folk culture - issue 09

Download Folk Culture - Issue 09

Post on 22-Mar-2016

548 views

Category:

Documents

4 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

The Folk Culture Message from Bahrain to the World

TRANSCRIPT

  • / 0102

    gro.hberutlucklof.www

    Clu

    uter

    P po

    luia

    erF

    lo k

    Clu

    uter

    0201

    lanruoj dezilaiceps ylretrauq A 0102 gnirps 90 oN eussI / 3emuloV

    erutlu kloerialupoP erutluC

  • : 88 000 471 379 + : 49 000 471 379 +

    : 79 466 663 379 + : 08 660 471 379 +

    : 64 424 463 379+

    : 08 664 993 379 +

    gro.hberutlucklof@rotide :liam-E. 0505 -

    : 187 RCFM : 9928-5891 NSSI

    (VOI)

  • . . - -

    . . .

    . - -

    . ! ( )

    ..

    . .

  • / 0102

    gro.hberutlucklof.www

    W

    UW

    M

    Clu

    uter

    P po

    luia

    erF

    lo k

    Clu

    uter

    Ol

    lanruoj dezilaiceps ylretrauq A 0102 gnirps 90 oN eussI / 3emuloV

    erutlu kloerialupoP erutluC

    1 01 1 3 1 572 01 01 002 5 0003 . 2 0003 2 5 03 001 .. 4 4 6 6

    :

    /

    /

    ( )

    7002

  • ( )

    :

    . ( )

    . ( ) 0004 0006 4A

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    .

    /

    / /

  • . .

    2 - 2

    :

    9 - 9

    01 - 51

    :

    61 - 32

    42 - 93

    04 - 16

    26 - 76

    86- 58

    68 - 19

    29 - 311

    411- 121

    221- 721

    821- 331

    431- 541

    641- 591

    691- 702

    802- 412 512- 512

    612- 612

  • 91 - 8691 - 8691 - 86

    133 - 128133 - 128133 - 128

    195 - 146195 - 146195 - 146

    Revue de lAssociation Franaise de Gemmologie N 169 - Septembre 200912

    Ce nest qu la fin de larticle de G. Vane, dans lappendice rdigpar H. W. Gillman en 1858 et repris par Vane, que la solution delnigme apparat. Gillman indique bien que lunit de valeur desperles de qualit est le chevvu (pp. 33, 37). Informations quil arecueillies lors de conversations avec des marchands locaux.Lvaluation des perles seffectue tout dabord selon 4 oprationssimples, selon lauteur. Dabord, le calibrage volumtrique, quiseffectue au moyen de 10 tamis, chacun slectionnant une classede perle dfinie par un nom en langue tamoule. Puis, le classe-ment qualitatif visuel, qui slectionne les formes et le lustre desperles dans chacune des 10 tailles ; suivi de la pese la balanceet sa correspondance en grain (exemple : 20 manchadi = 1 kalan-chu = 67 grains ; ou 1 manchadi = 3 1/3 grains). Et enfin,ltablissement de la valeur fiduciaire de chaque perle tablie enfonction de sa classe, de son poids, et selon le cours du march envigueur par chevvu (Figure 2).Daprs lauteur, seules les 5 premires classes sont estimes enchevvu. Exemple pour une perle de 1re classe, nomme ani,pesant 4 manchadi et qui valait lpoque de Gillman 11 starpagodas par chevvu (le poids de ce dernier tant les du carrdu poids de la perle, en manchadi) : 4 x 4 = 16 ; dont les = 12manchadi x 11 star pagodas = 132 star pagodas ou 462Roupies. Le manchadi tant une petite baie qui, maturit, est tou-jours de poids quivalent.Dautres mthodes de calcul existaient, mais il serait ici trop longde toutes les numrer.Alors que ma recherche sur le mot chevvu pensait arriver sonterme, un nouvel lment est apparu. Jai constat que tous lesnoms dfinissant les qualits des perles taient transcrits en langueanglaise et en caractres locaux lexception du mot chevvulaiss en caractres latins. Je fis alors appel JosephMoudiappanadin, linguiste3, qui, aprs maintes recherches, dcou-vrit dans un dictionnaire tamoul-tamoul de 1925(Bovanandampillai, 1925) que le mot chevvu tait bien un mottamoul, et quil signifiait unit de mesure de poids des perles.Ce mot, qui ne figure plus dans les dictionnaires modernes, sem-ble tre dj en voie de disparition ds 1858 lorsque Gillman ardig son article puisquil ne lavait pas transcrit en caractres

    tamouls. Il est probable quau cours du temps ce terme a disparusous linfluence britannique.Aux dires de madame Pl, joaillire bien connue dans le Golfepour son savoir-faire comme peleuse de perles, jadis et encorede nos jours, Arabes et Indiens font lestimation des perles natu-relles en chau. Au Qatar, un des principaux bijoutiers et collection-neur de perles, Hussain Alfardan a transcrit le mode de calcul duchau en carat (calcul sur la base du poids indien nomm rati)et la fait diter lidentique du kitab al-lal, livre de cotation desperles. Son quation est la suivante (Alfardan, s.d.) : [carats xcarats x 88/135 = chau pour une perle] cest--dire [carats xcarats x 0,6518 = chau pour une perle].Ainsi, grce lorigine tymologique dun mot, une part delhistoire du ngoce des perles nous est ici rvle. Et, traverselle, nous rencontrons lhistoire de populations et de leurs activi-ts, auxquelles est associ le commerce maritime dans lOcanIndien.Rfrences : Alfardan, H.I., (s.d.). Livre de cotation des perles (arabe anglais). Sansditeur.Bovanandampillai, S., (1925) Dictionnaire tamoul-tamoul, Madras.Lorimer, J.G., (1970). Gazetteer of the Persian Gulf, Omn and CentralArabia, England, Gregg International publishers, 4 vol (t.I, II), pp. 2220-2293 (1re d. 1908 1915).Meyer, E., (2009). Sri-Lanka : un pays la drive. CERI/BoulevardExtrieur.Montigny-Kozlowska, A., (1985). Evolution dun groupe bdouin dans unpays producteur de ptrole : Les Al Nam du Qatar, pp. 245-285. Thse de3me cycle (multigr), Universit Paris V-R. Descartes.Montigny, A., (2007). Pche et commerce des perles dans le GolfePersique, in, Perles, une histoire naturelle, Editions du Musum, pp. 45-47.Vane, G., (1887). The Pearl Fisheries of Ceylon, Journal of the CeylonBranch of the Royal Asiatic Society, vol. X n34, pp. 14-40.Archives militaires britanniques : I.O.R. MF 1/1200 2 (microfilm).

    Figure 2 : Evaluation des perles par des anciens marchands de Bahren.Photo : Ministre de la Culture et de lInformation de Bahren.

    ACTUALITS GEMMOLOGIQUES

    3 Matre de Confrences en linguistique tamoule lINALCO (Institut National des LanguesOrientales). Cest grce lui quune partie de lnigme a pu tre rsolue. Je len remercieinfiniment.

    Hommage

    En aot dernier, le clbre gemmologue Campbell Bridges at assassin chez lui au Kenya, ce pays quil aimait tant, oil tait install depuis les annes 60 et auquel il avait beau-coup donn.Cest lun des grands noms de la gemmologie et de la gologie enAfrique qui disparat, le Pre, entre autres, de la tsavorite.Il tait passionnment attach ce continent africain. Il avait faitses tudes universitaires en Afrique du Sud o il comptait de nom-breux amis. Nous avions lAFG une relation toute particulireavec lui, puisquen 2006, il nous avait donn son accord pour par-ticiper aux VIIme Rendez-Vous Gemmologiques de Paris dont lethme central tait Gemmes dAfrique Orientale. Lorsque sonpouse fut atteinte dune grave maladie et due tre opre enAfrique du Sud, il fut contraint dannuler sa venue. Il nous crivitalors quil sengageait venir ds que ltat de sant de son pousesamliorerait. Ce fut heureusement le cas rapidement, nous pmes

    laccueillir en mars 2007 pour les VIIIme Rendez-VousGemmologiques de Paris o son intervention brillante et pdago-gique fut fort apprcie. On le disait dun naturel bourru et de caractre parfois difficile.Ctait un homme courtois, de grandes comptences, avec uneautorit naturelle charismatique et pleine de force tel le SeanConnery d Au Nom de la Rose. Nous adressons son pouse etses deux enfants, prsents avec lui Paris en 2007, nos sentimentsdamitis sincres et nos condolances les plus profondes.

    214 - 208214 - 208214 - 208

  • .

    ..

    . ( )

    . 8002

    . .

    .

    .

    / 0102

    gro.hberutlucklof.www

    W

    UW

    M

    Clu

    uter

    P po

    luia

    erF

    lo k

    Clu

    uter

    Ol

    lanruoj dezilaiceps ylretrauq A 0102 gnirps 90 oN eussI / 3emuloV

Recommended

View more >