kinésithérapie respiratoire du poumon profond. paradigmeurg ?· kinésithérapie du poumon...

Download kinésithérapie respiratoire du poumon profond. paradigmeurg ?· Kinésithérapie du poumon profond…

Post on 31-Aug-2018

214 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • R

    SC

    Lpp

    Cn

    0h

    evue des Maladies Respiratoires (2014) 31, 552567

    Disponible en ligne sur

    ScienceDirectwww.sciencedirect.com

    RIE LES VOIES ARIENNES DISTALES DANS LA BPCO oordonne par D. Dusser et N. Roche

    a kinsithrapie respiratoire du poumonrofond. Bases mcaniques dun nouveauaradigme

    hest physical therapy of the distal lung. Mechanical basis of aew paradigm

    G. Postiaux1,

    Groupe dtude pluridisciplinaire, service des soins intensifs site Notre-Dame (GHDC),Haute cole Condorcet Hainaut, section kinsithrapie, Grand Hpital de Charleroi,Charleroi, Belgique

    Recu le 21 janvier 2013 ; accept le 25 novembre 2013Disponible sur Internet le 18 juin 2014

    MOTS CLSKinsithrapie ;Poumon profond ;Voies ariennesdistales ;Rsistanceinspiratoire ;Dcubitus latral

    Rsum La littrature mdicale rcente tmoigne dun regain dintrt pour les atteintesdes voies ariennes distales imbriques dans le tissu pulmonaire. Alors quelles reprsententllment prcoce des maladies pulmonaires broncho-scrtantes, les affections du poumonprofond nont pas fait lobjet dune proposition kinsithrapeutique spcifique. La classifi-cation fonctionnelle des techniques manuelles de kinsithrapie, rapporte dans un modlemono-alvolaire de larbre arien, permet, en dpassant leurs appellations images ou histo-riques, dtablir la nomenclature des techniques de kinsithrapie et didentifier leurs effetsaux quatre tages de lappareil respiratoire. Les limites des techniques expiratoires usuellesdont les effets concernent les voies ariennes proximales et moyennes imposent une approchediffrentielle pour le poumon profond qui doit devenir la cible prioritaire de la kinsithra-pie respiratoire. Sur la base du comportement mcanique spcifique du poumon profond, unnouveau paradigme privilgiant une inspiration lente, rsiste et positionnelle est propos. Le

    recueil de paramtres stthacoustiques objectifs constitue la pierre angulaire de la validation

    et du suivi clinique de la kinsithrapie du poumon profond. 2014 SPLF. Publi par Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.

    Cet article a donn lieu une communication au congrs de la SPLF, Lille, France, janvier 2010. Boulevard Joseph II, no 4 bte 072, 6000 Charleroi, Belgique.

    Adresse e-mail : guy.postiaux@gmail.com1 Groupe dtude pluridisciplinaire stthacoustique.

    761-8425/$ see front matter 2014 SPLF. Publi par Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.ttp://dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2013.11.009

    dx.doi.org/10.1016/j.rmr.2013.11.009http://www.sciencedirect.com/science/journal/07618425http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.rmr.2013.11.009&domain=pdfmailto:guy.postiaux@gmail.comdx.doi.org/10.1016/j.rmr.2013.11.009

  • Kinsithrapie du poumon profond 553

    KEYWORDSChest physicaltherapy;Deep lung;Small airways;Inspiratoryresistance;Lateral position

    Summary Recent medical literature has shown that there has been renewed interest focusedon the small airways deep in the lung tissue. Although there is involvement of the distal airwaysat an early stage in mucus secreting lung diseases, no specific chest physical therapy (CPT)manoeuver has been proposed for small airways clearance. A four-tier classification of CPT hasbeen established with identification of its benefits at each level of a monoalveolar respiratorytract model. The usual expiratory techniques directed towards the upper and middle respiratorytract are not applicable to the small airways and new paradigm is proposed appropriate to theirspecific mechanical characteristics. This comprises a slow resistive inspiratory manoeuver inthe lateral position. Clinical auscultation of the lung is the cornerstone of the validation andfollow-up of the technique. 2014 SPLF. Published by Elsevier Masson SAS. All rights reserved.

    tgmtncdrtpstqtc

    Im

    Cpp

    trpfd[atssosqgcac

    Abrviations

    Avec leur correspondance francaise anglaise (appellationdorigine en italique) :

    ACBT active cycle of breathing techniqueAFE acclration, augmentation du flux expiratoire,

    IET : increased exhalation techniquecCPT conventional chest physical therapyCMC clairance mucociliaireCPT chest physical therapyDA drainage autogne, AD : autogenic drainageDRR dsobstruction rhinopharynge rtrogradeEDIC exercice dbit inspiratoire contrlELTGOL expiration lente totale glotte ouverte en infra-

    latral, slow expiration glottis opened in lateralposition

    ELPr expiration lente prolonge, PSE : prolonged slowexpiration technique

    FET forced expiration technique, TEF : technique delexpiration force

    IS incentive spirometry, SI : spiromtrie incitativePD postural drainage, DP : drainage posturalPEP positive expiratory pressure, PEP : pression expira-

    toire positivePP poumon profond, Deep : peripheral LungRIM resistive inspiratory maneuverSL surface liquidienne des voies aeriennesTBV toux bas volume pulmonaireTHV toux haut volume pulmonaireTILA technique insufflatoire de leve datlectasieTP toux provoque, PC : provoked coughingVAD voies ariennes distales, small airways

    Introduction

    Au cours des dcennies 19601970, lobstruction des voiesariennes distales (VAD) fut lobjet dune attention par-ticulire des physiopathologistes. Des kinsithrapeutespartageaient cet intrt et leurs spculations aboutirent

    proposer les manuvres expiratoires lentes afin dliminerles scrtions en excs de cette rgion cruciale du pou-mon. Les tudes de clairance mucociliaire (CMC) isotopiqueidentifient leurs effets dans les bronches moyennes mais

    tsl

    rouvent cependant leurs limites au niveau des VAD en attei-nant leur capacit la fermeture [13]. En outre, aucunethode classique de kinsithrapie des atteintes restric-

    ives comme les pneumopathies au stade de consolidationa pu tre dmontre. Le dfaut dune mthodologie sp-ifique cette rgion de lappareil respiratoire constitueonc encore le point lacunaire de la kinsithrapie. Lecent regain dintrt de la littrature pour les VAD jus-ifie que la kinsithrapie sintresse nouveau au poumonrofond partir des lments mcaniques qui caractrisenton comportement dynamique. Cela requiert que toutes lesechniques et mthodes manuelles de kinsithrapie ainsiue leurs effets aux diffrents tages de lappareil respira-oire soient identifis. Un inventaire historique contribue ette classification.

    nventaire historique des techniquesanuelles de kinsithrapie

    e rappel historique nappelle en rfrences que les articlesrinceps qui concernent chaque technique de kinsithra-ie ; il na pas pour objet den apprcier le niveau de preuve.

    Les premires publications scientifiques relatives auxechniques manuelles de dsobstruction bronchique appa-aissent en Nouvelle-Zlande au dbut des annes 1970 artir dune proposition de Thompson et al. qui ont dcrit laorced expiration technique (FET) applique la mucovisci-ose [4]. La spiromtrie incitative (SI) (incentive spirometryIS]) pour traiter les atteintes restrictives postopratoiresbdominales apparat ensuite [5,6]. La FET se voit assor-ie de percussions/vibrations et de positions de drainageupposes faire appel la gravit pour faire migrer lescrtions des VAD vers les troncs bronchiques proximaux la toux prend le relais [79]. Cette mthode compo-ite devient la conventional chest physical therapy (cCPT)ui reste le gold standard du monde anglo-saxon. La cCPTagne lEurope continentale o elle est plus rarement pres-rite sous la forme de clapping et de drainage postural,lors quaucun argument scientifique ntaye cette mthodeonsidre aujourdhui comme obsolte [10].

    La cCPT volue vers lappellation dactive cycle of brea-hing techniques (ACBT) qui fait appel, au cours dune seuleance, tous les modes ventilatoires et continue dintgrera position de drainage auquel les effets principaux de la

  • 5

    mqclaro[m[dpsl[msc

    t(nBld(adrEl

    opr(ipev

    uedncvpdmlmnddrdfcdl

    et

    Cd

    LtecdmmsvmLc

    mppdl(Darda2psd

    q(

    tion (Fig. 1B).

    54

    thode sont attribus [11,12]. En ralit, cest la FETuil faut attribuer les effets principaux du protocole quioncerne principalement larbre arien proximal [13]. Ainsi,orsque lon compare des protocoles dans lesquels la FET estssocie la position de drainage ou une pression expi-atoire positive (PEP), on observe que les deux protocolesnt des effets identiques sur la clairance trachobronchique14]. La FET reste donc llment dterminant du traite-ent, mais nentrane pas de rsultats sur le long terme

    15]. Il convient de rappeler que ce sont les rgions dpen-antes du poumon, cest--dire les plus basses donc leslus compliantes, qui contribuent le plus llimination descrtions en vertu de la relation significative qui lie la qua-it de la CMC limportance de la ventilation rgionale16,17]. Cette donne de la physiologie, conforte par desesures isotopiques, plaide donc pour une mobilisation des

    crtions contre la gravit linverse de la co