez difficile un il de dceler que le trait, en ralit non homogne, est constitu dun alignement de lettres minuscules. Et il est quasiment impossible, mme un il de lynx, de pouvoir lire le texte sans laide dune loupe puissante. Les tenants dune explication rationnelle assurent quant eux qu'il ny a l rien que de trs normal. Ce ne serait qu'un simple dispositif de scurit destin rendre plus ardu le travail des ventuels contrefacteurs de chques. Cette explication nemporte cependant pas non plus la conviction. D'une part parce que l'on peut douter quun tel dispositif puisse gner les faussaires, alors que les chiffres en code barre et les filigranes des chques sont assurment plus compliqus reproduire. D'autre part parce que, mme dans lhypothse du dispositif de scurit, rien nobligeait prendre une srie de lettres, et encore moins une phrase symbole de la construction europenne. Pourquoi par exemple ne pas avoir choisi la premire phrase de la Dclaration des Droits de l'Homme (3) ou la devise de la Rpublique ? Et que diraient ceux qui ne voient pas malice dans cette reprise, si la phrase utilise, au lieu dtre un extrait de la Dclaration Schuman, tait un verset des vangiles ou du Coran, un extrait du Mein Kampf dHitler ou le premier couplet de lInternationale ? C'est pourquoi cette apposition systmatique de la Dclaration Schuman sur toutes les formules de chques, opre en catimini et sans que lon sache qui en a eu linitiative, laisse un sentiment de profond malaise. Nest-elle pas allgorique, au fond, de toute la trop fameuse mthode Monnet Schuman , invente Washington et consistant mettre en place, de faon subreptice et non dmocratique, une structure politique ne recueillant pas lassentiment conscient des populations ? 16 - Pourquoi la Dclaration Schuman figure-t-elle sur tous les chquiers ? (1) http://fr.wikipedia.org/wiki/Chque (2) Ces photos sont reprises du site http://911nwo.info/2008/06/26/le-saviez-vous-des-messages-subliminaux-nwo-compatibles-incrustes-en-tout-petit-sur-les-cheques-bancaires/. (3) Tous les hommes naissent et demeurent libres et gaux en droits Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 27 CONCLUSION : ROBERT SCHUMAN ? UN PRTE-NOM. En 1950, la cration dune Communaut du Charbon et de lAcier (CECA) ntait que le premier tage dune fuse conue aux tats-Unis, dont le deuxime allait tre la Communaut Europenne de Dfense (CED), et dont lobjectif final tait de transformer lEurope occidentale en un glacis gostratgique amricain face au glacis gostratgique sovitique. Mais il tait videmment exclu de prsenter le projet ainsi. Les opinions publiques europennes, et en particulier les Franais et les Italiens o les Partis communistes infods Moscou reprsentaient prs de 30% de llectorat, lauraient immdiatement empch (c'est d'ailleurs ce qui arriva en 1954 avec la CED que lalliance entre les gaullistes du RPF et les communistes firent chouer). Il fallait donc trouver un stratagme pour avancer masqu, et pour donner croire aux opinions publiques que la cration de la CECA tait dorigine europenne. C'est ici qu'il faut chercher les raisons qui ont conduit le gouvernement amricain du Prsident Truman avoir recours Robert Schuman pour prendre la responsabilit politique dune Dclaration conue outre-Atlantique, rdige et transmise lintress par Jean Monnet, lternel Monsieur Bons Offices au service de Washington. En utilisant le ministre franais des affaires trangres, Truman et Dean Acheson, le Secrtaire dtat amricain, firent preuve dune grande sagacit politique, on peut mme dire d'un coup de gnie, qui leur avait d'ailleurs peut-tre t souffl par Jean Monnet. Car lhomme Schuman prsentait de merveilleux atouts pour servir le dessein de Washington. N Allemand puis devenu Franais, nayant jamais combattu lAllemagne et ayant mme soutenu les Accords de Munich, le ministre franais offrait un profil de rve pour garer les opinions publiques. Il leur donnait penser que la CECA tait une construction europenne , imagine par un Franais, et dont lobjectif tait de parvenir la paix et la rconciliation franco-allemande . Son catholicisme ostentatoire et ses liens avec le Vatican de Pie XII constituaient un atout dcisif complmentaire pour prsenter lopration sous une forme propre sduire les mouvements dmocrates chrtiens de laprs guerre et les nombreux intellectuels chrtiens de cette poque. Lorsque Raymond Poidevin dcrit la proposition de Robert Schuman de crer une Communaut Europenne du Charbon et de l'Acier comme un geste tmraire l'poque, qui soulignait le dsir de pacification notamment avec l'Allemagne , on est en plein mythe. Le geste en question ntait pas de Robert Schuman, la pacification avec lAllemagne nen tait quune prsentation pour les opinions publiques, et il navait rien de bien tmraire puisque le ministre franais, notoirement peu courageux, ne faisait que se plier aux desiderata de la superpuissance amricaine. En 2010, lUnion europenne que nous avons sous les yeux ne correspond en rien lespce de fraternit europenne et chrtienne symbolise par Schuman, mais ressemble en tout une colonie amricaine, exclusivement fonde sur le culte de lArgent Roi et la libert du commerce, bref sur le matrialisme le plus cynique et le plus dsesprant. Aussi la personnalit de Robert Schuman nintresse-t-elle peu prs plus personne, pas plus que son apostolat lac . Et tout le monde ressent en son for intrieur le caractre artificieux des propos dithyrambiques qui lui sont consacrs. Du reste, et comme le relve cruellement Franois Roth, les discours o le nom de Schuman est voqu sont des textes pauvres, convenus, rdigs par des attachs de cabinet qui travaillent partir de notices de dictionnaires ou dInternet. (1) Et pourquoi cela ? Parce que, comme le dit pudiquement Michel-Pierre Chelini, pourtant sur le site mme de la fondation Robert Schuman, il convient de ne pas surdimensionner son rle ou sa clairvoyance. Toute la construction europenne nest pas son uvre. (1) Voil qui est joliment dit. Au fond, Robert Schuman ne fut, tristement, qu'un prte-nom. Et les dithyrambes consacrs ce prtendu pre de lEurope ne sont que la marque pnible de lignorance ou de la duperie. * (1) Source : Robert Schuman, pre de lEurope ou saint en veston ?, (compte rendu de : Franois Roth, Robert Schuman, du Lorrain des frontires au pre de lEurope, Fayard, 2008) http://www.europaforum.public.lu/fr/temoignages-reportages/2008/10/roth-schuman/index.html (2) Robert Schuman et l'ide europenne par Michel-Pierre Chelini sur le site de la Fondation Schuman : http://www.robert-schuman.eu/schuman_chelini.php Union Populaire Rpublicaine - 60 avenue de la Rpublique 75011 PARIS - www.u-p-r.fr - Date de parution : 9 mai 2010 - Tous droits rservs - page 28 Comme le prouve ce dossier - de mme que tous les dossiers et vidos que nous diffusons -, lUnion Populaire Rpublicaine (UPR) est un mouvement politique qui ne ressemble aucun autre. Tout simplement parce que nous respectons nos compatriotes, de mme que nous respectons les peuples et les cultures du monde entier, sans faire de discrimination d'un autre ge entre ceux qui appartiennent au continent europen et les autres. Respecter les Franais et tous les peuples du monde, c'est les prendre pour ce qu'ils sont, c'est--dire des adultes intelligents, aptes comprendre les grands enjeux gopolitiques du monde daujourd'hui. Nous disons tous, sans dtours et toutes preuves lappui, ce que nous estimons tre la vrit, en vitant les deux cueils de loutrance et de lextrmisme d'un ct, de la pense unique et de la lchet de lautre. LUnion Populaire Rpublicaine (UPR) est un jeune mouvement de libration nationale fond en 2007 qui appelle les Franais reprendre sereinement et rsolument leur souverainet. Loin dtre une ide dpasse, la souverainet nationale est la condition sine qua non de lexercice de la dmocratie. Elle est consacre par le droit international comme l'un des droits les plus fondamentaux des tres humains : le droit inalinable des peuples disposer deux-mmes a t reconnu de faon solennelle par le Pacte sur les droits civils et politiques du 16 dcembre 1966 de lOrganisation des Nations Unies. LUPR est le seul mouvement politique avoir pour objectif prioritaire de faire sortir la France de lUnion europenne et de leuro, au plus vite et unilatralement, en vertu de larticle 50 du trait sur lUnion europenne, et appeler pour cela les Franais se rassembler en mettant provisoirement de ct le clivage droite-gauche. Beaucoup dautres partis affirment vouloir rassembler tous les Franais. Mais lUPR est seule stre vraiment donn les moyens de le faire. Pourquoi ? Parce que lUPR est le seul mouvement politique dont la Charte fondatrice, les analyses, les propositions daction, et lthique comportementale sont vraiment acceptables par toutes les sensibilits politiques de notre pays, comme le prouve d'ailleurs lorigine extraordinairement varie de nos adhrents, dont le nombre saccrot rapidement. Nous navons rien cacher. Pour mieux nous connatre, vous pouvez consulter notre site Internet sur www.u-p-r.fr et retrouver nos sympathisants sur notre page Facebook http://www.facebook.com/upr.francoisasselineau * Dj, plusieurs centaines de Franaises et de Franais ont adhr lUPR, et bien dautres nous ont fait des dons. Venant de toutes les familles politiques et de tous les milieux professionnels, nos adhrents et nos donateurs sont lucides, courageux et dsintresss. Ils ont brav la censure dont les grands mdias entourent notre existence, nos analyses et nos propositions. Ils savent que la France mrite que l'on se mobilise pour sa libert et son indpendance. Ils ont conscience que beaucoup de peuples du monde attendent que nous soyons leur porte-parole face limpitoyable tyrannie de ceux qui prtendent gouverner lunivers. On nous censure, faute de savoir quoi nous rpondre ? C'est le plus bel hommage du vice la vertu. Cela nous rend sereins et trs confiants dans lirrsistible ascension de notre mouvement car c'est une loi de lhistoire jamais dmentie que la vrit finit toujours par lemporter sur le mensonge. En votre me et conscience, ne croyez-vous pas que vous devriez nous rejoindre maintenant ? Si les Franais ne se mobilisent pas pour sortir la France de la tragdie dans laquelle la prtendue construction europenne est en train de la plonger, personne ne le fera leur place. Rflchissez-y ! Franois ASSELINEAU Prsident fondateur de lUPR CE DOSSIER VOUS A DONN ENVIE DAGIR ? ET SI VOUS ADHRIEZ LUPR ? La statue de la Rpublique, Place de la Rpublique, Paris. Elle brandit de la main droite un rameau dolivier, symbole de paix, tandis que sa main gauche repose sur la Dclaration des droits de l homme et du citoyen. L o i n d t r e d m o d s , la souverainet nationale et les grands idaux rpublicains de libert, galit, fraternit et lacit sont au cur du combat du XXIe sicle pour la dignit de tous les tres humains. Ils sont la cl du programme de lUPR et la seule voie possible 7 RAISONS DADHRER A LUPR 1 - Seule lUPR fait le bon diagnostic sur le dclin de la France. LUPR procde comme un mdecin appel au chevet de la France : elle veille dabord tablir le bon diagnostic sur les vraies raisons du dsastre actuel puis elle en informe les Franais, en adultes, pour leur indiquer les bons remdes. Sur la base de preuves irrfutables, que dailleurs aucun de nos adversaires ne conteste, lUPR diagnostique ainsi que la France et tout le continent europen sont victimes dune stratgie de domination, perfidement nomme construction europenne , conue par les tats-Unis dAmrique depuis 1945 leur profit. LUE et lOTAN sont les deux faces de cette stratgie impriale amricaine, qui vise mettre hors-jeu lONU, coloniser lEurope, et dominer le monde par des guerres illgales. Cest pourquoi prtendre rsoudre les problmes de la construction europenne en gardant le silence comme le font tous les partis politiques franais , sur le fait que les tats-Unis la pilotent en sous-main, cest condamner les Franais ne rien comprendre. Et cest leur proposer sciemment des remdes inefficaces. 2 - LUPR a des objectifs clairs et nets : d'abord sortir de leuro et de lUE. Sur la base de ce diagnostic, lUPR formule les remdes adquats, sans se laisser troubler par la mode ni intimider par quiconque. Nos 7 remdes prioritaires constituent le changement politique le plus puissant qui ait t prsent aux Franais depuis 1958 : 1. la sortie urgente de leuro, dont les effets sont dsastreux dans tous les domaines et dont la dsintgration est inluctable, 2. la rattribution la Banque de France de son rle normal de financement de ltat et des collectivits locales, sans quoi tout contrle de lendettement public est vou lchec (abrogation de larticle 25 de la loi n73-7 du 3 janvier 1973), 3. la reprise en mains par la France de la dfense de ses intrts lOrganisation Mondiale du Commerce (OMC), sans laisser cette tche, cruciale pour empcher les dlocalisations, la Commission europenne qui pitine nos intrts vitaux, 4. le rtablissement effectif du contrle des flux de capitaux, de marchandises, de services et de personnes, seule mesure de sauvegarde permettant de donner un coup darrt la dbcle conomique et sociale en cours, 5. la renationalisation de notre politique trangre, accompagne dune sortie de lOTAN et du retrait de nos troupes engages dans des guerres illgales, moralement honteuses, et trs meurtrires (en Afghanistan par exemple), 6. la sortie au plus vite de lUnion europenne car toutes les mesures prcdentes, vitales pour redresser la France, sont toutes contraires aux traits europens. Cette sortie est parfaitement possible : larticle 50 du trait sur lUE la prvue, 7. le lancement dun grand programme de logements sociaux. Il sera financ par notre sortie de lUE, qui nous fera conomiser au moins 10 milliards deuros par an, estimation minimale du cot net de lUnion europenne pour la France. Nous rsoudrons ainsi les problmes de logement des Franais tout en procdant une relance conomique cratrice demplois. 3 - LUPR allie comptence technique, bon sens et modration. LUPR drange lordre europiste car cest un mouvement srieux, jamais outrancier, dont les analyses techniques sont trs fiables, et dont laction sinscrit dans quinze sicles dindpendance nationale et deux sicles de tradition rpublicaine. Vouloir sortir de lUE nest en rien une ide folle ou extrmiste : les deux tats dEurope o lon vit le plus heureux, selon lONU, sont la Suisse et la Norvge, qui sont hors de lUE. La folie et lextrmisme sont le fait des europistes, qui violent les rfrendums et veulent ligoter la France dans une construction ingrable de 27 tats aux intrts contradictoires. Mieux encore, la sortie de lUE permettra la France de redevenir lun des tats les plus respects de la diplomatie mondiale et dans de nombreuses organisations internationales, commencer par lONU, le Conseil de lEurope et la Francophonie. Affirmer que sortir la France de lUE lisolerait du monde est un norme mensonge : cest au contraire son appartenance lUE/OTAN qui lisole et salit son image aux yeux de 80 % des peuples du monde ! 4 - LUPR garantit la mise en uvre de ses propositions. LUPR pourra mettre en uvre ses propositions parce que les Franais peuvent les dcider tout seuls, sans demander dautorisation quiconque. Cest l une diffrence capitale avec TOUS les autres partis politiques, qui multiplient les promesses ( Europe des patries , Europe sociale , euro monnaie commune , etc.) sans jamais prciser que leur ralisation dpend du bon vouloir de 26 autres tats qui nen veulent pas, et aussi de laccord tacite des tats-Unis dAmrique qui en veulent encore moins ! lUPR, nous montrons que tous ces projets dautre Europe ou dautre euro sont des leurres : lopposition des 27 intrts nationaux et lalignement dune majorit dtats de lUE derrire les tats-Unis bloquent tout changement rel. On le constate sans arrt sur tous les sujets (monnaie, social, guerre en Irak, OGM, dlocalisations, march transatlantique, etc.). La sortie de lUE ninterdit pas du tout les cooprations internationales, avec des pays europens ou non europens. Au contraire, elle les rendra plus claires et efficaces. 5 - LUPR rassemble vraiment au-dessus du clivage droite-gauche . Presque tous les partis politiques affirment vouloir rassembler les Franais. Mais aucun ne sen donne les moyens puisquils adoptent tous des alliances ou des discours qui divisent les Franais selon les rflexes droite-gauche. Tel nest pas le cas de lUPR qui ne sintresse qu rendre aux Franais leur dmocratie et la libert de la France. Cest pour cela que lUPR rassemble des Franais de tous les bords. LUPR est un parti de libration nationale, il na donc pas vocation anticiper sur tous les choix que les Franais feront dmocratiquement une fois quils auront recouvr leur souverainet et leur indpendance. 6 - A lUPR, pas dambiguts politicardes ni de financements discrets. De nombreux Franais sont ulcrs quand ils dcouvrent que des politiciens qui critiquent frocement lEurope dans les mdias sont en ralit de mche avec lUMP ou le PS, dont ils obtiennent des financements discrets ou labsence de concurrent dans leur circonscription lgislative. Tous les membres de lUPR, dirigeants compris, sengagent quant eux ne jamais fricoter avec un parti europiste : ce principe redonne clart et dignit au combat politique. LUPR na rien voir non plus avec tous ces partis o lon rpartit les rles pour ratisser large : tel dirigeant se dit pour leuro, tel autre pour sa sortie, un troisime condamne la rentre dans lOTAN tandis quun quatrime lapprouve. Souvent mme, cest le principal dirigeant qui joue les camlons, en changeant son discours et en multipliant les contradictions, rien que pour satisfaire chacun de ses publics. LUPR nest pas ce genre dauberge espagnole peuple de camlons et dopportunistes : tout le monde dit et crit la mme chose tout le temps et tout le monde, conformment notre Charte. 7 - lUPR, nous nous battons pour la France, pas pour des places. Lobjectif de lUPR nest pas de permettre tel ou tel de ses responsables de dcrocher un poste de dput ou de ministre pour servir de caution gaulliste ou rpublicaine un gouvernement europiste de droite ou de gauche. LUPR est un mouvement digne et loyal qui veut rendre la France sa dmocratie, point. En adhrant lUPR, vous pouvez tre enfin sr de ne pas tre tromp. Civilit Monsieur Madame Mademoiselle Nom...... Prnom...... Adresse : N Voie ........... ....... Code postal Ville....... Tlphone 1.. Tlphone 2..... Courriel 1 .... @ ...... Courriel 2 .... @ ....... Profession ....... Date de naissance ..... Seriez-vous disponible pour prendre des responsabilits au sein de lUPR ? ..... Quel serait dans ce cas le type de comptences dont vous pourriez faire bnficier notre mouvement ? ...... Je choisis mon adhsion (ou mon don) valable pour lensemble de lanne 2011 adhsion individuelle simple 30 adhsion individuelle de SOUTIEN 50 adhsion couple simple 45 adhsion couple de SOUTIEN 70 adhsion tudiant/chmeur 10 adhsion BIENFAITEUR 200 7500 Je ne souhaite pas adhrer mais je fais un don de . (maximum lgal : 7500 par an) Merci de libeller votre chque de cotisation ou de don lordre de Union Populaire Rpublicaine et de lexpdier avec ce formulaire ladresse suivante : UPR - 60 avenue de la Rpublique - 75011 PARIS Vous recevrez un message personnel de Franois ASSELINEAU, Prsident de lUPR, rception de votre adhsion ou don. Fait ... Signature : Date..... Retrouvez toutes nos informations sur notre site : www.u-p-r.fr FORMULAIRE DADHSION (ou de don) LUnion Populaire Rpublicaine (UPR) est le grand rassemblement des Franais cr le 25 mars 2007 par Franois ASSELINEAU pour librer la France du pige europen. Jadhre pour la 1re fois lUPR Je radhre Je fais un don Vous avez des ides ou des suggestions nous proposer ? Nhsitez pas les crire au dos du prsent formulaire !