atelier urologie

Download Atelier Urologie

Post on 29-Jun-2015

3.716 views

Category:

Health & Medicine

4 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

Présentation de l'atelier urologie lors de la journée nationale de la chirurgie ambulatoire le 13 janvier 2010 à Issy les Moulineaux

TRANSCRIPT

  • 1. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie AmbulatoirePourquoi faire delambulatoireAmliorer sa qualit Prfrer lorganisation lattente Se centrer sur le patient plutt que sur son fonctionnement voluer avec son temps Se dvelopper ou juste survivre Urologie, lillustration www.chirambu.org - 1

2. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoireAmliorer sa qualit Ambulatoire fait progresser Diminuer les risques Amliorer la qualit ressentie Amliorer son imagewww.chirambu.org - 2 3. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoire Prfrer lorganisation lattente Anticipation = gain de temps Prparer le jour intervention Prparer retour domicile Un exemple : le sphincter artificiel www.chirambu.org - 3 4. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoireSe centrer sur le patient plutt que surson fonctionnement liminer le temps inutile avant etaprs www.chirambu.org - 4 5. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoirevoluer avec son temps Anesthsie a volu:produits, fast tracking,sortie rapide,analgsie, critres jene Urologie a volu:matriel, endourologie, coelio,laser Demande des patients www.chirambu.org - 5 6. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoire Se dvelopper ou juste survivre Sanction financire Dficit temps mdical, conomie detemps www.chirambu.org - 6 7. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoirewww.chirambu.org - 7 8. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoireUrologie, lillustration Ce quon fait dj Ce que certaines quipes font Examinons nos pratiques, nos ides.www.chirambu.org - 8 9. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie AmbulatoirePourquoi faire de lambulatoire Urologie. Ce quon fait dj Enfants : phimosis, hydrocles, hernies Chirurgie OGE dissection et glace LEC Urtrotomie, Sondes JJ Injections intra-dtrusorienneswww.chirambu.org - 9 10. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie AmbulatoirePourquoi faire de lambulatoireUrologie. Ce que certaines quipes font : Urtroscopie rigide, souple, laser, acusize TVT, TOT hydratation xylogel silicone bladder-scan Coelioscopie, curage ggliaire, testicule RTU vessie, vaporisation prostatique, incision Prolapsus voie basse Stents www.chirambu.org - 10 11. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie Ambulatoire Pourquoi faire de lambulatoire Urologie. Examinons nos pratiques, nosides. Stent prostatique Sphincter artificiel Rsection transurtrale de prostate Pourquoi hospitaliser ? www.chirambu.org - 11 12. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie AmbulatoirePourquoi faire de lambulatoireLa rvolution en coursLa dissociation,fonction soins,fonction hbergement.Lhospitalisation nest pas une solution.. www.chirambu.org - 12 13. 13 janvier 2010 - Journe Nationale de Chirurgie AmbulatoirePourquoi faire de lambulatoireLa rvolution en coursLa dissociation,fonction soins,fonction hbergement.Lhospitalisation nest pas une solution.. www.chirambu.org - 13 14. Bandelettes sous urtrales et chirurgie ambulatoire Ph.DebodinanceCH.Dunkerque 13/01/2010 15. Bandelettes sous urtraleset chirurgieambulatoirePOUR Ph.DebodinanceCH.Dunkerque 16. Intrt de la Chirurgie ambulatoirepour le chirurgien 1.! Lexcellence: gage dune prise en charge de qualit avec scurit parfaite ( risque infections nosocomiales)2. Evolution dans la pratique et progrs dans la spcialit: activit valorisante3. Confort du travail: qualit de programmation, dorganisation du sjour et respect des horaires 17. Intrt de la Chirurgie ambulatoire pour le patient 1.! Choix du jour de lintervention2.! Dure de sjour rduite: cot moindre3.! Diminution du risque de maladie nosocomiale Amlioration du confort des patientset de leur entourage 18. Diffrence des systmesChir AmbulatoireHospi traditionnelle! Centre sur le ! Centre sur leproducteur de soinspatient ! Prise en charge par ! Prise en charge servicetransversale ! Patient en attente des(optimisation duvnements gnrs parconfort patient)les services (examens,blocs) 19. Pourquoi faut-il slectionner les patients ?! RGLEMENTATIONL'article D 6124-301 du code de Sant Publique dfinit l'alternative lhospitalisation au bnfice de patients dont l'tat de sant correspond ces modes de prises en charge et implique de fait une r- flexion centre sur le patient BONNES PRATIQUESLes recommandations concernant l'anesthsie et la chirurgie du patient en ambulatoire ont t labores en septembre 1990 par la SFAR et compltes en 1996 par lAFCA. Toutes les recommandations s'accordent sur le fait qu'il faut slectionner les patients aprs analyse du bnfice risque en considrant le triptyque patient/ acte/structure. Ainsi, le Policy Brief2, rdig par lInternational Association for Ambulatory Surgery confirme que la chirurgie ambulatoire a le potentiel damliorer la qualit des soins sans ajouter de risque supplmentaire pour le patient. " 20. Pourquoi faut-il slectionner les patients ?! EN DBAT Evolution des recommandations des socits savantes pour la slection des patientsLes recommandations portent sur les actes, les patients, lanesthsie et les structures :!Les actes sont programms, de courte dure (1h30), faible risque (notamment hmorragique et respiratoire), et aux suites opratoires simples (notamment la matrise de la douleur et du handicap), les patients rpondent six critres sociaux (comprhension suffisante, bonne observance des prescriptions mdicales, conditions dhygine et de logement quivalentes celles dunehospitalisation, disponibilit dun accompagnant pour raccompagner le patient et rester la nuit suivante auprs de lui, !conditions dloignement de moins dune heure dune structure de soins adapte lacte, accs rapide un tlphone) et deux critres mdicaux (ge de plus de 6 mois, comorbidits du patient / patients de stade ASA 1, 2 et 3 stabilis), !les actes danesthsie englobent le suivi depuis la consultation pr- anesthsique jusqu la prparation la sortie, !la structure organise la prise en charge de lanesthsie. Il est probable que lligibilit dun patient lambulatoire reposera plus lavenir sur une approche base sur la prvisibilit et lanalyse du bnfice/risque que sur une stricte liste dindications ou de critres. Une volution des recommandations de bonne pratique concernant lanesthsie et la chirurgie du patient en ambulatoire est actuellement en travail la SFAR. ! 21. Le patient peut-il intervenir dans le choix desa prise en charge ?! RGLEMENTATION- l'esprit qui a concouru la rdaction des dcrets des structures de soins alternatives l'hospitalisation de 1992 oblige le praticien s'enqurir de l'environnement social dupatient. Sa dcision se fait "au bnfice de patients dont l'tat de sant correspond ces modes de prises en charge" (article D 6124- 301) ; - la loi du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et la qualit du systme de santprcise en particulier le droit de recevoir les soins les plus appropris ainsi que ledroit et une procdure d'indemnisation des victimes d'infections nosocomiales ; - larticle L 162-1-17 du code de la Scurit Sociale introduit la possibilit d'uneprocdure de mise sous accord pralable pour certains actes chirurgicaux ralissavec hospitalisation d'au moins une nuit alors qu'ils pourraient thoriquement treraliss en chirurgie ambulatoire ; -! larticle L 1111-4 du code de la sant Publique prvoit qu aucun acte mdical () nepeut tre pratiqu sans le consentement libre et clair de la personne .BONNES PRATIQUES La bonne pratique de la chirurgie ambulatoire implique deux volutions : - la modification des rapports du colloque singulier entre le patient et loprateur avec untransfert au patient dun certain nombre de responsabilits de loprateur et unetransformation du patient captif et passif en patient actif et responsable danssa prise en charge ; - la mutation dune organisation o le patient devient le pivot du systme. 22. Le patient peut-il intervenir dans le choix de sa prise en charge ?! EN DBAT Evolution du rle du patientCe nest pas lacte qui est ambulatoire, mais bien le patient qui le devient.Le nouveau rle du patient remet en cause lorganisation qui bascule en un double mouvement : !de la seule fonction productive de soins vers une fonction largie aux services. Cette volution du rle du patient met mal lorganisation historique de la structure et la notion de lits ddis au seul service ou au seul oprateur, !dune prise en charge longitudinale monodisciplinaire centre sur le service et le producteur des soins vers une organisation transversale pluridisciplinaire centre sur le patient.La norme de prise en charge devient donc lambulatoire. 23. Quels sont les modes d'anesthsie que l'on peut faire en chirurgie ambulatoire ?! RGLEMENTATIONLe Code de sant publique (article D 6124-301) parle de "l'anesthsie ou la chirurgie ambulatoire" Il prcise aussi : "les prestations dlivres quivalent par leur nature, leur complexit et la surveillance mdicale qu'elles requirent, des prestations habituellement effectues dans le cadre d'une hospitalisation temps complet". Ceci permet de fait tous les modes danesthsie. L'article D 6124-91 confirme que les structures de soins alternatives l'hospitalisation doivent apporter les mmes garanties pour les anesthsies gnrales ou locorgionales que si elles taient pratiques en hospitalisation traditionnelle.BONNES PRATIQUESLes recommandations de la SFAR de 1990 concernant l'anesthsie du patient ambulatoireprcisent que "toute anesthsie gnrale, locorgionale ou sdation susceptible demodifier les fonctions vitales doit tre effectue et surveille par ou en prsenced'un mdecin anesthsiste ranimateur qualifi".Ces recommandations ne couvrent pas les anesthsies purement locales et ont tlabores destination des seuls anesthsistes ranimateurs.La Confrence de consensus de mars 19