Hémi-hypertrophie corporelle révélant un néphroblastome kystique bilatéral chez un nourrisson

Download Hémi-hypertrophie corporelle révélant un néphroblastome kystique bilatéral chez un nourrisson

Post on 27-Jan-2017

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

<ul><li><p>Lettres a la redaction</p><p>Disponible en ligne sur</p><p>ScienceDirectwww.sciencedirect.comHemi-hypertrophie corporelle hepatiques ou ganglionnaires. Apres 9 cures de chimiothe-revelant un nephroblastomekystique bilateral chez unnourrissonFigure 1. Tomodensitometrie abdominale, coupe transversale : massesrenales droite et gauche (fleches).Bilateral cystic nephroblastoma revealed by a hemi-bodyhypertrophy</p><p>M. Zouari*, H. Bouthour, R. Ben Abdallah, Y. Hlel,R. Ben Malek, Y. Gharbi, N. KaabarService de chirurgie pediatrique, hopital Habib Thameur,Route El Ain Km 5, 3042 Sfax, Montfleury, Tunis, Tunisie</p><p>Le nephroblastome est de loin la plus frequente des tumeursrenales de lenfant quil atteint entre un et cinq ans [1]. Il sagitdune tumeur embryonnaire de malignite variable selon letype histologique [2]. Des anomalies sont associees dans 15 %des cas telles que lhemi-hypertrophie corporelle, laniridiesporadique, le syndrome de DenysDrash, ou dautres.Latteinte est bilaterale dans 5 a 13 % des cas [3]. Le nephro-blastome kystique partiellement differencie (NKPD) est unevariete histologique rare representant moins de 1 % delensemble des nephroblastomes. Nous rapportons un casde NKPD bilateral revele par une hemi-hypertrophie corpo-relle.Il sagissait dun garcon age dun an qui presentait depuis sixmois une hemi-hypertrophie corporelle droite constatee parles parents. A lexamen clinique, on notait un abdomen souplesans masse palpable, une hemi-hypertrophie corporelle tou-chant les membres superieur et inferieur droits et un etatgeneral conserve. Il ny avait pas dadenopathies palpables.Lechographie et la tomodensitometrie (TDM) abdominalepermettaient la visualisation de deux masses renales polairessuperieures droite et gauche, kystiques et multicloisonnees,mesurant respectivement 6 cm et 2 cm dans leur grand axe(fig. 1). Le dosage de lacide vanyl-mandelique et lestimationbiologique de la fonction renale etaient normaux. Le diag-nostic de nephroblastome bilateral etant retenu, le bilandextension na pas montre de metastases pulmonaires,902</p><p> 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.rapie aucune regression des masses renales netant noteesur la TDM, leventualite dune tumeur assez benigne aete evoquee et une nephrectomie partielle polaire superi-eure bilaterale a ete realisee. Les suites operatoires ont etesimples. Lexamen anatomopathologique de la piece ope-ratoire a revele quil sagissait dun NKPD bilateral sanseffraction capsulaire. Le rein bordant la tumeur etait sain.Devant cet aspect histologique favorable, lenfant na recuaucune chimiotherapie post-operatoire. Letude genetiquena pas ete realisee. Apres un an de recul, lenfant etait enbon etat general avec un abdomen souple et une cicatriceoperatoire solide. La TDM de controle na pas revele derecidive tumorale.Le NKPD est rare chez lenfant et sa localisation bilaterale estencore plus rare. Le diagnostic doit etre evoque sur lesdonnees radiologiques et confirme par lexamen histolo-gique de la piece operatoire. Le traitement repose surune chirurgie premiere, cette tumeur etant connue par sachimioresistance. Dans la serie de Blakely et al. [4] compor-tant 21 enfants, un seul enfant avait recu une chimiothera-pie premiere en labsence de biopsie, 13 avaient recu une</p><p>http://www.sciencedirect.com/science/journal/0929693Xhttp://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.arcped.2014.05.006&amp;domain=pdfhttp://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.arcped.2014.05.006&amp;domain=pdf</p></li><li><p>Lettres a la redactionchimiotherapie post-operatoire, et huit une chirurgie seule.Dans la serie reprenant les cas de la Societe internationaledoncologie pediatrique et de la societe allemande donco-hematologie pediatrique [5], aucun des sept enfants avecNKPD navait recu de chimiotherapie premiere et un seulavait recu une chimiotherapie post-operatoire. Le pronosticde cette tumeur est generalement favorable meme en casde localisation bilaterale synchrone. Une prise en chargeau sein dune equipe pluridisciplinaire savere cependantnecessaire.</p><p>Declaration dinterets</p><p>Les auteurs declarent ne pas avoir de conflits dinterets enrelation avec cet article.</p><p>References</p><p>[1] Brochard K, Decramer S. Reins kystiques de lenfant. NephrolTher 2010;6:2729.</p><p>[2] Beckwith JB. National Wilms tumors study: an update forpathologists. Pediatr Dev Pathol 1998;1:7984.</p><p>[3] Devred P, Gorincour G, Bourliere B, et al. Tumeurs du rein et desvoies excretrices chez lenfant. EMC Radiologie; 2004;44056.</p><p>[4] Blakely ML, Shamberger RC, Norkool P, et al. Outcome of childrenwith cystic partially differentiated nephroblastoma treated withor without chemotherapy. J Pediatr Surg 2003;38:897900.</p><p>[5] Luithle T, Szavay P, Furtwangler R, et al. Treatment of cysticnephroma and cystic partially differentiated nephroblastoma Areport from the SIOP/GPOH Study Group. J Urol 2007;177:2946.</p><p>*Auteur correspondant.e-mail : zouarimohamed.1982@yahoo.frRecu le : 20 decembre 2013. Accepte le : 14 mai 2014.Disponible en ligne 1 juillet 2014</p><p>http://dx.doi.org/10.1016/j.arcped.2014.05.006 Archives de Pediatrie 2014;21:902-9030929-693X/ 2014 Elsevier Masson SAS. Tous droits reserves.</p><p>Une gastrite erosive menacante</p><p>lors dune thrombopenievaricelleuseLife-threatening erosive gastritis in a child with varicella-induced thrombocytopenia</p><p>F. Habasa, A. Jacquota, A. Carbasseb, G. Camboniea,*a Pediatrie neonatale et reanimations, hopital Arnaud de Villeneuve,371, avenue du Doyen-G.-Giraud, 34295 Montpellier cedex 5, Franceb Urgence et post-urgence, CHU de Montpellier, 34000 Montpellier,France</p><p>Nous rapportons lobservation dune evolution grave de lavaricelle, consequence de deux complications qui peuventcoexister chez le meme enfant et quil ne faut pas mecon-natre.Un garcon age de 4 ans a ete admis au service de reanimationpediatrique pour une hemorragie digestive responsable dunedeglobulisation profonde. Dans son histoire recente, on notaitune varicelle evoluant depuis 10 jours, accompagnee de gas-tralgies et de trois episodes de melena. Il avait presentebrutalement une hematemese abondante, alors quil navaitpas recu danti-inflammatoires non sterodiens (AINS). Lanumeration sanguine a montre une anemie (hemoglobi-ne = 5,9 g/dL) et une thrombopenie (4000 plaquettes/mm3), sans signe biologique dhemolyse, ni atteinte de lalignee blanche ou anomalie de lhemostase. Lechographieabdominopelvienne etait normale. Realisee apres transfusionde globules rouges et de plaquettes, lendoscopie digestivehaute a mis en evidence une gastrite erosive aigue. Unmyelogramme a confirme lorigine peripherique de la throm-bopenie et linjection dune dose dimmunoglobulines poly-valentes (IgP) dorigine humaine a permis dobtenir unenormalisation du taux de plaquettes en 48 heures. Levolutionclinique a ete rapidement favorable sous traitement parinhibiteur de la pompe a protons.Cette observation permet de rappeler que linfection par levirus de la varicelle peut se compliquer dun purpura immun(1/25 000 patients presentant une varicelle) et de complicationsdigestives (24 % des enfants hospitalises pour une varicelle)[1,2]. La coexistence de ces deux complications rares, mais nonexceptionnelles, peut etre grave et conduire lenfant en reani-mation. Dans notre observation, cest la gastrite, probablementdorigine varicelleuse, qui avait ete responsable du saignementdigestif, favorise par une thrombopenie liee a une reactionimmune post-infectieuse.Si la gingivo-stomatite causee par le virus varicelle-zona(VZV) est de diagnostic clinique evident, les praticiens nedoivent pas meconnatre la possibilite dune atteinte plusbasse du tractus digestif, independamment de latteintebuccale. La gastrite aigue erosive est une complication diges-tive de la varicelle beaucoup moins frequente que lintole-rance alimentaire, la gingivo-stomatite et la diarrhee [2],mais plus frequente chez le patient immunodeprime [3]. Ilfaut levoquer devant une douleur epigastrique associee aune hematemese. Les lesions digestives et la symptomato-logie abdominale precedent parfois lapparition des lesionscutanees. La recherche de VZV par reaction par polymerisa-tion en chane (PCR) sur une biopsie de muqueuse digestivepeut permettre de confirmer lorigine virale des lesions [4]. Letraitement etiologique propose est laciclovir, mais il nestpas indispensable a la resolution de lepisode [4]. Par rapportaux autres purpuras thrombopeniques immunologiques (PTI)post-infectieux, le PTI lie au VZV touche des sujets plus jeuneset une majorite de garcons. Si la thrombopenie est plusprofonde initialement, le risque hemorragique nest passignificativement different, sauf en presence dun facteurfavorisant [1]. Il sagit dune indication validee de traitementpar IgP dorigine humaine avec une efficacite generalementrapide [5].903</p><p>http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0005http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0005http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0010http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0010http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0015http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0015http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0020http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0020http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0020http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0025http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0025http://refhub.elsevier.com/S0929-693X(14)00213-9/sbref0025http://dx.doi.org/10.1016/j.arcped.2014.05.015http://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.arcped.2014.05.015&amp;domain=pdfhttp://crossmark.crossref.org/dialog/?doi=10.1016/j.arcped.2014.05.015&amp;domain=pdf</p><p>Hmi-hypertrophie corporelle rvlant un nphroblastome kystique bilatral chez un nourrissonBilateral cystic nephroblastoma revealed by a hemi-body hypertrophyDclaration dintrtsRfrences</p><p>Une gastrite rosive menaante lors dune thrombopnie varicelleuseLife-threatening erosive gastritis in a child with varicella-induced thrombocytopeniaDclaration dintrtsRfrences</p></li></ul>

Recommended

View more >