Gliomatose péritonéale : à propos d’un cas et revue de la littérature

Download Gliomatose péritonéale : à propos d’un cas et revue de la littérature

Post on 31-Dec-2016

223 views

Category:

Documents

4 download

TRANSCRIPT

J Radiol 2010;91:579-81 ditions Franaises de Radiologie, Paris, 2010dit par Elsevier Masson SAS. Tous droits rservslettre digestifGliomatose pritonale : propos dun cas et revue de la littratureH Boufettal (1), K Elmouatacim (1), M Noun (1), S Hermas (1), N Samouh (1), S Benayad (2), S Azzouzi (2) et S Zamiati (2)Key words: Peritoneal gliomatosis. Immature teratoma. Chemotherapy. Surgery. Prognosis.Mots-cls : Gliomatose pritonale. Tratome immature. Chimiothrapie. Chirurgie. Pronostic.contraste au niveau des parois et des por-tions solides, mesurant 195/195/100 mm,refoulant les anses intestinales, avec in-filtration en flammche de la graissepritonale (fig. 1) et un panchementpritonal et panchement pleural bilat-ral. Le CA 125, a t le seul marqueur do-s en propratoire, il a t augment 313 (normale < 35 U/ml). Une annexec-tomie droite a t ralise sur une nor-me tumeur ovarienne droite de 20 cmde diamtre solidokystique. Une ascitesreuse de 300 ml prleve pour cytologiepritonale.Lexploration complte de labdomen etdu pelvis trouve des nodules pritonauxdiffus prlevs pour tude anatomopa-thologique dont le plus gros mesure2 cm, localiss au niveau du grand pi-ploon, des gouttires paritocoliques, in-testin grle, le cul-de-sac de Douglas et lepritoine parital. Le foie et les coupolesdiaphragmatiques taient macroscopi-quement indemnes. Lexamen anatomo-pathologique a objectiv un tratomemultitissulaire immature avec gliomato-se pritonale, de grade histo-pronostic 3(contingent neuropithlial immatureoccupant quatre champs ou plus par lameau grossissement 40) selon la classifica-tion de Norris et OConnor et de stade 1aselon la FIGO associ une gliomatosepritonale au niveau des nodules prito-naux. La patiente a t mise sous 6 cyclesde chimiothrapie adjuvante base deBEP comprenant blomycine, toposideet un sel de platine (cisplatinum). Cettechimiothrapie a t instaure deux moisaprs lintervention. Quelques pisodesde neutropnie non compliqus ont tnots durant le traitement par chimio-thrapie. Une surveillance mensuelle parlchographie abdominopelvienne estralise avec un dosage de lFP en cas desuspicion de rcidive. Une chographieabdominopelvienne de contrle a t ra-lise aprs chaque cycle de chimiothra-pie. Cette dernire a t normale durantles trois premiers cycles de chimiothra-pie. Lchographie faite aprs le quatri-Fig. 1 : TDM abdominopelvienne montrant une volumineuse masse abdominopelvienne solidokystique htrodense sige de calcifications.a gliomatose pritonale est dfiniepar limplantation de tissu glial ma-ture sur des surfaces du pritoine oudorganes intrapritonaux en association des tratomes ovariens, matures ou im-matures. Il sagit dune entit rare : moinsde 100 cas recenss dans la littrature. Sonvolution est thoriquement bnigne (1-10). partir de lhistoire clinique dunepatiente de 20 ans opre pour un trato-me immature de lovaire associ unegliomatose pritonale. Cette patiente aprsent, douze mois aprs lintervention,une rcidive pritonale sous forme detissu gliale bnin. Il nous a paru intres-sant de rappeler cette entit particulirereprsente par la gliomatose pritonale.Cas cliniqueUne patiente ge de 20 ans, a t opre ily a douze mois pour un tratome imma-ture de lovaire droit avec gliomatosepritonale rvl quatre mois avant lin-tervention par des douleurs pelviennesparoxystiques et une importante masseabdominopelvienne augmentant rapide-ment de volume.Lchographie abdominopelvienne a ob-jectiv une masse dchostructure mixtesolidokystique prdominance solide hy-perchogne htrogne, mesurant 147/69 mm. La tomodensitomtrie (TDM)abdominopelvienne a montr une volumi-neuse masse abdominopelvienne solidokys-tique htrodense sige de calcifications,discrtement rehausse par le produit deL(1) Service de Gyncologie Obsttrique C , Maternit Lalla Meryem, Hpital Ibn Rochd de Casablanca. (2) Service Central dAnatomie Pathologique, Hpital Ibn Rochd de Casablanca.Correspondance : H Boufettal, 53, rue Allal Ben Abdel-lah, 20000, Centre-ville, Casablanca, Maroc. E-mail : mohcineb@yahoo.fr J Radiol 2010;91580Gliomatose pritonale : propos dun cas et revue de la littratureH Boufettal et al.Fig. 2 : Tomodensitomtrie abdominopelvienne de contrle mon-trant une rduction de cette masse 14 mm.Fig. 3 : Implant pritonal de tissu glial mture au faible grossisse-ment 4 (noter la prsence de tissu glial mature et le rev-tement pritonal qui est normal).me cycle (8 mois aprs lintervention) amontr une masse solidokystique latro-utrine droite mesurant 23 mm. Aprs lesixime cycle de chimiothrapie, lcho-graphie et la tomodensitomtrie abdomi-nopelvienne de contrle ont montr unerduction de cette masse 14 mm (fig. 2).Les marqueurs tumoraux (FP etCA125) sont ngatifs. Une nouvelle inter-vention est dcide.La laparotomie a montr un ovaire gau-che de taille normale, un nodule de15 mm blanchtre du pritoine du cul-de-sac de Douglas. Une exrse chirurgicalede ce nodule a t ralise. Les suites op-ratoires ont t simples avec sortie J2 dupostopratoire. Le suivi de la patiente,toujours en vie, avec un recul de18 moisaprs la premire intervention na pasmontr dautres rcidives du tratomeFig. 4 : Coupe histologique dun nodule de gliomatose pritonale au grossissement 20.immature. Lexamen anatomopathologi-que de ce nodule pritonal a retrouv untissu glial mature (fig. 3,4 et5). Lvolu-tion clinique a t favorable.DiscussionLe terme de gliomatose pritonalecorrespond aux implants de tissu glial p-ritonaux retrouvs lors dun tratomeovarien. Cest une affection rare diagnos-tique lors de lexrse dun tratomeovarien. Lorigine de la gliomatose estcontroverse. Selon la thorie classique, lagliomatose serait secondaire une ruptu-re de la capsule tratomateuse. Les fac-teurs trophiques scrts par les macro-phages prsents dans la cavit pritonalefavoriseraient limplantation et la diff-renciation de ces cellules en cellulesgliales (1-5). Pour dautres auteurs, ladcouverte dadnopathies msentri-ques, latroaortiques ou rtro-pritona-les massivement envahies par du tissuglial mature, prouverait que la dissmi-nation cellulaire gliale seffectue par voielymphatique (4, 10). Plus rcemment,Ferguson (8) a montr que les cellulesgliales pourraient driver de cellules sou-ches normales pluripotentes, telles les cel-lules souches ovariennes, qui trouveraientdans le pritoine les facteurs ncessaires leur diffrenciation.La gliomatose pritonale touche prf-rentiellement la femme jeune au cours dela deuxime dcade (2-5). Les signes fonc-tionnels sont ceux des tratomes ovariens.Il nexiste pas de signes cliniques ou para-Fig. 5 : Cellules gliales mtures rgulires dans du tissu pritonal normal (grossissement 40). J Radiol 2010;91H Boufettal et al.Gliomatose pritonale : propos dun cas et revue de lalittrature581cliniques spcifiques la gliomatose pri-tonale (4, 6), en dehors de la symptoma-tologie lie la masse pritonale.Le dosage des marqueurs tumoraux sri-ques est habituel en cas de dcouvertedune tumeur ovarienne. Une lvationnon spcifique du CA 125 peut tre re-trouve (2, 4, 11). Lalphafoetoprotinepeut tre augmente dans 18 45 % descas (2, 11), dans notre cas, lalphafoetopro-tine na pas t demande avant la pre-mire intervention. Durant la surveillan-ce ce marqueur a t toujours ngatif. Untaux srique suprieur 400ng est consi-dr comme un facteur de risque dvolu-tion pjorative (2).Les implants pritonaux se prsententmacroscopiquement sous forme de petitsnodules blanchtres. Ils peuvent tre dedcouverte histologique sur des prlve-ments pritonaux pelviens, abdomi-naux, sur le grand piploon ou dans desganglions lymphatiques pelviens.Microscopiquement il sagit dun drivneuro-ectodermique mature sous formede tissu glial (fig. 3,4 et 5) (1, 2, 11).Le traitement dpend dune part du gra-de de la tumeur primaire (tratome) etdautre part du degr de diffrenciationde la gliomatose pritonale (9, 11). Lesgliomatoses matures peuvent tre traitespar simple rsection et nimposent pas, elles seules, de geste complmentaire. loppos, les gliomatoses immatures, m-me si elles sassocient un tratome de basgrade, sont haut pouvoir mtastatique etimposent une chimiothrapie adjuvante(3, 4, 11).La gliomatose pritonale volue selonplusieurs modes. En effet, les implantspeuvent rester asymptomatiques et sta-bles, insensibles la chimiothrapie ousubir une rgression fibreuse. La dgn-rescence gliale ou tratomateuse est ex-ceptionnelle (3), et elle na jamais t d-crite dans les suites dune gliomatosepritonale de grade 0. Dadmanesh et al.(7) rapportent deux cas de transformationmaligne en glioblastome, malgr la chi-miothrapie adjuvante. Shefren et al. (12)rapporte un cas chez une jeune fille de16 ans dcde 5,5 ans aprs la chirurgieinitiale. Onze cas de transformation mali-gne dvolution dfavorable publis cejour (4, 9, 11). Le pronostic dpend du ty-pe du tratome ovarien (mature ou im-mature), de son grade, du degr de diff-renciation de la gliomatose pritonale etde lvolution des implants gliomateux (1,2, 4, 10). Un cas de gliomatose pritonalea t dcrit dans le cadre du syndrome deDemons Meigs (9).ConclusionLa gliomatose pritonale pose toutdabord un problme de diagnostic, no-tamment avec une carcinose pritonale.La prsence dimplants impose alors leurexrse ou des prlvements multiplesqui feront poser le diagnostic. La glioma-tose ne modifie pjorativement le pronos-tic des tratomes quen cas de transforma-tion maligne qui reste exceptionnelle.Malgr cela, et vu que le nombre de casayant bnfici dun long suivi est faible,une surveillance rgulire long termeest fortement recommande en raison derisque de transformation maligne mmeaprs une intervention chirurgicale initia-le et une chimiothrapie.Rfrences1. Noun M, Ennachit M, Boufettal H, El-mouatacim K, Samouh N. Tratome im-mature de lovaire avec gliomatose pri-tonale. propos dun cas et revue de lalittrature. J Gynecol Obstet Biol Reprod2007;36:595-601.2. Ferry P, de Tayrac R. Gliomatose prito-nale. propos dun cas et revue de la lit-trature. J Gynecol Obstet Biol Reprod2003;32:663-7.3. Umekawa T, Tabata T, Tanida K,Yoshimura K, Sagawa N. Growing tera-toma syndrome as an unusual cause ofgliomatosis peritonea: A case report. Gy-necol Oncol 2005;99:761-3.4. Das CJ, Sharma R, Thulkar S, Mukho-padhyay S, Deka D, Mannan R. Matureovarian teratoma with gliomatosis perito-nea-a case report. Indian J Cancer 2005;42:165-7.5. Mller AM, Sndgen D, Stunz R, MllerKM. Gliomatosis peritonea: a report oftwo cases and review of the literature.Eur J Obstet Gynecol Reprod Biol 2002;100:213-22.6. Trabelsi A, Conan-Charlet V, LhommeC, Morice P, Duvillard P, Sabourin JC.Glioblastome pritonal: rcidive dun t-ratome immature de lovaire ( proposdun cas). Ann Pathol 2002;22:130-3.7. Dadmanesh F, Miller DM, SwenertonKD, Clement PB. Gliomatosis peritoneiwith malignant transformation. Mod Pa-thol 1997;10:597-601.8. Ferguson AW, Katabuchi H, RonnettBM, Cho KR. Glial implants in gliomato-sis peritonei a rise from normal tissue notfrom the associated teratoma. Am J Pa-thol 2001;159:51-5.9. Khan J, Mc Clennan BL, Qureshi S, Mar-tell M, Iyer A, Bokhari SJ. Meigs syndro-me and gliomatosis peritonei: a case re-port and review of literature. GynecolOncol 2005;98:313-7.10. Marsaudon X., Fermeaux V., MathonnetM. Une pseudo-carcinose pritonale dela jeune femme : la gliomatose pritona-le. Gastroentrol Clin Biol 2005;29:740-2.11. England RA, de Souza NM, Kaye SB.Gliomatosis peritonei: MRI appearancesand its potential role in follow up. Br JRadiol 2007;80:101-4.12. Shefren G, Collin J, Soriero O. Gliomato-sis peritonei with malignant transforma-tion: a case report and review of literatu-re. Am J Obstet Gynecol 1991;164:1617-20.Gliomatose pritonale : propos dun cas et revue de la littratureCas cliniqueDiscussionConclusionRfrences

Recommended

View more >