et migrants originaires de chine et d’asie du sud-est - migrants... · migrants originaires de...

Download et migrants originaires de Chine et d’Asie du Sud-Est - Migrants... · Migrants originaires de Chine…

Post on 15-Sep-2018

212 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • 1

    Actes de la 13me Journe Migrant de lhpital Avicenne du 03 juin 2015

    Hpital Avicenne, salle de lHospitalit 125 rue de Stalingrad 93000 Bobigny

    galement disponible avec le cas chant un texte de lauteur et/ou le

    diaporama sur www.imea.fr (espace public/activits de lIMEA/Sant des Migrants)

    Ces actes ont t retranscrits dun enregistrement phonique fait pendant la

    Journe. Les textes nont pas t relus par les intervenants. Mme si tout a t fait pour limiter ce risque, des erreurs de retranscription sont possibles.

    Les lecteurs et les intervenants voudront bien nous en excuser.

    Migrants originaires de Chine et dAsie du Sud-Est : mieux les comprendre et les soigner

    Ouverture

    Un problme difficile

    Pr Olivier Bouchaud

    Cest notre treizime journe. Jusqu prsent, nous tions surtout braqus plutt pour un tas de raisons que vous imaginez facilement vers le continent africain mais nous avons aussi des besoins avec nos patients originaires dAsie, notamment dExtrme-Orient (je ne sais pas si ce terme est encore utilis) qui est assez diffrent du sous-continent indien dont sont aussi issus de nombreux patients, qui feront peut-tre lobjet dune prochaine journe. Nous avons dcid de nous attaquer ce problme difficile sur lequel la plupart des membres du groupe qui prpare cette journe avaient trs peu de connaissances. Nous sommes donc entours dun certain nombre de personnes parfaitement comptentes dans le domaine et qui vont nous clairer. Ces journes essayent dallier interventions dexperts et de gens de terrain, avec une autre petite marotte : notre grand tmoin. Cette anne, nous aurons deux grands tmoins : ce matin, M. Richard Beraha, qui a un parcours assez particulier. Il est actuellement directeur dune socit de conseil, enseignant Sciences Po, auteur dun livre sur la Chine, et travaille beaucoup, notamment en anthropologie conomique au Brsil et surtout, en Chine, en particulier chez les Wenzhou. En tant que grand tmoin, cest le seul de la salle pouvoir sexprimer quand il le veut, ventuellement pouvoir couper la parole de lintervenant pour une explication, et faire les commentaires quil souhaite, dans les limites du temps disponible.

    Du positif pour tout le monde

    http://www.imea.fr/

  • 2

    Paul Tandonnet Bonjour tous, je vous souhaite la bienvenue. Je reprsente ici Frdric Espenel, qui est le directeur du groupe hospitalier Paris-Seine-Saint-Denis. tant personnellement directeur Qualit et Accueil du patient , je suis donc moi-mme intress par la problmatique. Je vois quil y a beaucoup de monde et jen suis vraiment trs heureux. Je voudrais remercier tous ceux qui ont organis cette journe et les intervenants qui sont de grande qualit. Et je voudrais simplement vous remercier tous dtre l pour deux choses : premirement, parce que cest trs important de comprendre les patients dans leur globalit et leurs diffrences par rapport ce que lon est Avicenne, on estime que 50% des patients sont dorigine trangre. Cest trs important, parce que comprendre le patient, cest aussi un lment de technicit et de comptence pour bien le soigner. La deuxime chose, cest que faire du lien, travailler ensemble, est aussi un lment de qualit trs trs important. Tous les jours, nous avons des difficults avec les interfaces, entre les services, les diffrentes professions, les diffrents types de culture professionnelle et se rencontrer, tre ensemble, couter les mmes choses et discuter, dialoguer, on sait trs bien que derrire, cest ensuite de la qualit pour les patients, pour les parcours des patients, les parcours de vie, les parcours de soins, en ville et lhpital. Du positif pour tout le monde, pour les patients, et pour le directeur Qualit que je suis.

  • 3

    Bouddhisme, confucianisme, taosme : les 3 piliers fondateurs

    Christine Kontler, enseignant chercheur, Institut Catholique de Paris et centre de recherche sur l'Extrme-Orient de Paris-Sorbonne

    (voir galement un texte fourni par lintervenante) Jenseigne lInstitut catholique de Paris depuis 25-30 ans et jinterviens la facult de Thologie qui a plusieurs instituts dont le ntre, qui est plutt consacr au dialogue interreligieux. Je suis charge des cours sur les traditions chinoises et jappartiens aussi au centre de recherches sur lExtrme-Orient de Paris-Sorbonne. Je vais donc parler des trois piliers fondateurs de la Chine : le confucianisme, le taosme, et le bouddhisme. Mais je voudrais quon oublie cette image de pilier pour la remplacer par une autre qui est plus chinoise dans un sens : les Chinois considrent que confucianisme, taosme et bouddhisme sont les trois pieds dun vase tripode qui contient lesprit de la Nation, lesprit de la civilisation. Et cette image de grand chaudron de bronze tripode est extrmement intressante dans la mesure o elle permet de bien comprendre que pour les Chinois, confucianisme, taosme et bouddhisme sont en fait trois fondamentaux mais aussi, les trois enseignements, les trois sont un. Et en disant cela, ils ne mettent pas un point dgalit entre les trois qui sont, linverse, trs trs diffrencis. Parce que chacun a un domaine defficacit et defficience bien dfini. Le confucianisme soccupe de la vie familiale, sociale et politique. Le taosme est plutt attir par la vie individuelle et communautaire mais aussi physiologique et spirituelle. Quant au bouddhisme, il sintresse plutt la renaissance, la trans-migration (dont on parlera tout lheure), cest--dire la vie aprs la mort. Chacun a donc un champ daction bien particulier, bien distinct, mais tous peuvent videmment se recouper, a fait deux mille ans quils empitent lun sur lautre. Efficacit et efficience Je voudrais insister en introduction sur cette efficacit et cette efficience parce que je crois quon pourrait terminer la prsentation sur les trois grands courants de la pense, de la sagesse et des religions de la Chine par une phrase : pour les Chinois, la vrit, cest ce qui marche, ce qui fonctionne, ce qui est efficace. Et pour nous, venant dune autre civilisation, dune autre culture avec dautres tenants et aboutissants religieux (surtout dans le cadre du monothisme), cette ide de la vrit efficace dfie beaucoup nos catgories de pense et nous transporte un petit peu loin, aussi loin peut-tre que le monde chinois. Pour paraphraser un grand lettr dun moment-cl dans lhistoire de la civilisation chinoise, cette qute de lefficacit est la fois trs terre terre et en mme temps, trs thre. Et selon lui, cette qute de lefficience ne scarte pas des activits ordinaires ou quotidiennes mais en mme temps, se dirige droit vers ce qui laisse pressentir dans le ciel . On a donc cet cart et ces accents ports sur des aspects qui sont pour nous un petit peu moins complexes comprendre qu raliser. Ce qui dcoule de cela, et jen reviens toujours mon image de ces chaudrons de bronze tripodes qui servaient faire cuire ou prsenter la nourriture que lon destinait aux anctres, aux grandes divinits ou aux puissances du monde comme le ciel et la terre, cest que ce qui compte dans ce vase, plus que les trois pieds, cest ce quil y a lintrieur. Ce qui va nous nourrir, aussi bien sur le plan matriel que sur le plan spirituel. Et il y a une autre ide induite par cela, cest quau fond, le rel et la nature de lexistence ne se trouvent pas dans un ailleurs qui serait thorique, mystique, divin, de lAu-del, mais dans linscription en soi de lnergie vitale, lnergie vitale lintrieur de lhomme et ce qui est inscrit en lui par toutes les nergies du monde. Ce qui permet, une fois pos, dentrer dans chacune de ces trois grandes traditions. Lcriture Plutt que de longs discours, jai prfr des schmas et surtout, ce qui est la grande singularit du monde chinois, la fois trs originale et grand facteur dunification de la civilisation chinoise daujourdhui hier et avant-hier : lcriture. Une criture tout fait particulire utilisant des idogrammes. Je prendrais lexemple dun caractre extrmement simple : le chiffre 1, qui scrit avec un trait horizontal. Parce que les mots, les signes, les sinogrammes, ont un sens qui traduit aussi bien la pense que la sensibilit. Les mots ont un son quil convient de transcrire phontiquement, do parfois la difficult lire ces diffrentes transcriptions phontiques. Mais le mot propose souvent une image de la chose, figure la chose ou dcrit un objet, avec une autre dimension rsidant dans le fait mme dcrire : la graphie impose souvent une

  • 4

    srie de gestes prcis et dtermins, ce qui induit un autre type de logique. Vous avez donc des mots qui sont des sens, des sons, des images, des ides, et en mme temps, un ensemble de gestes. 1 scrit donc avec un trait horizontal de la gauche vers la droite. Le 1, le premier, lunique, lunit, dans tous les sens du terme, ce qui est cardinal, la premire chose, cest simplement cette ligne. Mais ce 1 nest pas uniquement 1 : quand vous lcrivez, il y a un dbut, un allongement et une fin. En traant ce trait, bien sr on unifie des sortes de points qui font la ligne mais ce faisant, vous sparez aussi le haut et le bas, le ciel et la terre. Il y a donc cette logique graphique, gestuelle, tout fait essentielle dans la mesure o ces caractres dcriture qui sont en usage depuis 1 300 ans avant JC sont les mmes aujourdhui. Il y a cette continuit tout fait extraordinaire dans le monde chinois dans le fait quil continue utiliser ces idogrammes. Et vous verrez que pour parler de ces thmes et notions, rien ne vaut lexamen visuel du caractre dcriture. Le confucianisme Je commence avec le confucianisme. Ce mot nexiste pas en chinois o on prfre parler de tradition des lettrs. Le mot a t forg par les premiers sinologues, les pres de la Compagnie de Jsus qui taient en Chine au XVII

    e sicle et qui ont transcrit phontiquement Kongzi en Confucius, dont nous avons tir

    confucianisme. Cest un personnage qui vivait dans