joyeux noël à tous! - mria-arim.camria-arim.ca/sites/default/uploads/files/  · d'idéation. À...

Download Joyeux Noël à tous! - mria-arim.camria-arim.ca/sites/default/uploads/files/  · d'idéation. À la

Post on 15-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Dcembre 2013

    Chapitre qubcois

    www.mria-arim.ca/Chapitre Qubec Anne : 2013-2014 / No 4

    Bulletin de lARIM

    Merci nos

    commanditaires

    La publication de

    Forum est rendue

    possible grce au

    soutien de nos

    commanditaires. 1

    Joyeux Nol tous!

    tous nos membres et aux amis de la Recherche, nous souhaitons un

    joyeux temps des ftes!

    Et profitez de toute la neige tombe rcemment pour bouger un peu et vous

    amuser en famille et entre amis.

    la prochaine!

    Ph

    oto

    : S

    tp

    ha

    ne

    Riv

    ard

    http://mria-arim.ca/chapters/quebec-chapter/quebec-chapter-eventshttp://mria-arim.ca/chapters/quebec-chapter/quebec-chapter-eventshttp://mria-arim.ca/chapters/quebec-chapter/quebec-chapter-eventshttp://www.somrecrutement.com/

  • Dcembre 2013

    Vie associative

    MOT DU PRSIDENT

    2

    Cher(e)s ami(e)s de la recherche,

    Je vous crivais en juillet dernier en mentionnant que lt peinait se manifester,

    on ne peut pas en dire autant pour lhiver 2013-2014 et ses quelques 35 cm de

    neige et de pluie.

    La saison dautomne a t fort occupe au sein de lassociation au Qubec et les

    dfis bien prsents dans lindustrie de la recherche. Lanne 2014 promet dtre

    tout aussi excitante et comporter ses propres dfis avec tout ce qui semble se

    manifester dans lconomie du Qubec et au Canada, de mme quaux tats-Unis

    et ailleurs dans le monde.

    Daniel Brousseau,

    MBA PARM

    Prsident du chapitre

    du Qubec de lARIM

    Mais concluons dabord lanne 2013. Jaimerais remercier tous les membres du conseil et les bnvoles pour

    leur soutien ainsi que nos fidles commanditaires pour leur prcieux support financier.

    De plus, je tiens particulirement remercier les participants du babillard lectronique volet Qubec tenu par

    lARIM National au dbut du mois de dcembre. Gros merci :

    - Louise Leduc de Leduc Marketing, Strategy & Research Inc.,

    - Daniel Bellemare de MultiReso,

    - Sylvie Croteau et Michel Berne de Ad hoc recherche,

    - Caroline Bataille de Bell,

    - Sylvain Gagnon de Saine Marketing,

    - Andr Bilodeau de Info Ressource,

    - Johanne Morin de CAA-Qubec,

    - Brigitte Valle de STM et

    - Catherine Bourcier de Newad.

    Aussi, un merci tout spcial Daria Balazinski de Ad hoc recherche qui a rvis le guide de discussion et

    anim le babillard lectronique pendant ses deux jours. Le Conseil dadministration a eu loccasion de lire les

    commentaires. On vous communiquera en dbut danne les grandes lignes de cet exercice.

    Finalement, jaimerais profiter de loccasion pour vous souhaiter de trs joyeuses ftes vous et vos proches.

    Jespre que vous aurez tous loccasion de prendre une petite pause avant de repartir de plus belle en 2014.

    Je vous dis donc bientt dans le cadre de nos prochaines activits.

    Daniel

  • Retour sur

    lvnement

    Dcembre 2013

    Formations et activits - Montral

    RETOUR SUR LA JOURNE SUR LA RECHERCHE QUALITATIVE

    vnement spcial - Journe sur la recherche qualitative

    Le vendredi 29 novembre dernier, le chapitre qubcois de lARIM vous conviait une Journe

    Quali lhtel Montral Marriott Chteau Champlain pour faire la lumire sur diverses approches

    innovantes en recherche qualitative.

    En plus de profiter dune vue extraordinaire sur Montral partir du 36e

    tage du Chteau Champlain, la trentaine de chercheurs runis pour

    loccasion ont pu profiter du savoir-faire de nos six confrenciers invits

    qui ont su nous inspirer tout au long de la journe.

    Avec comme point commun les nouvelles tendances dans le monde de

    la recherche qualitative, les confrenciers se sont succds la tribune

    devant un public fort intress.

    Cest Pascal Patenaude qui a amorc la journe en prsentant de

    nombreux exemples de lutilit des nouvelles technologies dans le cadre

    de devoirs en appui la recherche qualitative traditionnelle. Pour lui,

    les exercices prparatoires servent principalement donner du contexte

    au chercheur.

    Lun des principaux avantages que M. Patenaude attribue aux devoirs

    raliss via des plateformes technologiques est de permettre den

    prendre connaissance lavance et parfois mme dinteragir avec

    les participants. Du coup, on maximise le temps passer en groupe

    puisque la glace est dj brise, mais aussi parce quon a eu

    loccasion dajuster le guide en fonction des renseignements

    recueillis, sans compter lavantage de pouvoir facilement impliquer le

    client cette tape.

    Par ailleurs, Pascal fait valoir quun travail prparatoire est

    gnralement gage dun meilleur taux de prsence, les participants

    se sentant plus fortement interpells.

    Notre confrencier a toutefois tenu rappeler quil ne faut pas sous-

    estimer limplication que demande de telles approches pour le

    chercheur et son client : il faut souvent tourner une vido, prendre

    rgulirement connaissance des travaux, interagir avec les participants,

    sans compter le fait quil y a des frais associs lutilisation de

    plateformes spcialises. Reste que, si elles sont bien choisies et

    utilises, elles peuvent selon lui apporter beaucoup au travail du

    chercheur qualitatif.

    09 h 00

    Pascal Patenaude, Prsident fondateur

    Patenaude Recherche & Communications

    3

    Les devoirs lre des

    nouvelles technologies

    Photos : Stphane Rivard

    Textes : Audrey Paradis et Stphane Rivard

  • Dcembre 2013

    Formations et activits - Montral

    RETOUR SUR LA JOURNE SUR LA RECHERCHE QUALITATIVE - Suite

    Retour sur

    lvnement

    10 h 00

    Sylvie-Catherine Croteau, Vice-prsidente

    Ad hoc recherche

    Tendance lourde du monde de la recherche chez nos voisins du Sud,

    les communauts de recherche en ligne (MROC) se font encore timides

    au Canada et au Qubec.

    Cest donc avec intrt que lauditoire a accueillie Sylvie-Catherine

    Croteau qui venait prsenter une tude de cas comparant les

    rsultats provenant de groupes traditionnels et dune communaut en

    ligne.

    Ltude prsente par Mme Croteau est rcente (2012) et sintressait

    limpact de larrive des SuperStore de Walmart sur le march

    Canadien.

    Outre les objectifs de recherche lis la problmatique vcue par

    Sobeys, Ad hoc recherche et son client souhaitait profiter de cette

    occasion pour comparer les deux approches.

    Si la VP dAd hoc insiste sur le fait que les rsultats sont

    passablement convergeant entre les deux techniques, elle ajoute

    que la structure ouverte de la communaut de recherche permet de

    gnrer un contenu beaucoup plus riche (et en quantit importante).

    Elle souligne que lorsquon posaient exactement les mmes questions

    que dans le cadre des groupes traditionnels, les rponses obtenues

    sur la communaut en ligne taient similaires. En revanche,

    lorsquon exploitait les possibilits lies la plateforme utilise, comme

    limportation de photos ou de vidos, on obtenait souvent du contenu

    plus personnel, plus cratifs et qui allait plus en profondeur.

    Elle explique cela par le fait que contrairement un groupe traditionnel

    dune dure de deux heures, les participants vivent beaucoup moins

    de contrainte de temps avec la communaut en ligne et peuvent

    contribuer autant quils le veulent. Par ailleurs, ils ont galement

    loccasion dorienter certains aspects de la recherche, notamment

    en initiant de nouvelles discussions sur des sujets qui les intressent

    (tout en tant naturellement relis au sujet de ltude).

    Elle mentionne que cette structure ouverte peut parfois permettre de

    dgager des insights quon naurait tout simplement pas pu identifier

    dans un contexte plus dirig.

    Si elle salue la gnrosit de certains participants, elle ajoute quil faut

    prvoir normment de temps pour grer une telle communaut et en

    faire un succs.

    Dabord parce quil faut suivre la vague en prenant connaissance

    au fur et mesure de ce qui se dit et se fait sur la communaut. De

    cette manire, on peut retravailler les concepts et creuser certains

    filons. confit-elle. Ensuite, parce quil faut galement faire vivre une

    exprience intressante aux participants si on souhaite les motiver

    participer un maximum dactivits. Cela passe par une

    rtroaction rgulire (vido quotidienne de la part de lquipe de

    recherche) et par un systme dmulation (rcompense financire,

    toile de la semaine, etc.).

    Principaux facteurs de succs

    - Proposer des activits courtes,

    divertissantes et varies;

    - Sur une longue priode de temps;

    - Faire des suivis et donner du feedback

    rgulirement;

    - Offrir une compensation financire visible

    par activit;

    - Utile dans un contexte exploratoire;

    - Pour des sujets plus sensibles;

    - Et pour des cibles gographiquement

    disperses.

    4

    Groupes traditionnels et

    communauts en ligne,

    une tude de cas

  • Dcembre 2013

    Formations et activits - Montral

    RETOUR SUR LA JOURNE SUR LA RECHERCHE QUALITATIVE - Suite

    Retour sur

    lvnement

    La seule confrence en anglais de la journe fut celle de Barry Watson

    dEnvironics Toronto qui est venu parler de lutilisation des mdias

    sociaux comme complment la recherche traditionnelle.

    Toujours en