article ign pages 67, 68, 69, n°81

Download article IGN pages 67, 68, 69, N°81

Post on 10-Mar-2016

214 views

Category:

Documents

2 download

Embed Size (px)

DESCRIPTION

 

TRANSCRIPT

  • Am

    n

    ag

    em

    en

    t li

    tto

    ra

    lM

    er

    &

    L

    it

    to

    ra

    l n

    08

    1

    67On peut citer par exemple:

    la gestion des plages et des activits nautiques,

    le dveloppement de laquaculture,

    la protection contre lrosion du littoral,

    la conception dquipements portuaires,

    la protection environnementale des espaces

    sensibles,

    Pourquoi est-il aujourdhui impratif pour

    une commune de parfaitement connatre son

    littoral et de disposer dun inventaire globali-

    sant les caractristiques liant la terre et la mer ?

    Gilles Martinoty : La vocation du programme national

    Litto3D est de constituer le rfrentiel topographique

    et bathymtrique du littoral, liant de faon continue et

    cohrente les parties immerges proche de celui-ci et les

    terres merges. Lobjectif principal est la production

    de donnes numriques dcrivant avec une prcision

    et une rsolution ingales (prcision dcimtrique,

    rsolution mtrique) les reliefs. Le principal rsultat

    attendu est lamlioration consquente de la connais-

    sance des milieux terrestres et marins. En consquence,

    les donnes Litto3D constituent le socle de donnes

    ncessaire la mise en uvre de nombreuses applica-

    tions et politiques publiques, relevant notamment des

    communes.

    IGN ou comment mieux connatre son littoral

    Les lus des communes littorales sont unanimement daccord : lenvironnement doit

    tre prserv et donc, gr avec la meilleure connaissance possible du terrain et

    des lments le faisant voluer. Nous savions que Litto3D existait et pouvait les aider

    dans ce sens. Maintenant, nous avons vu les avances du concept, ce quil apporte

    aux responsables de lamnagement et de la gestion du littoral et nous sommes

    rests scotchs ! Au Salon Europen du Littoral de Lorient, nous avons rencontr

    Christelle Molina, responsable de la communication du groupe IGN et Gilles

    Martinoty, charg de mission partenariats pour la direction matrise douvrage

    dlgu du service public. Le mieux est de vous faire participer la discussion que

    nous avons eu avec lui

    Lev-laser de la Reunion / St Denis

    ML81 int.indd 67 30/11/09 21:38:15

  • Am

    n

    ag

    em

    en

    t li

    tto

    ra

    l

    Comment tirer un profit maximum du modle numrique

    Litto3D et sur quelles problmatiques principales ?

    G.M. : La meilleure faon dutiliser Litto3D est de luti-

    liser pour ce quil est, savoir un REFERENTIEL. Il

    est donc souhaitable que ces donnes soient utilises

    et partages par tous les acteurs du littoral. En effet,

    Litto3D permet des gains significatifs en temps et en

    cots en ralisant des rflexions et simulations sur des

    donnes identiques et homognes dun point de vue

    spcifications et prcisions. La mise disposition de

    ces donnes lors dtudes commandites par la sphre

    publique permet dconomiser les cots dacquisition

    de donnes propres chaque tude. Cette dmarche est

    largement facilite par les conditions dutilisation et de

    diffusion des donnes Litto3D : celles-ci sont librement

    diffusables et utilisables dans lensemble de la sphre

    publique (hors utilisations commerciales).

    Les problmatiques principales de Litto3D ont dj

    t abordes en ce qui concerne les collectivits locales

    ci-dessus. Plus gnralement, en considrant lensemble

    des politiques publiques, on peut citer les grands axes

    suivants:

    La prvention des risques (tsunamis, houles cycloni-

    ques, lvation des eaux due au rchauffement clima-

    tique, inondations),

    Les tudes damnagement littoral (routes,

    ports,),

    lamlioration de la connaissance du domaine public

    maritime, le suivi du trait de cte, la cartographie des habitats terrestres et marins, la cration de modles courantologiques et les appli-

    cations lies (nergie des courants marins et de la houle, dispersion des rejets en mer, mouvements sdimentaires, )

    la gestion intgre des zones ctires (GIZC)

    Quelles ont t, globalement et en quelques mots, les

    caractristiques de votre intervention pour la zone

    test du Golfe du Morbihan, puis ensuite, sur le littoral

    mditerranen ?

    Les zones tests du Golfe du Morbihan et de la presqule de Giens (Toulon-Provence-Mditerrane) ont constitu deux exprimentations scientifiques visant

    lamnagement du sentier du littoral, lapplication de la loi littoral dans les documents

    durbanisme, ltablissement des plans de secours face aux phno-

    mnes de submersion etc.Dveloppons ci-dessous quelques uns de ces points: la prvention des risques : les communes sont

    amenes raliser des plans de prvention des risques, en relation avec la Direction de la Scurit Civile. Par exemple, un projet pilote pour la mise en place dun systme dalerte descendant en cas de tsunamis en Mditerrane a lieu sur 2010-2011 (suite au rapport du Snateur Roland Courteau sur lvaluation et la prvention du risque du tsunami sur les ctes franaises en mtropole et outre-mer). Les donnes Litto3D seront utilises afin de raliser des cartes prcises dinondation et des habitations touches. Plus classiquement, les donnes Litto3D sont les donnes idales pour raliser des plans de prvention des risques dinondation (PPRI), et pour protger contre lrosion du littoral.

    Les tudes damnagement littoral : les donnes Litto3D sont une aide prcieuse la dcision pour dfinir des priorits damnagement. A titre dillus-tration, la communaut dagglomration Toulon-Provence-Mditerrane a soulign que les donnes Litto3D taient suffisamment prcises pour reprer prcisment les zones rparer sur la digue du port de Toulon. Plus gnralement, ces donnes permet-tent la simulation de tout projet damnagement portuaire, de routes, etc.

    Me

    r &

    L

    it

    to

    ra

    l n

    08

    1

    68

    A m n a g e m e n t

    l i t t o r a l

    Lev-laser sur la Runion

    ML81 int.indd 68 30/11/09 21:38:16

  • mettre au point les spcifications et les modes de

    production du programme Litto3D.

    Le SHOM et lIGN ont donc ralis les acquisitions des

    donnes maritimes et terrestres respectivement, puis les

    ont post-traites et fusionnes pour aboutir au produit

    Litto3D continu terre-mer. En ce qui concerne lIGN,

    les acquisitions par la technologie laser topographique

    aroport sont ralises avec nos propres moyens (avion

    + laser). On obtient alors des points laser reprsentant

    laltitude dtecte chaque fois. Des post-traitements

    automatiques puis manuels permettent de supprimer

    le sursol (vgtation, btiments, vhicules, etc.) pour

    obtenir in fine le Modle Numrique de Terrain (MNT).

    Concernant le SHOM, lacquisition des donnes a lieu

    par sous-traitance en utilisant un laser bathymtrique

    aroport. Le SHOM contrle et qualifie les donnes

    fournies par le sous-traitant. Dans les

    cas o leau est particulirement turbide

    (trouble), le SHOM peut galement

    mettre en oeuvre des navires quips

    de sondeurs multi-faisceaux (SMF),

    mais le cot est alors nettement plus

    lev, et le rendement est galement

    beaucoup plus faible.

    Aujourdhui et demain, les collectivits locales doivent

    et devront toujours grer la constante progression de

    la pression anthropique. Quelles solutions de gestion

    leur apportera alors Litto3D ?

    Outre les applications dj dtailles ci-dessus, on peut

    effectivement souligner que les donnes Litto3D sont

    indispensables la modlisation en courantologie.

    Cest uniquement avec ce type de prcision que lon

    peu avoir un modle de simulation fiable des mares

    et des courants. Le SHOM lui-mme dveloppe un

    modle de mare. Il est dailleurs intressant de souli-

    gner que cest suite aux naufrages de lErika et du

    Prestige que lEurope a pris conscience de limpor-

    tance du littoral et a recommand le 30 mai 2002 aux

    tats membres de procder un inventaire dtaill

    du littoral. Cette recommandation europenne a t

    dcline au niveau national par le CIMER : le SHOM

    et lIGN doivent sassocier afin dtudier la manire de

    produire le Rfrentiel Gographique du Littoral en

    2003, puis confirme par le CIADT en 2004. Cest ainsi

    que le projet Litto3D a commenc en 2004. Ce projet

    est devenu un programme de production en 2008.

    Pour en savoir plus :

    Gilles Martinoty, IGN MODSP, 2-4 av. Pasteur

    94165 SAINT-MANDE Cedex

    Tl. : (33) 1 43 98 83 45

    Fax : (33) 1 43 98 85 81

    Mail : gilles.martinoty@ign.fr

    Me

    r &

    L

    it

    to

    ra

    l n

    08

    1

    69

    ML81 int.indd 69 30/11/09 21:38:19

Recommended

View more >