anass azami hassani cefedem rhone-alpes promotion 2012- anass azami hassani cefedem rhone-alpes...

Download Anass Azami Hassani CEFEDEM Rhone-Alpes Promotion 2012- Anass Azami Hassani CEFEDEM Rhone-Alpes Promotion

Post on 21-May-2020

0 views

Category:

Documents

0 download

Embed Size (px)

TRANSCRIPT

  • Anass Azami Hassani

    CEFEDEM Rhone-Alpes

    Promotion 2012-2014

    L'enseignement des musiques arabes en France

    1

  • Contenu

    Introduction 3

    1 La musique arabe 5

    1.1 Définitions de la musique arabe et de ses éléments 5

    1.2 Un brève aperçu sur l'histoire de la musique arabe 10

    1.3 Influences entre la musique arabe et les cultures occidentales 10

    2 La musique arabe dans la culture française 12

    2.1 Une brève histoire de la musique arabe en France 12

    2.2 Vision de la culture française sur la musique arabe 15

    2.3 Implications pour l'enseignement de la musique arabe en France 16

    3 L'enseignement de la musique arabe en France 18

    3.1 Fondements théoriques de l'éducation 18

    3.2 Enseignement de la musique arabe dans le monde arabe 21

    3.3 Enseigner la musique arabe en France 24

    4 Analyse et conclusion 32

    Abstract 33

    Annexes 34

    Mot-clés 48

    Bibliographie 49

    2

  • Introduction

    Dans ce mémoire, je vais vous présenter deux points de vue sur la musique arabe. Le premier est la

    vision du monde arabe lui-même sur la musique arabe, le second est la vue de la culture française sur la

    musique arabe. Des différences et similitudes entre ces points de vue, je tire des conclusions sur la

    façon dont ceux-ci affectent l'enseignement de la musique arabe en France. Je vais aussi donner des

    exemples sur la façon dont cette information peut être utilisée d'une manière pratique et constructive.

    Ce texte emprunte beaucoup d'un document pour l'enseignement que j'ai écrit en 2012: "Élaboration d'un

    programme structuré d'enseignement de la Musique Traditionnelle Arabe"" et que je vais référencer comme

    bibliographie principale; la bibliographie secondaire sera référencée directement (comme pour le

    document en question).

    Je trouve qu'il est important de noter qu’on pourrait croire qu'en s'appuyant fortement sur les matières

    précédentes, soit mon document sur l'enseignement ou autre écrit dans les livres ou sur internet, cela

    implique que j’accorde une importance mineure aux enseignements reçus au Cefedem. Ce n'est pas

    vrai, bien sûr. Mes années au Cefedem ont beaucoup élargi mon point de vue sur l'éducation, comme on

    le verra en particulier dans le chapitre 3.

    Dans le chapitre 1, «musique arabe», un bref aperçu de la musique arabe est donné, avec un aperçu

    historique de la musique arabe, suivi d'un point de vue plus spécifique sur les relations entre la musique

    arabe et la culture occidentale. L'accent est mis dans ce dernier sur la façon dont la culture arabe et

    occidentale se sont influencées mutuellement.

    Le chapitre 2, «la musique arabe dans la culture française», reprend exactement là où le chapitre 1 se

    termine. Ce chapitre commence aussi par un bref historique, et cette fois l'accent est mis sur

    l'interaction entre la culture française et la musique arabe. L'aperçu historique est finalisé dans un

    paragraphe distinct (2.2), qui donne un aperçu de la façon dont la culture française regarde la musique

    arabe dans les temps modernes. Enfin, le paragraphe 2.3 prend toutes ces informations ensemble et

    nous donne les outils nécessaires pour étudier l'éducation de la musique arabe en France. Bien que bref,

    le paragraphe 2.3 est très important : il agit comme un «entonnoir», fournissant les idées essentielles les

    plus basiques pour travailler dans les chapitres suivants. Il est également le paragraphe où mes opinions

    3

  • personnelles sur l'enseignement de la musique arabe sont exprimées.

    Le chapitre 3 est le chapitre où l'éducation est le thème central. Il traite de la musique, de la théorie de

    l'éducation, de mes opinions personnelles sur elle et comment je l'applique d'une manière pratique pour

    mon propre enseignement. Quelques exemples de mes expériences sont donnés, et mis en perspective

    avec les théories discutées avant.

    Le chapitre 4 résume tout, et tire des conclusions sur l'enseignement de la musique arabe en France.

    Ces conclusions m'aideront plus tard à développer mes compétences pédagogiques.

    4

  • 1 La musique arabe

    1.1 Définitions de la musique arabe et de ses éléments par Anass

    Comme on le verra dans le paragraphe suivant, la musique arabe classique a connu une longue histoire

    d'évolution, souvent (mais pas toujours) corrélée à l'évolution des croyances religieuses, ce qui menait

    à une grande diversité interne des caractéristiques musicales. À coté des changements internes, au cours

    de sa longue histoire, la musique arabe a été formé par de nombreuses influences provenant de

    l'extérieur du monde arabe.

    La diversité interne et les influences externes sont présentées dans la carte ci-dessous. Les influences, à

    la fois internes et externes, sont indiquées par des surfaces grises. Les surfaces sombres concernent les

    pays arabes, les surfaces foncées moyennes renvoient aux pays qui ont fortement influencé la musique

    arabe (et vice versa), et des zones plus pâles renvoient aux pays qui ont influencé la musique arabe

    dans une moindre mesure (mais néanmoins bien présente). Les pays de couleur blanche n'ont pas

    influencé la musique arabe d'une manière notable à mentionner dans ce bref aperçu. Les numéros

    renvoient à des influences qui sont spécifiquement mentionnées au paragraphe 1.2, qui porte sur le

    contexte historique de la musique arabe et de ses influences. La carte elle-même n'est pas liée à une

    période historique spécifique.

    Alors, comment pouvons-nous définir une chose aussi diverse que la musique arabe?

    Conceptuellement, nous pouvons dire que, malgré le contexte historique long et varié, il ya beaucoup

    de caractéristiques qui peuvent définir la musique arabe. Jetons un regard sur les plus notables:

    − La dimension souvent très mathématique de la musique arabe. Cette caractéristique est héritée

    de l'influence islamique sur la musique arabe. Dans l'Islam, les mathématiques et la physique

    jouent un rôle important dans la société, la religion et les arts.

    − Les maqams

    − Les mélismes

    − Les rythmes

    5

  • Image 1: Aperçu sur le monde arabe

    Une carte du monde arabe et les zones autour de lui. Les surfaces grises indiquent à quel point la

    musique dans cette région est influencée par la culture arabe, les chiffres renvoient à des régions qui

    sont discutées plus loin dans ce mémoire.

    La musique arabe pour moi couvre une zone géographique vaste qui va de l'Andalousie en Espagne

    jusqu'en Iran en passant par le Moyen-Orient et les Pays du Golfe.

    Ce qui veut dire des influences de plusieurs cultures :

    L'Afrique centrale: la Guinée, la Somalie, le Sénégal, etc.

    Au Maroc et dans les pays de l'Afrique du Nord ou l'arabe est la langue officielle, on trouve dans les

    musiques traditionnelles plusieurs influences :

    La musique Gnaoua et de l'Afrique centrale, le terme Gnaoua en arabe veut dire : les gens qui viennent

    de la Guinée/ Ghana mais en réalité c'était pour désigner les esclaves ramenés de Guinée et d'autres

    pays de l'Afrique centrale.

    Dans les environ du Xème siècle les Gnaoua sont arrivés au Maroc, la danse Gnaoua correspondait à

    des exercices sans armes, pour se défendre et utiliser les armes, mais pour passer inaperçus. Ils ont

    inventé cette danse avec de la musique au luth gimbri, des cymbales et des tambours, d'une part pour

    6

  • un rituel thérapeutique et d'autre part pour se défendre et se libérer de l'esclavage.

    L'Andalousie: image 1, zone1

    Après la chute en 1491 du royaume musulman de Grenade, dernier bastion du royaume maure en

    péninsule ibérique, les Andalous sont venu au Maroc s'installer dans des villes impériales comme Fès,

    Tétouan, Tanger, Rabat, Marrakech, Tlemcen en Algérie, Oran et d'autres villes de l'Afrique du Nord.

    Leur arrivée a influencé l'héritage musicale et culturel dans ces villes. On trouve encore maintenant a

    Fès et Tétouan les chants arabo-andalous, mais avec une influence du marocain dialectal : le texte

    comporte 90 % de mots arabes, et le reste est dans le dialecte de ces villes, qui présente lui même des

    influences d'autres langues, surtout le berbère, la langue du peuple marocain avant l'arrivée de l’Islam

    arabe.

    Dans les villes de l'Est du Maroc et plusieurs villes algériennes on trouve la même chose mais avec le

    répertoire de « Gharnati », des chants qui viennent également de Grenade.

    Les Berbères: image 1, zone 9

    Les premiers occupants de l'Afrique du Nord, les Berbères, ont aussi leurs musiques qui célèbrent dans

    la plupart du temps l'amour humain et dans beaucoup de textes les tâches quotidiennes des gens dans

    les champs, les femmes qui préparent la nourriture, les rituels de la préparation du pain, les rivières, le

    hammam. Puis les danses mixtes avec des youyous et des bendirs (tambour membranophones) pour lier

    la terre avec le ciel :

    La terre : c'est les pas sur le sol, les voix graves des