Hydatidose osseuse pelvienne : à propos d’un cas et revue de la littérature

Download Hydatidose osseuse pelvienne : à propos d’un cas et revue de la littérature

Post on 30-Dec-2016

219 views

Category:

Documents

5 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Revue de chirurgie orthopdique et traumatologique (2010) 96, 99104

    FAIT CLINIQUE

    Hydatidose osseuse pelvienne : revu

    Pelvic

    F. Gdoura, M. Trigui , W. Zribi, Z. Ellouze, R. Bouzidi, K. Ayedi, H. Keskes

    Service deCP, 3029 Sfa

    Acceptatio

    MOTS CchinocoosseuseBassin ;RsectioArthrod

    Introduc

    Lchinocodue au d

    DOI de l Ne pas

    article, mai&Traumatol Auteur c

    Adresse

    1877-0517/$doi:10.1016chirurgie orthopdique et traumatologique, facult de mdecine de Sfax, CHU Habib Bourguiba, route El-An Km 0,5x, Tunisie

    n dnitive le : 8 avril 2009

    LSccose;

    n osseuse ;se hanche

    Rsum Lchinococcose osseuse est une pathologie rare, caractrise par sa grande latenceclinique et labsence de spcicit radiologique et par les difcults de son traitement chirur-gical. Nous rapportons une observation dune hydatidose osseuse pelvienne chez un patient de28 ans, qui sest manifeste par des douleurs et une raideur de la hanche et par un pincementde linterligne articulaire coxofmoral la radiographie. Le traitement a consist en une largehmipelvectomie avec arthrodse fmoropubienne, associe un traitement antiparasitaire.Le rsultat fonctionnel tait excellent malgr une rupture du matriel dostosynthse quia permis une certaine mobilit de lextrmit suprieure du fmur. Lostopathie hydatiqueest inltrante, diffuse, lente et progressive, ce qui rend le diagnostic tardif. La qualit de larsection chirurgicale est dterminante vis--vis du risque de rcidive. Les localisations pel-viennes sont de traitement particulirement difcile. La reconstruction reste alatoire et posebeaucoup de problmes techniques.Niveau de preuve. IV : rtrospectif ou srie historique. 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs.

    tion

    ccose, ou maladie hydatique, est une parasitoseveloppement chez lhomme, de la forme lar-

    article original : 10.1016/j.otsr.2009.04.020.utiliser, pour citation, la rfrence francaise de cets celle de larticle original paru dans Orthopaedicsogy: Surgery & Research, en utilisant le DOI ci-dessus.orrespondant.e-mail : dr moez trigui@yahoo.fr (M. Trigui).

    vaire de lEchinococcus granulosus, qui vit ltat adultedans lintestin des chiens ou des autres carnivores (cha-cal, renard). Communment observe au niveau du foieet des poumons, lchinococcose osseuse est rare et nereprsente que de 0,9 2,5 % des localisations [1]. Sagrande latence clinique et labsence de spcicit radiolo-gique entranent souvent un retard diagnostique contribuant la diffusion et lextension de lostite parasitaire[2].

    Malgr les progrs de la chirurgie osseuse reconstruc-trice et des mdications antiparasitaires, le traitementreste difcile [3]. La gravit de son pronostic lui a valu

    see front matter 2009 Elsevier Masson SAS. Tous droits rservs./j.rcot.2009.12.005e de la littraturebone hydatidosis

    propos dun cas et

  • 100 F. Gdoura et al.

    Figure 1 Aspect radiologique, pincement complet de linterligne articulaire, protrusion cphalique et aspect en nid dabeille dela rgion priactabulaire.

    la dnomination de cancer blanc [4]. Nous rapportonsune observation dune hydatidose osseuse pelvienne, ayantncessit une large rsection chirurgicale et une reconstruc-tion par arthrodse fmoropubienne et sacre.

    Observation

    Il sagit dun patient de 28 ans qui a consult en juillet2006 pour douleur et raideur de la hanche gauche. Cettesymptomatbanal, survnotre patiehydatique

    lexamtieux, la haAu niveau itumfactio

    et peu sensible la palpation. Le bilan biologique tait sansparticularits, une leucocytose 7100GB/mm3, sans hyper-osinophilie, une vitesse de sdimentation 15 la premireheure et une protine C ractive (CRP) 5,6mg/l.

    La radiographie standard (Fig. 1) montrait un pincementcomplet de linterligne articulaire de la hanche gauche, unaspect mouchet, en nid dabeille de la rgion priactabu-laire de los iliaque et une lgre protrusion cphalique auniveau de la rgion tectale.

    Le diagnostic dune hydatidose osseuse a t alors vo-a sre. Liv llaileintr

    rie pis det a

    Figure 2de droite, lologie a t dclenche par un traumatismeenu neuf mois auparavant. Dans ses antcdents,nt avait t opr, lge de six ans, dun kystedu foie.en clinique, il ny avait pas de syndrome infec-nche tait raide et douloureuse la mobilisation.nguinal et de la fosse iliaque gauche, il y avait unen mal limite, de 13 cm de grand axe, rnitente

    qu. Lpositivobjectet detiquesimagea permsacrumAspect tomodensitomtrique montrant sur les images de gauche laes formations kystiques intrapelviennes (ches blanches).ologie hydatique par immunolectrophorse taita tomodensitomtrie (TDM) pelvienne (Fig. 2) aatteinte osseuse de la rgion priactabulaireiliaque ainsi que de multiples formations kys-

    apelviennes. Le bilan a t complt par unear rsonance magntique (IRM) (Fig. 3), celle-ciliminer une atteinte de la sacro-iliaque et duussi de montrer lextension des lsions kystiquestteinte osseuse priactabulaire, et sur les clichs

  • Hydatidose osseuse pelvienne : propos dun cas et revue de la littrature 101

    Figure 3 triangle de Scarpa, hyposignal T1 et hypersignal T2. Lesacrum ne nal htrogne, mais diffrent de celui de los iliaquemalade.

    au niveaufmur avaitre non endes imagesde voir uncentimtri

    Le patieet le kysteSur le planrsection cral droit,ralis uneavons dsacoup lesNous avonset ceux defmorale avoir abondralis unet ralisla tranchepar une inset extrmitrale, maosseuse. Ncontre la ftrienne (F

    Les suitexterne padant troispostopratmdical 10 15mment a dbde 10mg/kavec des fe

    septnotre patieinguinal gafracture duune chambiliopubienn

    elle-ci navait pas montr dimage en faveur dunee.e cette pseudarthrose, nous avons, dans un premier, envisag une reprise chirurgicale pour changementige et greffe osseuse. Cependant, notre patient avaitultat fonctionnel correct, il marchait sans canne, ileu algique et il avait un appui monopodal stable. Lee pseudarthrodse permettait un secteur de mobilitre utile sur le plan fonctionnel. Aucun geste chirurgi-

    plmentaire na t ralis. 20mois de recul, let gardait un rsultat fonctionnel stable (Fig. 5) et ilt pas de signes de rcidive. Le rsultat radiologiqueoins rassurant, du fait dune lgre ascension deAspect IRM, formations kystiques intrapelviennes et dans lest pas envahi. Lextrmit suprieure du fmur montre un sig

    du triangle de Scarpa. Lextrmit suprieure dut un signal htrogne en T1 et T2, mais semblaitvahie. Au niveau de la rgion actabulaire, sigegodiques sur la radio standard, lIRM permettaitaspect microlacunaire avec quelques formationsques en hypersignal T2.nt navait pas dautres localisations hydatiquesdu foie opr au jeune ge navait pas rcidiv.thrapeutique, nous avons opt pour une largehirurgicale. Patient install en dcubitus lat-

    par voie iliocrurale largie (Judet), nous avonshmipelvectomie gauche. Par en arrire, nous

    rticul la sacro-iliaque, par en avant, nous avonsbranches ilio- et ischiopubiennes ipsilatrales.galement rsqu tous les kystes intrapelviens

    la rgion inguinale. Laspect opratoire de la ttetait rassurant, aussi nous lavons respect. Aprsamment lav au srum hypertonique, nous avonsarthrodse fmoropubienne. La stabilisation a

    e par un vissage direct de la tte fmorale contrede section de la branche iliopubienne et surtouttrumentation rachidienne (tige/vis) entre sacrumt suprieure du fmur. La crte iliaque ipsila-croscopiquement indemne, a servi dautogreffeous lavons encastre et stabilise par vissageace latrale du sacrum et la fossette trochan-ig. 4).

    TDM, crcidiv

    Factempsde la tun rstait pfoyer dindolocal compatiennavaitait mes opratoires taient simples. Une contentionr un hmibermuda en rsine a t maintenue pen-mois. Lappui partiel a t autoris cinq moisoire. Le patient a galement eu un traitementbase dalbendazole, selon le protocole de lOMSg/kg par jour, quatre semaines sur six . Ce traite-ut deux semaines avant lintervention, raisong par jour, pour une dure globale de six moisntres.mois de lintervention, lors dun effort banal,nt a subitement senti un craquement au niveauuche. Une nouvelle radiographie a montr unematriel dostosynthse (rupture de la tige) et

    re de lyse autour des vis au niveau de la branchee. Nous avons galement pratiqu une nouvelle

    Figure 4aprs arthrotte fmoraentre extrmvenant de lface latralAspect radiologique deux mois postopratoire,dse fmoropubienne et sacre, vissage direct de lale contre la branche iliopubienne. Montage tige/visit suprieure du fmur et sacrum. Autogreffe pro-

    aile iliaque ipsilatrale encastre et visse entree du sacrum et la fossette trochantrienne.

  • 102 F. Gdoura et al.

    Figure 5active de 70

    Figure 6lascensionthrodse engreffon.

    lextrmitune no-atrochantrconsolid e

    Discussio

    La maladiedu Sud, enbassin mdAspect clinique 20mois de recul, appui monopodal stable du ct de la hanche gauche.

    Aspect radiologique 20mois postopratoire, noterde lextrmit suprieure du fmur et la pseudar-tre rgion trochantrienne et la partie distale du

    suprieure du fmur dans le bassin. Cependant,rticulation semblait se constituer entre rgionienne et la partie distale du greffon qui avaitn proximal (Fig. 6).

    n

    hydatique svit ltat endmique en AmriqueAustralie mais galement dans le pourtour duiterranen et en Europe Centrale [2]. Elle se

    localise pr30 %) et hrare [2,3],des localissouvent pasecondairemolles estportons estet ceux duCelle-ci rela lsion pcas datteimusculaire

    Au nivesus, parasiau stress mmicro- et mnit par frdes lsionstrante, difmicrovsiccliniques ret dpendedouleurs eobservationmaladie hyexamens bmaladie. Lnest prspas spciqprcipitatinique classActuellemewestern blciques [1 gauche opr, extension complte et une exion

    frentiellement au niveau pulmonaire (20 patique (60 70%) [4,5]. Latteinte osseuse estelle ne reprsente que